Preview : The PINEAPPLE THIEF & Brother Alex Henry FOSTER @ Bruxelles, 27 octobre 2021

Retour à notre chère Ancienne Belgique après bien plus d’un an et demi de pause sanitaire loin d’avoir été salutaire. Et pour quelles prestations d’anthologie livrées par un certain mais surtout hallucinant et irradiant Alex Henry FOSTER (vous connaissiez ? nous, que nenni) en éblouissant opening act de The PINEAPPLE THIEF ! Il y a des soirs comme ça où les étoiles s’alignent comme par magie sans crier gare, le jour même ou (feu ?) Porcupine Tree envoie d’étranges signaux dans le cyber-espace et d’interpellants signes cabalistiques sur les réseaux sociaux… relayés par Gavin HARRISON himself. Il y a de ces coïncidences qui ne peuvent en être, isn’t it?

(… clichés en primeur dans notre Hall of Fame)

The PINEAPPLE THIEF + Alex Henry FOSTER – Ancienne Belgique @ Bruxelles, 27 octobre 2021

Il y a de ces soirs où l’on n’imagine pas l’ombre d’un seul instant qu’une perle vous attend dans un écrin dont vous ne soupçonniez même pas l’existence: Alex Henry FOSTER est de celles-là. Il y a de ces atmosphères, de ces ambiances et de ces rencontres d’une densité telle qu’elles ne peuvent pas davantage se narrer: on ne peut que les vivre, et Alex Henry FOSTER en fait aussi partie. Au point que The PINEAPPLE THIEF peut ensuite venir et même être mauvais – ce qui fut tout sauf ça, que du contraire – FOSTER même s’il n’officie qu’en première partie aura fait notre soirée. Non: notre année. Pour ce qui est donc de la tête d’affiche, les bourrins de seconde zone argumenteront que The PINEAPPLE THIEF ne fait qu’exploiter le filon et la veine laissée en jachère depuis la dissolution de PORCUPINE TREE il y déjà 10 ans de cela. Et quand bien même serait-ce le cas, réussir un tel exercice n’est pas donné au premier surdoué venu. Bruce Soord et son timbre de voix, tout autant que les harmonies en background vocals, ne feront que renforcer cette sensation et cette filiation…

Mais ces raccourcis mal venus feraient fi de la présence de Gavin HARRISON aux drums depuis 2016, chaînon manquant (ou plutôt liant) entre les fûts de (The) PORCUPINE TREE et les drums de The PINEAPPLE THIEF (tiens, tiens, TPT en abrégé tous deux, vous m’en direz tant…). Sa frappe et sa polyrythmie si particulière, reconnaissables entre mille, demeurent un exercice de très haut-vol et renforce s’il le fallait encore la complexité de ces compositions à tiroir, architecturées telles des pyramides : une base large et solide pour pointer tout en finesse vers l’infinité du ciel.

Qu’on le veuille ou non, certaines sonorités de cet alt-prog-rock hors catégorie sont frappées du sceau Steven WILSON avec un son solidement ficelé, sans samples trop simples ni autres trucs bidon. L’explication que ce même Wilson ait signé The PINEAPPLE THIEF sur l’un de ces labels se suffit sans doute à elle-même. Mais s’en contenter serait faire fi de l’empreinte incontestable de Gavin HARRISON qui a littéralement métamorphosé un voleur d’ananas qui, auparavant, nous indifférait presque.

Pour leur seconde venue à Bruxelles, The PINEAPPLE THIEF est un des premiers bands étrangers et d’envergure à fouler de nouveau les planches de l’Ancienne Belgique post-covid. Sa configuration full-assise, sans même un semblant de fosse ni de pit-photo, rend les lieux plus intimistes que d’habitude, même si celle-ci nous l’avons perdue depuis plus d’un an et demi. Nos jetons-boissons qui trainaient dans un fond de tiroir depuis lors ont toujours cours: une chance qu’il y ait encore des valeurs sûres qui ne se déprécient pas…

A propos de valeur sûre (au Canada) ou à confirmer (en Europe), de quel tabernacle sort donc cet extraordinaire, cet extraterrestre Alex Henry FOSTER qui officie en première partie avec ses Long Shadows?! Premier band d’outre-Atlantique a fouler les planches de l’AB depuis mars 2020, ces Montréalais au savoureux accent nous en mettent plein les mirettes en nous plongeant dans une atmosphère et dans une ambiance littéralement hors du commun.

