DANKO JONES – Het Depot @ Leuven – 22 janvier 2020

Danko-Jones_Tour2020.jpg
Frais. Rafraichissant. Revigorant et décoiffant. Bon enfant et turbulent. Tonique et impertinent…. Comment mieux décrire Danko JONES ?
Un live de Danko, c’est comme une douche d’eau glacée qu’on s’impose avant de se badigeonner immédiatement d’un zeste de méthanol sur les pores dilatés pour mieux encore hérisser le poil: c’est ça l’effet DANKO JONES – ni plus ni moins. Ca revigore et ça décoiffe, ça arrache et ça décape. Ca fait plaisir par où ça passe quelles que soient les traces que ça laisse dans la tuyauterie et dans les conduits.

Danko-Jones-Leuven-Janv2020.jpg
23 années passées entre studios d’enregistrement et inlassables et interminables tournées n’ont pas assagi ni fatigué nos trois gars de Toronto: imperturbables et plus turbulents encore, ils poursuivent leurs méfaits à travers toute l’hémisphère nord en faisant halte ce soir en Flamandie…

Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0048__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0067__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0074__2_.JPG
Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0209__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0013__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0299__2_.JPG
Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0311__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0328__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0355__2_.JPG

L’énergie et la bonne humeur de DANKO JONES, c’est de la contagion gratos. Et son humour de potache aussi décapant que communicatif produit toujours le même effet aussi immédiat sur le public. Chaque concert se transforme en party festoyante où les facies s’affichent hilares et les yeux pétillants.

Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0383__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0387__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0444__2_.JPG
Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0448__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0462__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0505__3_.JPG
Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0520__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0554__3_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0584__2_.JPG

DANKO JONES est le meilleur anti-dépresseur qu’on connaisse, sa musique la meilleure cure qu’on puisse prescrire et le traitement est à poursuivre sans restriction aucune aussi longtemps que les effets (primaires et secondaires) se font ressentir. Le doublement de la posologie est même recommandé quoique le risque de dépendance soit hautement probable…

Danko_Jones_Leuven_2020.jpg
L’humour simplissime dont DANKO JONES ponctue systématiquement ses prestations provoque dans le public les mêmes effets ravageurs que les paroles tout aussi simplissimes que ses compositions basiques, mais aux effets diablement percutants. La construction de celles-ci, leurs riffs et leurs mélodies sont du même acabit: si ce n’est pas le degré zéro de la complexité et de la prise de tête, c’est en tous cas le sommet en matière d’efficacité et de réjouissance(s). Résultat ? une redoutable force de frappe dans la joie et dans une bonne humeur toute communicative.
Que demander de plus ?!

Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0142__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0277__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0292__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0294__2_.JPG
Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0351__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0365__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0451__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0463__2_.JPG

DANKO JONES, avec ce premier concert de 2020, hilare, se réjouit d’avoir commencé l’année en beauté, et l’on ne va certainement pas le contredire – que du contraire même avec un ROMANO NERVOSO du meilleur effet en opening act. Les Louviérois ont aujourd’hui atteint un degré de maturité scénique leur permettant de jouer dans la cour des plus grands, et les deux lead guitars n’y sont pas pour rien. Pas moins d’ailleurs que les quatre (4 !) background vocals qui confèrent au produit fini une solidité et une robustesse désormais excellemment servie.

RomanoNervoso_Leuven_22janv20200017__2_.JPG
RomanoNervoso_Leuven_22janv20200010__2_.JPG Danko-Jones_Tour2020.jpg Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0510__2_.JPG Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0546__2_.JPG
Danko-Jones_Leveun_22janv2020_0594__2_.JPG

DANKO JONES – Rockhal @ Esch, 03 mai 2018

DankoJones_03mai2018_PassPhoto.JPG
Qu’a-t-on fait de mieux ces dernières décennies pour ramoner les cheminées que les power-trios ? Une fois de plus, la formule démontre toute sa supériorité face aux autres configurations en matière de rendement horaire et d’efficacité énergétique – hormis peut-être l’empreinte-carbone. Avec chichement même pas une heure et demi de prestation, même pas de quoi en tenir rigueur à DANKO JONES tant l’intensité et la qualité étaient au rendez-vous. Une fois de plus, serait-on tenté de dire…

Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0041.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0156.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0434.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0232.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0241.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0308.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0061.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0247.JPG

One of the most ridiculously entertaining and exciting live bands on the planet, annonce la Rockhal. L’humour de Danko JONES n’est plus à démontrer, ni son sens de l’improvisation et surtout de la répartie, et de fait jamais un showman ne nous a fait autant rire que ce soir – sacré Danko, va !

Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0091.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0107.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0211.JPG

Mais ne nous y trompons pas: DANKO JONES n’est pas un spectacle d’humour. Simplement que le type – toujours aussi simplement pétillant que naturel – n’en manque pas une pour rebondir avec finesse sur des échanges improvisés avec l’audience, ou pour balancer ses vannes second degré à la cantonade (Lenny Kravitz et Billy Idol ont dû avoir des bourdonnements dans les oreilles).

Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0440.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0251.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0133.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0309.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0190.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0327.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0274.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0170.JPG

Sacré Danko va, jamais avare d’une feinte et toujours prêt à la déconne entre deux morceaux. Et c’est vrai que l’intensité du show rend bien nécessaires ces brefs intermèdes, manière de reprendre son souffle entre un tsunami qu’il te balance mine de rien dans les gencives et une tornade qu’il t’envoie semblant de rien dans la tronche. La bonne humeur, l’humour et la déconne restent ainsi fondamentalement au coeur d’une prestation toutes voiles dehors.

Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0327.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0220.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0324.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0307.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0356.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0371.JPG DankoJones_03mai2018_PassPhoto.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0358.JPG

DANKO JONES a capitalisé 13 mois de tournée mondiale après avoir débuté son Wild Cat World Tour ici-même l’année dernière, et nous restons ce soir comme en mars 2017 sur la même sensation de plaisir juvénile et simple à l’issue d’une prestation pétillante et rafraîchissante mais encore plus diablement et redoutablement efficace. Combien de pisse-vinaigres et autres coincés-du-cul sur scène devraient-ils s’inspirer d’un gars comme Danko JONES, on vous le demande ?!

Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0290.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0313.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0322.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0411.JPG Danko_Jones_Rockhal_03mai2018.jpg Danko_Jones_Rockhal_03mai2018_0467.JPG

Si musicalement parlant notre Canadien n’a pas fondamentalement inventé la poudre, il connaît parfaitement la formule pour la faire parler. Et réflexion faite, mieux vaut un mec qui sait s’en servir qu’un autre qui ne sait pas quoi en faire, non?! Et ce n’est pas non plus à ROMANO NERVOSO qui officie en première partie qu’il faut le dire, prestation déjantée d’autant plus méritante que nos braves Louviérois se sont défoncés devant une salle encore quasi vide…

Romano_Nervoso_03mai2018_0210.JPG

Now online: FRANKENOTTERS + ROMANO NERVOSO + The TRAMPS

… ou pour être plus précis: The rise and fall of FRANKENOTTERS + The TRAMPS + ROMANO NERVOSO @ Bastogne, 17 septembre 2016

The_Tramps_CCB2016_0021.JPG Frankenotters_CCB2016_0057.JPG Romano_Nervoso_CCB2016_0031.JPG

ROMANO NERVOSO + The Rise & Fall of FRANKENOTTERS + The TRAMPS @ Bastogne – 16 septembre 2016

The TRAMPS : mélangez les caprices hardcore du batteur et ses tempos rapidos, un bassiste qui porte sa quatre-cordes plus bas que la décence nous y autorise, un guitariste sans ego surdimensionné préférant balancer énergie et bonne humeur plutôt que de titiller inutilement le manche à délire, et pour finir un chanteur et ses prétendues références aux sixties ainsi que ses influences expérimentales et psychés.

The_Tramps_CCB2016_0007.JPG The_Tramps_CCB2016_0004.JPG The_Tramps_CCB2016_0005.JPG

Agrémentez le tout d’une énergie ex-plo-si-ve qui relègue au second plan quelques anodins cafouillages, et vous obtenez la bombe H luxembourgeoise: The TRAMPS. La saison 2016-2017 du Centre Culturel de Bastogne commence fort, TRES fort: mets ton slip de bain, ta casquette porte-bière et rejoint-le !

The_Tramps_Bastogne_16sept2016.jpg
(The rise and fall of) FRANKENOTTERS : rien qu’avec un nom pareil, vous faites déjà peur au plus aguerris des braves. Que dire alors lorsque le face-à-face se produit?! Frappez les tambours de guerre, secouez les arbres et fendez les murs: les FRANKENOTTERS débarquent en Ardenne pour réécrire la bataille du meme nom. Bim bam boum, les loutres explosent en dolby surround.

Frankenotters_CCB2016_0016.JPG Frankenotters_CCB2016_0059.JPG Frankenotters_CCB2016_0095.JPG

Une offensive d’un son brutal et massif, vivant et dégageant la sueur, la rage: la horde sauvage formée de fines gâchettes fransquillonnes venant des Deadlocks, 7 weeks, Baconhead, Off Track met à sac le Centre Culturel sur fond de nuits blanches et de gueules de bois.

