ALAIN PIRE EXPERIENCE – Reflektor @ Liège, 4 mars 2017

APEx_Reflektor_affiche2017.JPG
Le Reflektor de Liège accueille ce samedi soir un des tous premiers (voire le premier ?) gigs du power trio depuis la sortie fin décembre 2016 de son dernier et délectable opus "Songs from the 13th floor". Emmené tambour battant par son leader, éminence grise à la fois tête pensante et compositeur hors pair, le ALAIN PIRE EXPERIENCE du bien nommé du même nom nous emmène dans les arcanes d’un rock a la fois puissant et ô complexe.

PireAndFriends_2015_0035.JPG
Emporté ou plutôt inspiré par le tourbillon des sonorités aux relents psychédéliques de ses maîtres à penser, ALAIN PIRE EXPERIENCE évite néanmoins le piège facile de tomber dans le travers d’un plagiat stérile et aussi inintéressant que futile et passéiste. ll en résulte pour le trio un véritable tour de force que de restituer en live la complexité architecturale et les moments de bravoure technique et instrumentale qui caractérisent certaines de ses compositions. Et l’on peut espérer que le défi n’est pas près de s’estomper au fur et à mesure des prochains gigs, sinon à quoi bon faire compliquer quand on peut faire simple ?! Sur ce, bon trip onirique à Timothy Leary qui doit connaître quelques extases post-mortem s’il a l’ouïe fine…

AlainPireExp_Reflektor_04mars2017.JPG

ALAIN PIRE & Friends – Nandrin Festival – 27 aout 2015

AlainPireAndFriends_bill.JPG
Marathon Man, Alain PIRE ? C’est vrai qu’il a un peu de Dustin Hoffman… Cette longue, longue soirée tribute avant son heure posthume est l’occasion de se remettre sous la dent et surtout dans l’oreille un peu de tout, à l’image des fromages belges. En zakouski, l’Alain nous sert le (presque) meilleur de MICHEL DRUCKER EXPERIENCE qu’on n’avait quelque peu délaissé ces derniers temps, tout en se disant qu’on n’aurait pas dû tant la matière première reste un délice de fin gourmet. Pas de SUBSTITUTE malheureusement en hors-d’oeuvre, mais par contre un peu de SUCH A NOISE en amuse-bouche (pas assez, mais il n’y en a jamais assez pour s’en mettre derrière la cravate – ni d’amuse-bouches ni de SUCH A NOISE…).

PireAndFriends_2015_0047.JPG PireAndFriends_2015_0034.JPG PireAndFriends_2015_0019.JPG PireAndFriends_2015_0022.JPG

Au menu toujours, de l’ABBEY ROAD en veux-tu en voilà en plat de résistance et la carte se poursuit en mentionnant de l’ALAIN PIRE EXPERIENCE par-ci par-là pour qui n’en aurait pas encore à satiété. Le maître d’hôtel et de cérémonie annonce des guests de tout poil, de tout calibre et de toute nationalité en pièce montée pour quelques moments de bravoure r’n’r en guise de trou-normand à destination de ceux qui n’en aurait pas encore assez. Il y en a vraiment pour tout le monde et pour tous les goûts autour du Rémy Bricka de la gratte. Nan, Rémy, on plaisante: n’est pas homme-orchestre qui veut, et porter au dos Marc Ysaye ou Rudy Lenners et leur grosse-caisse n’est pas à la portée du premier velu…

PireAndFriends_2015_0025.JPG PireAndFriends_2015_0026.JPG PireAndFriends_2015_0035.JPG PireAndFriends_2015_0049.JPG

Bravo donc à Maître Pire qui était au fourneau, et à toute son équipe de fines gâchettes qui officiait en cuisine (blurps) : Marcus Weymaere et René Stock, Marc Ysaye, Jean-Pierre Froidebise, Vincent Fis, Sophie Hercot et Alain Leonard de Shaking the Tree, Pierre Léonard, Karin Clercq, Benoît Poncin, Rudy Lenners, Jérôme Danthinne, Fabio Picci, Etienne Dombret, Jacky Coppens, Didier Dessers, Yves Laloux, Rick Corcoran et Maria d’Orgone Box. Le dernier ferme la porte, siouplait (et c’est valable également pour les Révérends du Prince Albert qui ont brillé par leur absence – à moins qu’ils nous aient échappés, les garnements). On sait désormais qui mentionner sur le faire-part (ou qui convier pour jouer du mellotron durant la tarte et le café à l’issue des obsèques) le jour ou l’Alain Pire passera de vie à trépas…

