LIGHTNIN’ BUG @ La Ferme Madelonne – 07 novembre 2015

Ferme_Madelone.jpg
Just taste the true black and white dream of deep belgian blues, annonce l’affiche. Il est de ces groupes à l’instar de LIGHTNIN’ BUG à propos desquels on continue et continue à se demander quelle mauvaise fée s’est penchée sur leur berceau à leur naissance. Car ils ont tout – et plus encore – pour percer, pour éclater à la face du monde, pour exploser et débouler sur les scènes les plus prestigieuses. Mais non, ils demeurent au contraire presque confidentiels, sans la gloire ni les honneurs qu’ils mériteraient pourtant amplement plus que bien des manchots qui rayonnent de manière si creuse, si stérile et si futile dans le grand public. C’est injuste, c’est triste mais c’est ainsi…

LightninBug07112015_0003.JPG LightninBug07112015_0009.JPG LightninBug07112015_0005.JPG LightninBug07112015_0014.JPG

Avec le patron des lieux à la manœuvre, tantôt derrière le bar tantôt à proximité de la scène, nous avons bien affaire aux Frères Dalton cet après-midi. Trois sur scène – LIGHTNIN’ BUG à l’affiche – et le quatrième, espèce de Jo Dalton, maître de cérémonie comme il se doit. Maitre des lieux surtout, et quels lieux ! A l’heure de la sieste dominicale, ces Dimanches après-midi sur la Terre à la Ferme Madelonne demeurent le cocon le plus hot, le plus soyeux et le plus vibrant qui soit pour terminer en douceur le weekend. Ou pour se remettre des excès de la veille.

LightninBug07112015_0011.JPG LightninBug07112015_0027.JPG LightninBug07112015_0033.JPG

A propos d’excès, LIGHTNIN’ BUG serait plutôt bon élève, abonné davantage à la régularité et à la pondération plutôt qu’à la débauche inutile et au show superflu, apanage de ceux qui n’ont pas leur musique pour s’imposer au bon goût. Tout est pesé, sous-pesé, réglé et affûté avec les trois mousquetaires de ce pur Chicago blues d’autant plus percutant qu’il ne sombre pas dans le piège du blues-rock facile de supermarché ou d’ascenseur. Car le blues, tout le monde – ou presque – sait le jouer. Mais du vrai blues, léché comme il se doit, intelligemment réfléchi, savamment construit et sauvagement mais finement joué, c’est de la volupté de fin gourmet qui n’est pas à la portée du premier joueur du dimanche (après-midi sur la terre) venu…

LightninBug07112015_0037.JPG LightninBug07112015_0043.JPG LightninBug07112015_0048.JPG

** Soon online – bientôt en ligne ** : Dr FEELGOOD + LIGHTNIN’ BUG @ L’Entrepôt, Arlon

Dr_Feelgoog_Arlon_Tix.JPGDr-Feelgood_Arlon_Bill.jpg

LIGHTNIN’ BUG – 6 juillet 2013 – Neufchâteau

Lightnin_Bug_072013_0024.JPG
Si le talent et l’art ne se mesuraient qu’à l’aune de la renommée et de la célébrité, moins d’une blondasse et d’un manchot pourrai(en)t se prévaloir du moindre don reçu des muses et de la moindre once d’esprit artistique (Allô, non mais allô quoi ?!). LIGHTNIN’ BUG, en valeureux et vaillants ouvriers-forçats du booggie-blues-rock, eux, continuent d’avancer contre vents et marées mais avec la complicité des courants et des alizés. Même si le succès populaire n’est pas toujours au rendez-vous – comme ce jour au Tchesté – le trio trouve néanmoins autant si pas plus de plaisir à électriser les planches à défaut de déchaîner les foules et de faire la une des médias.

