TAGADA JONES @ Donkey Rock Festival – 12 août 2017

Donkey_Rock_Festival-2017.JPG
Le DONKEY ROCK FESTIVAL à ceci de commun avec TAGADA JONES que tu as beau ne pas les avoir côtoyés depuis 24 mois, c’est comme si tu les avais quittés pas plus tard qu’hier. Et ces gars-là, ils te saluent et prennent de tes nouvelles – en en donnant des leurs – comme si tu les avaient shootés pas plus tard que la nuit précédente sur une scène voisine que tu viendrais tout juste de quitter en leur compagnie.

Tagada-Jones_Donkey2017_0002.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0005.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0070.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0089.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0326.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0131.JPG

TAGADA JONES, c’est comme toutes celles & tous ceux qui oeuvrent à faire du DONKEY ROCK FESTIVAL un endroit où tu as tout simplement envie de revenir par amitié autant que pour faire la fête: un village qui se mobilise autour d’un noyau dur, un team spirit sans pareil, une solide cohésion de tous les instants et une efficace solidarité tant on- que back- ou front-stage.

Tagada-Jones_Donkey2017_0151.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0182.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0157.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0184.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0175.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0189.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0220.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0221.JPG

Nous venions quant à nous spécialement pour TAGADA JONES. La force de frappe du combo français demeure intacte et même plus destructrice encore. Le cri de la rue reste vindicatif et revendicateur. La rage et la révolte prennent corps dans un déluge d’accords et de riffs qui traduisent la puissance des idées et la justesse de la rébellion, légitime contre-pouvoir face à l’ordre établi et aux petits-bourgeois bobos bien-pensants. Les présidents français se succèdent, TAGADA JONES veille au grain et fait en sorte que le combat se poursuive.

Tagada-Jones_Donkey2017_0026.JPG
A côté de tous ceux qui n’ont (plus) rien à dire sur scène, TAGADA JONES par son côté engagé et militant, prend le contre-pied d’une scène rock aseptisée qui n’a plus rien de dramaturge. Le DONKEY ROCK FESTIVAL, par son côté convivial, festif et sa programmation qui n’a pas peur de bousculer, prend quant à lui le contre-pied des festivals aux affiches mainstream qui n’ont plus rien de séduisant non plus. Longue vie le Donkey…!

Tagada-Jones_Donkey2017_0224.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0233.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0208.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0254.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0281.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0318.JPG Tagada-Jones_Donkey2017_0028.JPG Burning_Heads_Donkey2017_0003.JPG

Now online : TAGADA JONES & Ritchie BLACKMORE’s NIGHT

TAGADA JONES @ Donkey Rock Festival & Ritchie BLACKMORE’s NIGHT @ Wiltz Castle : aussi sur notre FACEBOOK

BlackmoresNight_2017_0001.JPG 07-blanc.png Tagada-Jones_Donkey2017_0318.JPG

Donkey Rock Festival 2015 : An ORANGE CAR Crashed – The CARROLLS – TAGADA JONES – SIDILARSEN

IMG_2255.JPG
DONKEY ROCK FESTIVAL, 10ème ! Ou quand un village d’irréductibles bénévoles se la joue Woodstock depuis 10 ans par la grâce, la magie et le charisme de ses joyeux doux-dingues (ou fous-furieux) organisateurs. Sélange ? C’est le bled au festival où les têtes d’affiche de ce vendredi 07 août 2015 te font la bise backstage pour te saluer alors que t’es uniquement là pour prendre mine de rien quelques clichés, incognito. Ca donne franco le ton: on fait couleurs locales sans s’prendre la tête ni l’bourrichon ici au Donkey, on est en famille, entre potes.

