The SCORPIONS – Forest National @ Bruxelles – 04 avril 2018

Scorpions_PhotoPass_04avril2018.JPG
De tous les showmen de la planète rock’n’roll, Rudolph SCHENKER demeure au fil des décennies et sans hésitation aucune dans notre top 3 de toutes les bêtes de scènes à shooter. Entertainer sans pareil, cette icône à l’envergure du phénix et à l’aura du sphinx nous laisse naïvement croire qu’il découvre chaque soir l’adrénaline de la scène, la testostérone des planches, la jouissance du live et la jubilation du face-à-face avec son public… comme à l’heure de son tout premier show.

TheScorpions_Forest_04avril2018_0302.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0399.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0146.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0311.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0403.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0297.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0150.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0143.JPG

70 ans… Oui, notre septuagénaire SCHENKER du haut de ses 70 berges reste fidèle à lui même: sans fard, sans faux-semblant et sans même simuler (ou alors si parfaitement – comme les meilleures qu‘on paie bien cher). Ses performances et sa r’n’r attitude renvoient les meilleurs showmen à leur ouvrage. Avec l’énergie d’un jeune fauve débridé, la fougue d’un chien enragé ou tout simplement avec le punch d’un trentenaire en pleine force de l’âge, il écrase de sa flamboyance ce que la galaxie du rock a enfanté de plus spectaculaire. SCHENKER est au rock’n’roll ce que les berlines allemandes sont à l’automobile: on regarde, on admire, on s’incline, et on essaye surtout de ne pas trop la ramener avec sa caisse en carton. Pigé?

TheScorpions_Forest_04avril2018_0139.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0176.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0196.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0207.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0216.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0220.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0425.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0333.JPG

Lors de la tournée d’adieu de SCORPIONS en 2012, nous nous interrogions sérieusement sur le bien-fondé de cette décision: qu’allaient donc pouvoir bien faire ces bêtes de scène une fois le rideau baissé? MEINE avouant à l’époque qu’ils avaient du mal à trouver la porte de sortie (sic), cet aveu était déjà pour nous annonciateur avant l’heure d’un come-back plus ou moins rapide sous les feux de la rampe.

TheScorpions_Forest_04avril2018_0042.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0081.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0117.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0183.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0197.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0503.JPG

Nous n’avions donc pas tort puisque depuis lors, nous avons pu jouir déjà de deux tournées mondiales de ce phénoménal band au succès tout aussi intemporel et transgénérationnel que difficilement explicable rationnellement. Les moins de 55 ou 60 ans ne peuvent guère réaliser que la période la plus créative, la plus créatrice et la plus novatrice de SCORPIONS s’étend de 1972 à 1982: ils ont alors indélébilement marqué l’ère hard-rock de l’Hémisphère Nord.

Scorpions_FN_04avril2018_poster.jpg
A l’issue de cette glorieuse décennie – la plus rock’n’roll du band également – les teutons ont partiellement viré leur cutis au profit d’un genre nettement plus commercial et surtout plus mainstream. Mais comment leur en vouloir au vu des quelques perles rock’n’rollesques qui ont néanmoins ponctué leur production plus mielleuse qu’intéressante depuis lors…?!

TheScorpions_Brussels_04avril2018.jpg
Les concerts de SCORPIONS se suivent et les tournées qui s’enchaînent se ressemblent. Mais pourquoi pas, après tout ?! C’est un peu comme assister à un meeting aérien: on sait ce qu’on va voir, on sait ce qu’on va entendre, mais on s’y rend néanmoins pour en avoir plein les mirettes. Pour la sensation de la poitrine qui cogne sous les coups de butoir. Pour les vibrations du vrombissement dans les tripes. Et aussi pour le frisson coupable qui l’accompagne et te parcourt l’échine….