Frankenotters_2016.jpg
Reste que le public bastognard, un brin conventionnel dirons-nous (pour rester délicat), n’est sans doute pas (encore ?) prêt pour un big bang sonique de cette trempe, entre cette fusion charnelle hors-nature du son massif des QOTSA et due swamp reptilien des Beasts of Bourbon portée par une rythmique basse-batterie dépassant toute raison. FRANKENOTTERS est hors catégorie: The Rise & Fall of FRANKENOTTERS, c’est le Chuck Norris du mur du son qui mesure son pouls sur l’échelle de Richter ..

Frankenotters_CCB2016_0137.JPG Frankenotters_CCB2016_0118.JPG Frankenotters_CCB2016_0057.JPG

Quand quatre Louviérois issus de communautés immigrées se retrouvent sur scène autour de Romano NERVOSO, c’est pour délivrer un rock’n roll qui transpire les senteurs d’acier en fusion et les cannellonis à la ricotta. Avec des compos solides qui tiennent admirablement la route, un goût hors du commun pour l’entertainment et une cohésion de tous les instants qui laminent la sono et transperce le mur du son, ROMANO NERVOSO c’est le bonheur à l’état pur.

Romano_Nervoso_CCB2016_0085.JPG Romano_Nervoso_CCB2016_0075.JPG Romano_Nervoso_CCB2016_0041.JPG Romano_Nervoso_CCB2016_0034.JPG

Ces Louviérois sont à l’image d’un bulldozer qui écrase tout, mais avec doigté, touché, sensualité et douceur. Pas un bull de chez Caterpillar mais un bulldozer de Barbie, modèle Cicciolina et série spéciale Rocco Siffredi. Le genre de truc qui te fait avoir des frissons que tu ne sais pas pourquoi. ROMANO NERVOSO, band of brothers: rien que le rappel de ce soir est un monument d’anthologie. Honte et malheur aux absents…

Romano_Nervoso_2016.jpg

Brussels Summer Festival 2015 : TRIGGERFINGER – THERAPY? – FLOGGING MOLLY – ROMANO NERVOSO

Soon online – Bientôt en ligneSoon online – Bientôt en ligne:

Triggerfing_BSF2015_0498.JPG
FloggingMollyBSF20150097.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES Therapy_BSF-2015_0445.JPG

Brussels Summer Festival 2015 : TRIGGERFINGER – THERAPY? – FLOGGING MOLLY – ROMANO NERVOSO

SAMSUNG CAMERA PICTURES
S’il n’y a qu’un soir véritablement rock’n’roll au cours de ces 10 jours de Brussels Summer Festival, c’est bien ce samedi 22 août 2015. En tête d’affiche, ce que la Belgique (ou plutôt la Flandre) fait de mieux dans le registre stoner : TRIGGERFINGER.

Triggerfinger_BSF-2015_3.jpg
Les 28° degrés qu’affiche encore le thermomètre en ce milieu de nuit ne sont pas (uniquement) la conséquence du power trio le plus percutant de la scène belgo-flamande, Rickenbacker touch oblige ! Et le bling-bling qu’affiche TRIGGERFINGER n’est que l’envers d’un décor constitué de roots et de riffs débridés, à l’actif de chiens fous lâchés dans une bergerie.

Triggerfing_BSF2015_0068.JPG Triggerfing_BSF2015_0111.JPG Triggerfing_BSF2015_0203.JPG Triggerfing_BSF2015_0301.JPG Triggerfing_BSF2015_0451.JPG Triggerfing_BSF2015_0539.JPG

Un second rappel réclamé à corps et à cris et royalement octroyé alors que le crew a déjà coupé le jus des Marshall est un signe qui ne trompe pas. Sans doute le palais tout aussi royal, témoin voisin du brasier, n’a-t-il jamais contemplé les pavés de la Place des Palais chauffés de la sorte à blanc.

Triggerfinger_BSF-2015_1.jpg Triggerfing_BSF2015_0540.JPG Triggerfinger_BSF-2015_2.jpg

TRIGGERFINGER est le maître-atout incontesté de la scène actuelle qui combine show torride et stoner à la griffe si spécifique, même si le trio ne fait pas montre ce soir de la verve ni de la tchatche qu’on lui connait habituellement. A vaincre sans péril, triompherait-on sans gloire ?

