Now online : GLENN HUGHES @ Leuven, 16 septembre 2019

Maintenant en ligne, The Purple Classics by Glenn "The Voice" HUGHES à Leuven (Het Depot), avec pas moins que Sir Phil CAMPBELL est ses salopards de fistons en opening act…

Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0262.JPG
Clichés de cette soirée revival goût Deep Purple et parfum Mötorhead également en ligne dans notre galerie

PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0150.JPG

Glenn HUGHES + Phil CAMPBELL @ Het Depot, Leuven – 16 sept. 2019

Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0387.jpeg
Il y a quelque chose d’interpellant dans l’iconographie mise en scène par Glenn HUGHES, déjà présente sur les affiches de cette tournée: son portrait enjolivé datant des seventies, enluminé d’un lay-out peace & love certes du meilleur goût. Ne peut-on glorifier et célébrer les (ses) golden years sans devoir obligatoirement forcer sur un pathos qui prêterait presqu’à sourire…?

Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0008.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0080.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0142.JPG
Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0201.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0017.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0219.JPG

Hormis ces considérations, Glenn HUGHES demeure du haut de ses 71 balais un tout grand Monsieur, un personnage charismatique qui n’a en rien besoin de ces artifices visuels pour nous rappeler combien sa patte a marqué des générations entières de bassistes et au moins autant de hordes de chanteurs. Sa seule présence scénique, son jeu de basse et – naturellement – sa voix lui suffisent amplement pour inscrire son légendaire patronyme dans le guest-book du Het Depot.

Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0276.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0280.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0246.JPG
Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0304.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0331.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0328.JPG

Il n’en demeure pas moins que son insistance à vocaliser à outrance nous donne définitivement des boutons et nous pompe plus qu’un tantinet le dard (… nous nous étions pourtant déjà juré par le passé de ne plus subir ce qui devient par moment une véritable corvée). L’excès nuit en tout, et notre bon vieux Glenn (à la dentition trop parfaite pour un septuagénaire) n’a définitivement plus besoin de ces démonstrations totalement inutiles et parfaitement superflues pour conserver son statut de The Voice.

Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0230.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0041.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0237.JPG
Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0243.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0385.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0248.JPG
Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0268.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0245.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0273.JPG

My name is Glenn, and I love you. I love you, I love music and music saved me, and my music loves you. Oui, la musique a certainement sauvé le bonhomme des affres et excès qu’il a partagés avec bon nombre d’icônes des sixties et des seventies, mais point trop s’en faut non plus. A force d’insister, Glenn HUGHES provoque chez nous l’effet inverse de celui attendu. Joue, fieu, ne la ramène pas trop, arrête tes vocalises et balance-nous toute ta sauce. C’est pour ça qu’on est venu… Bedankt.

Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0116.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0180.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0177.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0265.JPG
Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0211.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0117.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0252.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0283.JPG
Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0294.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0386.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0159.JPG Glenn_Hughes_Leuven_16sept2019_0387.jpeg

MOTORHEAD a beau figurer ad vitam aeternam sur une branche de notre Sainte-Trinité rock’n’rollesque, Phil CAMPBELL et ses salopards de fistons ne nous ont pas marqué de manière indélébile. Le guitariste emblématique de l’ex-power trio tout aussi emblématique manque de consistance et même de présence scénique en l’absence de son leader – de notre leader, feu Lemmy.

PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0165.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0169.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0183.JPG

Les compositions, pourtant bien torchées et bien construites en studio, manquent manifestement de relief en live, manquent de chien, et c’est tout le band qui en pâtit semble-t-il: pas uniquement Phil mais également ces trois fistons ainsi que le lead vocal qui s’est immiscé dans la famille de Phil CAMPBELL et de ses Bastard Sons.

PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0053.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0090.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0108.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0116.JPG

Une prestation de CAMPBELL tout simplement moyenne et en demi-teinte qui ne nous laissera donc pas un souvenir impérissable, malgré quelques beaux et bons moments tels que l’incontournable Ace of Spade qui ne sont toutefois pas tous à mettre au crédit originel du seul CAMPBELL – voire pas du tout, si l’on vise un excellentissime Silver Machine. Déçus, nous… ?

PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0145.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0192.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0193.JPG PhilCampbell_Leuven_16sept2019_0194.jpeg

RAMBLIN’ MAN FAIR 2017 – jour 1 @ Maidstone, UK

IMG_2936.JPG
Avec une affiche ratissant large qui mêle du primeur et de jeunes pousses à peine écloses à du fruit nettement plus mûr (voire même avarié…), le Ramblin’ Man Fair persiste et signe haut la main en proposant un menu aussi varié que consistant. Cette 3ème édition, qu’il nous est donné de couvrir depuis ses débuts en 2015, confirme le caractère de son affiche tout aussi british que la météo: s’il faisait sec hier soir vendredi pour la prestation de SAXON, il pleut comme vache qui pisse ce samedi. Welcome in UK…
IMG_0726.JPG
Toseland_Ramblin2017_0002.JPG Toseland_Ramblin2017.jpg Toseland_Ramblin2017_0019.JPG

TOSELAND confirme sur la mainstage tout le bien qu’on pensait déjà de lui après l’avoir découvert ici-même. Dandy boy consistant, il réussit à allier look et efficacité, ce qui est rarement le cas de ces playboys plus de pacotille que rockers. REEF enchaîne, et c’est la claque du jour. Notre surprise-découverte de cette édition aligne un bassiste hors-paire qui suinte un look Double Live Gonzo, et qui flanque au band comme un zeste de Grand Funk Railroad magistralement assumé par un lead-vocal qui assure sans faille.

Reef_Ramblin2017_0005.JPG Reef-Ramblin2017.jpg Reef_Ramblin2017_0019.JPG British_Lion_Ramblin2017.jpg Jessica_Lynn_Ramblin2017.jpg KennyWayneShepherd_Ramblin2017.jpg

Par contre, le verdict BRITISH LION est implacable pour Steve HARRIS qui ferait bien mieux de s’occuper full time d’IRON MAIDEN plutôt que de s’égarer dans de vagues projets parallèles sans consistance aucune. A l’image de DOKKEN qui s’en suit sur la scène principale: Mick Brown a quitté les fûts de Ted Nugent pour retourner à ses premières amours dokkéniènes – ou comment abandonner le bâton de dynamite pour faire le choix du pétard mouillé (et on ne parle pas de la pluie ici). Avec un leader qui a perdu tout autant sa voix que son charisme, l’exercice débouche sur un mièvre résultat.

Dokken_Ramblin2017_2.JPG Dokken_Ramblin2017_1.JPG Dokken_Ramblin2017_3.JPG Glenn_Hughes_Ramblin2017_0004.JPG Glenn_Hughes_Ramblin2017.jpg Glenn_Hughes_Ramblin2017_0014.JPG

SCORPION CHILD stone à merveille bien évidemment, avant que Glenn HUGHES ne prenne le relais. Ses compositions ou celles qu’il cosigne avec ses compères de BLACK COUNTRY COMMUNION tiennent toujours admirablement bien la route en live, malgré le fait que The Voice of r’n’r nous impose trop souvent ses interminables vocalises maintenant plus irritantes qu’autre chose. Comme pour ne se prouver qu’à lui-même qu’il sait encore tenir la note…

IMG_20170729_183749.JPG
Outre un remarquable hommage qu’il rend à Coverdale et particulièrement apprécié du public, il met l’audience à genoux avec un terrible Burn en clôture de set. Comme si tout le monde attendait ça

ScorpionChild_Ramblin2017_2.JPG IMG_9878.JPG IMG_1514.JPG
ThePictureBooks_Ramblin2017_0001.JPG ThePictureBooks_Ramblin2017.jpg ThePictureBooks_Ramblin2017_0010.JPG

The PICTURE BOOKS, excellentissimes comme à leur habitude, font trop vite place nette à LIONIZE tandis que s’ébrouent sous le marquee la charmante Jessica LYNN: si c’est la fille de l’autre, elle a tout d’une grande. RIVAL SONS décroche la palme de la sono la plus puissante de la journée, et hérite par la même occasion de la place d’honneur à l’applaudimètre. Pas étonnant qu’ils racontaient backstage devant la caméra l’excellent souvenir qu’ils gardent de leur tournée en première partie de BLACK SABBATH.