Lightnin_Bug_072013_0001.JPG Lightnin_Bug_072013_0002.JPG Lightnin_Bug_072013_0005.JPG Lightnin_Bug_072013_0004.JPG Lightnin_Bug_072013_0007.JPG Lightnin_Bug_072013_0011.JPG Lightnin_Bug_072013_0012.JPG Lightnin_Bug_072013_0013.JPG Lightnin_Bug_072013_0014.JPG Lightnin_Bug_072013_0015.JPG Lightnin_Bug_072013_0022.JPG Lightnin_Bug_072013_0024.JPG

Après tout, qu’est-ce qui peut bien faire la différence entre un groupe à l’aura médiatique qui a eu la chance de bénéficier des grâces d’un producteur et des mannes d’une major, et un trio tel que LIGHTNIN’ BUG qui a tout – oui, tout ! – d’un grand, grand band… si ce n’est peut-être la baraka d’avoir pu séduire un producteur digne de ce nom, celui-là même qui les aurait fait exploser à la face du Monde ? Pour vivre heureux, vivons cachés – mais pas trop quand même non plus, mais pour ça également on sait qu’on peut compter sur vous les Gars, car quand il s’agit de faire du bruit et du show…. Keep on and never mind, Mates, you’re great !

Lightnin_Bug_072013_0003.JPG Lightnin_Bug_072013_0006.JPG Lightnin_Bug_072013_0008.JPG Lightnin_Bug_072013_0009.JPG Lightnin_Bug_072013_0010.JPG Lightnin_Bug_072013_0016.JPG Lightnin_Bug_072013_0017.JPG Lightnin_Bug_072013_0018.JPG Lightnin_Bug_072013_0019.JPG Lightnin_Bug_072013_0020.JPG Lightnin_Bug_072013_0021.JPG Lightnin_Bug_072013_0023.JPG

LIGHTNIN’ BUG – Ferme Madelone, Gouvy – 16 décembre 2012

Lightnin_Bug_122012_0107.JPG
"Dernier Sunday afternoon sur la Terre avant la fin du monde", annonce le patron dans sa pub… Si les Mayas ont prévu celle-ci dans quelques jours – le 21.12.2012 – c’est qu’ils ne sont jamais venus à la Ferme Madelone. Sinon, il l’auraient postposée de quelques lustres. A l’heure où d’autres digèrent devant la TV leur repas du dimanche midi, certains profitent d’une synesthésie et d’une zithologie de bon aloi : le feu crépite dans l’âtre, l’Orval coule à flot (même si, maintenant, le calice est cautionné "à cause d’un pauvre crétin qui les pique") à défaut de Madelone toujours en cours de fermentation (car "il faut du temps pour les bonnes choses"). Et pas de boulette-maison non plus pour se caler la panse cette fois-ci, "… oubliées pendant la cuisson…". Last but not least, car l’essentiel est quand même d’un tout autre registre, LIGHTNIN’ BUG est sur les planches pour plus de deux grosses heures de jam. Alors, la fin du monde, les Mayas et autres abeilles de mauvais augure, on n’en a stric-te-ment rien à cirer, vous voyez ? Vous pouvez même aller vous faire f… chez les Grecs, les Mayas : ça nous fera même peut-être un beau croisement, tiens !

IMG_2869.JPG Lightnin_Bug_122012_0104.JPG Lightnin_Bug_122012_0107.JPG Lightnin_Bug_122012_0125.JPG Lightnin_Bug_122012_0010.JPG Lightnin_Bug_122012_0037.JPG Lightnin_Bug_122012_0043.JPG Lightnin_Bug_122012_0070.JPG Lightnin_Bug_122012_0077.JPG Lightnin_Bug_122012_0100.JPG Lightnin_Bug_122012_0128.JPG Lightnin_Bug_122012_0146.JPG Lightnin_Bug_122012_0175.JPG Lightnin_Bug_122012_0202.JPG Lightnin_Bug_122012_0229.JPG Lightnin_Bug_122012_0239.JPG Lightnin_Bug_122012_0255.JPG Lightnin_Bug_122012_0268.JPG
Lightnin_Bug_122012_0277.JPG
LIGHTNIN’ BUG a la parole, et quand on la leur donne à ces trois gars-là, ce n’est pas pour nous la rendre. Ou plutôt si : le trio nous la rend au centuple, dégraissant au passage nos conduits auditifs avec leur blues-rock de derrière les fagots, qui devient même booggie quand l‘Hoogarden du Bidon "Bass Man" est vide et que dans le feu de l’action les artistes ne font plus qu’un avec ces légendaires murs.