affiche_Donkey_Rock_2015.jpg IMG_1243.JPG DonkeyRockFestival2015.JPG

A l’affiche du premier des trois jours de cette édition 2015, quatre groupes dont la trajectoire se confond presqu’avec la jeune histoire du festival : les Français de SIDILARSEN et ceux de TAGADA JONES, ainsi que les locaux d’AN ORANGE CAR CRASHED (AOCC) et les brusseleers de CRIBLESS. Ajoutons en ouverture de festival quatre jeunes du cru arlonais/néo-louvanistes (The CARROLLS) et la messe est dite. Si les garnements de CARROLLS à la coiffe indienne ne font pas dans la dentelle ni ne se prennent surtout pas au sérieux niveau lyrics (on est étudiants LUX ou on ne l’est pas…), AOCC continue au contraire d’utiliser la scène pour distiller sa propagande musicale à tout crin contre l’industrie du disque, contre les majors, etc. Si An Orange Car Crashed est une arme de destruction massive et vomit sur tout le système, la richesse de son approche musicale compense largement pour qui n’adhère pas au discours, ou pour qui ne vient tout simplement pas ici pour se prendre la tête…

AOCC_Carrolls_Donkey2015.jpg
Donkey, 10 ans d’existence, TAGADA JONES: 20 années. Deux décennies de conscience sociale, d’engagement politique et d’indépendance. Avec leur chant enragé et engagé, avec leurs textes militants, les thèmes de TAGADA JONES restent graves, la vision terriblement lucide, et l’ensemble brosse un portait plutôt sombre de la société actuelle (dixit le programme).

IMG_1578.JPG IMG_1396.JPG IMG_1573.JPG IMG_1534.JPG

Et de continuer: "entre conscience sociopolitique affûtée et virulence sonore, porté par des refrains fédérateurs et des guitares mordantes, TAGADA JONES demeure plus violent, plus revendicateur, plus pertinent et plus incisif que jamais ".

TagadaJones_Donkey2015.jpg TagadaJones_DonkeyRock2015.jpg

Et que dire des Bretons côté backstage… TAGADA JONES est à l’image d’une fratrie faisant montre d’une complicité fusionnelle au moment de franchir le rideau noir qui les sépare de la scène. Puis toi, t’es là incognito pour tirer quelques clichés, et ils t’entraînent parmi eux au milieu de leurs effusions comme si tu pouvais apporter plus d’énergie encore à ce volcan en ébullition. Le temps d’un instant, tu es TAGADA JONES. Fort. Puissant…

IMG_1377.JPG IMG_1316.JPG IMG_1372.JPG

Dans le stress ou plutôt dans l’excitation du moment, celui de passer de la pénombre à la lumière, ils s’épaulent, s’accoladent, trinquent, fument, s’émulationnent, se congratulent, se frictionnent… Mental & physical training d’un escadron en passe de livrer un nouveau combat victorieux.

IMG_1353.JPG IMG_1321.JPG IMG_1364.JPG IMG_1347.JPG

SIDILARSEN: rock, métal ou electro? Il y a un peu plus, je vous l’ mets? Le Donkey annonce une orgie de son et de sens dans ta face, et de fait: après les textes et l’énergie brut de décoffrage d’OACC et de TAGADA JONES, les Toulousains continuent de fournir au Donkey une caisse de résonance sans nulle pareille. Le message est amplifié – au propre comme au figuré – par une sono qui porte ce soir le message bien au-delà des frontières communales.

IMG_1754.JPG IMG_1738.JPG IMG_1735.JPG IMG_1718.JPG IMG_1703.JPG IMG_1680.JPG IMG_1628.JPG IMG_1616.JPG

SIDILARSEN est à TAGADA JONES ce que les amphétamines sont à l’acide, ce que le Lolo est au Bots, ce que le souffre est au salpêtre et ce que la menthe est au rhum: bien conjugués et bien dosés, c’est une bombe. Effets dévastateurs d’une salvatrice et rédemptrice tuerie…

Sidilarsen_Donkey2015.jpg

Gagnez 1 x 2 pass-weekend pour le DONKEY ROCK FESTIVAL 2014 © !

Banniere_concours_Donkey_2014.jpg
Les joyeux lurons du DONKEY ROCK FESTIVAL vous offrent la possibilité de remportez 1 x 2 entrées valables tout le weekend : profitez-en !!