Trois compositions seulement (ou n’en était-ce finalement que deux…? (*)) occupent le terrain des 40 minutes de post-rock avant-gardiste qui lui sont dédiées, mais quelle occupation toute en subtilité et toute en finesse. Quelle prestation toute en densité, toute en overdub, toute en texture et toute en loop. Un set éblouissant, atmosphérique, hypnotique, lancinant, hallucinant, instinctif, expérimental, aérien et à la fois musclé et parfois noisy. Nous venions pour The PINEAPPLE THIEF mais repartons le coeur gros comme ça, empli d’une émotion dont nous a submergé cet inénarrable Alex Henry FOSTER & The Long Shadows.

Depuis longtemps une prestation ne nous avait-elle plus confronté à une telle emphase, à une telle communion, à autant d’intensité, de grandeur d’âme, d’amour, de pudeur et d’émotions. FOSTER, par sa présence irradiante et un charisme rare, synchronise et orchestre tel un guide ses envolées improvisées où chacun de ces Long Shadows semble à la fois partie d’un tout et organisme à part entière. En un mot comme en cent, ce diable de Montréalais nous a sans conteste réservé la surprise live de l’année.

Les blaireaux de seconde zone dont mention en début de cette review ne manqueront certainement pas d’imputer au contexte pandémique cette plus haute marche du podium que nous attribuons à FOSTER, classement certes tout subjectif et qui n’a de toutes façons pas lieu d’être. Rendez-vous est néanmoins donné lors de sa tournée d’été 2022 pour qui voudra confronter ses sensations et par dessus tout fusionner son karma avec celui d’Alex Henry et ses Long Shadows… Pas le temps d’attendre ? Découvrez alors ici sa vision spirituelle du monde et de la musique (interview de juin dernier).

(*) Alex Henry FOSTER nous précisera quelques jours plus tard: « While it wasn’t sure how many songs were in our 40-minute set, I can confirm that it was 2 and a half. I say that, because the first one, titled “Ouverture” was meant to be used as an intro and merge into the first song, the unreleased “Slow Pace of the Winds”. The other half of our set was destined to our song “The Hunter (By the Seaside Window)”« .

(… autres instantanés consultables dans notre Hall of Fame)

Now online : MASTODON feat. Scott Kelly of NEUROSIS

Après Steven WILSON la semaine dernière (et à nouveau la semaine prochaine…), on passe avec MASTODON du Taj Mahal à Las Vegas, on se téléporte du Louvre à Akihabara. Ou, pour rester plus couleurs noir-jaune-rouge, on passe d’Orval aux Marolles…
MASTODON featuring Scott Kelly of Neurosis, c’est du compact, c’est du condensé, du très lourd. Du massif à en contrarier l’attraction terrestre et à en déplacer le pôle magnétique…

Mastodon_AB_09fev2019_0431.JPG
Maintenant en ligne : MASTODON sold out @ Ancienne Belgique – Bruxelles – 09 février 2019
… et mention toute spéciale à KVERLETAK, un vent de fraicheur – non: une tornade – en opening act :

Kverlertak_AB_09fev2019.jpg

MASTODON @ Ancienne Belgique – Bruxelles, 9 février 2019

Mastodon_AB_09fev2019_0556.JPG
Une Ancienne Belgique comme on l’adore: méchamment sold out, une assistance nettement moins typée métal et bien plus féminine que lors de ces traditionnelles grands messes de la déesse Décibelle. Et à son propos justement, MASTODON est tout juste énorme ce soir. 100 minutes durant, un rouleau compresseur écarte les murs de l‘Ancienne Belgique pour faire place nette et ne laisser que miettes et poussières derrière lui. Phénoménal.

Mastodon_AB_09fev2019_0296.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0302.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0325.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0327.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0421.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0432.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0423.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0435.JPG

En 2012, en première partie de SOUNDGARDEN et de METALLICA qui se produisaient sur le tapis de roulette de Werchter, nous avions souri à la seule vue du nom de MASTODON mentionné sur l’affiche de cette planche à billets. Mais nous étions bien vite redescendu sur terre et réalisé qu’on était là face à un gros, gros poisson en devenir. C’est maintenant chose faite, et déjà confirmée depuis 2016 lorsque leur prestation au Cabaret Vert nous avait déjà littéralement scotché.