Lightnin_Bug_122012_0168.JPG
Deux heures et demi de concert, rien de tel pour nous réconcilier avec les trop brèves prestations de ces dernières semaines ailleurs. Comme quoi peut-être, moins on gagne et moins on est connu, plus on en donne et moins on se repose sur ses acquis. Le temps d’un après-midi au blues-rock envoûtant, on se croirait tantôt plongé dans le Chicago de la grande époque blues en train de siroter un alcool frelaté accoudé au zinc d’un tripot mal famé, et l’instant d’après nous voilà transportés dans un saloon perdu au fin fond du Texas. On en est pourtant à mille lieux : ça, c’est l’effet LIGHTNIN’ BUG. Ici et avec eux, on est déjà au paradis cinq jours avant la fin du monde : pour les béotiens, bienvenue à la Madelone…!

Lightnin_Bug_122012_0101.JPG Lightnin_Bug_122012_0023.JPG Lightnin_Bug_122012_0033.JPG Lightnin_Bug_122012_0083.JPG Lightnin_Bug_122012_0131.JPG Lightnin_Bug_122012_0265.JPG Lightnin_Bug_122012_0213.JPG Lightnin_Bug_122012_0216.JPG Lightnin_Bug_122012_0227.JPG Lightnin_Bug_122012_0223.JPG Lightnin_Bug_122012_0259.JPG Lightnin_Bug_122012_0264.JPG

— GOUVY BLUES-ROCK FESTIVAL — 5 août 2012, Ferme de la Madelone

DSCF8551.JPG
Alors que la pluie se fait déluge au-dehors, la moiteur sous le chapiteau devient fournaise : GERRY McAVOY’s Band of Friends embrase les planches et boute le feu à tout le bastringue. Mais nom de Dieu, il fallait programmer ce power trio en fin de soirée pour squetter l’baraque et non pas si tôt dans la programmation de cette fin d’après-midi ! Près de deux heures de show alors qu’on est en plein festival, a-t-on déjà vu ça ?! Autant dire que la durée exceptionnelle de cette prestation du même acabit donne la couleur et surtout le tempo de cette baffe cinglante, de cette gifle mémorable, de cette raclée magistrale. En fermant les yeux, c’est bien Rory GALLAGHER sur les planches qui fait suer le chapiteau et mouiller les t-shirts : même voix quasi, même gueule presque, même timbre, même son de guitare, même toucher, même explosion : ce n’est pas un feu d’artifice, c’est carrément Broadway ce soir. Le fils spirituel (ou naturel, qui sait ?) du guitariste le plus prolixe que l’Irlande ait jamais enfanté est en train d’écrire une page de l’histoire du Gouvy Blues Festival, c’est sûr.

Gerry_McAvoy_2012_0010.JPG Gerry_McAvoy_2012_0014.JPG Gerry_McAvoy_2012_0035.JPG Gerry_McAvoy_2012_0062.JPG Gerry_McAvoy_2012_0079.JPG Gerry_McAvoy_2012_0083.JPG Gerry_McAvoy_2012_0085.JPG Gerry_McAvoy_2012_0101.JPG Gerry_McAvoy_2012_0105.JPG Gerry_McAvoy_2012_0128.JPG Gerry_McAvoy_2012_0142.JPG Gerry_McAvoy_2012_0202.JPG
Gerry_McAvoy_2012_0166.JPG
N’est pas Rory qui veut, mais le brave (paix à son âme) doit se taper un sacré bel orgasme là-haut en contemplant ce tribute à lui-même tout à fait hors du commun. Il est vrai que la rythmique est la sienne, avec Gerry McAvoy qui fut pendant 20 ans son bassiste, accompagné de Ted McKena son batteur (qui officia également au sein du Michael Shenker Group et pour Ian Gillan notamment). Autant dire des pointures qui ont de la bouteille. Et cette voix, cette guitare, ce show : ce Marcel SCHERPENZEEL est la réincarnation tout craché de Gallagher. Rory, ton parfait ersatz band a touché terre ici à Gouvy, alléluia !