RivalSons_Ramblin2017_1.JPG RivalSons_Ramblin2017_3.JPG RivalSons_Ramblin2017_4.JPG

De Kenny WAYNE SHEPHERD, nous ne profiterons malheureusement que de l’excellente prestation unplugged qu’il délivre backstage pour les caméras du festival, préférant pour notre part assister au feu d’artifice BLACK STAR RIDERS. Ils ont aujourd’hui sans conteste transcendé le mythe THIN LIZZY et franchi le Styx (?!) pour entrer par la grande porte dans l’arène du real classic rock.

BlackStarRiders_Ramblin2017_32.JPG
Malgré un solo de batterie tout aussi inutile que superflu, le band a aujourd’hui gagné ses lettres de noblesse et définitivement coupé le cordon ombilicale THIN LIZZY tout en perpétuant remarquablement sa patte et sa griffe. Le bassiste, en retrait, semble même exorciser le lourd poids du passé et de l’héritage Lynott. Pour preuve, seul Boys are back in Town a ravivé la mémoire de ceux qui l’ont gardée…

BlackStarRiders_Ramblin2017_0024.JPG BlackStarRiders_Ramblin2017.jpg BlackStarRiders_Ramblin2017_0027.JPG

EXTREME clôture cette journée avec une prestation en demi-teinte. Comme une erreur de casting, avec un show relativement creux et en dents de scie, qui ne trouvera jamais sa véritable vitesse de croisière. Tout le monde n’est pas égal face au vieillissement…
Demain est un autre jour, et c’est tant mieux car on remet le couvert.

Extreme_Ramblin2017_0009.JPG Extreme_Ramblin2017.jpg Extreme_Ramblin2017_0020.JPG

Maintenant en ligne : UK’s RAMBLIN’ MAN FAIR 2017

Intensities in 10s Cities : "All the World is a Stage – … From backstage to fronstage "plus que jamais.
Fronstage avec ZZ TOP et EXTREME

ZZ_Top-Ramblin2017_0044.JPG RamblinManFair_2017_poster.jpg Extreme_Ramblin2017_4.JPG

… mais aussi backstage avec UFO, MONSTER TRUCK, BLUES PILLS, Glenn HUGHES, BLACK STAR RIDERS, EXTREME, The PICTURE BOOKS, RIVAL SONS, MAGNUM , FOCUS, Kenny Wayne SHEPHERD, Aaron KEYLOCK, REEF et bien plus encore ci-dessous et sur notre FACEBOOK.

MonsterTruck_Ramblin2017_3.JPG BluesPills_Ramblin2017_5.JPG RivalSons_Ramblin2017_2.JPG GlennHughes_Ramblin2017_5.JPG

Glenn HUGHES featuring Doug ALDRICH – Spirit of 66 @ Verviers – 03 octobre 2015

GlennHughes_DougAldrich_Oct2015.JPG
Avec ses vocalises (parfois) longues comme un jour sans pain et ses jérémiades et logorrhées qui peuvent (parfois) taper sur les nerfs, le risque existe toujours bel et bien avec Glenn HUGHES de peut-être (… parfois…) nous irriter. Mais il n’en est finalement rien ce soir, que du contraire même: The Voice est en forme olympique mais sans nous infliger un abus de cris d’orfraie.

Hughes_Aldrich_2015_0003.JPG Hughes_Aldrich_2015_0019.JPG Hughes_Aldrich_2015_0023.JPG Hughes_Aldrich_2015_0021.JPG Hughes_Aldrich_2015_0013.JPG Hughes_Aldrich_2015_0276.JPG Hughes_Aldrich_2015_0035.JPG Hughes_Aldrich_2015_0074.JPG Hughes_Aldrich_2015_0110.JPG Hughes_Aldrich_2015_0118.JPG Hughes_Aldrich_2015_0126.JPG Hughes_Aldrich_2015_0144.JPG

Le fait qu’il nous confie a-do-rer l’endroit et l’accueil qui lui a est chaque fois réservé par le Francis, semblent ce soir lui donner l’envie de se surpasser et de se dépenser sans compter. Comme dans l’bon vieux temps. Et il n’y a pas à dire mais Glenn HUGHES on le préfère franchement le voir et l’entendre se déchaîner sur sa quatre-cordes plutôt que sur son micro…

Hughes_Aldrich_2015_0038.JPG Hughes_Aldrich_03oct2015.jpg
Hughes_Aldrich_2015_0032.JPG
Hughes_Aldrich_oct2015.jpg Hughes_Aldrich_2015_0091.JPG

La présence de Doug ALDRICH à ses côtés n’est pas le moindre intérêt de cette soirée sous l’égide du Glenn HUGHES Trio. La combinaison des deux figures séduit, et la mayonnaise a manifestement bien pris entre les deux étendards. La mayo tendrait même ce soir vers l’andalouse ou la banzaï tant la recette est corsée au palais. Que souhaiter de mieux pour assaisonner une set-list des plus équilibrées entre de bons vieux Deep Purple et de plus récents Black Country Communion?!