AlainPireAndFriends_Aout2015.jpg

ALAIN PIRE EXPERIENCE – Release Party Live Club Liège – 28 mai 2014

APEx_release_party_bill_bis_Mai2014.jpg
On sait qu’il est des albums qui prennent toute leur dimension et toute leur consistance live on stage. Nous ne pensions pas, mais alors là pas du tout que le Cambridge d’Alain Pire Experience était de ceux-là, tant l’aspect policé et bien léché de sa production en faisait déjà en soi une petite perle bien proprette à ne pas trop bousculer pensions-nous (à tort). C’était oublier à qui nous avions à faire, et disons-le tout de go: Alain Pire Experience live on stage, c’est quasi une tuerie! Au point que cela fait longtemps déjà que nous n’avions pas été contraint d’enfiler nos bouchons, c’est dire.

AlainPireExp_052014_0007.JPG AlainPireExp_052014_0006.JPG AlainPireExp_052014_0010.JPG AlainPireExp_052014_0009.JPG AlainPireExp_052014_0003.JPG

Cette guitare (trop ?) propre sur la version studio se métamorphose sur scène, devenant grasse, envahissante et presque méchante la garce! Les compositions à l’allure extra-terrestre sur CD tant elles sont savamment construites et comme venant d’une autre dimension, deviennent tout à coup bien vivantes et même méchamment bluffantes. C’est comme si le gentil petit Alain à l’air inoffensif se métamorphosait soudainement en violent Alien qui vous fait des trous dans la tête ! La scène ne trahit pas la complexité des arrangements ni la savante architecture des compositions, que du contraire: par la main du maître (His Master Voice?), l’album trouve par le truchement du live le chouïa de testostérone et le tchû de volume qui, tout à coup, semblent maintenant manquer sur le CD.

AlainPireExp_052014_0011.JPG AlainPireExp_052014_0002.JPG AlainPireExp_052014_0012.JPG AlainPireExp_052014_0008.JPG AlainPireExp_052014_0013.JPG

La profondeur et la puissance proprement contenues comme par pudeur (ou prudence?) sur la version studio explosent sur scène: Alain Pire Experience live on stage, c’est comme un moteur qu’on débride après un long rodage, comme un marin qu’on lâche au port après trois mois de haute-mer. Ca fout un grand coup de pied au cul et une baffe dans la gueule, alors que tout est caresse et douceur sur la platine: à se demander si c’est le même APEx !

AlainPireExp_052014_0005.JPG
Etoffé ce soir de quelques SUCH A NOISE de derrière les fagots avec un zeste de Jimi Hendrix et un soupçon de Robert Johnson pour que le set tienne la distance, il n’ y a pas à dire mais il est des soirs où non seulement la surprise est au rendez-vous, mais la claque aussi. De bon augure pour la suite, tout ça: un nouveau power trio serait-il né…?!

AlainPireExp_052014_0014.JPG

Alain PIRE’s 60’s birthday party – Verviers – 05 octobre 2013

Alain_Pire_60ans_affiche.jpg
Avec Alain en concert, il y a PIRE sur scène ! Ah ah ah ! on a dû la lui faire 1000 fois celle-là, mais jamais nous, alors hein bon… Il était une époque (révolue) où la musique n’était pas encore devenue un produit de consommation de masse. Elle n’était pas non plus vomie de manière virtuelle et dématérialisée où qu’on aille, où qu’on soit, quoi qu’on fasse, à tout moment et à toute heure du jour et de la nuit. A cette époque, les groupes qui perçaient n’étaient dès lors pas le fruit du hasard, ni l’oeuvre de manchots, ni de fils-à-papa ni de pistonnés de majors. Ni des bourrins mal dégrossis ou pas encore secs derrière les oreilles comme tous ceux qui encombrent aujourd’hui les réseaux, le net et les radios. SUCH A NOISE faisait partie de ceux-là, de ces groupes qui en avaient dans le froc. Et on peut encore dire ce soir, sans forcer le trait, qu’on n’a sans doute pas fait grand chose de mieux en Belgique ces dernières décennies dans ce créneau. C’est assurément le moment fort de cette soirée-anniversaire au cours de laquelle Alain PIRE décide de passer le cap des 3×20 entouré sur scène de ses groupes actuels, jeunes ou moins récents !