TheScorpions_Forest_04avril2018_0229.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0264.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0280.JPG

Avec une set-list tout ce qu’il y a de plus classique, ô combien conventionnelle et sans prise de risque aucune, avec un visuel sans nouveauté particulière mais toujours aussi éblouissant, SCORPIONS connait depuis longtemps (très longtemps même) la recette du succès. Leur talent réside dans le fait qu’ils ne parviennent néanmoins pas à nous en dégoûter. Même pas d’indigestion ni de saturation…

TheScorpions_Forest_04avril2018_0276.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0412.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0471.JPG

La symbiose SCHENKERMEINE continue de fonctionner à merveille. JABS assure de plus belle en se concentrant autant sur sa partition que SCHENKER n’assure le show en sus. Le triste et pitoyable épisode KOTTAK a quant à lui pris fin avec l’arrivée de Mikkey DEE il y a 2 ans suite à la disparition de Lemmy et de la dissolution de facto de MOTORHEAD. De quoi booster de plus belle l’équipage SCORPIONS qui rendra comme chaque soir un émouvant et puissant hommage à Mister Kilmister avec un Overkill d’excellente facture, mais sans toutefois jamais arriver à la cheville du tibia de la jambe du maître.

TheScorpions_Forest_04avril2018_0246.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0566.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0581.JPG

On sait déjà à quoi ressemblera notre prochain concert de SCORPIONS. Néanmoins, on sait pertinemment bien qu’on en sera encore. Encore et toujours. Une fois de plus…

TheScorpions_Forest_04avril2018_0602.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0508.JPG TheScorpions_Forest_04avril2018_0536.JPG

Mention spéciale à Adrian Van den Berg accompagné de ses MOONKINGS en ouverture de soirée. Avec une set list copieusement empruntée au Serpent Blanc dont il a quitté les rangs il y a déjà 20 ans de cela, le subterfuge est presque parfait. Les vocals nous laisseraient presque penser à un Coverdale en méforme, nous laissant l’étrange (mais pas désagréable) impression d’être face à WHITESNAKE en open act de SCORPIONS. Le batave n’a décidément pas quitté le Snake les mains vides, c’est certain…

Vandenberg_Moonkings_Brussels_04avril2018.jpg
Bulletin "Très Bien", cher Adrian Vandenberg. Hormis votre show qui débute avec 10′ d’avance sur l’horaire annoncé et la préposée Public Relations qui s’égare dans les dédales de Forest National, ne parvenant pas à conduire les photographes que nous sommes jusqu’au pit front-stage ! Heureusement que nous connaissions le chemin pour le lui montrer…

Now online : The SCORPIONS @ Forest National, Brussels !

TheScorpions_Forest_04avril2018_0143.JPG
… alors que certains ont fait leur temps, d’autres traversent les âges, plus charismatiques et plus flamboyants que jamais, sans que les années ne semblent avoir prise sur eux. C’est injustice que tout le monde ne soit pas égal face au temps qui passe…
Maintenant en ligne, full review & live coverage de SCORPIONS qui, le 04 avril 2018, foulaient derechef les planches de notre Forest National – un classique du genre, dont on ne se lasse décidément pas. Et ce n’est pas du haut de ses 70 balais que Rudolph SCHENKER nous démentira. C’est grave, Docteur…? Ou serait-ce par bonheur contagieux?
TheScorpions_Forest_04avril2018_0150.JPG

The SCORPIONS – Rockhal @ Esch – 12 mars 2016

Scorpions_2016_tix.JPG
Foule des grands soirs à la Rockhal : SABATTON en sold-out dans le Club, et The SCORPIONS qui font quasi de même dans le main hall. Le n°1 de l’Avenue du Rock’n’Roll n’a décidément jamais aussi bien porté son nom… En 2012 ici-même, assistions-nous (ici) à la tournée d’adieu de SCORPIONSThe Farwell Tour. Quatre ans plus tard, même endroit, même heure, les Teutons sont toujours à l’affiche. Allez-y comprendre quelque chose, ma bonne dame, et un jour où l’autre viendra néanmoins la tournée de trop, le concert de trop.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Ne nous méprenons pas sur ce qui suit: nous a-do-rons The SCORPIONS. Mais époque Herman R., Francis B., Michaël Sch. et Uli Jon R. surtout… Si ce n’est pas la tournée de trop ce soir, le show de trop de Klaus Meine ne semble pas si éloigné que cela dans l’avenir. Comme éteint ou à tout le moins mauvais comédien ce soir, il est peu convaincant. Si ses vocals demeurent certes au top, ses sourires sont comme qui dirait forcés et ses harangues ont un arrière-goût artificiel de production de masse ressassée 50 ans durant.

