JUDAS PRIEST + special guest UFO @ Forest National, Bruxelles – 16 décembre 2015

SAMSUNG CAMERA PICTURES
La NWOBHM peut elle encore porter le titre de "new" 35 ou 40 ans après avoir été baptisée de la sorte ?! Oh que oui: grosse claque dans la figure, magistrale gifle… The God of Metal n’a pas déçu et les nouveaux (?) saigneurs ne peuvent que dignement porter leur fière appellation qui ne nous avait pourtant pas explosé dans la face au printemps dernier à Luxembourg. Une scène bruxelloise aux dimensions imposantes dressée presqu’au milieu de la fosse de Forest National rend la cuvette d’autant plus propice à une effusion de décibels pour cette grand messe dont les prêtres de Judas sont définitivement passé au rang de dieux.

JudasPriest.jpg
56767797.JPG JudasPriest16122015_0029.JPG JudasPriest16122015_0065.JPG JudasPriest16122015_0040.JPG JudasPriest16122015_0128.JPG JudasPriest16122015_0131.JPG JudasPriest16122015_0137.JPG JudasPriest16122015_0143.JPG JudasPriest16122015_0152.JPG JudasPriest16122015_0159.JPG JudasPriest16122015_0145.JPG JudasPriest16122015_0164.JPG

Une mise en scène et un light show impressionnants achèvent un tableau époustouflant servi par une sono proche de la perfection. JUDAS PRIEST nous sort le grand jeu et la recette – pourtant éculée avec les décennies – n’a pas pris une seule ride. Que du contraire : avec les années passant, le formule s’est encore tonifiée et le breuvage corsé davantage, à l’instar d’une soupe de grand-mère ou d’une choucroute dégageant un fumet plus puissant encore quand longuement réchauffée à feu doux.

JudasPriest16122015_0324.JPG
JUDAS PRIEST demeure synonyme de heavy metal grandiloquent dans toute sa pleine démesure musicale et scénique, mais néanmoins tout en finesse et en (relative) sobriété. Ou quand un ogre joue le fin gourmet. British steel & master class, ni plus ni moins.

JudasPriest16122015_0016.JPG JudasPriest16122015_0042.JPG JudasPriest16122015_0061.JPG JudasPriest16122015_0074.JPG JudasPriest16122015_0079.JPG JudasPriest16122015_0177.JPG JudasPriest16122015_0232.JPG JudasPriest16122015_0249.JPG JudasPriest16122015_0284.JPG

Cuir, clous, cravache, chaînes et canne – le grand barnum du heavy metal est fidèle à ce qu’on attend de lui : une grand messe noire aux tempos lourds et méchants, mais sans esbroufe ni tape à l’œil, si ce ne sont peut-être les (trop?) nombreuses tenues d’Halford qui virilisent davantage encore la rétine. Rien que du pur et du naturel, sans fard ni faux semblant, ni anabolisant ni artifice. Le heavy metal dans toute sa splendeur, dans toute sa spontanéité, dans toute sa virilité mais en toute (relative) simplicité et sans show (sang chaud ?).

JudasPriest16122015_0165.JPG JudasPriest16122015_0186.JPG JudasPriest16122015_0166.JPG JudasPriest16122015_0199.JPG JudasPriest16122015_0230.JPG JudasPriest16122015_0234.JPG JudasPriest16122015_0235.JPG JudasPriest16122015_0252.JPG JudasPriest16122015_0298.JPG JudasPriest16122015_0329.JPG JudasPriest16122015_0336.JPG JudasPriest16122015_0337.JPG

Pas besoin de faire mieux que nature lorsqu’on est l’alpha et l’oméga de la discipline. Nous ne sommes pourtant pas les premiers adeptes de la discipline, c’est donc dire l’impression dévastatrice que nous laisse cette soirée orgiaque mais cependant – et paradoxalement – toute en retenue. Voire même peut-être tout en retrait pour ce qui est d’Halford qui semble avoir laissé le leadership à Hill, le petit nouveau.

JudasPriest16122015_0324.JPG JudasPriest16122015_0286.JPG JudasPriest16122015_0323.JPG

Cette prestation époustouflante de JUDAS PRIEST rend d’autant plus décevante le petite heure d’UFO officiant en open-act. Nous attendions pourtant avec énormément de plaisir ces retrouvailles, mais celles-ci sont gâchées par une sonorisation pourave et un show sans âme ni grande conviction malgré tout le respect que nous vouons à l’Ovni.

UFO_16dec2015_0059.JPG
Assurément la moins bonne prestation d’UFO à laquelle il nous ait été donné d’assister, mais assurément pas au point de mériter ces désormais traditionnels sifflements de Flamoutches lorsque les artistes ont la courtoisie de s’essayer à quelques mots de français. C’en devient une minable et déplorable habitude, que l’on soit à Forest National ou à l‘Ancienne Belgique.

UFO-Bxl-16dec2015.jpg UFO_16dec2015_0248.JPG UFO_Bxl_16dec2015.jpg

Les quasi septantenaires d’outre-Manche étaient donc à la fête ce soir, et sur leur thirty one siouplait. Ce n’est pas la prestation très moyenne du très élégant Phil Mogg (plaisantant sur ses problèmes – bien visibles – de dentition) ou celle du peu sémillant Bob Halford (qui n’avait pas la tchatche) qui terniront un tableau final. De jeunes loups en auraient rajouté pour faire déborder le vase, mais pas JUDAS PRIEST qui connaît les effets néfastes du trop plein: plus on en renverse, moins on en boit…

JudasPriest16122015_0302.JPG JudasPriest16122015_0308.JPG JudasPriest16122015_0332.JPG JudasPriest16122015_0312.JPG

Judas_Priest_Bxl_2015.jpg

Now online : UFO + JUDAS PRIEST – Brussels – Dec. 16th

JudasPriest16122015_0108.JPG

JUDAS PRIEST – Rockhal @ Esch-sur-Alzette, 16 juin 2015

JudasPriest_bill_16juin2015.jpg SAMSUNG CAMERA PICTURES

Non, la BWOHM n’est pas morte – même si elle est en phase terminale de sa perpétuelle apogée. La British Wave of Heavy Metal a secoué la planète à la fin des seventies et au tout début des eighties en prenant la relève des Black Sabbath et autres icônes fondatrices. Elle disparaitra avec ses derniers dinosaures, qu’il se nomment Iron Maiden, qu’ils s’appellent Saxon ou qu’ils se prénomment encore JUDAS PRIET pour n’en citer que quelques étendards encore bien verts. Avec le JUDAS à l’affiche ce soir, c’est donc une page d’Histoire qui se lit à livre ouvert sur la scène de la Rockhal. Et au terme "dinosaures", nous préférons quant à nous l’appellation "valeur sûre" ou "monstre sacré"…

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Quelle autre vague, quelle autre tendance, quel autre genre musical a en effet pu traverser autant de décennies en renouvelant d’une part continuellement son public devenu maintenant intergénérationnel, et en conservant d’autre part intacte toute sa force de frappe (au propre comme au figuré) ainsi que son succès de foule? Même les plus grand festivals mainstream européens et nord-américains ont de tous temps conservé comme headliner ces légendaires noms de la BWOHM, que cette British Wave Of Heavy Metal soit de la première heure ou de la seconde vague…

FiveFingerDeathPunch_16June2015.jpg
Le groove metal de Five Finger Death Punch est une honnête pâtée pour les rock’n’roll dogs présents ce soir à la Rockhal, et pour les chiennes toutes de noir et de cuir revêtues. Une demi-heure est néanmoins suffisante pour rôder les tympans avant un cours intermède houblonné. L’immense drap estampillé JUDAS PRIEST qui masque la scène tombe ensuite à l’heure précise, découvrant un impressionnant décorum principalement constitué d’écrans LED. Outre quelques animations, ils exhiberont surtout les pochettes de la vaste discographie dans laquelle les prêtres de Judas puisent ce soir, baladant leur public à travers les glorieuses périodes de leur carrière constituée de hauts et de plus bas.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

La Harley Davidson que chevauche Rob HALFORD en fin de set tient de la scénographie et de l’iconographie JUDAS PRIEST qui a traversé les âges sans ride aucune prendre – ce qui n’est pas particulièrement son cas. Son cuir non-chevelu n’est pas de l’étoffe de celui de ses oripeaux, mais qu’importe le flacon pour autant qu’on ait l’ivresse. Celle, à l’instar d’une madeleine de Proust, qui nous replonge une centaine de minutes durant dans l’étuve d’un Forest National plein comme un oeuf par un beau, grand et mémorable soir de 1983 (peut-être parce qu’un certain Ted NUGENT en partageait l’affiche?). Après tout qu’importe, la BWOHM a encore de beaux restes et est promise à la poursuite d’un bel avenir – même si celui-ci n’est que fonction de l’espérance de vie de ceux qui la constituent… A l’image d’une vieille pute dont la bouteille compense peut-être la vieillesse, mais qui n’a plus rien non plus à prouver.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ted NUGENT – 28 janvier 1984 – Forest National

Ted_Nugent_1984

Après avoir côtoyé chaque jour le Nuge durant plus de 6 ans (lui, punaisé en deux dimensions aux murs de ma chambre), voici venue l’heure de mon premier face à face avec le grand Ted – un moment qui marque une vie ! Il sourit bien des fois, avec l’un ou l’autre clin d’oeil amusé, en voyant ce grand dadais que je suis – immobile, planté debout, presqu’hypnotisé en le dévorant littéralement des yeux à quelques mètres de la scène, fixe au milieu d’une foule gesticulante et hurlante. Une foule étrangère à la magie qui est en train de se produire, étrangère à la réaction en chaîne que ce face-à-face allait engendrer durant des décennies… K.O., je suis littéralement K.O. lorsque le Nuge quitte la scène, me pinçant pour m’assurer que ce n’était pas un rêve, tâchant de recouvrer mes esprits et quelques miettes de raison au bar en me rafraîchissant davantage que les idées. Immense. Puissant. Terrible…
Judas Priest peut jouer, peu m’importe: le Nuge est à Bruxelles, il est venu, il a vu et il a vaincu – les British qui assurent ensuite peuvent être bons, nuls, très bons ou lamentables: je ne suis plus de ce monde pour en attester (… d’ailleurs je suis sourd – If it’s too loud, you’re too old). La photo ci-après est la seule de ce site que jemprunte, hommage à son auteur maintenant décédé:

Ted_Nugent_1984bis