Abbey_Road_10-2013_0034.JPG Such-A-Noise_102013_0102.JPG Such-A-Noise_102013_0105.JPG Such-A-Noise_102013_0107.JPG Such-A-Noise_102013_0115.JPG Such-A-Noise_102013_0121.JPG Such-A-Noise_102013_0128.JPG Such-A-Noise_102013_0132.JPG Such-A-Noise_102013_0136.JPG Such-A-Noise_102013_0137.JPG Such-A-Noise_102013_0138.JPG Such-A-Noise_102013_0141.JPG

SUCH A NOISE, c’est un power-quatuor aux compos percutantes, entre les mains expertes de pointures inutiles de nommer ici – ce serait leur faire injure. C’est assurément LE concert de la soirée-quadruple shows qui retient le jubilaire plus de 3h30 sur scène en compagnie de ses comparses plus ou moins interchangeables se succédant au gré des formations qui s’enchaînent.

Such-A-Noise_Spirit_05oct2013.jpg
Effets 3×20 ou pas à mettre au passif de l’intéressé, toujours est-il que pas de pulvérisation de guitare ce soir sur les planches du Spirit: un concert de SUBSTITUTE qui ne se clôture pas en apothéose par My Generation et désintégration de guitare est-il vraiment un concert de SUBSTITUTE…? La question reste posée. La set-list mentionnait pourtant bien le titre, alors allez savoir si le vieux voulait se préserver les reins pour le reste ou quoi ou qu’est-ce…

Substitute_Spirit_05oct2013.jpg
Alain Pire Experience s’en suit avec un bien trop bref aperçu qui ne fait que nous donner l’eau à la bouche de ce que sera le prochain album de ce tout nouveau projet. Place enfin à ABBEY ROAD pour terminer en fanfare cette soirée. N’auront manqué ce soir sur les planches du Spirit que Michel Drucker Experience, Huy!, Les Révérends du Prince Albert, Flouze (avec ou sans Jo Lemaire), Burning Plague, etc. Mais il aurait alors fallu une nuit entière pour faire honneur à la prolixité de l‘animal. Pour ces 70 ans peut-être. Avec Alain sur scène, il y a Pire en concert disions-nous donc…

Abbey_Road_05oct2013_Spirit.jpg

ABBEY ROAD – 21 mai 2011 – Bastogne

Abbey_Road_Affiche_21.05.2011.JPG

Intensities-in-two-cities : de retour dare-dare du concert du/de/des G4 à Bertrix (voir par ailleurs) pour rejoindre Bastogne, c’est de justesse que cette review du set d’ABBEY ROAD figure donc ici : it’s been a hard day’s night. Merci d’ailleurs, Docteur, d’annoncer au micro de manière un rien ostentatoire l’arrivée (pourtant discrète) d‘Intensities-in-tens-cities sur la scène de crime… Certains doivent encore probablement tenter de déchiffrer la teneur de cette annonce pour le moins subliminale. More serious, qu’est-ce qui ressemble plus à un concert d’ABBEY ROAD qu’un concert des Beatles (ou vice-versa, peut-être) ? C’est la raison qui motive sans doute la présence d’un public parmi lequel, il est à parier, aucun n’a vu davantage les vrais Fab Four sur une quelconque scène que le grand Jacques sur celle que foulent précisément ce soir nos faux Liverpooliens.

