Steven WILSON @ Cirque Royal, Bruxelles – 18 février 2019

StvenWilson_Bxl_PhotoPass_18fev2019.JPG
Dresser un portrait de Steven WILSON peut s’avérer de prime abord une tâche assez rebutante. Avec ses cheveux ni assez longs ni assez courts, ses fines lunettes de vue, son teint pâle et sa silhouette mince de végétarien, l’homme n’a rien d’une rock star et il ressemble davantage à un étudiant en anthropologie malgré ses 50 et des berges.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0036.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0126.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0165.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0241.JPG

En outre, sans aller jusqu’à donner raison à un chroniqueur qui lui attribuait le charisme d’un bigorneau, on ne peut que rester parfois perplexe devant son jeu de scène (pieds nus, pointant des index énigmatiques vers le public entre deux riffs ou secouant sa main libre dans le vide lorsqu’il chante débarrassé de sa guitare).

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0261.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0050.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0349.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0415.JPG

Du côté de sa vie personnelle, ce n’est guère plus enthousiasmant, rien ne filtre, ou si peu. Pas de frasques à se mettre sous la dent, ni de petites amies délurées. Les filtres, d’ailleurs, il en a souvent utilisés au début de sa carrière, en studio pour masquer une voix à laquelle il accordait peu de confiance, sur ses disques en se cachant derrière de nombreux pseudonymes fantaisistes ou sur scène avec des lunettes et un rideau de cheveux qui lui masquaient le visage.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0378.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0440.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0082.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0480.JPG

Les pieds nus viennent encore de là: Steven WILSON avoue une aversion depuis l’enfance pour les chaussures. Au départ, il monta sur scène contraint et forcé et l’accepta comme un mal nécessaire ("a necessary evil"). Jouer pieds nus n’exprimait donc pas une quelconque volonté d’affirmer un style, mais juste le moyen de se sentir le plus à l’aise, ou plutôt le moins mal à l’aise possible.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0507.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0512.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0530.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0098.JPG

Et le riff déboule, incisif et hypnotique, à la fois élaboré et limpide, qui vous happe, vous aspire et vous transporte inexorablement. Ce n’est pas tant vous qui pénétrez la musique de Steven WILSON qu’elle qui investit vos synapses, laissant sur les tympans et le cortex sa marque indélébile, pour le meilleur et… seulement pour le meilleur.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0522.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0531.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0540.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0532.JPG

On peut attribuer à la naturelle réserve de WILSON deux origines. Il s’agit d’une part d’un trait de caractère inné, mais surtout d’une décision bien consciente. Il aurait sans doute pu accomplir les efforts nécessaires pour se mettre davantage en avant mais il ne l’a pas jugé utile, ou plutôt il ne l’a pas jugé en adéquation avec la conception qu’il se faisait d’une carrière d’artiste. La musique, sa musique devrait parler pour lui. C’était cela qu’il voulait livrer au public et rien d’autre, surtout pas, en tout cas, une mise en scène de sa personnalité.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0545.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0570.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0621.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0633.JPG

N’allez pas y voir de la fausse modestie ou une extrême pudeur. En vérité, Steven WILSON considère que toutes les informations privées émanant de sa personne ne pourraient que polluer son oeuvre. Car il sait finalement très bien ce qu’il veut atteindre et ne compte pas distraire l’auditeur avec autre chose que ce qu’il a enregistré. Il reconnait éviter toute cette nouvelle société de l’immédiateté qui permet de tout savoir sur les artistes en les googlelisant parce qu’elle fait disparaître la magie.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0091.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0173.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0276.JPG

Certes, il est bien conscient de passer pour une sorte de rabat-joie et d’antisocial, mails il le récuse car l’essentiel pour WILSON est de préserver la part de mystère indispensable pour que la magie opère, cette magie qui va faire que le fan va considérer le musicien de rock comme une rock star, comme une icône hors du monde du commun des mortels.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0286.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0387.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0538.JPG

Il estime simplement en fait que c’est la condition sine qua non pour que la musique touche l’auditeur ainsi qu’elle le faisait dans ces années ’70 qu’il regrette tant. Aussi parle-t-il lui-même comme le fan qu’il est resté lorsqu’il déplore que l’on pouvait savoir ce qu’a pris David Bowie au petit-déjeuner, allant même jusqu’à y voir la mort du rock en tant que mythe.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0614.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0655.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0659.JPG

