RAMBLIN’ MAN FAIR 2017 – jour 2 @ Maidstone, UK

RamblinManFair_2017_poster.jpg
Portraits croisés de vieilles gloires toujours au taquet, de petits jeunes à l’avenir prometteur, et de vieux débris tantôt sur le retour tantôt sur le déclin. Chronique visuelle de valeurs sures et d’étoiles montantes. Ephéméride d’un rassemblement de jeunes sages et de vieux fous, où vieux sages et jeunes fous se côtoient dans une même communion grand-guignolesque ou de tragédie grecque (c’est selon), où chacun joue son rôle et tient sa place.
Il y avait du monde dans le photomaton de ce second et dernier jour de Ramblin’ Man Fair 2017…!

ZZ_Top-Ramblin2017_0009.JPG ZZ_Top-Ramblin2017_0056.JPG ZZ_Top-Ramblin2017_0047.JPG

ZZ TOP clôture haut la main une 3ème édition qui a tenu toutes les promesses de son affiche. Les Texans barbus se permettent même une surprenante reprise de Foxy Lady avant d’enchaîner sur du Jeff BECK. Nous aurions quant à nous préféré qu’ils se "contentent" de leur répertoire, suffisamment vaste et plus que suffisant, durant un set (trop) propre et réglé comme du papier à musique.

ZZ-Top-Ramblin2017.jpg
Gérant leur image de bout en bout, le trio accorde aux photographes l’accès au pit non seulement durant les 2 premiers morceaux de leur set, mais également – fait suffisamment exceptionnel et rare que pour être souligné – durant les deux premiers de leur rappel. Bien vu, les barbus, on en redemande !

ZZ_Top_Ramblin2017.jpg ZZ_Top-Ramblin2017_0064.JPG ZZTop_Ramblin2017.jpg

Pour notre 3ème participation en 3 éditions seulement, notre constat est similaire au deux précédents: hormis la météo pourave du samedi et vis-à-vis de laquelle les organisateurs déclinent toute responsabilité (on est quand même en Angleterre…), il n’y a rien – strictement rien – à redire à la parfaite organisation maintenant huilée de ce festival qui a désormais trouvé sa vitesse de croisière.

IMG_1853.JPG
Qui a trouvé sa vitesse de croisière et son public: on vient au Ramblin‘ comme on irait prendre l’air au parc, ce qui est d’ailleurs précisément le cas. Et le soleil de ce dimanche n’est pas non plus étranger aux humeurs guillerettes tant sur les 4 scènes que sur les transats qui pullulent sur ce gazon tout ce qu’il y a de plus anglais.

SupersonicBluesMachine_Ramblin2017_0002.JPG StoneBroken_Ramblin2017.jpg SupersonicBluesMachine_Ramblin2017_0001.JPG

Sur la scène principale, STONE BROKEN déverse un pur english pub-rock pour ouvrir les hostilités dominicales. A voir la file qui s’allonge pour leur séance de dédicace qui s’en suit, on dirait bien que le public les a plébiscités pour incarner l’avenir du rock anglais. Sur la scène "Prog" (qui était hier la scène "Grooverider"), la programmation de ce début de journée est indigeste comme un english breakfast qui succéderait à une gastro-entérite nocturne: The GIFT puis I am the Morning réussissent le triste exploit de concentrer en un insipide melting pot tout ce que le prog – dans sa pire acception – a pu produire ces dernières décennies en termes de sonorités ringardes et passéistes, et de mélodies soporifiques.

Aaron_Keylock_Ramblin2017.JPG Magnum_Ramblin2017.jpg RamblinManFair2017.jpg

Danny WORSNOP (ex- Asking Alexandria) relève un tantinet le niveau sur la mainstage, nous laissant penser qu’il a dû partager avec FOREIGNER ou JOURNEY les mêmes petits pots et les mêmes bricolages de fin d’année à la maternelle. Et avec sa Prozac Session, on n’est effectivement pas très loin de ses addictions et autres assuétudes.

DannyWorsnop_Ramblin2017.JPG Focus_Ramblin2017.JPG MartinTurner_WishboneAsh_Ramblin2017.JPG Ramblin-Man-Fair-2017.jpg

Passons sur le jeune Aaron KEYLOCK pour mieux fondre sur BLUES PILLS: le band explose littéralement la mainstage. Découverte ici-même il y a tout juste deux ans, notre Ramblin’ Woman et Devil Woman préférée ne nous déçoit à nouveau pas, toujours aussi survitaminée, effroyablement efficace et re-dou-ta-ble-ment entourée. Quand donc cette étoile explosera-t-elle en supernova ?!