Abbey_Road_05-2011_0002.JPG Abbey_Road_05-2011_0072.JPG Abbey_Road_05-2011_0087.JPG Abbey_Road_05-2011_0025.JPG
Abbey_Road_05-2011_0035.JPG Abbey_Road_05-2011_0049.JPG Abbey_Road_05-2011_0058.JPG Abbey_Road_05-2011_0059.JPG

Il n’est pas facile de réinventer les Beatles chaque soir, mais c’est un exploit que réalise manifestement ABBEY ROAD en redonnant à chaque fois corps et vie (et âme) à des airs pourtant délavés par tant de passages en machine. A coups de Vizirette et d’autres enzymes plus ou moins gloutons, les couleurs des Beatles semblent presque retrouver plus d’éclat à chaque lavage, et la densité de la texture des tissus est comme plus vive après chaque essorage. C’est sans doute ça l’effet ABBEY ROAD : ravive les couleurs, retend les tissus, et pour un blanc plus blanc que blanc (comme l’album du même nom, for sure…). Le prochain concert d’ABBEY ROAD confirmera sans doute le constat que le calcaire est moins résistant qu’une Gibson rouge, qu’un programme à ultra-haute température n’est possible qu’avec un solide Marshall et qu’il y a tambour et tambour. Ou quand poudre à canon et poudre à lessiver ne sont en tous cas pas poudre aux yeux. it’s been a hard day’s night

Abbey_Road_05-2011_0067.JPG
Abbey_Road_05-2011_0074.JPG Abbey_Road_05-2011_0063.JPG Abbey_Road_05-2011_0067.JPG Abbey_Road_05-2011_0078.JPG Abbey_Road_05-2011_0076.JPG
Abbey_Road_05-2011_0088.JPG Abbey_Road_05-2011_0097.JPG Abbey_Road_05-2011_0098.JPG Abbey_Road_05-2011_0104.JPG Abbey_Road_05-2011_0089.JPG

SUBSTITUTE – 17 février 2011 – Verviers

Substitute.jpg

Dans la déjà courte histoire du band, 3ème montée sur les planches pour SUBSTITUTE… qui manque bien de les briser à l’instar de l’Alain "Pete" qui explose en fin de set sa guitare sur la dite scène : un grand moment d’énergie et de show pure rock’n’roll qui clôture un set des plus chauds. Oufti mazette !

Substitute_02-2011_0091.JPG
Le public venu en nombre au Spirit ne s’y est pas trompé : et c’est au contraire en fermant les yeux qu’on se tromperait ! C’est en effet une belle et vilaine claque totalement WHO que nous assènent les Marshall poussés dans le rouge pour l’occasion. Back to the future : certes, un tribute band reste toujours une copie, mais on sait aujourd’hui que les copies couleurs ont parfois un meilleur rendu et plus encore de relief que l’original en noir & blanc. Et les meilleurs contrefacteurs trompent parfois le plus fin des experts…

Substitute_02-2011_0005.JPG Substitute_02-2011_0022.JPG Substitute_02-2011_0026.JPG Substitute_02-2011_0047.JPG Substitute_02-2011_0021.JPG
Substitute_02-2011_0027.JPG Substitute_02-2011_0052.JPG Substitute_02-2011_0051.JPG Substitute_02-2011_0102.JPG Substitute_02-2011_0105.JPG

Le contrefacteur sonne toujours quatre trois fois, avec SUBSTITUTE: un set en deux parties, un rappel puis un second. Avec une saveur surannée et old fashioned à la manière de la madeleine de Proust, qui me replonge en plein coeur d’une belle soirée où il m’a été donné en son temps de voir les WHO sur la scène de Forest National. Je peux désormais écrire que je viens de les voir une seconde fois, ce soir à Verviers…

Substitute_02-2011_0013.JPG Substitute_02-2011_0014.JPG Substitute_02-2011_0044.JPG Substitute_02-2011_0049.JPG
Substitute_02-2011_0063.JPG Substitute_02-2011_0065.JPG Substitute_02-2011_0073.JPG Substitute_02-2011_0015.JPG
Substitute_02-2011_0111.JPG Substitute_02-2011_0084.JPG Substitute_02-2011_0087.JPG Substitute_02-2011_0089.JPG
Substitute_02-2011_0121.JPG

