ALAIN PIRE EXPERIENCE – Reflektor @ Liège, 4 mars 2017

APEx_Reflektor_affiche2017.JPG
Le Reflektor de Liège accueille ce samedi soir un des tous premiers (voire le premier ?) gigs du power trio depuis la sortie fin décembre 2016 de son dernier et délectable opus "Songs from the 13th floor". Emmené tambour battant par son leader, éminence grise à la fois tête pensante et compositeur hors pair, le ALAIN PIRE EXPERIENCE du bien nommé du même nom nous emmène dans les arcanes d’un rock a la fois puissant et ô complexe.

PireAndFriends_2015_0035.JPG
Emporté ou plutôt inspiré par le tourbillon des sonorités aux relents psychédéliques de ses maîtres à penser, ALAIN PIRE EXPERIENCE évite néanmoins le piège facile de tomber dans le travers d’un plagiat stérile et aussi inintéressant que futile et passéiste. ll en résulte pour le trio un véritable tour de force que de restituer en live la complexité architecturale et les moments de bravoure technique et instrumentale qui caractérisent certaines de ses compositions. Et l’on peut espérer que le défi n’est pas près de s’estomper au fur et à mesure des prochains gigs, sinon à quoi bon faire compliquer quand on peut faire simple ?! Sur ce, bon trip onirique à Timothy Leary qui doit connaître quelques extases post-mortem s’il a l’ouïe fine…

AlainPireExp_Reflektor_04mars2017.JPG

ALAIN PIRE & Friends – Nandrin Festival – 27 aout 2015

AlainPireAndFriends_bill.JPG
Marathon Man, Alain PIRE ? C’est vrai qu’il a un peu de Dustin Hoffman… Cette longue, longue soirée tribute avant son heure posthume est l’occasion de se remettre sous la dent et surtout dans l’oreille un peu de tout, à l’image des fromages belges. En zakouski, l’Alain nous sert le (presque) meilleur de MICHEL DRUCKER EXPERIENCE qu’on n’avait quelque peu délaissé ces derniers temps, tout en se disant qu’on n’aurait pas dû tant la matière première reste un délice de fin gourmet. Pas de SUBSTITUTE malheureusement en hors-d’oeuvre, mais par contre un peu de SUCH A NOISE en amuse-bouche (pas assez, mais il n’y en a jamais assez pour s’en mettre derrière la cravate – ni d’amuse-bouches ni de SUCH A NOISE…).

PireAndFriends_2015_0047.JPG PireAndFriends_2015_0034.JPG PireAndFriends_2015_0019.JPG PireAndFriends_2015_0022.JPG

Au menu toujours, de l’ABBEY ROAD en veux-tu en voilà en plat de résistance et la carte se poursuit en mentionnant de l’ALAIN PIRE EXPERIENCE par-ci par-là pour qui n’en aurait pas encore à satiété. Le maître d’hôtel et de cérémonie annonce des guests de tout poil, de tout calibre et de toute nationalité en pièce montée pour quelques moments de bravoure r’n’r en guise de trou-normand à destination de ceux qui n’en aurait pas encore assez. Il y en a vraiment pour tout le monde et pour tous les goûts autour du Rémy Bricka de la gratte. Nan, Rémy, on plaisante: n’est pas homme-orchestre qui veut, et porter au dos Marc Ysaye ou Rudy Lenners et leur grosse-caisse n’est pas à la portée du premier velu…

PireAndFriends_2015_0025.JPG PireAndFriends_2015_0026.JPG PireAndFriends_2015_0035.JPG PireAndFriends_2015_0049.JPG

Bravo donc à Maître Pire qui était au fourneau, et à toute son équipe de fines gâchettes qui officiait en cuisine (blurps) : Marcus Weymaere et René Stock, Marc Ysaye, Jean-Pierre Froidebise, Vincent Fis, Sophie Hercot et Alain Leonard de Shaking the Tree, Pierre Léonard, Karin Clercq, Benoît Poncin, Rudy Lenners, Jérôme Danthinne, Fabio Picci, Etienne Dombret, Jacky Coppens, Didier Dessers, Yves Laloux, Rick Corcoran et Maria d’Orgone Box. Le dernier ferme la porte, siouplait (et c’est valable également pour les Révérends du Prince Albert qui ont brillé par leur absence – à moins qu’ils nous aient échappés, les garnements). On sait désormais qui mentionner sur le faire-part (ou qui convier pour jouer du mellotron durant la tarte et le café à l’issue des obsèques) le jour ou l’Alain Pire passera de vie à trépas…

AlainPireAndFriends_Aout2015.jpg

ALAIN PIRE EXPERIENCE – Release Party Live Club Liège – 28 mai 2014

APEx_release_party_bill_bis_Mai2014.jpg
On sait qu’il est des albums qui prennent toute leur dimension et toute leur consistance live on stage. Nous ne pensions pas, mais alors là pas du tout que le Cambridge d’Alain Pire Experience était de ceux-là, tant l’aspect policé et bien léché de sa production en faisait déjà en soi une petite perle bien proprette à ne pas trop bousculer pensions-nous (à tort). C’était oublier à qui nous avions à faire, et disons-le tout de go: Alain Pire Experience live on stage, c’est quasi une tuerie! Au point que cela fait longtemps déjà que nous n’avions pas été contraint d’enfiler nos bouchons, c’est dire.

AlainPireExp_052014_0007.JPG AlainPireExp_052014_0006.JPG AlainPireExp_052014_0010.JPG AlainPireExp_052014_0009.JPG AlainPireExp_052014_0003.JPG

Cette guitare (trop ?) propre sur la version studio se métamorphose sur scène, devenant grasse, envahissante et presque méchante la garce! Les compositions à l’allure extra-terrestre sur CD tant elles sont savamment construites et comme venant d’une autre dimension, deviennent tout à coup bien vivantes et même méchamment bluffantes. C’est comme si le gentil petit Alain à l’air inoffensif se métamorphosait soudainement en violent Alien qui vous fait des trous dans la tête ! La scène ne trahit pas la complexité des arrangements ni la savante architecture des compositions, que du contraire: par la main du maître (His Master Voice?), l’album trouve par le truchement du live le chouïa de testostérone et le tchû de volume qui, tout à coup, semblent maintenant manquer sur le CD.

AlainPireExp_052014_0011.JPG AlainPireExp_052014_0002.JPG AlainPireExp_052014_0012.JPG AlainPireExp_052014_0008.JPG AlainPireExp_052014_0013.JPG

La profondeur et la puissance proprement contenues comme par pudeur (ou prudence?) sur la version studio explosent sur scène: Alain Pire Experience live on stage, c’est comme un moteur qu’on débride après un long rodage, comme un marin qu’on lâche au port après trois mois de haute-mer. Ca fout un grand coup de pied au cul et une baffe dans la gueule, alors que tout est caresse et douceur sur la platine: à se demander si c’est le même APEx !

AlainPireExp_052014_0005.JPG
Etoffé ce soir de quelques SUCH A NOISE de derrière les fagots avec un zeste de Jimi Hendrix et un soupçon de Robert Johnson pour que le set tienne la distance, il n’ y a pas à dire mais il est des soirs où non seulement la surprise est au rendez-vous, mais la claque aussi. De bon augure pour la suite, tout ça: un nouveau power trio serait-il né…?!

AlainPireExp_052014_0014.JPG