Donkey_2014_bill.jpg
Envoyez pour le 25 juillet à contact@intensities-in-10s-cities.eu la réponse à la question suivante (le gagnant de 1 x 2 pass-weekend sera tiré au sort en cas d’ex-aequo et en sera informé par retour-mail) :

Quel est le vrai nom nom civil) du célèbre artiste qui se cache derrière le nouveau projet SUGAR & TIGER qui sera présent à cette édition 2014 du Donkey Rock Festival ?

Résultats du concours ? Cliquez sur "commentaire" ci-dessous.

(Concours ANATHEMA @ Kulturfabrik 30 sept. 2014 : lien tag/Anathema)

DONKEY ROCK Winter Edition – 04 janvier 2014, Sélange (… Rock City)

Donkey_winter-edition_2014_bill.jpg
"Quand la Belgique aura compris que les frontières de la Wallonie ne s’arrêtent pas à Namur mais descendent un peu plus bas, ce groupe-là fera partie des meilleurs groupes belges de tous les temps": une bien rude vérité assénée dans la sono par Lolorganisateur au moment de saluer la prestation de la tête d’affiche de la soirée, AN ORANGE CAR CRASHED. Peu de temps auparavant, cette 1ère winter edition du Donkey Rock Festival commence fort, très fort avec nos petits chouchous et nos préférés : The WAY DAYS.

TheWayDays_04012014_0132.JPG TheWayDays_04012014_0089.JPG TheWayDays_04012014_0085.JPG TheWayDays_04012014_0020.JPG TheWayDays_04012014_0012.JPG DonkeyWinter_012014_0018.JPG
TheWayDays_04012014_0127.JPG Malgré un bassiste de remplacement qui joue les intérimaires de choc ("de chez Trace" – sic), le quatuor ouvre la danse avec un set des plus énergiques agrémenté de nouvelles compos 2013 et de désormais classiques – façon de parler. Une fraicheur vintage et une sympathie sur scène à l’image de la spontanéité de leur production pourtant old timer : voilà du pur garage rock, primaire et brut de décoffrage comme surgi du passé, avec des rengaines qui tombent facilement dans l’oreille, marque de fabrique qui ne se dément pas au fur et à mesure de leur petit bonhomme de chemin.

DonkeyWinter_012014_0054.JPG
It’s a long way to the top if you wanna rock’n’roll : certains comme The WAY DAYS sont déjà (quasi) au top, mais reste à en convaincre le reste du monde (et si pour les décideurs de Bruxelles la Wallonie ne s’arrêtait pas à Namur, etc. etc.). Dommage que le Laney crachait le gras de ses basses vers le backstage parce que là-derrière, mes aïeux, quel groove vous avez raté… !!

TheWayDays_Donkey_04012014.jpg
Si nul n’est (pas toujours) prophète en son pays, que dire alors d’AN ORANGE CAR CRASHED ?! Leur prestation de ce soir est la plus percutante à laquelle il nous ait été donné d’assister. Servi par une sono et un light-show à la hauteur des talents sur scène, le panache est en plus au menu pour décupler avec brio une certaine idéologie par ailleurs pas déplaisante pour un sou. Avec le Fils du Père à la lead guitar, ne manque que la descente du Saint-Esprit pour que la Trinité rayonne sur Sélange ! Le grand art est la marque de fabrique des Pemmers, et le show leur ADN – jusqu’à qu’à ce qu’autopsie post-mortem s’en suivre, Herr Doktor.

AnOrangeCarCrashed_0125.JPG AnOrangeCarCrashed_0081.JPG AnOrangeCarCrashed_0065.JPG
AnOrangeCarCrashed_0009.JPG
Attaquer une six cordes à la visseuse en fin de set est par ailleurs excellent pour le conduit auditif et pour le show – un peu moins sans doute pour le matos. L’excentricité et la puissance de cette démonstration de force met une fois encore en scène tout le talent et toute la géniale créativité du groupe dans un genre coldwave aussi particulier que son registre shugase hors-normes.