Se préserver pour préserver le mystère, voilà quel pourrait être l’un des aspects de la profession de foi de WILSON, non pour devenir lui-même une icône mais simplement pour que son public puisse éprouver des sentiments analogues à ceux qu’il avait pu ressentir lui-même adolescent pour les artistes qu’il admirait alors. Une relation à l’ancienne en quelque sorte, reposant essentiellement sur l’oeuvre elle-même.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0643.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0648.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0653.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0666.JPG

Bien sûr, cette attitude, si elle permet de mettre l’oeuvre en valeur et de préserver son jardin secret, possède un revers: à trop s’effacer derrière sa musique, Steven WILSON n’a pas su attirer l’attention des médias populaires, parce qu’il n’est pas apparu comme l’homme d’exception pouvant captiver les foules, susciter l’engouement. Et pourtant, il réalise des choses exceptionnelles, d’où sa réussite à défaut peut-être de succès.

Steven_Wilson_CirqueRoyal_18fev2019.JPG StevenWilson_CirqueRoyal_18fev2019.jpg StevenWilson_Bxl_18fev2019_0001.jpg

Difficile donc de peindre un portrait précis et fidèle de l’individu qui pourrait réparer cette relative injustice puisqu’il manque les matériaux permettant de le concevoir….
Ces extraits, nous nous permettons de les emprunter aux premières pages du remarquable ouvrage de Frank BARDEL "Steven WILSON, the Dark Side of the Prog" (© Editions Camion Blanc – 2017). Ils ne peuvent que vous inciter à en savoir plus en vous invitant au voyage. En vous invitant à plonger dans l’oeuvre multiple et protéiforme du dernier génie conceptuel qu’a probablement enfanté le 20ème siècle..

Now online : Steven WILSON @ Bruxelles – 18 février 2019

Paradoxe, paradoxe… L’artiste vit la tête dans les étoiles, immergé dans son futur et projetant le prisme de toute sa créativité dans l’ébauche de ce que sera son prochain chef-d’oeuvre. Son admirateur, lui, vit par procuration, remontant le passé de l’artiste par son oeuvre interposée, évoluant à travers la production de celui qu’il chérit.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0328.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0334.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0336.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0337.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0339.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0340.JPG

Il arrive cependant que l’un et l’autre se rejoignent pour s’enthousiasmer et vivre pleinement le moment présent, communiant dans l’éphémère de l’instant.
La prestation de Steven WILSON ce soir au Cirque Royal de Bruxelles fait partie de ces rares moments, et concourt à la magie de ces instants d’extase…
Full review maintenant ici en ligne, et clichés complémentaires sur notre www.facebook/Intensities-in-10s-Cities

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0411.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0412.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0414.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0415.JPG

Steven WILSON @ Rockhal, Esch-sur-Alzette – 31 janvier 2019

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0058.jpg
Ecoutez voir ! Le Steven WILSON nous délivre deux heures et demie d’une scénographie de projections, hologrammes et animations servant à la perfection un son immersif en 4D, sublimant de la sorte l’éclectisme et l’étendue de son répertoire: spectaculaire à tous points de vue, what else ?! Avec ou sans feu- Porcupine Tree qui continue d’exister par procuration à travers sa set-list, Steven WILSON demeure ce qu’il est: un véritable extraterrestre.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0014.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0020.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0023.JPG

Hormis l’incartade humoristico-pop un brin racoleuse de “Permanating" avec laquelle il se fait plaisir, le lyrisme et la dextérité des autres titres que nous offre Steven WILSON continuent de marier pop-rock et expériences progressives, mais sans jamais sombrer dans d’inutiles démonstrations. Les compositions à tiroir sont complexes, la technique instrumentale est énorme, l’énergie déployée l’est tout autant: on ne change pas une formule qui gagne.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0028.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0015.JPG

9 mois après son dernier passage ici-même, lui tient particulièrement à coeur de ne pas reproduire le même show – qu’il promène à travers le monde depuis plus d’un an. Particulièrement affable ce soir, WILSON partage sa conception du rock et de l’évolution de la musique mainstream, vouée à toujours plus de technologie et d’électronique. Pour prendre le contre-pied, il se fait un plaisir de présenter aux moins de 25 ans (!!) un objet de plus en plus rare dans ce show-business, ou dont l’usage de moins en moins sensuel s’assimile davantage aujourd’hui à de la simple et froide technicité: une… guitare électrique – en l’occurrence sa légendaire Fender martyrisée par le temps et les tournées.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0037.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0029.JPG