Michel Drucker Exp. – 6 nov. 2010 – Havelange

MDE_Havelange_06.11.2010.JPG
Avec une setlist fort semblable à la dernière prestation namuroise et donc un peu de Huy ! à la clé, moments de grande jouissance encore ce soir. Quelques beaux et longs dérapages d’une Gibson dont le rouge, dans la pénombre des lieux, tourne au noir comme les braises rougeoyantes virent en cendres lorsqu’elles ont tout donné. Et une rythmique complice qui marie quatre cordes et deux baguettes, comme si elles articulaient un pantin guitariste dans le décor de Guignol. Cependant, assister à un concert sans appareil photo (…après avoir crashé le mien chez les Ruskovs la semaine dernière…) c’est un peu comme se retrouver sur la mainstage du Sziget et jouer unplugged : ça ne le fait pas ! C’est par contre l’occasion d’apprécier différemment la pulsion tribale d’une prestation de haute tenue, sans se soucier d’un cadrage tip-top ou du réglage au poil d’une luminosité par ailleurs trop faible ce soir pour travailler correctement de l’objectif comme d’autres travaillent du chapeau. Dommage néanmoins que l’acoustique des lieux ne se prête pas de manière optimale ce soir aux sonorités de Michel Drucker Experience – à moins qu’il ne s’agisse d’une balance par trop délicate à toiletter avec ces baies vitrées qui en ont entendu de belles…? Rideau, Maestro, ou plutôt stores…
MDE_Havelange_SetList_11-2010.JPG
Une vidéo de consolation, tournée au Sziget afin de boucler ce billet comme on l’a commencé. Non, ce n’est pas MDE en Hongrie, l’année prochaine peut-être ? Toujours enlever sa cravate avant un petit stage diving : à copier-coller dans votre navigateur http://www.youtube.com/user/Tensities10Cities#p/u/1/8XgQrwwgjTM

MICHEL DRUCKER EXP. – 18 sept. 2010 – Namur

Wallos_Namur_2010.jpg
Un gaucher qui fait vêler sa Gibson en dérapage contrôlé le jour anniversaire des 40 ans de la disparition de Jimi, c’est-y pas un signe ça ?! Certes, il devait y avoir davantage de monde aux funérailles du génie de l‘Experience que devant la scène sur laquelle se produisait un(e) autre Experience, mais bon si l’on compte toute la foule présente aux Wallos 2010 ce samedi soir, on ne doit pas être loin du compte. Et à propos de décompte final, le feu d’artifice illuminant le ciel namurois à peine terminé, c’est un autre qui débute sur les planches. Soirée pyrotechnie – et avec MICHEL DRUCKER EXPERIENCE on commence avec le bouquet final, manière d’enchaîner avec ce qu’il y avait dans le ciel et de donner directos le tempo avec une longuissime version pour le moins électrique de Syd Barret. Ou comment procurer 11 minutes de bonheur avec 10 cordes et 2 baguettes – et quelques autres fioritures et mètres de câble, je vous le concède.

MDE_Wallos_09-2010_0001.JPG MDE_Wallos_09-2010_0011.JPG MDE_Wallos_09-2010_0041.JPG MDE_Wallos_09-2010_0089.JPG
MDE_Wallos_09-2010_0044.JPG MDE_Wallos_09-2010_0069.JPG MDE_Wallos_09-2010_0151.JPG MDE_Wallos_09-2010_0120.JPG

Pour le reste, un zeste de Huy ! un soupçon de Rolling Stones, une pincée de Beatles et une bonne grosse marmite de Michel Drucker Experience pour ceux qui ne sont pas tombés dedans petits. Chaudron duquel sont extraits une bonne heure durant des master-pieces de leurs 3 CD qui restent, décidément, une référence en la matière. J’entends déjà les "En quelle matière ?" qui résonnent au loin comme de vieilles casseroles que certains traînent alors que d’autres les remplissent de fleurs et d’encens. En LA matière. Et il n’y en a qu’une – sinon on dirait "les matières". CQFD – et comme MICHEL DRUCKER EXPERIENCE n’a plus rien à démontrer, nous en resterons par conséquent là. Il n’en demeure pas moins qu’il manque toujours une petite voix féminine qui, pour moi, donnait naguère à MDE la petite touche sexy que les trois (beaux ?!) mâles ne peuvent fournir – et je ne parle pas uniquement des vocals ! Mais bon, même les plus beaux ne peuvent donner que ce qu’ils (s)ont…

MDE_Wallos_09-2010_0026.JPG MDE_Wallos_09-2010_0146.JPG MDE_Wallos_09-2010_0082.JPG MDE_Wallos_09-2010_0142.JPG
MDE_Wallos_09-2010_0091.JPG MDE_Wallos_09-2010_0105.JPG MDE_Wallos_09-2010_0118.JPG MDE_Wallos_09-2010_0126.JPG