AnOrangeCarCrashed_Donkey-04012014.jpg
Les locaux de MAX MALLONE clôturent la partie « concerts » de cette soirée, manière de faire retomber la pression et augmenter le débit de celle du bar. Mention particulière également en regard de la la prestation des Bruxellois de ORGANIC. Cependant, coincés entre le marteau (The WAY DAYS) et l’enclume (AN ORANGE CAR CRASHED), pas facile pour eux de tirer les marrons du feu. Sélange, rock city : son Donkey Rock Festival (summer & maintenant winter editions), ses géniaux organisateurs, ses bénévoles d’enfer, son ambiance de Dieu le Père, sa chaleur et sa sympathie légendaires. Décidément, il est des coins où il fait bon vivre le r’n’r ici-bas, très bas en Lorraine, bien loin de Namur et de Bruxelles…

Organic_Donkey_2014_0028.JPG Organic_Donkey_2014_0016.JPG Max_Mallone_012014_0002.JPG
Max_Mallone_012014_0112.JPG

* Expo Photo – Photo Exhibition * Sélange, 18 mai 2013

Affiche_Expo_Photo_Donckey-Rock_05-2013.jpg
Un tout, tout grand et big rock’n’roll salute à Lolo et au Bots pour avoir eu la gentillesse de me proposer d’exposer quelques clichés à l’occasion de la grande soirée de présentation de l’édition 2013 du Donkey Rock Festival. Entourés des photos de deux autres fêlés du déclencheur, quelques instantanés de Intensities in 10s Cities ont servi de fond non pas sonore mais visuel à cette soirée (nuit ?).

ExpoPhotoDonkey2013_0003.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0006.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0007.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0008.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0011.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0012.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0013.JPG Affiche_Expo_Photo_Donckey-Rock_05-2013.jpg ExpoPhotoDonkey2013_0022.JPG

Il est de ces festivals et de ces équipes organisatrices qui s’apparentent davantage à une grande et belle famille qu’à une sacrée bande de potes – et quand ce sont les deux à la fois, c’est tout simplement le bonheur. Chapeau à eux deux et à tout la belle et efficace équipe de bénévoles qui les entoure pour le professionnalisme, le dynamisme, la sympathie et la chaleur – oui, la chaleur – qui est la recette de ce festival-pas-comme-les-autres.

ExpoPhotoDonkey2013_0016.JPG
A l’instar de cette soirée de présentation de l’affiche de ces 8, 9 et 10 août 2013, il est certain que l’édition de cet été sera à nouveau une belle et grande réussite. Cré Tonnerre et Sterpi ont donné ce soir le la avant de laisser la place à Hop’n’Roll DJ-Set: le reste à venir cet été ne sera pas la moindre des choses qui nous attendent. L’été s’ra chaud, l’été s’ra chaud, dans les t-shirts dans les maillots. See ya next August, Dudes !

ExpoPhotoDonkey2013_0010.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0014.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0015.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0017.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0018.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0019.JPG ExpoPhotoDonkey2013_0020.JPG Affiche_Expo_Photo_Donckey-Rock_05-2013.jpg ExpoPhotoDonkey2013_0021.JPG

VIIème DONKEY ROCK FESTIVAL – 10 août 2012, Sélange – CUSTOMS, REAL McKENZIES, KILL THE YOUNG,…

Donkey_Rock_Festival_tix_2012.JPG
On ne m’avait pas informé du fait que The Pogues s’étaient acoquinés avec The Sex Pistols avant de s’exiler pour leur coming out à Vancouver, Canada, affublés d’oripeaux écossais et d’une cornemuse. Ils ont ensuite, me suis-je laissé dire, changé de nom pour s’appeler The REAL McKENZIES et revenir avec leurs Marshall’s sur le Vieux Continent, à Sélange plus précisément.