En grattant un peu, les propos de Steven WILSON sont tout sauf simplistes, à l’instar de ses compositions qui ont vocation à dépasser les catégories et les étiquettes dont il se gausse. Mieux encore: il prend un malin plaisir à forcer le trait de tous ces stéréotypes que véhicule sa fan-base, des fans de progressif aux inconditionnels de métal en passant par les aficionados de Prince dont il ne cesse de réitérer son admiration…

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0062.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0057.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0058.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_63.jpg

An evening with Steven WILSON reste une expérience multi-sensorielle hors du commun qui fait dresser le poil. Ce face-à-face avec cet extra-terrestre à la production aussi prolifique qu’intarissable revêt sur scène une dimension toujours aussi insoupçonnée et sans cesse renouvelée: ce n’est pas cette enième expérience qui nous fera écrire le contraire, au risque de se répéter ou de manquer de qualificatifs…

Now online : STEVEN WILSON @ Rockhal, 31 janvier 2019

Ils s’appellent Craig Blundell, Nick Beggs, Adam Holzman et Alex Hutchings.
Ils sont respectivement batteur, bassiste, claviériste et guitariste. C’est sur leur excellence que s’appuie Steven WILSON dans sa quête d’absolu musical. Mais le talent et le foisonnement créatif de celui-ci sont tels que l’on passe trop souvent sous silence ceux qui lui permettent de les mettre en œuvre et de nous les servir sur un plateau d’argent…

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0049bis.JPG
Maintenant en ligne: Steven WILSON chez le Grand-Duc. Le dernier génie conceptuel…

Now online : Steven WILSON @ Rockhal (Esch – 10 mars 2018)

WILSON aura-t-il été en capacité d’atteindre au Luxembourg le même degré de perfection musicale et scénique que la veille à Bruxelles ?
Et si poser la question était en quelque sorte y répondre…?!

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Now online : Steven WILSON @ Bruxelles – 09 mars 2018

Le dernier génie conceptuel du 20ème siècle entouré de sa brochette fétiche de musiciens hors-pair.
Ou comment An Evening With Steven WILSON peut être synonyme d’intemporalité sensorielle, comme un moment de plénitude intégrale, ou un échantillon de nirvana terrestre dont nous gratifieraient les dieux…

StevenWilson_AB_09mars2018_0704.JPG

An Evening with Steven WILSON – Rockhal @ Esch-s/-A. – 10 mars 2018

StevenWilson_Rockhal_2018.jpg
Backstage, ce sont dans leurs racks toujours estampillés PORCUPINE TREE que guitares et basses fourbissent leurs effets en attendant leurs maîtres. A la fois le signe que WILSON revendique toujours fièrement le glorieux passé de sa première vie, et pour qui en douterait encore la confirmation que sa set list fait toujours la part plus que très belle à ces pièces-maîtresses d’une époque maintenant révolue. Qu’importe, pour les fins gourmets, Steven WILSON et PORCUPINE TREE c’est chou vert et vert chou.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Hier à Bruxelles, WILSON nous contait les péripéties de ses dernières dates allemandes – dont celle de Essen où il eut l’impression de jouer dans un cimetière (sic). Ce soir au Luxembourg, il nous narre sa toute aussi récente expérience finlandaise, se produisant face à des parterres assis peu enthousiasmants (re-sic), avec bobonne qui se morfond dans son fauteuil à côté de môsieur qui, lui, ne trouve pas du tout le temps aussi long qu’elle (re-re-sic). Bah ! ce n’est pas qu’Allemands et Finlandais n’appréciaient pas, c’est simplement qu’ils ont selon lui quelques difficultés à l’exprimer. Ah ah ah, british humour welcome…

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Certains intellectuels culs-serrés en manque de bonnes phrases décrivent l’actuelle production de WILSON comme un chaos paranoïaque en provenance directe de l’ère post-vérité (hein ?! càd ?!). Nous nous contenterons pour notre part d’assimiler ce An Evening With Steven WILSON à un cliché en haute définition des temps déconcertants dans lesquels nous vivons: Steven Wilson nous les dépeint depuis l’horreur rampante de la technologie omniprésente à l’observation humanoïde de notre quotidien, de sa dramatique actualité à la déconcertante résilience dont la race humaine peut faire preuve en ces temps chamboulés (hein ?!). Pause.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pour la bonne bouche, WILSON reste fidèle à lui-même d’une tournée à l’autre, continuant de fustiger les manchots qui brandissent à bout de bras leur smartphone pour poster sur YouTube une minable vidéo de m… (sic) qui n’intéressera en définitive strictement personne vu la quantité de vidéo de shit (re-sic) déjà présentes. Enjoy the show, les gars, plutôt que d’emm… ceux qui tentent d’en profiter derrière vous.