Blues_Pills_Ramblin2017_0005.JPG Blues_Pills_Ramblin2017.jpg Blues_Pills_Ramblin2017_0017.JPG

Martin TURNER nous réserve ce qu’il fait de mieux et ce que tout le monde attend de lui: du WHISBONE ASH pur jus. Prestation bien plus consistante que celle que nous délivrent les deux compères de SUPERSONIC BLUES MACHINE et leur southern rock teinté Atlanta. Sans cuivre mais avec un excellent clavier et deux choristes efficaces, l’alchimie et la formule ne sont cependant pas suffisantes pour que prenne la sauce. Tout bénéfice pour MAGNUM qui tire les marrons du feu sur l’autre scène, avec des restes qu’on peut qualifier de meilleurs que bons!

Monster_Truck_Ramblin2017_0022.JPG MonsterTruck_Ramblin2017.jpg Monster_Truck_Ramblin2017_0013.JPG

Dont fuck with the Truck ! MONSTER TRUCK prend le relais de BLUES PILLS à l’applaudimètre à l’issue d’une prestation parfaite sur la grande scène. Leur set acoustique backstage devant les caméras du festival en était d’ailleurs le jouissif présage (voir la séquence retransmise en direct sur notre Facebook live).

UFO_Ramblin2017_0022.JPG UFO_Ramblin2017.jpg UFO_Ramblin2017_0030.JPG

FOCUS doit avoir vieilli autant que sa musique, ce qui ne laisse pas indifférents celles et ceux qui ont suivi la même voie et qui sont en nombre devant la scène. Comparaison n’étant pas raison, le constat est valable (mais sans commune mesure) pour UFO sur la mainstage. De "Lights Out" en intro à "Doctor Doctor" en clôture, il n’y a rien à jeter.

UFO_Ramblin2017_0013.JPG
La bande à Phil MOGG, plus élégant et plus distingué que jamais, so British – nous réserve un florilège de 40 années de pépites qu’il dédicace d’ailleurs à la mémoire de John Marshall en ce jour anniversaire de son décès. De ces deux jours de festival, UFO sera le seul groupe à se voir gratifié de "We want more! We want more…!" scandés par la foule. Mais en vain.

TheDevinTownsendProject_Ramblin2017_0008.JPG TheDevinTownsendProject_Ramblin2017.jpg TheDevinTownsendProject_Ramblin2017_0020.JPG

Avec The Devin TOWNSEND PROJECT, le Ramblin’ a osé – oui: osé ! – du métal ! L’oeil complètement allumé, passant du zombie au possédé et du démoniaque à l’aliéné, TOWNSEND est aussi humoristique que philosophe (oui, oui !), aussi déjanté qu’adepte de l’autodérision. Redevenant bon père de famille lors de ses intermèdes, il rassure le public que tout ça n’est qu’entertainment. A l’issue d’un redoutable et efficace double-jeu, Devin TOWNSEND séduit littéralement toute l’assistance du Ramblin’ (et nous en premier lieu): pari ô combien osé mais surtout réussi d’un festival qui n’a en soit rien de métal !
Le champ est désormais libre pour ZZ Top qui peut clôturer en beauté cette édition 2017…

Ramblin_2017_0002.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES Ramblin_2017_0003.JPG

FIESTA CITY FESTIVAL – 29 août 2009 – Verviers (Feat. SLADE, WHISBONE ASH, Mike SANCHEZ,…)

Fiesta_City_Festival_Verviers_29.08.2009__674.jpg
12 heures de faction rock’n’roll avec d’entrée de jeu le gig des PERPETRATORS, trio canadien en droite ligne venu de Winnipeg – ce qu’on ne devinerait pas tant le français dont ils nous gratifient est correct: sympa, les gars ! Chouette set sur la main stage (parlons français comme ces anglophones: sur la grande scène donc) baignée d’un soleil de plomb comme le fil du même nom. Et tant pis pour les absents qui ne savent pas ce qu’ils ratent ! Nos gaillards remettent le couvert en after-party en milieu de nuit sur la scène du Spirit qui leur convient mieux encore que la grande scène du centre -ville. Il n’y a pas à dire, mais rien de tels que l’intimité, la touffeur et la promiscuité d’un club (et quel club !) pour apprécier ce blues-rock-boogie de ce lointain Montana. Mmh: ça hume bon le Canada profond, ici. Vivement qu’on visionne ce concert filmé sous toutes les coutures…