Gerry_McAvoy_2012_0041.JPG Gerry_McAvoy_2012_0055.JPG Gerry_McAvoy_2012_0157.JPG Gerry_McAvoy_2012_0184.JPG Gerry_McAvoy_2012_0190.JPG Gerry_McAvoy_2012_0222.JPG Gerry_McAvoy_2012_0224.JPG Gerry_McAvoy_2012_0237.JPG
Gerry_McAvoy_2012_0287.JPG Gerry_McAvoy_2012_0252.JPG Gerry_McAvoy_2012_0324.JPG

Ayant eu la chance de ne voir Rory qu’une seule fois sur scène à la Luna de Bruxelles un beau et grand soir de 1994 (voir All The World is a Stage – Chap.1), quelques semaines avant qu’il ne parte rejoindre Jimy, Jim, Phil, Bon et tant d’autres là-haut pour un jam sans fin, la prestation de ce soir ne peut que raviver la blessure de la jouissance perdue et ne rendre que plus abyssal encore le vide qu’il a laissé avec son aller-simple pour Paradise City. Quand le tonnerre gronde et que les éclairs trouent le ciel, ce n’est pas le Bon Dieu qui joue au bowling, comme on le dit aux petits enfants. Non, c’est Rory qui jamme avec Phil et John. Non, décidément non, Gerry McAVOY’s Band of Friends devait être programmé à 22h00 pour trouer la nuit, exploser le chapiteau et déchirer un nouveau trou du c… à ce 33ème Blues Festival de Gouvy, pas à l’heure de la tarte du dimanche, nom de Dieu.

Gerry_McAvoy_2012_0204.JPG Gerry_McAvoy_2012_0212.JPG Gerry_McAvoy_2012_0229.JPG Gerry_McAvoy_2012_0235.JPG Gerry_McAvoy_2012_0254.JPG Gerry_McAvoy_2012_0271.JPG Gerry_McAvoy_2012_0273.JPG Gerry_McAvoy_2012_0274.JPG Gerry_McAvoy_2012_0278.JPG Gerry_McAvoy_2012_0291.JPG Gerry_McAvoy_2012_0296.JPG Gerry_McAvoy_2012_0313.JPG Gerry_McAvoy_2012_0333.JPG Gerry_McAvoy_2012_0338.JPG Gerry_McAvoy_2012_0342.JPG
Gerry_McAvoy_2012_0283.JPG
Cette véritable démonstration de force écrase tout le reste de l’affiche : après cet orgasme, le monde peut s’écrouler, la terre peut s’arrêter de tourner, n’importe qui peut monter sur scène, ce ne pourra pas être que mièvre et fade. Même John LEE HOOCKER jr qui s’en suit (funky au possible) et en fin de soirée Big Pete PEARSON & The Gamblers – Arizona’s King of the Blues. Vénérable vieillard sans âge et tout de rouge vêtu en tête d’affiche, son blues chaleureux et tout ce qui hume bon le Texas profond n’est décidément pas inscrit dans le bon créneau horaire : le raz-de-marée Rory Gallagher de début de soirée n’a rendu que plus terne et sans épice la programmation qui s’en suit. Post coïtum animal triste.

Hooker_Pearson_Gouvy_2012.jpg
La journée avait néanmoins commencé hot avec la charmante et chaude Clare FREE et son Blues Quartet qui ouvrait les festivités de milieu d’après-midi. Elle a des c… et joue comme un mec, cette nana ! Quel plus beau et plus percutant compliment adressé à une joueuse qui réussi à faire gémir sa gratte et rendre son blues aussi sexy que son appeal ? Après les trois graisseuses de Blues Caravan l’année passée, c’est une autre sexy girl que le Claudy nous dégotte cette année pour échauffer les braguettes autant que les oreilles. Total respect, Ma’mzelle.

ClareFree_Gouvy2012_0008.JPG ClareFree_Gouvy2012_0022.JPG ClareFree_Gouvy2012_0029.JPG ClareFree_Gouvy2012_0035.JPG ClareFree_Gouvy2012_0044.JPG ClareFree_Gouvy2012_0067.JPG ClareFree_Gouvy2012_0072.JPG ClareFree_Gouvy2012_0033.JPG ClareFree_Gouvy2012_0085.JPG
ClareFree_Gouvy2012_0033.JPG
ClareFree_Gouvy2012_0018.JPG ClareFree_Gouvy2012_0036.JPG ClareFree_Gouvy2012_0127.JPG ClareFree_Gouvy2012_0132.JPG ClareFree_Gouvy2012_0133.JPG ClareFree_Gouvy2012_0063.JPG ClareFree_Gouvy2012_0112.JPG ClareFree_Gouvy2012_0118.JPG ClareFree_Gouvy2012_0120.JPG ClareFree_Gouvy2012_0123.JPG ClareFree_Gouvy2012_0108.JPG ClareFree_Gouvy2012_0098.JPG ClareFree_Gouvy2012_0111.JPG ClareFree_Gouvy2012_0113.JPG ClareFree_Gouvy2012_0124.JPG 07-blanc.png