StevenWilson_Rockhal_10mars2018_0097.JPG
Steven WILSON, c’est comme le bouchon jeté à la mer: les plus grosses vagues (musicales) et les plus puissants courants (des modes) n’auront jamais raison de lui, qui restera toujours bien au-dessus de tous ces insignifiants remous ou de ces redoutables vagues de fonds.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Deux Steven WILSON d’affilée – hier à Bruxelles, ce soir au Luxembourg – c’est comme se resservir de dessert après le plateau de fromages. C’est comme s’offrir le vol retour en 1ère classe après avoir voyagé en economy à l’aller. C’est dans cette volupté non nécessaire qu’on découvre finalement le plaisir superflu et coupable qui rend le moment présent d’autant plus jouissif que fondamentalement essentiel. Rétrospectivement s’entend (hein ?!).

An Evening with Steven WILSON – Bruxelles, 09 mars 2018

StevenWilson_PassPhoto_AB_2018.JPG
Il y a de ces concerts où l’on sait, dès la première note, qu’on va se ramasser une claque. Que l’on va communier à un moment d’une intensité exceptionnelle, que l’on va prendre part à une expérience sensorielle hors du commun. Ce An Evening with Steven WILSON dans une mythique Ancienne Belgique sold out depuis des mois et des mois maintenant, fait partie de ces parenthèses temporelles qui vous transportent dans un autre espace-temps, qui vous téléportent dans une autre dimension…

StevenWilson_AB_09mars2018_0010.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0156.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0533.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0249.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0257.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0286.JPG

Il y a des chanteurs, il y a des guitaristes, il y a des musiciens, il y a des song writers, et il y a des stars qui peuplent le rock’n’roll circus. Puis il y a quelques Artistes, une poignée de Génies de la trempe de WILSON, qui ramènent tous les autres à leur simple condition. Touche-à-tout de talent, hyperactif de génie, Steven WILSON est sans doute le dernier génie conceptuel enfanté par le 20ème siècle.

StevenWilson_AB_09mars2018_0313.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0317.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0104.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0389.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0538.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0575.JPG

L’éclectisme et le génie de WILSON nous transportent à nouveau ce soir entre rock progressif, psychédélisme avant-gardiste, métal poli, jazz-fusion et intimisme feutré. Steven WILSON mixe nos émotions, les soumettant tantôt à la brûlure de la lave en fusion, tantôt les apaisant par la douce caresse d’une plume délicate dont il nous frôle l’épiderme. WILSON, c’est tout et son contraire. C’est l’alpha et l’oméga.

StevenWilson_AB_09mars2018_0662.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0683.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0695.JPG

Oui, Steven WILSON, c’est l’alpha et l’oméga de la musique moderne: il a tout ingurgité, il a tout digéré, il a tout assimilé pour mixer ce brassin et nous en ressortir la quintessence moëlle sous la forme d’une expression musicale qui ne ressemble à nulle autre. Il pousse même l’audace de moderniser radicalement la pop indé, en étant le premier à s’amuser du scandale qu’a provoqué son dernier opus parmi sa fan base et parmi les spécialistes (sic) qui savent mieux que lui dans quel style musical le catégoriser (re-sic).

StevenWilson_AB_09mars2018_0133.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0244.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0218.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0147.JPG

Car oui, le sorcier WILSON qualifie sans complexe de pop music son dernier bébé, dans la lignée des plus grands artistes pop(ulaires) dont il vante le génie et le côté pop(ulaire): The Beatles et Abba (sans oublier Tears for Fears, Talk-Talk ou Kajagoogoo – clin d’oeil second degré à son comparse stage right). Et de tenter de transformer le temps d’un morceau pop l’Ancienne Belgique en une piste de danse, se gaussant à l’avance de contempler barbus, tatoués et fans d’Opeth se fendre d’un petit pas de danse.

StevenWilson_AB_09mars2018_0224.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0140.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0232.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0230.JPG

L’admiration sans borne qu’il voue à celui qu’il considère être le musicien le plus talentueux parmi tous (… Prince…), n’a de pareille que la dévotion qu’il témoigne à sa Fender Telecaster millésimée 1963 usée par les ans, meurtrie par les sévices qu’elle a dû subir et par les tortures endurées entre ses mains de génie.

