Fiesta City Festival: Elliott MURPHY, ARNO, etc. – Verviers, 25 août 2013

FiestaCityFestival2013_PassPhoto.JPG
ARNO 1er, couronné il y a quelques décennies déjà, reste Maître et Seigneur non seulement d’Oostende mais également de notre scène nationale – même si le titre de Saigneur lui conviendrait nettement mieux ce soir vu une set-list résolument (méchamment?) rock’n’roll. Le band bien couillu qui l’accompagne est un rouleau compresseur de tout premier ordre et sert un ARNO qui se la jouerait presque destroy s’il se laissait vraiment aller comme on pourrait l’imaginer.

Arno_FiestaCity2013_0152.JPG Arno_FiestaCity2013_0158.JPG Arno_FiestaCity2013_0156.JPG Arno_FiestaCity2013_0160.JPG Arno_FiestaCity2013_0162.JPG Arno_FiestaCity2013_0167.JPG Arno_FiestaCity2013_0163.JPG FiestaCityFestival2013_PassPhoto.JPG FiestaCityFestival2013_PassPhoto.JPG FiestaCityFestival2013_PassPhoto.JPG Arno_FiestaCity2013_0157.JPG
Arno_FiestaCity_2013.JPG Arno_FiestaCity2013_0150.JPG Arno_FiestaCity2013_0159.JPG Arno_FiestaCity2013_0166.JPG Arno_FiestaCity2013_0168.JPG

C’est toujours une surprise avec l’Ostendais sur scène, ne sachant jamais ce qu’il peut nous réserver d’un soir à l’autre, le meilleur comme le pire. C’est assurément et à nouveau le meilleur qu’il nous offre sur la mainstage de Verviers, mêlant un son lourd et gras à son humour inversement fin et léger – quoique. Prenant même le risque d’expurger de sa set-list ses tubes les plus mainstream, deux TC-MATIC de derrière les fagots font néanmoins exception. Au vu de l’accueil qui leur est réservé, putain, putain, ARNO, t’es vachement bien !

Arno_FiestaCity2013_0164.JPG
Arno_FiestaCity2013.jpg
Elliott MURPHY précède ARNO sur cette même mainstage en début de soirée. Le flibustier de la gratte reste toujours aussi sympathique, chaleureux et simple lorsqu’il s’agit d’adresser quelques mots en français à l’audience. Quelques reprises (Neil Young,…) ponctuent un set propret et sans surprise, presque plat et sans moments forts ni longueurs non plus d’ailleurs. Un set à l’image du bonhomme: sans vague ni effluve, sans un mot plus haut que l’autre, à l’instar d’un long fleuve (trop?) tranquille à qui on ne la fait plus et qui en a vu d’autres…

Elliott_Murphy_FiestaCityFestival_2013.jpg
A l’affiche de ce dernier jour également – et parmi la septantaine d’artistes au programme de ces 3 jours – l’IRISH COFFEE de William Souffreau (les Deep Purple ou Uriah Heep.belges du début des… seventies!) revient mollement aux affaires, tandis que la pas-si-douce-que-ça Colline HILL joue également les intermèdes sur des scènes annexes. Nonobstant tous ces bons moments, un dimanche verviétois gris qui fleure l’automne et pue la rentrée, ça fout un peut les boules quand même…!

CollineHill_IrishCoffee_FiestaCity2013.jpg

PAVLOV’s DOG, The BREW, BLUES BROTHERS, MACHIAVEL,… @ Fiesta City 2012 – Verviers, 25 août 2012

Fiesta_City_Festival_2012_pass6.JPG
La question qui turlupine tout qui n’a jamais vu PAVLOV’S DOG sur scène est de savoir si est restée intacte (cristalline, pour rester dans les lieux communs…?) cette voix pour le moins extra-ordinaire – au sens propre du terme – que l’on connait sur les deux seuls albums que le groupe a sortis il n’y a pas moins de 35 ans. La réponse est : non, peut-être ?! A tout le moins, quasi. Certes, il y a bien quelques octaves plus difficiles à atteindre et que l’on va chercher avec un peu plus de difficulté, mais la magie opère néanmoins : le ravage des années n’a pas émasculé cet organe d’eunuque, et l’ensemble reste bien couillu à souhait. Et dire que d’aucuns pensent encore qu’il s’agit d’une chanteuse, pffffff…

PavlovsDog_FiestaCity_2012.jpg
La trop courte heure de ce set quasi parfait se clôture par l’incontournable must pour 99,99 % de l’assemblée, pour qui PAVLOV’s DOG se résume tristement au seul "Julia", éculé et somme toute loin d’être la pièce maîtresse du band. Mais soit, la gloire est ainsi faite que même l’Histoire a retenu d’un artiste-peintre allemand de la première partie du 20ème siècle d’autres (mé)faits que son oeuvre artistique. Rien à voir avec Pavlov ni avec Julia, mais bon c’est manière de dire que la gloire et la reconnaissance, c’est tout relatif.
intensities.jpg "We are The Brew, from UK. Hello Verviers !" La – LA – prestation de la journée, c’est comme pressenti The BREW qui la délivre en fin d’après-midi. Le power-trio anglais, habitué des lieux, a encore grandi en maturité et en assurance : déjà qu’ils n’en manquaient pas, c’est tout dire.

