Russ BALLARD – cancelled – annulé

14 mars 2020 @ Verviers. 16 mars 2020 @ Bremen: deux dates mettant fin à 40 ans d’attente. 40 ans que nous l’attendions, Russ BALLARD.
40 ans que nous l’attendions, puis patatras: coronavirus et covid-19 nous tombent sur le râble.
J – 4 : le bonhomme (clairvoyant et/ou à risque) annule sa tournée européenne la plus touffue depuis 1976 (!) avec pas moins de 18 (!!) dates prévues à l’affiche. Dont au moins 2 à notre agenda.
J – 2: ce sont toutes les activités culturelles, sociales, festives, sportives, événementielles qui sont annulées; tout un pays passe en lockdown pour une durée encore indéterminée.

Russ-Ballard_Tour2020_poster2.jpg Capture.JPG Russ-Ballard_UK-Tour2020_poster.jpg

Une tournée de 18 dates passe à la trappe. 18 dates prévues en ce printemps 2020 alors même que la biographie officielle de BALLARD ne recense que… 42 concerts en tout et pour tout depuis l’année 1977 !!
42 concerts au compteur de Russ BALLARD depuis 1977, après une glorieuse et faste année 1976 qui l’avait vu monter 21 fois sur les planches. A 74 ans aujourd’hui, le pedigree de Russ BALLARD est donc riche de 63 dates, 63 concerts en tout et pour tout qui ont égrainé toute sa longue carrière et qui le rapprochent d’autant plus des étoiles. 63 dates, hormis sans doute quelques rares apparitions en guest. Tout est dit. Et tout ce qui est rare et précieux. Priceless.

Tour_Cancelled.JPG
Reste maintenant à espérer que son compteur ne soit pas définitivement arrêté à 63, cette tournée printanière 2020 étant d’ores et déjà annoncée reportée à décembre. Pour autant, évidemment, que le Russ passe à travers les mailles de la pandémie Covid-19. God save the Queen. And Russ BALLARD too, plize.

URIAH HEEP & The ZOMBIES – Bruxelles, 07 novembre 2018

Uriah-Heep_Pass_2018.JPG
Kiss, ZZ Top, Foreigner ou Rush pour n’en citer que quelques uns ont officié in illo tempore en première partie d’URIAH HEEP: ça éclabousse pour qui ne saurait pas où il mes les pieds (et les oreilles) ce soir, et ce tableau de chasse n’est à nouveau pas sans signification.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0015.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0191.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0239.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0280.JPG HuriahHeep_Bxl_07nov2018.jpg Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0330.JPG

Après 49 ans d’existence (selon la police) ou 51 ans (selon les manifestants), Mick Box est toujours aux commandes, sans que les (très) hauts et les (plus rares) bas n’aient entamé sa dextérité et sa prolifique production. À l’instar de Led Zeppelin, de Black Sabbath et de Deep Purple, URIAH HEEP a contribué au développement d’une forme typiquement britannique de heavy metal. Son rôle considérable dans la création d’un style musical qui allait dominer les années 70 et encore plus les années 80 perdure, et la prestation de ce soir est la plus flamboyante démonstration encore de sa pleine santé, OMG !

UriahHeep_Brussels_07nov20118.jpg
Précurseur de l’utilisation de l’Hammond et de la pédale wah-wah – la signature de Mick BoxURIAH HEEP a réussi avec une admirable maestro à terminer le 20ème siècle, à passer le cap du 21ème et mieux encore celui de cette année 2018. Avec un dernier album qui se révèle être une vé-ri-ta-ble tuerie sur scène, URIAH HEEP est plus deep purplelien que jamais.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0159.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0338.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0023.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0340.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0373.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0345.JPG

Rarement l’adage "C’est dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes" s’est révélé être d’une aussi pertinente actualité, au point que même les jeunes carottes peuvent aller se rhabiller – et fissa. Le son est énorme, et les envolées d’Hammond sont quant à elles d’une redoutable efficacité et d’une sonorité érangement actuelle qui rivalisent avec une lead guitar qui part en vrille plus souvent que de raison, mais sans jamais tomber dans le travers du technico-soporiphique.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0041.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0113.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0138.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0169.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0143.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0285.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0208.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0293.JPG

Rien, strictement rien à jeter: la production 2018 d’URIAH HEEP est tout simplement parfaite et le millésime scénique remarquable. Et à plus forte raison que ces éternels jeunots évitent l’écueil en réussissant l’incroyable pari de ne pas sombrer dans le travers de se répéter ou de réécrire l’histoire – leur histoire…

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0306.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0372.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0326.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0328.JPG

The ZOMBIES ouvrent le bal à 19h25 précises – comme annoncé. Le timing pour le moins original et est à l’image de l’audience grisonnante et bedonnante de cette (superbe) salle de la Madeleine. Si le public est de tendance gérontologique, il n’est que le reflet de The ZOMBIES formés en… 1961, et avec Rod Argent toujours à la manoeuvre ce soir !

TheZombies_Bxl_07nov2018_0015.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0031.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0059.JPG

Quand on pense que leur She’s Not There fut n°1 aux USA l’année même qui nous a vu naitre il y a 54 ans, et que son génial compositeur est ce soir à quelques petits centimètres de notre objectif, on ne peut que se dire que la vie est belle. Et d’ajouter: total respect, mister Rod Argent (…mais où est donc Russ Ballard?!).

TheZombies_Bxl_07nov2018_0028.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0048.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0063.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0080.JPG