Repli stratégique en fin de soirée sur le club aux couleurs noir-jaune-rouge où TEX nous en met littéralement plein la vue, une facilité de toucher de guitare qui frôle le rarement vu, accompagné par une rythmique parfaite. Il faut dire qu’un autre power trio avait déjà chauffé les murs à blanc plus tôt dans la soirée : LIGHTNIN’ BUG était un hors d’oeuvre de choix pour un plat d’autant plus consistant ensuite ! Il n’y a pas à ch…, les power trios restent la configuration par excellence – et la preuve éclatante nous en est encore amplement donnée ce dimanche dans ce petit coin de paradis sur terre.

Tex_LightninBug_Gouvy_20122012-08-12.jpg
Previous Gouvy Blues pix & reviews @ http://www.intensities-in-tens-cities.eu (All the World is a Stage, Chap. 1: The Vintage Years 1978-2011)

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

LightninBug_Ad_2012.JPG
You missed it ? So did I…! Mais quelques archives sont consultables sur Intensities in Tens Cities "All The Worls is a Stage – Chapitre 1 :"The Vintage years 1978-2011 ».

G4 – 21 mai 2011 – Bertrix

G4_Affiche_Bertrix_21.05.2011.JPG
L’affiche donne le ton – et il n’est pas spécifiquement question des gabiers du même nom, même si un moussaillon est de la partie ce soir. Soirée tribute, d’ailleurs, avec une intensities-in-two-cities : après le G4 à Bertrix, se sera tout à l’heure Abbey Road à Bastogne (It’s a long way to the top if you wanna rock’n’roll – air connu). Tout est donc dit et écrit, et correctement mentionné sur l’affiche du G4 ce soir, pour le quatrième gig d’un band qui ne s’était pas initialement constitué pour durer, que du contraire. Mais l’éphémère est devenu rémanent pour notre plus grand plaisir, et le flingue à un coup est devenu une sulfateuse qui assure. Le "Projet G4" est donc tout naturellement devenu simplement… G4

G4_Bertrix_05-2011_0059.JPG G4_Bertrix_05-2011_0056.JPG G4_Bertrix_05-2011_0023.JPG G4_Bertrix_05-2011_0015.JPG G4_Bertrix_05-2011_0104.JPG G4_Bertrix_05-2011_0069.JPG G4_Bertrix_05-2011_0080.JPG G4_Bertrix_05-2011_0096.JPG G4_Bertrix_05-2011_0075.JPG

Aaaaaah ! comme dans le bon vieux temps, l’organisateur monte sur les planches pour annoncer le groupe avant que les lumières ne s’éteignent : on croirait réentendre un microsillon vintage double live quelconque… Pour ajouter une touche de surréalisme, l’annonceur ne manque pas non plus de préciser qu‘exceptionnellement ce soir le bar restera ouvert durant le spectacle (sic) – au cas où on oublierait qu’on est dans un centre culturel et qu’on fait là une coupable entorse aux ancestrales et rigides habitudes des lieux – et qu‘il est recommandé d’éteindre son gsm (re-sic). Cette dernière précision fera cependant l’objet d’un rapide démenti de la part du band qui précise quand même d’entrée de jeu, par la voix de son M. Loyal (Denis Richard – vocals), que de toutes façons on ne les entendra pas sonner, qu’il vaut mieux les laisser sur vibreur et qu’après tout on n’en a rien à f…. On est donc bien dans un centre culturel – et cette petite touche un rien cocasse n’est pas pour déplaire à un parterre particulièrement peu conventionnel également pour un tel endroit.