StevenWilson_AB_09mars2018_0004.jpg
Moment de suprême volupté que où cette Telecaster, branchée sur un ridicule Hugues & Kettner qu’il dépose à ses pieds, transporte 2000 et quelques âmes au 7ème ciel par le biais d’un Even Less d’anthologie. Seul sur scène dans cette version ô combien dépouillée, la vraie dimension de WILSON nous éclate à la figure, nous explose les mirettes, nous éclabousse la face, nous métamorphose les tympans et nous ravage les neurones.
Un moment de grâce. Un moment d’anthologie. Un moment d’éternité. A l’image d’une soirée sans nulle pareille…

StevenWilson_AB_09mars2018_0734.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0704.JPG StevenWilson_AB_09mars2018_0717.JPG

Now online : Aviv GEFFEN – featuring BLACKFIELD

Un concert d’exception à La Madeleine – Bruxelles, ce 21 mai 2017 :

Aviv_Geffen_21mai2017_0204.JPG

BLACKFIELD feat. Aviv GEFFEN – Bruxelles, 21 mai 2017

cbb3cc6632.jpg
Excitation et appréhension se la disputent toujours lorsqu’il s’agit de pousser pour la toute première fois la porte d’une salle de concerts encore inconnue. Et tel est à nouveau le cas ce dimanche soir en découvrant La Madeleine, superbe salle (encore) neuve au décor aussi cosi que réussi, et qui peut se targuer en sus d’une acoustique remarquable. A hôte d’exception, Aviv GEFFEN, conditions exceptionnelles…

Aviv_Geffen_21mai2017_0098.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0116.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0156.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0161.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0124.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0108.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0122.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0134.JPG

Ce n’est pas l’ombre de Steven WILSON qui plane sur La Madeleine ce soir. Ce n’est pas son spectre non plus: c’est carrément BLACKFIELD – ce qui revient du pareil au même, et ce n’est pas peu dire.

Aviv_Geffen_21mai2017_0165.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0186.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0172.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0188.JPG

Aviv GEFFEN irradie La Madeleine que quelques dizaines seulement de fin gourmets et connaisseurs avisés ont décidé de rallier en cet estival soir bruxellois. Un service d’ordre et de sécurité rappelle aux distraits que les tristes événements du Musée Juif de Bruxelles ne sont loin ni dans l’espace ni dans le temps, et que la chaude actualité est une cruelle réalité quotidienne pour une communauté venue en nombre – façon de parler – ce dimanche soir.

Aviv_Geffen_21mai2017_0192.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0166.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0193.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0177.JPG

Les mélodies parfois mélancoliques de BLACKFIELD sont d’une toute aussi cruelle actualité quand on se remémore la disparition de Chris CORNELL il n’y a que quelques jours seulement. Mais leur puissance – avec pas moins de 4 background vocals – est aussi et surtout un tremplin sur lequel on rebondit pour rejoindre le firmament où nous transportent les compos que Sieur Geffen et Maître Wilson continuent de nous distiller à travers BLACKFIELD.

Aviv_Geffen_21mai2017_0111.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0128.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0148.JPG

Bien malin qui pourrait identifier leurs apports respectifs au sein du side-project de BLACKFIELD, bien malin ou tout simplement grand amateur de PORCUPINE TREE, de BASS COMMUNION, de NO MAN, de STORM CORROSION ou encore de WILSON tout simplement. Reconnaissons néanmoins que le terme "simplement" ne peut manifestement pas s’appliquer à ce génial génie touche-à-tout qui nous ferait presqu’oublier son "absence" ce soir. Ou au contraire, qui nous rappelle son omni-présence ici et là, partout et nulle part à la fois, à travers chaque pore, chaque syllabe, chaque accord de GEFFEN

Aviv_Geffen_21mai2017_0151.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0195.JPG Aviv_Geffen_21mai2017_0236.JPG]

Aviv GEFFEN nous avait séduit il y a 2 mois à l‘Ancienne Belgique en opening-act de BIFFY CLYRO, il nous a littéralement scotché ce soir. Presqu’au point de lui pardonner – mais quand même pas totalement – les 75 petites minutes seulement qu’ont duré sa prestation et notre lévitation. On les savait pingres, c’est maintenant chose confirmée (n’oserions-nous pas dire, même au second degré).

Aviv_Geffen_21mai2017_0200.JPG AvivGeffen_Blackfield_Brussels2017.jpg Aviv_Geffen_21mai2017_0204.JPG