RealMcKenzies_2012_0007.JPG RealMcKenzies_2012_0026.JPG RealMcKenzies_2012_0055.JPG RealMcKenzies_2012_0096.JPG RealMcKenzies_2012_0102.JPG RealMcKenzies_2012_0163.JPG RealMcKenzies_2012_0172.JPG RealMcKenzies_2012_0191.JPG RealMcKenzies_2012_0173.JPG

Les gaillards nous servent en effet cette nuit un punk mâtiné d’airs traditionnels écossais alternant ou mélangeant de solides riffs avec une cornemuse des plus virulentes, le tout soutenu par une rythmique à l’image des lascars. Autrement dit, une espèce de croisement entre des bûcherons canadiens et des distillateurs écossais, manière de situer les spécimens.

DSCF9010.JPG RealMcKenzies_2012_0173.JPG RealMcKenzies_2012_0153.JPG
Ambiance donc sur scène, et ailleurs également tant backstage qu’au bar : c’est qu’ils ont en plus fait main basse sur le stock de canettes du bar backstage, les énergumènes, manière sans doute de ne pas arriver les mains vides sur scène. C’est que ça ne se fait pas, peut-être, chez eux. Ou c’est que ça se passe surtout comme ça, avec The REAL McKENZIES. Ambiance !

RealMcKenzies_2012_0013.JPG RealMcKenzies_2012_0028.JPG RealMcKenzies_2012_0033.JPG RealMcKenzies_2012_0059.JPG RealMcKenzies_2012_0040.JPG RealMcKenzies_2012_0077.JPG RealMcKenzies_2012_0089.JPG RealMcKenzies_2012_0107.JPG

Ces trois jours de festival avaient débuté davantage dans la dentelle avec Waiting For Lily puis An Orange Car Crashed, avant que ne déboule CUSTOMS, quatre garçons dans le vent, bien propres sur eux et tout et tout – les gendres idéaux pour ménagère de 50 ans, avec une électro-pop à leur image : polie et soignée, pleine de retenue et tout en délicatesse. Juste ce qu’il faut pour brasser large et faire remuer le popotin mais, attention, sans se déboiter le bassin, hein.

Customs_Donkey_2012_0030.JPG
Customs_Donkey_2012_0002.JPG Customs_Donkey_2012_0018.JPG Customs_Donkey_2012_0021.JPG Customs_Donkey_2012_0025.JPG
Un autre quatuor prend ensuite la relève, anglais cette fois : KILL THE YOUNG est la double tête d’affiche et mérite amplement son titre partagé avec les Canadiens. Ils jouent les durs sur scène, avec un rock bien trempé mais qui ne se veut pas aussi dur qu’ils n’essayent de lui en donner l’air. Bien enlevé, bien construit, bien carré, ce rock transpire l’Angleterre et ses banlieues industrielles, comme si ces petits gars en venaient. Et s’ils n’en proviennent pas, sûr que ce sont des ba(s)tards ou qu’ils s’y sont perdus alors qu’ils revenaient du solfège. A moins qu’ils aient trop regardé The Clash tant certaines attitudes et certaines poses sur scène le laissent penser. Mais ça le fait, et c’est tant mieux quand le son sali s’allie à l’image-mage…

Kill_The_Young_2012_0028.JPG
Kill_The_Young_2012_0025.JPG Kill_The_Young_2012_0040.JPG Kill_The_Young_2012_0043.JPG Kill_The_Young_2012_0080.JPG DSCF9188.JPG Kill_The_Young_2012_0003.JPG Kill_The_Young_2012_0004.JPG Kill_The_Young_2012_0021.JPG Kill_The_Young_2012_0019.JPG Kill_The_Young_2012_0036.JPG Kill_The_Young_2012_0051.JPG Kill_The_Young_2012_0061.JPG Kill_The_Young_2012_0071.JPG

Vous en connaissez un, vous, de festival où l’on vous dit comme ici au bar "S’il vous plait" en vous tendant la chope que vous venez de commander, et où l’on vous répond "Merci" en recevant votre jeton en échange ? Ca se passe comme ça chez Lolo le Donkey (à ne pas confondre avec Dodo la Saumure). Et dire que ça va encore durer deux jours. Deux jours…
Donkey Rock 2011 pix & review @ http://www.intensities-in-tens-cities.eu (- All the World is a Stage, Chap.1 : The Vintage Years 1978-2011 -)