TheBrew_Fiesta_2012_0032.JPG
TheBrew_Fiesta_2012_0028.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0038.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0029.JPG

Non contents de mettre le feu à la grande scène, ils assènent une bonne méchante claque à un public encore sous la torpeur d’une fin d’après-midi (f)estivale. Les gamins ont pris de la bouteille et papa a rajeuni : ils auraient le même âge tous les trois que ça serait du pareil au même. Comme le titrait un festival anglais : le Père et le Fils (à la rythmique) et le Saint-Esprit (à la gratte). Coule, la sueur, coule. Frappe les tambours, frappe. Eclate l’archet, éclate…

TheBrew_Fiesta_2012_0002.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0009.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0010.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0015.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0019.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0020.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0021.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0027.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0001.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0013.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0036.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0039.JPG

A se demander comment The BREW n’a jamais atteint le firmament que le trio mérite amplement – ou comment d’immenses talents restent somme toute méconnus, si ce n’est dans l’âme et le coeur de ceux qui savent que ce n’est pas au chiffre des ventes de disques que se mesurent la gloire et le talent. Ingrat show business, mais soit : la reconnaissance est ainsi faite que même l’Histoire a retenu d’un artiste-peintre allemand de la première partie du 20ème siècle d’autres (mé)faits que son oeuvre artistique. Rien à voir avec The BREW, mais bon c’est manière de dire que la gloire et la renommée, c’est tout relatif (bis).

TheBrew_Fiesta_2012_0007.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0005.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0006.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0012.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0016.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0022.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0023.JPG TheBrew_Fiesta_2012_0024.JPG

The BREW à l’heure de la tarte, c’est la petite goutte qui fait descendre le morceau de croûte coincé dans le fond de la gorge : ça fait un bien fou, on sent par où ça passe et l’effet jouissif s’en fait encore ressentir longtemps par après…

The_Brew_FiestaCity2012.jpg
MACHIAVEL se lève sur scène alors que le soleil se couche. On aime ou on n’aime pas, et pour qui ne partage pas cet opinion, étant de ceux-là, il serait agréable de ne pas tarir d’éloges. Mais qui ne dit mot consent. Si le silence est d’or, les clichés valent leur pesant de contrepartie, et la parole est dès lors à l’image (… vous suivez toujours ?). Fly, I wanna fly

Machiavel_FiestaCity2012.jpg
The Original BLUES BROTHERS Band – ou plutôt ce qu’il en reste – clôturent cette nuit de festivités. Ecrire que leur Hammond est encore ce qu’il y a de plus étincelant sur scène ne serait pas galant à leur égard, mais il faut avouer que les Bues Brothers sans John Belushi ni Dan Aykroyd, c’est comme "La Grande Vadrouille" sans de Funes ni Bourvil.

Blues_Brothers_2012_0018.JPG
Blues_Brothers_2012_0014.JPG Blues_Brothers_2012_0010.JPG Blues_Brothers_2012_0009.JPG Blues_Brothers_2012_0007.JPG Blues_Brothers_2012_0004.JPG Blues_Brothers_2012_0002.JPG
Blues_Brothers_2012_0005.JPG

Certes, ces soul men nous gratifient d’une belle prestation blues et soul revival tout comme il faut – cuivres, Hammond et tout le saint bataclan – mais l’âme des deux Men in Black et leur petit grain de folie, même si leur ombre plane sur la scène, manquent quelque peu pour donner tout l’éclat voulu à ce set bien Amérique profonde ou plutôt carrément Broadway – pour rester dans les extrêmes. Les mythes sont ce qu’ils sont, et n’est pas Belushi "Speedball"ou Aykroyd qui veut. Un peu de Knock, knock on Wood peut-être?

Blues_Brothers_FiestaCity2012.jpg
80 concerts sur 7 scènes en 3 jours : faut être réducteur pour ramener le Fiesta City Festival à ces seuls 4 shows. Mais il en est pourtant ainsi. Amen. Ah non, un petit dernier quand même, SLADEST sur la scène Tribute : ce n’est pas Slade, mais en fermant les yeux on s’y croirait presque. En les ouvrant aussi, d’ailleurs…

Sladest_Fiesta_2012_0004.JPG
(D’autres pix & reviews de The Brew (qui jamme d’ailleurs avec Such a Noise à Verviers), de Machiavel et de précédents Fiesta City Festival au chapitre 1 de "Intensities in Tens Cities" – All the World is a Stage, The Vintage Years 1978 – 2011 @ http://www.intensities-in-tens-cities.eu)