Triggerfing_BSF2015_0051.JPG Triggerfing_BSF2015_0608.JPG Triggerfing_BSF2015_0076.JPG Triggerfing_BSF2015_0230.JPG

Votre petit grain de folie ne doit pas devenir trop routinier ni trop prévisible, les gars, au risque de ne plus (trop) surprendre. Et quand on ne surprend plus sa dulcinée, faut pas s’étonner de la retrouver dans les bras d’un autre, aussi beauf soit-il (et ce ne sont pas les beaufs qui manquent sur le circuit, aussi nombreux que les cocus…). Mais impossible non plus de vous imputer la responsabilité d’un public plus conventionnel et plus statique que celui qui se déhanchait sur les pavés tout juste avant votre prestation.

Triggerfing_BSF2015_0096.JPG Triggerfing_BSF2015_0103.JPG Triggerfing_BSF2015_0134.JPG Triggerfing_BSF2015_0332.JPG Triggerfing_BSF2015_0168.JPG Triggerfing_BSF2015_0460.JPG Triggerfing_BSF2015_0559.JPG Triggerfing_BSF2015_0059.JPG

C’est vrai qu’après la bonne humeur et la gouaille joviale qu’affiche FLOGGING MOLLY, le meilleur soufflé ne peut que paraître un peu mou du ventre. TRIGGERFINGER a l’élégance de sa garde-robe, et salue avec une amitié non feinte et une admiration qui transpire la sincérité les Américains qui viennent de remarquablement bien leur préparer le terrain et chauffer esprit & corps.

FloggingMollyBSF20150167.JPG
FLOGGING MOLLY réussit en effet l’exploit de métamorphoser la Place des Palais en une immense hysteric-party électrisée par leur folk irlandais sur-amplifié mixant allègrement punk-rock et musique traditionnelle celtique, transformant les lieux en une grande et joyeuse danse-party sous les fenêtres d’un palais royal qui n’en revient sans doute toujours pas de ces gigues endiablées…

Flogging-Molly-BSF2015.jpg FloggingMolly_BSF_2015.jpg FloggingMolly_BSF_2015.jpg

La longue, très longue romance entre THERAPY? et la Belgique avait déjà sonné l’heure irlandaise en tout début de soirée. Chaussés de leur verres fumés pour affronter un soleil encore haut et chaud pour leur 23ème rendez-vous bruxellois en 25 ans, nos insulaires préférés ne déçoivent pas leurs inconditionnels de la première heure – dont nous nous revendiquons.

Therapy_BSF-2015_0261.JPG Therapy_BSF-2015_0159.JPG Therapy_BSF-2015_0216.JPG Therapy_BSF-2015_0017.JPG Therapy_BSF-2015_0224.JPG Therapy_BSF-2015_0125.JPG Therapy_BSF-2015_0064.JPG Therapy_BSF-2015_0055.JPG Therapy_BSF-2015_0348.JPG Therapy_BSF-2015_0223.JPG Therapy_BSF-2015_0100.JPG Therapy_BSF-2015_0047.JPG

La setlist des trois men in black balaye classiques, standards et dernière production en date – de quoi satisfaire le bon Belge Moyen et nous replonger dans plus de deux décennies de plaisirs et de bonheurs constamment renouvelés. THERAPY? ne surprend plus et on ne le leur demande pas non plus. D’ailleurs, quoi de plus désagréable que les mauvaises surprises quand les valeurs sûres sont au rendez-vous ?!

Therapy_BSF-2015_0420.JPG Therapy_BSF-2015_0475.JPG Therapy_BSF-2015_0095.JPG Therapy_BSF-2015_0084.JPG Therapy_BSF-2015_0274.JPG Therapy_BSF-2015_0338.JPG

Therapy_BSF_2015.jpg
Non, ROMANO NERVOSO: Fabiola que tu harangues par micro interposé n’habite plus le palais voisin, décidément non. A moins qu’il ne s’agisse d’un second degré poussé à la vaseline un peu plus loin encore… Mention spéciale aux Louviérois complètement déjantés et décalés qui ouvrent la scène en fin de journée par un soleil de plomb qui ne doit pas être la seule explication à leurs esprits déjà surchauffés.

RomanoNervosoBSF20150025.JPG RomanoNervosoBSF20150040.JPG RomanoNervosoBSF20150043.JPG RomanoNervosoBSF20150051.JPG

RomanoNervoso_BSF2015.jpg
Straight out of Wallifornia : leur prestation ajoute encore un peu plus de folie à la chaleur ambiante, pour le plus grand plaisir d’un public pourtant encore clairsemé à cette heure précoce. Humour à la Arno ("Sors de ce corps!") et set-list digne d’un TC-Matic qui aurait viré de bord pour devenir real rock’n’roll, ROMANO NERVOSO est scatologique, provocateur et secoue – on adore. Et quand c’est servi par un bon groove, c’est encore plus savoureux – aaah, belgitude chérie !

RomanoNervosoBSF20150033.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES RomanoNervosoBSF20150065.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES