NINE POUND HAMMER @ Sjock Festival 2018

Sjock_Backstage_Pass.JPG
Avec leur rural bluegrass cowpunk sentant bon le crottin du fin fond du Kentucky, NINE POUND HAMMER parle aux gens de la terre, des problèmes des gens de la terre, avec les mots des gens de la terre – comme des alcooliques au coin du bar dans le plus pouilleux saloon du recoin le plus perdu. Leur set est à l’image de leur musique, et leur musique à l’image de leur terroir: sans fioriture ni faux-semblant.

NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0025.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0051.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0059.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0067.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0096.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0116.JPG

On ne prend pas de gant pour parler de tout ça ma p’tite dame, et pour envoyer la sauce inutile de faire usage des bonnes manières qu’on n’a d’ailleurs jamais apprises. NINE POUND HAMMER, c’est de l’authentique, c’est du brut de décoffrage. C’est du full-terroir. Et dans ce terroir, on ne fait pas dans la dentelle: la dentelle, on s’en sert pour éponger la sueur quand on a fini de besogner Madame ou de traire Margueritte. Quand ce n’est pas la même…

NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0011.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0037.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0032.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0061.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0110.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0029.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0207.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0030.JPG

En festival, l’habit fait toujours le moine: à contempler les Marshall et le matos qu’on installe sur scène, on sait que ça va être du lourd. Et c’est à ce moment qu’on réalise comme un c… que Blaine Cartwright est à la lead guitar. Nous l’avions croisé un peu plus tôt lors de son arrivée backstage, et à notre stupide question toute spontanée "What the f**k are you doing here ?! ", il avait eu l’élégance de nous répondre par un radical "… I am playing !! " au lieu de nous envoyer sur les roses.

NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0130.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0141.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0148.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0190.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0241.JPG NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0253.JPG

On ne nous dit rien, on nous cache tout ! Nous étions en effet à mille lieues de savoir qu’il avait plus d’une corde à son arc (et à sa guitare), le Cartwright: ce n’est de fait qu’à l’occasion d’un court split de NINE POUND HAMMER fin du millénaire dernier, nous apprend-il, qu’il a fondé NASHVILLE PUSSY. C’est là qu’on se rend compte qu’on aurait mieux fait de la fermer un peu plus tôt pour éviter un peu plus tard d’avoir la furieuse envie de rentrer sous terre…

NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0254.JPG Sjock-Festival_2018.jpg NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0257.JPG

Comme si tous les Ricains présents au festival s’étaient donné le mot, NINE POUND HAMMER clôturent eux aussi leur tournée européenne au SJOCK avant de rejoindre outre-Atlantique Marguerite dans ses pâturages (ou Madame, c’est selon…). Et Cartwright de continuer cet été sa route avec NASHVILLE PUSSY le temps de quelques dates bien juteuses

NinePoundHammer_Sjock_Jyly2018_0036.JPG

NASHVILLE PUSSY – L’Entrepôt @ Arlon – 12 août 2016

Nasville_Pussy_August2016_0002.jpg
Quand on décide de porter aussi fièrement un nom si sensuellement éructé sur un "Double Live Gonzo !" d’anthologie à l’attention des gentes dames de Nashville, on peut se permettre beaucoup, beaucoup de choses. Heavy & dirty rock’n’roll show : l’affiche hurle également le programme de ces 75 minutes hot, hot, hot dans le chaudron de l‘Entrepôt.

NashvillePussy_2016.jpg
Nasville_Pussy_August2016_0048.JPG Nasville_Pussy_August2016_0242.JPG Nasville_Pussy_August2016_0403.JPG Nasville_Pussy_August2016_0102.JPG Nasville_Pussy_August2016_0407.JPG Nasville_Pussy_August2016_0061.JPG Nasville_Pussy_August2016_0422.JPG Nasville_Pussy_August2016_0121.JPG

Nashville-Pussy-2016.jpg
Avec NASHVILLE PUSSY, on sait à quoi s’attendre et l’on n’est jamais déçu. Si elles en avaient, on les appellerait sans doute Airburnes – pardon: Airbourne – tant le quatuor dégage. Ce quatuor, c’est 100% rock’n’roll, 200% attitude, 300% énergie, 400% show et 500% heavy & dirty r’n’r show – comme l’annonce l’affiche. NASHVILLE PUSSY on en redemande: des bands intègres et sincères qui continuent à faire inlassablement le grand écart entre le Vieux et le Nouveau Continent avec autant de spontanéité, d’énergie et de simplicité, ça ne court plus les scènes.

Nasville_Pussy_August2016_0449.JPG Nasville_Pussy_August2016_0411.JPG Nasville_Pussy_August2016_0095.JPG Nasville_Pussy_August2016_0432.JPG Nasville_Pussy_August2016_0109.JPG Nasville_Pussy_August2016_0415.JPG Nasville_Pussy_August2016_0451.JPG Nasville_Pussy_August2016_0098.JPG

Nashville_Pussy_2016.jpg
NASVHILLE PUSSY: le poids des Wonderbra, le choc des cuirs et la puissance de feu des chattes du Tennessee. NASHVILLE PUSSY n’a rien inventé mais le crie haut et fort, et le montre bien mieux encore en alliant le panache et le show à l’énergie brute et primale du real rock’n’roll. Ils/elles s’appelleraient "Triple Live Gonzo!" qu’ils/elles le mériteraient, c’est dire. Garces, va: venez chercher votre fessée près de papa…

Nasville_Pussy_August2016_0058.JPG Nasville_Pussy_August2016_0075.JPG Nasville_Pussy_August2016_0081.JPG Nasville_Pussy_August2016_0199.JPG Nasville_Pussy_August2016_0228.JPG Nasville_Pussy_August2016_0222.JPG Nasville_Pussy_August2016_0140.JPG Nasville_Pussy_August2016_0205.JPG Nasville_Pussy_August2016_0296.JPG

Now online : NASHVILLE PUSSY @ Arlon – 12 août 2016

Nasville_Pussy_August2016_0068.JPG
Nasville_Pussy_August2016_0130.JPG Nasville_Pussy_August2016_0153.JPG Nashville_pussy_12.08.16_Entrepot.jpg Nasville_Pussy_August2016_0158.JPG Nasville_Pussy_August2016_0159.JPG

NASHVILLE ♥ PUSSY – Verviers, Spirit of 66 – 13 octobre 2014

Nashville-Pussy_tix_2014.JPG
Alleï, une fois n’est pas coutume, inspirons-nous de l’excellente review du dernier album de NASHVILLE PUSSY parue dans l’édition de septembre 2014 de "Classic Rock Magazine" afin de partager l’ambiance de ce 13 octobre 2014 dans la fournaise du Spirit of 66.
Let’s go !
"Unashamed party animals, NASHVILLE PUSSY haven’t sounded this strong since debut album Let Them Eat Pussy in 1998. Atlanta’s fiery four-piece clearly don’t give a damn, they’re just doing what comes naturally – and that means pulling together references from Motorhead, Ted Nugent, Aerosmith and Skynyrd, alongside a huge dose of redneck attitude, while never losing their ribald sense of humour".

NashvillePussy_2014_0003.JPG IMG_1215.JPG IMG_1270.JPG NashvillePussy_2014_0010.JPG NashvillePussy_2014_0045.JPG NashvillePussy_2014_0071.JPG IMG_1472.JPG NashvillePussy_2014_0086.JPG NashvillePussy_2014_0110.JPG NashvillePussy_2014_0090.JPG NashvillePussy_2014_0151.JPG NashvillePussy_2014_0099.JPG NashvillePussy_2014_0130.JPG NashvillePussy_2014_0169.JPG NashvillePussy_2014_0194.JPG NashvillePussy_2014_0301.JPG

"It’s obvious on Everybody’s Fault But Mine, which owes something to Mountain, and carries on through the Motorhead-fuelled Rub It To Death and Spent. They then hook up the trailer to the ZZ Top snout for Beginning Of The End before getting countrified for Tray For Cocaine, Hooray For Tennessee. This is Skynyrd with tongues in cheek, while Pillbilly Blues hitches a ride to an AC/DC groove circa Let There Be Rock, and Pussy‘s Not A Dirty Word could belong in the Aerosmith box. Yep, this is loud American rock’n’roll, with no frills, no regrets".

Nashville_Pussy_Verviers_13oct2014.jpg
Que dire de plus ?! Qu’ajouter, puisque tout est dit, bien dit et si bien écrit qu’en rajouter ferait tache et caisse de résonance. Et avec d’entrée de jeu Keep on Fucking, la messe était dite dès la première note – même pas besoin d’attendre la consécration, d’autant plus qu’on communiait au Jack Danniels et à la Jupiler sur la scène. NASHVILLE PUSSY reste un band à part, et comme José, a le râble tanné. Ca doit être ça, notre version bien de chez nous du redneck. Le Spirit of 66 n’a jamais si bien porté son nom, avec ces effluves de Jack Danniels qu’on pouvait humer à des lieues.

NashvillePussy_2014_0315.JPG NashvillePussy_2014_0322.JPG NashvillePussy_2014_0316.JPG NashvillePussy_2014_0324.JPG NashvillePussy_2014_0361.JPG NashvillePussy_2014_0388.JPG NashvillePussy_2014_0379.JPG NashvillePussy_2014_0369.JPG NashvillePussy_2014_0390.JPG NashvillePussy_2014_0393.JPG NashvillePussy_2014_0413.JPG NashvillePussy_2014_0425.JPG

Est-il besoin de rappeler que NASHVILLE PUSSY fait référence à une phrase que Ted Nugent éructa un beau soir sur scène dans le Tennessee? L’occasion de se passer et repasser ce morceau d’anthologie qu’est Wang Dang Sweet Poontang sur l’abum Double Live Gonzo ! où, tout en délicatesse et en finesse comme à l’accoutumée, le Nuge de dédier de la sorte ce morceau à la gente féminine locale. Ite missa est: allez en paix et ne péchez plus Brothers & Sisters…

NashvillePussy_2014_0005.JPG NashvillePussy_2014_0114.JPG NashvillePussy_2014_0156.JPG NashvillePussy_2014_0235.JPG NashvillePussy_2014_0337.JPG NashvillePussy_2014_0158.JPG NashvillePussy_2014_0376.JPG NashvillePussy_2014_0480.JPG NashvillePussy_2014_0493.JPG

(Deux précédentes reviews de NASHVILLE PUSSY en texte & photos : 2002 et 2009)

Soon online – bientôt en ligne : NASHVILLE ♥ PUSSY

IMG_1215.JPG NashvillePussy_2014_0411.JPG

NASHVILLE ♥ PUSSY live @ Spirit of 66, 14 octobre 2014

NASHVILLE PUSSY – 26 avril 2009 – Arlon

Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__132.jpg
Hot, hot, hot ce concert – chaud devant (et derrière aussi…) ! Dernière date sur le Vieux Continent pour Nashville Pussy qui termine à Arlon – dans le cadre de ces premières Aralunaires – sa tournée européenne avant de repartir chauffer ses cow-boys et échauffer les esprits dans leur lointain Texas. Nos quatre garces et lascars prennent manifestement leur pied dans un Entrepôt tout acquis à leur cause. Max d’énergie, max de décibels, max de show, max de provoc: quand le dieu rock’n’roll copule avec la déesse décibels – et nous avons deux déesses de derrière les fagots qui en connaissent un brin en matière de manche à astiquer ! Mais cela ne se limite pas au seul visuel: la lead guitar est tout simplement époustouflante et dévastatrice à souhait, donnant à se rincer tant l’oeil que l’ouïe.

Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__276.jpgPhotos (c) – Use only with mention of www.intensities-in-tens-cities.eu Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__146.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__155.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__166.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__182.jpg
Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__151.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__162.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__189.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__179.jpg
Photos (c) – Use only with mention of www.intensities-in-tens-cities.eu
Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__206.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__218.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__223.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__248.jpg
On ne fait pas dans la dentelle ni dans le soft ce soir, mais plutôt dans le cuir et dans le hard – au propre comme au figuré. Ce n’est pas Buckingham mais Soho, ce n’est pas Broadway mais le Bronx, ce n’est pas Place Royale mais les Marolles: du vrai, du bon, du chaud, du primaire, du basique, du carré sans compromis ni compromission, vitaminé au Jack Daniel’s et… à l’Orval dont sont tout aussi friands nos Ricains. Du bon, du très bon, et quelle bouffée d’air mes aieux – et je ne parle pas ici de chambres-à-air ni de pipettes bien qu’il y ait matière à. Nom de Dieu: quelle bonne parole le Nuge a-t-il eue un beau soir de Double Live Gonzo à Nashville…!

Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__195.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__213.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__222.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__226.jpg
Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__270.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__261.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__276.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__278.JPG
Photos (c) – Use only with mention of www.intensities-in-tens-cities.eu
Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__299.JPG Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__303.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__316.jpg Nashville_Pussy_Arlon_26.04.2009__318.jpg

NASHVILLE PUSSY – 12 décembre 2002 – Bruxelles

Nashville_Pussy_2002
Mon premier show au Bota. Nashville Pussy : deux mecs, deux gonzesses, un quatuor sexy, sexe et chaud au possible – au propre comme au figuré – avec un rock bien carré parfois plus proche des Ramones que de Motorhead. Un concert haut en couleur, assurément, dans une salle qui se laisse prendre au jeu du sexe et du rock – avec un nom pareil, le décor est illico planté. Et puis, quand on connaît l’origine de la dénomination du band, ce ne peut-être que du bon (hein, Ted !).