Perpetrators_08-09_0035.JPG
Perpetrators_08-09_0024.JPG Perpetrators_08-09_0013.JPG Perpetrators_08-09_0023.JPG Perpetrators_08-09_0040.JPG
Perpetrators_08-09_0047.JPG Perpetrators_08-09_0058.JPG Perpetrators_08-09_0068.JPG Perpetrators_08-09_0066.JPG

ABBEY ROAD prend le relais, remplaçant au pied-levé un Machiavel ayant déclaré forfait en dernière minute. Moi qui me réjouissais d’enfin voir Machiavel live on stage, non pas que leur production me séduise particulièrement, mais bon: il est des choses qu’il faut en bon Belge avoir vu au moins une fois, et aussi loin que ma mémoire remonte, je ne me souviens pas les avoir vus. Quoique…. ABBEY ROAD coincé entre les PERPETRATORS et Mike SANCHEZ: l’exercice n’est pas aisé, mais le band n’est pas né de la dernière pluie et s’en sort (très) haut la main avec un final à rallonge littéralement ex-plo-sif, comme porté par un public conquis et en pleine Beatlemania. Les Beatles, ce doit être comme le chocolat (ou l’Orval…): même quand on est au régime ou qu’on en est rassasié, on tombe sous le charme, on se laisse aller et l’on se surprend à savourer et à en redemander…!

Abbey_Road_08-2009_0101.JPG
Abbey_Road_08-2009_0073.JPG Abbey_Road_08-2009_0066.JPG Abbey_Road_08-2009_0057.JPG Abbey_Road_08-2009_0036.JPG

Mike SANCHEZ, oufti ! La surprise du jour en ce qui me concerne, l’excellente surprise du chef même. L’ayant raté plus d’une fois dans un Spirit surchauffé, je mesure mon erreur. Deux cuivres, une contre-basse, une guitare et une batterie pour accompagner ce fou-furieux posé devant son clavier installé perpendiculairement au public en front de scène. Show chaud. Chaud show. Chaud devant: l’homme hilare et aux doigts magiques nous offre une prestation de toute beauté en mouillant son trois-pièces comme pas deux (pièces) transformé en une éponge imbibée en fin de set. Entre Fats Domino et Jerry Lee Lewis, mon coeur balance! A l’issue d’un court rappel concédé par les organisateurs (je ne sais pas comment le public aurait réagi dans le cas contraire…), il quittera la scène, emportant son clavier sous le bras et fixant rendez-vous au public pour une longue séance de dédicace. Question que j’ai oublié de lui poser: un costume trois-pièces, ça résiste à combien de lavages, M’sieur…?

Mike_Sanchez_08-09_0131.JPG

Mike_Sanchez_08-09_0027.JPG Mike_Sanchez_08-09_0056.JPG Mike_Sanchez_08-09_0068.JPG Mike_Sanchez_08-09_0073.JPG
Mike_Sanchez_08-09_0044.JPG Mike_Sanchez_08-09_0105.JPG Mike_Sanchez_08-09_0112.JPG Mike_Sanchez_08-09_0077.JPG
Mike_Sanchez_08-09_0127.JPG Mike_Sanchez_08-09_0143.JPG Mike_Sanchez_08-09_0149.JPG Mike_Sanchez_08-09_0128.JPG
Mike_Sanchez_08-09_0129.JPG Mike_Sanchez_08-09_0145.JPG Mike_Sanchez_08-09_0131.JPG Mike_Sanchez_08-09_0156.JPG

WISHBONE ASH: les habitués de Verviers sont fidèles au rendez-vous. Les standards qu’ils nous offrent également. Le concert parfait itou, idem la set-list – rien à redire: les professionnels sont de la partie. Mais manque pour moi l’éclat magique, le petit grain de folie, le dérapage contrôlé qui fait d’un concert un véritable show. Le quatuor est irréprochable et prend manifestement plaisir à retrouver Verviers qui le lui rend d’ailleurs bien également, mais manquait l’étincelle – ou plutôt elle n’est restée qu’étincelle et n’a pas allumé mon feu. Next time, maybe, next time…. Sorry guys.

Whisbone_Ash_082009_0043.JPG
Whisbone_Ash_082009_0104.JPG Whisbone_Ash_082009_0077.JPG Whisbone_Ash_082009_0080.JPG Whisbone_Ash_082009_0088.JPG
Whisbone_Ash_082009_0090.JPG Whisbone_Ash_082009_0098.JPG Whisbone_Ash_082009_0122.JPG Whisbone_Ash_082009_0125.JPG
Whisbone_Ash_082009_0189.JPG Whisbone_Ash_082009_0138.JPG Whisbone_Ash_082009_0165.JPG Whisbone_Ash_082009_0134.JPG
Whisbone_Ash_082009_0143.JPG Whisbone_Ash_082009_0173.JPG Whisbone_Ash_082009_0177.JPG Whisbone_Ash_082009_0166.JPG