Hughes_Aldrich_2015_0103.JPG Hughes_Aldrich_2015_0107.JPG Hughes_Aldrich_2015_0132.JPG Hughes_Aldrich_2015_0284.JPG Hughes_Aldrich_2015_0094.JPG Hughes_Aldrich_2015_0274.JPG gh_da_euro_2015.jpg

Le trio tient allègrement ses deux heures sur les planches, avec en prime 45 minutes d’une première partie bien décoiffante à l’actif d’un remarquable Jared James NICHOLS que nous découvrons. Avec deux impressionnants power-trios à l’affiche ce soir, c’est 2 heures 3/4 de power-music pour la modique somme de 29 € (… boissons non comprises, quand même): qui dit mieux, par les temps qui courent?! Un Spirit of 66 sold out est bien la preuve qu’on peut encore faire des miracles sans pratiquer l’escroquerie manifeste…

Jared_James_Nichols_03oct2015.jpg
Hughes_Aldrich_2015_0137.JPG Hughes_Aldrich_2015_0144.JPG Hughes_Aldrich_2015_0139.JPG Hughes_Aldrich_2015_0145.JPG Hughes_Aldrich_2015_0181.JPG Hughes_Aldrich_2015_0238.JPG

Glenn HUGHES – 30 mai 2008 – Verviers

Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 068.JPG Photo (c) – Use only with mention of www.intensities-in-tens-cities.eu
Toujours aussi chaleureux le Glenn, toujours aussi chaud le Spirit. Et quelle voix ! Il en joue comme d’un instrument : chapeau, Vieux, même si tu en fais parfois un peu trop à mon goût. Un peu comme Dalida et ses cheveux : à la fin, ça devient un rien agaçant. S’il s’en va à la sauvette en fin de soirée sans trop porter d’attention à celles et ceux qui l’attendent au bar – une fois n’est pas coutume – j’ai pour ma part l’occasion de le saluer et de tailler une courte bavette sur le trottoir alors même qu’il descend de voiture pour pénétrer dans le Club par l’entrée des artistes. Bah ! c’est mieux que rien… See you next time, Sir Hughes, pour une nouvelle chaude chaude soirée au Spirit.

Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 008.JPG Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 019.JPG Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 030.JPG Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 065.JPG
Photo (c) – Use only with mention of www.intensities-in-tens-cities.eu
Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 068.JPG Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 076.JPG Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 091.jpg Glenn_Hughes_Verviers_05.2008- 090.jpg

Glenn HUGHES – 2 novembre 2006 – Verviers

Glenn_Hugues_2006_0004.JPG
Après un concert historique au même endroit en juillet dernier (voir article), The Voice of Rock est de retour à Verviers – et c’est heureux pour tous ceux qui comme moi n’ont pu être de la partie cet été tant les places sont parties rapidement. Et l’effet est de taille : celui qui a été une des chevilles ouvrières du Gros Bleu au moment de sa plus belle et de sa plus pure splendeur rock’n’rollesque est pour un soir à Verviers. Et peu importe si l’ample chevelure ondulante n’est plus de la partie, la mienne non plus ! Les décibels sont au rendez-vous. La chaleur et l’ambiance itou… En fermant les yeux, on croit presqu’entendre Deep Purple featuring Glenn Hughes. Sa voix est restée totalement intacte et pure; elle en est devenue un instrument – et pas unplugged ! The Voice of Rock n’est pas un titre usurpé, nom de Dieu ! Ô que non.

Glenn_Hugues_2006_0005.JPG Glenn_Hugues_2006_0002.JPG Glenn_Hugues_2006_0001.JPG Glenn_Hugues_2006_0003.JPG