G4_Bertrix_05-2011_0083.JPG G4_Bertrix_05-2011_0086.JPG G4_Bertrix_05-2011_0099.JPG G4_Bertrix_05-2011_0103.JPG G4_Bertrix_05-2011_0108.JPG G4_Bertrix_05-2011_0112.JPG
G4_Bertrix_05-2011_0122.JPG
A l’instar de ces présentateurs/animateurs radio (dont je tairai pudiquement le nom) qui irritent royalement leurs auditeurs en annonçant sur les ondes Les Pink Floyd, Les AC-DC, Les Police, Les Supertramp, Les Nirvana, etc. (Le(s)) G4 remonte donc sur les planches pour un quatrième gig en un an, passant de la sorte du statut de tueur occasionnel one-shot à celui nettement plus envié de respectable serial-killer de la scène luxembourgeoise. Vivement d’ailleurs le prochain forfait dans un mois, manière de prendre une nouvelle balle en pleine tête, non pas entre les deux yeux ou plutôt si, mais entre les deux tympans plus précisément. Les quatre lead-guitars copulent deux par deux, Manu "Roi Lion" Moreau et Bernard "The Boss" Castelloes sur le flanc gauche, Albert "Le Maître" Pemmers et Julien "Magical Fingers" Mary sur l’aile droite, tandis que keyboard et bass-man font de même sur le podium où Ben "en Gaume" Langlois croise le fer (ou plutôt le pétard) avec Didier "A poil, Bidon !" Tonneau, laissant tout seul comme un grand, installé derrière son artillerie, Geoffroid "Boum Boum" Mary.

G4_Bertrix_05-2011_0170bis.JPG
L’équipage est au complet, les huit corsaires du vaisseau Classic Rock peuvent prendre le large après avoir longuement affûté leurs munitions ces dernières semaines pour relever le défi d’un nouvel épique combat contre la facilité et le confort. Car quatre lead-guitars à synchroniser, c’est pas du pâté (gaumais), et huit flibustiers à caser, c’est pas full-confort non plus. Mais (Le(s)) G4 a été pensé (un peu) et conçu (beaucoup) pour partir à l’assaut de classic rocks non pas particulièrement pour les revisiter mais plutôt pour les réincarner. Le fun en plus, conjugué à la puissance de 4 grattes et à la bonne humeur de 8 potes désormais complices pour le meilleur et sans le pire.

G4_Bertrix_05-2011_0129.JPG G4_Bertrix_05-2011_0105.JPG G4_Bertrix_05-2011_0137.JPG G4_Bertrix_05-2011_0138.JPG G4_Bertrix_05-2011_0143.JPG G4_Bertrix_05-2011_0146.JPG

L’intemporel a de nouveau frappé fort ce soir. Non pas dans le dos mais en plein coeur. Et à coups de watts, maudits rockeurs !

G4_Bertrix_05-2011_0160.JPG G4_Bertrix_05-2011_0161.JPG G4_Bertrix_05-2011_0170.JPG G4_Bertrix_05-2011_0181.JPG G4_Bertrix_05-2011_0184.JPG G4_Bertrix_05-2011_0187.JPG G4_Bertrix_05-2011_0191.JPG G4_Bertrix_05-2011_0013.JPG G4_Bertrix_05-2011_0010.JPG
G4_Bertrix_05-2011_0203.JPG

LIGHTNIN’ BUG – 31 juillet 2010 – Transinne

LigthninBug_07-2010_0079.JPG
"4 musiciens sur scène pour 2 heures de blues", annonce le leaflet. J’ajouterais que 2 heures de bonheur à 0,00 €, c’est pas cher payé. Comme quoi de petits plaisirs pas chers peuvent déclencher de grandes jouissances bien coûteuses. Mais pour cela, il fallait en être – et de bonne heure. Ce que d’aucuns n’ont pas compris au vu de l’assistance clairsemée devant la scène: tant pis pour les absents. Keep on, guys, keep on – you make me feel j’ai bon. En dire plus serait découvrir la couronne…

LigthninBug_07-2010_0078.JPG LigthninBug_07-2010_0070.JPG LigthninBug_07-2010_0074.JPG LigthninBug_07-2010_0001.JPG
LigthninBug_07-2010_0064.JPG LigthninBug_07-2010_0077.JPG LigthninBug_07-2010_0020.JPG LigthninBug_07-2010_0073.JPG