Mastodon_AB_09fev2019_0428.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0437.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0449.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0436.JPG

MASTODON rame à contre-courant de tout ce qui pourrait être porteur en termes de marketing: pas de look extravagant, pas d’esbroufe ni d’excès – ni sur scène ni ailleurs. Pas de show ni de frime: rien de ravageur hormis le son, allant à l’encontre de tout diktat en matière de musique, d’image et de bla-bla aussi inutile que superflu.

Mastodon_AB_09fev2019.jpg
Juste l’essentiel: 100% de puissance limbée dans un raffinement subtilement construit et avec un batteur tout bonnement exceptionnel. Un de ces rares stickmen hors-norme qui sait allier une force de frappe sans pareille et un jeu aussi subtil que riche et diversifié. Enormissime.

Mastodon_AB_09fev2019_0324.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0333.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0353.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0354.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0491.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0510.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0492.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0517.JPG

100 minutes durant, et sans rappel, MASTODON telle une locomotive folle écrase tout devant elle, ne s’arrêtant à aucune gare et pulvérisant la butée du terminus. A l’instar d’une poule sans tête – mais avec énormément d’intelligence et de jugeote – le quatuor fonce tout droit. Invincible, ou indifférent à tout ce qui pourrait lui arriver, rien ne l’arrête. Rien ne peut l’arrêter. MASTODON est un mammouth, un alien, un monstre à quatre tête – voire cinq ce soir avec la présence de Scott Kelly, transfuge temporaire de Neurosis.

Mastodon_AB_09fev2019_0374.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0415.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0431.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0493.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0545.jpg Mastodon_AB_09fev2019_0375.JPG

En explorant de nouveaux horizons mélodiques,MASTODON nous promène entre hardcore technique et post-hardcore, entre sludge métal et progressif, croisant de nombreux genres et osant un mélange lyrique et innovant de grindcore et de hardcore, de metal progressif ou expérimental, de sludge, de stoner metal, de metal alternatif, de groove metal et de heavy metal (… diront les spécialistes que nous ne sommes pas). Mais MASTODON, c’est comme les frites McCain: ce sont qui en parlent le moins qui en mangent le plus…

Mastodon-AB-09fev2019.jpg
Avec ces rythmiques aussi inhabituelles que séduisantes, MASTODON impose sa marque de fabrique sans nulle pareille, nous renvoyant à une dimension peu souvent explorée dans le genre. En franchissant ces nouvelles frontières, MASTODON fait méchamment mouche. Et quoi de plus insaisissable qu’une mouche…?!

Mastodon_AB_09fev2019_0466.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0470.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0476.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0482.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0285.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0369.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0387.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0412.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0443.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0448.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0526.jpg Mastodon_AB_09fev2019_0377.JPG

UNCLE ACID & The Deadbeats @ Bruxelles – 15 nov. 2018

UncleAcid_AB_15nov2018_0178.JPG
Il y a comme qui dirait de ces soirs et de ces concerts qui n’apportent pas toute l’adrénaline attendue ni toute la testostérone espérée. Pourtant, notre premier face à face amstellodamois avec le quatuor (qui ouvrait pour Black Sabbath en 2013) nous avait tout simplement soufflé et totalement décoiffé. Mais la magie n’opère pas une seconde fois ce soir à l‘Ancienne Belgique.

UncleAcid_AB_15nov2018_0012.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0036.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0039.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0113.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0017.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0155.JPG

Un son écrasé – à peine plus cependant que sur le vinyl – et un show fort (trop ?) statique sur une scène plongée la plupart du temps dans la pénombre achève un tableau au final un peu trop mièvre comparativement au doom psychédélique qu’UNCLE ACID parvient pourtant si bien à nous syncoper en studio.