SLADE is not Far Far Away: he’s back home !  »All right everybody, Let your head down, I want to say everybody get on of your seat Clap your hand and step your feet Get down and get with it » ! Le band reste aussi déjanté qu’il y a 6 mois à Limbourg… et autant qu’à sa grande époque certainement. Même si tout cela n’est peut-être qu’artificiel il n’en demeure pas moins que cette spontanéité, cette fraîcheur et ce bol de bonne humeur sans doute bien orchestrée restent d’apparence si naturelle que c’en est un véritable plaisir. Et c’est le principal pour soulever les foules: aucun tube n’est oublié, aucun refrain n’est ignoré des milliers de spectateurs rassemblés au pied de la grande-scène – et ayant connu pour la plupart les semelles compensées et les autres artifices de la plus kitch de toutes les périodes, celle du glam-rock anglais. Oufti, merci les gars !

Slade_Verviers_0809_0098.JPG
Slade_Verviers_0809_0015.JPG Slade_Verviers_0809_0033.JPG Slade_Verviers_0809_0045.JPG Slade_Verviers_0809_0064.JPG
Slade_Verviers_0809_0075.JPG Slade_Verviers_0809_0079.JPG Slade_Verviers_0809_0091.JPG Slade_Verviers_0809_0092.JPG
Slade_Verviers_0809_0099.JPG Slade_Verviers_0809_0101.JPG Slade_Verviers_0809_0107.JPG Slade_Verviers_0809_0104.JPG
Slade_Verviers_0809_0109.JPG Slade_Verviers_0809_0111.JPG Slade_Verviers_0809_0115.JPG Slade_Verviers_0809_0116.JPG
Fiesta_City_Festival_Verviers_29.08.2009__675.jpg
Le show des PERPETRATORS qui remontent sur scène au Spirit en milieu de nuit pour clôturer la journée n’éclipse pas les autres scènes de la ville, ni surtout les autres bands qui ont arpenté la scène du 66, je pense plus particulièrement à Teddy Beer et son rock décalé (déjanté?), et surtout à Loveless Age: chapeau les filles, votre reprise de Moonlight Shadows du grand Rory…..

Fiesta_City_Festival_Verviers_29.08.2009__554.jpg

WISHBONE ASH – 9 février 2005 – Verviers

Wishbone_Ash_2005.jpg
Je me souviens comme si c’était hier de ma première rencontre avec Wishbone Ash: c’était en première partie de Rush à Frankfurt lors de la tournée Hold Your Fire. J’adore ces duels de guitares, même si nous ne sommes pas dans le registre de Lynyrd Skynyrd ni de Molly Hatchet ni de Blackfoot ni de tous ces groupes sudistes à la sonorité si particulière qui a fait leur renom. Mais il n’empêche que la formule Wishbone Ash a également tout pour me plaire, et ils semblent particulièrement apprécier le Spirit puisqu’ils y enregistreront l’année suivante leur DVD live – tout comme une kyrielle d’autres bands d’ailleurs. C’est dire si l’ambiance, l’atmosphère et l’âme qui habitent les lieux valent leur pesant d’or.

RUSH – 4 mai 1988 – Frankfurt (Allemagne)

Rush_1988
Un RUSH et deux NUGENT en deux mois : le nirvana s’appelle rock’n’roll en ce printemps 1988 ! Mini European Tour pour RUSH qui avale quelques dates – toutes sold out évidemment – en Angleterre, Hollande et Allemagne uniquement. On fonce sur Frankfurt, à défaut de pouvoir s’offrir – service militaire oblige… – d’autres gigs de la tournée européenne : deux petits Belges perdus au milieu d’une marée humaine composée d’autant d’Allemands que de GI’s venus sniffer un peu de leur patrimoine nord américain. WISHBONE ASH en première partie : parfait pour accueillir le Rush Hold Your Fire Tour 1988. Quelques clichés de piètre qualité ne vaudront pas de figurer ici. C’est l’époque synthés par excellence, et sonorités années 1980. Certes, ça vieillit peut-être moins bien à l’oreille, mais la qualité intrinsèque des compos et la technique de nos lascars sont, étaient et resteront intactes. Un grand moment à vivre live, au premier rang quasi, pour ce deuxième rendez-vous avec l’Histoire. Des milliers de ballons, rouges évidemment, seront lâchés du plafond sur le public en clôture du show – superbe ! Les bouchons ont encore bien servis ce soir : n’empêche, le volume de l’auto-radio est quand même minable sur la route du retour…