« Projet G4 – 4 Rockin’ Guitars » – 20 juin 2010 – Izel

G4_Izel_19-06-2010_0029.JPG
Le G4? Une tribu d’irréductibles Luxembourgeois rassemblant pour l’occasion la crème de la crème des musicos de la Belle Province, réinventant à leur façon une certaine manière de prendre son pied live on stage. Ou lorsque l’élève dépasse le maître. L’apprenti surclasse le patron. Le fils transcende le père. Quand la chenille devient papillon, l’encens fumée et la biche civet. Unis dans un même élan et dans une même communion pour revisiter quelques classic rocks d’anthologie, c’est la claque de bonne humeur, de talents, d’humour et de rock’n’roll attitude en plein dans la g…. Mieux encore qu’à l‘Entrepôt il y a quelques mois, les dimensions de la scène de cette Fête de la Musique offrent l’espace vital dont chacun a besoin pour s’exprimer pleinement. Albert et Bernard côté droit, Julien et Manu côté gauche pour les 4 lead guitars, le cinquième manche – je parle du bassman Bidon – se joignant aux deux autres sur le côté gauche pour regrouper les chevelus, Geoffroy, Benoit et Denis "Ozzy" se partageant l’espace central de la scène avec la batterie, le clavier et les vocals. Ca a de la gueule et ça en jette un max, 8 bonshommes sur une même scène !

G4_Izel_19-06-2010_0001.JPG G4_Izel_19-06-2010_0002.JPG G4_Izel_19-06-2010_0003.JPG G4_Izel_19-06-2010_0004.JPG
G4_Izel_19-06-2010_0005.JPG G4_Izel_19-06-2010_0006.JPG G4_Izel_19-06-2010_0007.JPG G4_Izel_19-06-2010_0008.JPG
G4_Izel_19-06-2010_0009.JPG G4_Izel_19-06-2010_0010.JPG G4_Izel_19-06-2010_0011.JPG G4_Izel_19-06-2010_0012.JPG
G4_Izel_19-06-2010_0013.JPG G4_Izel_19-06-2010_0014.JPG G4_Izel_19-06-2010_0015.JPG G4_Izel_19-06-2010_0016.JPG

A de rares bonnes et excellentes exceptions près, un cover-band ne m’a jamais transcendé car habituellement enfermé dans un scénario téléphoné et une gimmick toute acquise à l’original. Ici, on atteint une autre dimension: celle du band éphémère qui trouve précisément toute sa raison d’être dans une fusion temporaire et provisoire, à l’image du papillon dont l’éphémère beauté ne rend celle-ci que plus belle. Et quand c’est pour revisiter de telle manière quelques standards parmi d’autres avec quatre guitares qui se renvoient la balle, alors là, alors là, pardon mais comment est-ce Dieu possible de de pas s’esbaudir (esbaudissons-nous, esbaudissons-nous !) devant tant de vibrations…? Epaules contre épaules, le G4 revisite l’histoire du classic rock en délivrant en 3D ce qu’on n’a jamais réalisé ne connaître qu’en 2D – voire en mono. Le G4 n’existe pas: il EST. Mais à la façon de Chuck Norris. Repartis chacun dans leur band originel maintenant leur forfait accompli, ils n’attendent secrètement que la prochaine occasion pour remettre le couvert et vous en mettre plein la vue, plein les oreilles et plein les babines. Car le G4 non seulement (se) déguste, mais en plus c’est lui qui régale…! Un peu comme un 21 juillet perpétuel. Merci Bernard pour cette initiative exceptionnelle ! Just appreciate: http://www.youtube.com/watch?v=ndKe3QaOHDE Oui, il faut le voir pour le croire. Nous sommes d’accord. Ite misa est.

G4_Izel_19-06-2010_0017.JPG G4_Izel_19-06-2010_0018.JPG G4_Izel_19-06-2010_0019.JPG G4_Izel_19-06-2010_0020.JPG
G4_Izel_19-06-2010_0021.JPG G4_Izel_19-06-2010_0022.JPG G4_Izel_19-06-2010_0023.JPG G4_Izel_19-06-2010_0024.JPG
G4_Izel_19-06-2010_0025.JPG G4_Izel_19-06-2010_0026.JPG G4_Izel_19-06-2010_0027.JPG G4_Izel_19-06-2010_0028.JPG

LIGHTNIN’ BUG & GENE TAYLOR Blues Band – 4 juin 2010 – Luxbg

Gene_Taylor_06-2010_0001.JPG
Une fois n’est pas coutume, c’est la première partie qui motive mon déplacement. Et quelle première partie: LIGHTNIN’ BUG ! Le trio – bien que quatuor ce soir – me troue littéralement le c…. Que cela est certes vulgairement dit, mais comment traduire autrement une impression si proche du tribal et du primitif que celle que me laissent les gaillards ? Un blues tantôt langoureux tantôt bien bien graisseux et qui fait des tâches, avec une patte inspirée des plus Grands sans jamais tombé dans le plagiat ni la pâle copie. Ou comment danser sur le fil du rasoir et réinventant finalement une recette vieille comme le monde mais qui, entre certaines mains expertes, semblent donner une nouvelle jeunesse à ce genre.