Michel Drucker Experience – 6.03.2010 – Fontaine

Affiche_MDE_FontaineLEveque_6mars2010.jpg
MDE étrenne son nouveau batteur tout fraichement arrivé (1er concert !): pour un coup d’essai, c’est un coup de maître. Même si le Maître trouvera sans doute certainement toujours à redire… Entourée de deux gauchers et de 10 cordes, la batterie se détache sur fond d’images psychédéliques projetées au mur tandis que le jeu du trio est rehaussé de samples donnant aux instruments live toute la consistance nécessaire pour reproduire la richesse de la production studio. Voilà pour les côtés visuel et sonore qui dimensionnent ce concert de manière inversement proportionnelle à la taille de cette salle intimiste de la banlieue carolo. Une Gibson toujours aussi rugueuse qu’aérienne selon la tonalité du morceau et l’ambiance à y insuffler, une basse bien ronronnante qui porte et soutient des compositions autant légères que complexes et poétiques – en ce compris quelques surprises estampillées Huy!. Et cet incontournable cargaison de sonorités tantôt psychés tantôt rock’n’roll (joli, le doigté des pédales maniées manuellement !) qui donnent à MDE ce faux air de chanson française alors que nous sommes au contraire dans une tout autre dimension. Celle qui permet de ne pas embrigader ni enfermer Michel Drucker Experience dans un quelconque concept affublé d’une étiquette ou d’un style, et qui dénaturerait l‘Experience sans nul(le) autre pareil(le). C’est d’ailleurs sans doute ça qui fait qu’on se retrouve être le temps d’une soirée quelque part comme des aimants entre la voie lactée et le centre du monde, hypnotisés par la chatoyance de ces étoffes aux reflets moirés… En musique et en textes, le plus bel hommage qui soit à la l’ère psychédélique: il y a pire, Alain.

MDE_06-03-2010_0001.JPG MDE_06-03-2010_0002.JPG MDE_06-03-2010_0004.JPG MDE_06-03-2010_0003.JPG
MDE_06-03-2010_0005.JPG MDE_06-03-2010_0006.JPG MDE_06-03-2010_0007.JPG MDE_06-03-2010_0008.JPG

MICHEL DRUCKER EXP. – 1 août 2009 – St-Hubert

Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__078.jpgPhotos (C) – Use only with mention of www.intensities-in-tens-cities.eu
Aaargh! cette intro qui prend les tripes avec cette seule Gibson accompagnant un quasi a cappella des Fleurs & l’Encens avant que la rythmique n’arrive progressivement sur scène…! Mais à l’instar des trois mousquetaires qui étaient quatre et de la Sainte Trinité qui comporterait bien elle aussi un élément supplémentaire, Michel Drucker Experience n’aligne étrangement qu’un (power?) trio sur la scène de ce BorqTour Festival 2009. MDE sans voix féminine, c’est un peu comme un steak végétarien: ça reste un steak mais ça pourrait manquer un peu de bidoche pour peu qu’on soit carnassier invétéré. Ou, pour être moins trivial et plus en phase, c’est comme une gratte qui n’a que 5 cordes au lieu de 6: il y a quelque chose qui manque, mais ça n’empêche pas de s’en sortir haut la main quand on est à la hauteur. Bon, Saint-Hubert n’est certes pas Woodstock et les barrières Nadar au-devant de la scène borquine n’ont pas souffert le martyr, il n’empêche que si les pavés de la place des Tilleuls n’ont pas volé ils n’en ont pas moins dégusté des décibels. Car là, il n’y a pas à ch… mais la sono était parfaite en qualité et en quantité – de quoi donner à MDE toute la consistance, la rondeur l’ampleur et l’amplitude que les compos méritent. Et de quoi compenser la féminine absence. Quand on affirme que ce n’est pas la destination qui compte mais bien Le Grand Voyage , tout est dit. Dixi.

Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__128.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__125.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__146.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__137.JPG
Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__108.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__107.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__122.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__105.jpg
Photos (C) – Use only with mention of www.intensities-in-tens-cities.eu
Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__080.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__056.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__068.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__052.jpg
Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__031.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__026.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__021.jpg Michel_Drucker_Experience_Saint-Hubert_01.08.2009__012.jpg