UncleAcid_AB_15nov2018_0053.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0091.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0027.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0121.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0172.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0028.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0180.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0184.jpg UncleAcid_AB_15nov2018_0185.jpg

Le bon peuple n’a pas non plus fait le déplacement en nombre, et c’est dans une AB bien chichement et injustement garnie que nos Deadbeats entament un sprint d’une heure et demi, mais sans coup férir. Cette néanmoins folle cavalcade nous laisse donc comme un petit goût de trop peu, à l’instar d’un space cake mal dosé qui ne nous aurait pas pleinement satellisé ni mis en parfaite orbite…

UncleAcid_AB_15nov2018_0106.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0151.JPG UncleAcid_AB_15nov2018_0183.jpg UncleAcid_tour_2018.jpg

BLACKBERRY SMOKE – Bruxelles, 29 octobre 2018

1ère partie de choix, l’excellentissime QUAKER CITY NIGHT HAWKS nous plonge directement dans l’ambiance et le climat que seuls les bands « de là-bas » peuvent procurer. Le son et l’accent ravageur en sont, le look et l’attitude placide de même, les compos alambiquées arrachent le bitume mais juste comme il faut – ni trop, ni trop peu – et ce son, ce son: quel son, Madre de Dios !

QuakerCityNightHawks_AB_29oct2018_0008.JPG
Avec un set digne de celui d’une tête d’affiche, la magie du southern rock de QUAKER CITY NIGHT HAWKS opère à merveille, bien plus que sur leurs albums studio soit dit en passant. Et l’on se croit, le temps d’une Budweiser, plongé au plus profond du deep south. A suivre de très, très près ces gars de QCNH

Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0056.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0094.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0139.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0240.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0161.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0165.JPG

Avec pareille entrée en matière et un public déjà outre-Atlantique, BLACKBERRY SMOKE se la joue sur du velours. Un southern rock pur et (parfois pas assez) dur, des crinières au vent et de la barbe au-dessus du veston, des guitares assaisonnées au boogie, rock’n’roll, bluegrass ou, pour reprendre leur site, une exploration sonore qui vous propulse dans les sphères du ‘transcendantalisme heavy metal‘ (euh, heavy metal? …faudra nous expliquer).

Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0142.JPG
Les cinq d’Atlanta, country boys plus vraiment tous jeunes bercés par la musique de Nashville, sont donc tombés enfants dans la marmite Allman Brothers, JJ Cale, Lynyrd Skynyrd, Marshall Tucker Band ou encore ZZ Top – y compris lunettes solaires seventies, pantalons patte d’eph et crinières au vent, à la mode Black Crowes du début des années nonante. Et il parait que même aux Etats-Unis, terre natale de BLACKBERRY SMOKE, personne ne semble savoir dans quelle catégorie classer le groupe, mélange de gospel, de bluegrass, de rock et de soul avec une touche de country.

Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0014.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0065.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0176.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0062.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0200.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0029.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0169.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0087.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0188.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0039.JPG Blackberry_Smoke_EuroTour2018.jpeg Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0052.JPG

Si donc même les gars de « là-bas » sont dans l’impossibilité de catégoriser BLACKBERRY SMOKE, ce n’est pas nous qui allons nous y risquer. D’autant plus qu’au vu de l’éclectisme du public de tous âges et de tous styles, venu en nombre, on risquerait même de s’en mettre une partie à dos. Nous, tant que ça hume bon l’authentique deep south et que la véritable southern touch de première qualité est au rendez-vous, on se passe même volontiers d’une Bud – c’est dire.

Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0220.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0182.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0219.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0227.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0234.JPG Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0237.JPG

Now online : BLACKBERRY SMOKE @ Bruxelles, 29 sept. 2018

Blue-collar work ethic, road-dog attitude rock...
La magie du southern rock opère de nouveau à merveille et l’on se croit, le temps d’une Budweiser, plongé au plus profond du deep south.
Maintenant en ligne: BLACKBERRY SMOKE live in Bruxelles – Ancienne Belgique, 29 octobre 2018

Blackberry_Smoke_AB_29oct2018_0182.JPG

NILE RODGERS & CHIC – Ancienne Belgique – 19 août 2018

NileRodgers_photopass2018.JPG
Ah ! qu’est-ce qu’on est serré au fond de cette boîte, chantent les sardines, chantent les sardines. Ah ! qu’est-ce qu’on est serré au fond de cette boite, chantent les sardines entre l’huile et les aromates…

Capture.JPG
Il doit y avoir, en regard de notre mythique Ancienne Belgique, « sold out » et « sold out ». Nous avons déjà connu bien des « sold out » où il y avait encore moyen – pour imager le concept – de se rendre aux toilettes sans prévoir ½ heure de trajet (aller simple) entre le frontstage et les commodités du fond de la salle. Puis il y a les « sold out » genre ce beau soir d’été, blindé de chez blindé, où effectuer cette salutaire vidange relèverait de la mission tout à fait impossible. Pour imager le concept toujours.

Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0033.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0225.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0188.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0235.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0168bis.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0246.JPG

Le nom de Nile RODGERS, musicien, guitariste, auteur-compositeur et producteur de musique est indissociable du disco/funk dont il a été le maître à la fin des années 1970 avec CHIC. Mais peu savent qu’il a aussi livré des albums « clés en mains » en tant que compositeur, musicien et producteur de SISTER SLEDGE ou de DIANA ROSS. A qui il rend d’ailleurs hommage ce soir avec une "Upside Down" au menu qui a dû en surprendre plus d’un. Sans même parler de "We are family" qui en rajoute une couche…

Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0424.JPG Nile-Rodgers-AB-19aout2018.jpg Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0457.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0247.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0214.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0304.JPG

Autant dire d’ailleurs que Nile RODGERS étale ce soir toute sa maestria, tout son brio et tout son talent sous toutes les casquettes qu’il a pu porter ces dernières décennies. Non seulement le meilleur de CHIC est passé à la moulinette dans une ambiance survoltée, mais il agrémente cette set-list de Dieu le Père de quelques unes de ses autres perles.

Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0417.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018.jpg Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0469.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0313.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0384.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0418.JPG

Hé oui, le sorcier RODGERS nous balance en prime ce soir son "Like a Virgin" qui a lancé MADONNA, continue avec David BOWIE ("Let’s Dance"), poursuit avec INXS ("Original Sin") et même DURAN DURAN ("Notorious"). Et que dire encore de son "Get Lucky" de DAFT PUNK qui est le coup de grâce pour un public qui n’en demande pas tant, hé hé.

Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0128.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0134.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0160.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0204.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0242.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0250.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0251.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0276.JPG

Des génies musicaux au nez fin et à la fibre commerciale de la trempe de Nile RODGERS, qui façonnent des artistes, qui créent les tendances et qui lancent les modes, on les compte sur les doigts d’une seule main. Total respect, Mister RODGERS, avec l’émouvant l’hommage que vous rendez à tous ceux qui, comme vous, se sont relevés d’un cancer annoncé fatal: une Ancienne Belgique illuminée de 2000 smartphones en leur honneur – en votre honneur – est quelque chose qui marque. Tout comme être ce soir parmi la poignée de photographes accrédités aux pieds de ce monument: un privilège de fin gourmet que nous ne sommes pas encore prêt d’oublier…

Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0252.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0319.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0356.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0323.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0348.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0358.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0487.JPG Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0262.JPG

Now online : NILE RODGERS & CHIC @ Ancienne Belgique

Un tout, tout Grand Monsieur était de passage par Bruxelles ce 19 août 2018 dans une AB archi-hot-blindée.
Un monument, un mythe, une icône, un magicien et un sorcier déboulait dans la capitale. Un compositeur-guitariste-producteur hors pair qui se cache derrière bien des succès insoupçonnés pour beaucoup: Ladies and Gentlemen, please welcome the one and only one Niiiiiiiiiiiiiiiile RODGERS !
… qui déboule présentement sur scène en avant-concert pour nous tirer le portrait avec son smartphone :

Nile_Rodgers_AB_19aout2018_0051.JPG
Full report & review + live footages now online.

Now online : Steven WILSON @ Bruxelles – 09 mars 2018

Le dernier génie conceptuel du 20ème siècle entouré de sa brochette fétiche de musiciens hors-pair.
Ou comment An Evening With Steven WILSON peut être synonyme d’intemporalité sensorielle, comme un moment de plénitude intégrale, ou un échantillon de nirvana terrestre dont nous gratifieraient les dieux…

StevenWilson_AB_09mars2018_0704.JPG