LightninBug_06-2010_0013.JPG LightninBug_06-2010_0019.JPG LightninBug_06-2010_0022.JPG LightninBug_06-2010_0025.JPG
LightninBug_06-2010_0029.JPG LightninBug_06-2010_0033.JPG LightninBug_06-2010_0038.JPG LightninBug_06-2010_0047.JPG

LightninBug_06-2010_0161.JPG
LightninBug_06-2010_0054.JPG LightninBug_06-2010_0059.JPG LightninBug_06-2010_0063.JPG LightninBug_06-2010_0066.JPG
LightninBug_06-2010_0074.JPG LightninBug_06-2010_0079.JPG LightninBug_06-2010_0083.JPG LightninBug_06-2010_0084.JPG

Sacré Bidon, va: toujours le mot pour rire et la gimmick qui tue pour, en plus, joindre l’humour au plaisir et vice-versa. Une rythmique à trois (basse-batterie-guitare rythmique) pour porter en avant une lead guitare qui survole le tout et qui ne laisse par moment que les miettes à ses trois comparses: chaud devant, oufti ! Blues groovy funky swing et R&B: c’est un peu tout à la fois ce soir, c’est kermesse et ducasse en même temps, quoi ! Je ne me souviens pas ces derniers temps d’une première partie aussi puissante et aussi écrasante que celle-ci. Le reste peut être mauvais – même la Mousel au bar – rien ne me fera regretter mon petit trip dans le Grund luxembourgeois par ce doux soir d’été.

LightninBug_06-2010_0090.JPG LightninBug_06-2010_0093.JPG LightninBug_06-2010_0109.JPG LightninBug_06-2010_0111.JPG
LightninBug_06-2010_0114.JPG LightninBug_06-2010_0115.JPG LightninBug_06-2010_0116.JPG LightninBug_06-2010_0125.JPG
LightninBug_06-2010_0134.JPG LightninBug_06-2010_0137.JPG LightninBug_06-2010_0139.JPG LightninBug_06-2010_0143.JPG
LightninBug_06-2010_0144.JPG LightninBug_06-2010_0146.JPG LightninBug_06-2010_0147.JPG LightninBug_06-2010_0150.JPG
LightninBug_06-2010_0161.JPG LightninBug_06-2010_0170.JPG LightninBug_06-2010_0173.JPG LightninBug_06-2010_0179.JPG

Après cette mise en jambe ayant plus du coïtus interruptus qu’autre chose,Gene TAYLOR arrive mine de rien sur scène. Papy jovial sur les planches, mais aux antipodes de cette image lissée quand il est backstage parait-il: plutôt bougon et même limite antipathique s’il faut en croire ce que j’en entends de lui. Mais bon, le set est propret – ni plus, ni moins: du blues et boogie-woogie bien de là-bas. Heureusement que son special guest en la personne de Big Pete (hamoniciste & lead vocal) aux avant-bras tatoués en rajoute une couche pour dynamiser un keyboard qui n’arrive malgré tout pas à décoller, je trouve. Gene TAYLOR a certes fait partie de Canned Heat a long time ago, mais ce ne semble pas suffisant pour à lui seul élever le débat. Mais sans doute reste-je sur mon nirvana de la première partie…?!

Gene_Taylor_06-2010_0029.JPG
Gene_Taylor_06-2010_0004.JPG Gene_Taylor_06-2010_0014.JPG Gene_Taylor_06-2010_0022.JPG Gene_Taylor_06-2010_0053.JPG
Gene_Taylor_06-2010_0061.JPG Gene_Taylor_06-2010_0085.JPG Gene_Taylor_06-2010_0089.JPG Gene_Taylor_06-2010_0094.JPG
Gene_Taylor_06-2010_0098.JPG Gene_Taylor_06-2010_0118.JPG Gene_Taylor_06-2010_0137.JPG Gene_Taylor_06-2010_0141.JPG