Scorpions_medley1.jpg Scorpions_medley2.jpg Scorpions_Ramblin2015.jpg

Quelle est la pénibilité faîtière d’un concert de SCORPIONS ? Le spectacle affligeant et désolant du préposé à la batterie, ou ces interminables moments-guimauves qui semblent attirer ces milliers de spectateurs et autres rombières qui ont fait le déplacement et cassé leur tirelire (lire, tirelire la) ? Si ces – habituels – bémols mainstream nous sont de plus en plus pesants au fil des années, il n’y a cependant rien à jeter des deux autres tiers du show.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Une set list bien musclée nous promène efficacement dans le dédale des décennies passées du vrai SCORPIONS, rehaussée d’un impressionnant visuel toujours (très) haut de gamme. La preuve en est, ce rouleau compresseur n’est pas du goût de toutes les oreilles – notamment féminines – qui passent de la guimauve à la charpie, qui virent de rose Barbie à rouge-sang. Sachez Mesdamekes que figurent au tableau de chasse de SCORPIONS de véritables tueries et non pas seulement de crapuleuses minauderies. Et que oui, le scorpion peut méchamment user de son dard quand il décide d’encore piquer: c’est la blitzkrieg à tous les étages, wunderbar !

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Une fois n’est pas coutume, la ligne de basse est tout aussi agressive qu’omni-présente, inversement proportionnelle à un Pawel Maciwoda aussi transparent qu’insipide. Il assure de la sorte sur scène le parfait (?) pendant d’un Matthias Jabs peu enjoué ce soir dont l’enthousiasme et l’entrain semblent dorénavant plutôt relever d’un formalisme de bon ton. Comme toujours (mais pour combien de temps encore ?), Rudolph Schenker irradie et demeure le showman flamboyant de service. Leader incontesté, arpentant la scène de long en large, il semble porter et assurer à lui seul le show en déployant tous ses artifices de guitariste chevronné à qui on ne la fait plus. Restera maintenant à compter les années durant lesquels ce cirque continuera de tourner, avec pour fauve un seul véritable équilibriste à la manoeuvre entouré de figurants sur le départ (… ou sur le retour).

Scorpions_medley3.jpg Scorpions_RamblinManFair2015.jpg Scorpions_medley4.jpg

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Même s’il ne faut pas cracher dans la soupe de scorpion, la tambouille symphonique épique de BEYOND the BLACK qui officiait en première partie était d’une affligeante banalité parsemée de lieux communs cent fois éculés. C’était déjà le présage d’un menu peu équilibré où la cuisine de fin gourmet côtoyait ce soir la grosse bouffe de cantine. Ce 50th Anniversary Tour est probablement l’occasion de mettre définitivement un terme à la carrière de SCORPIONS avant qu’il ne soit définitivement trop tard, et que surtout la tournée suivante ne gâche ce qu’il reste de réel plaisir. Dans le cas contraire, pourraient ne demeurer sur piste que trois lévriers en bout de course et un morpion grassouillet entourant tous les quatre un félin racé, génial équilibriste et frontman hors pair: le décorum ne suffira alors plus à compenser…
(Photos © 2010, 2012, 2015 et © 2016 pour les clichés non-datés)

SAMSUNG CAMERA PICTURES Scorpions-Rockhal-Luxemburg-12-03-2016.jpg SAMSUNG CAMERA PICTURES

Maintenant en ligne : Michael SCHENKER + Seventy Seven 77′

MichaelSchenker2015_0137.JPG 77_05nov2015_0184.JPG

Michael SCHENKER’s Temple of Rock – Rockhal @ Esch-s/-Alzette – 05 novembre 2015

MichaelSchenker2015_0193.JPG
Le Michael Shepherd Band ouvre la soirée avec 20 minutes d’avance sur le timing annoncé – deuxième fois d’affilée que la Rockhal nous fait le coup. Et Shepherd et sa clique ont beau être du coin, ce n’est pas une raison pour ne pas laisser les gens arriver de plus loin, non mais ?! Place nette est ensuite faite à l’heure dite pour 77 (aka Seventy Seven): une formation hispanique littéralement explosive qui a le bon goût de secouer le cocotier en alliant panache et compos au napalm.

77_05nov2015_0028.JPG 77_05nov2015_0032.JPG 77_05nov2015_0056.JPG 77_05nov2015_0078.JPG 77_05nov2015_0081.JPG 77_05nov2015_0091.JPG 77_05nov2015_0095.JPG 77_05nov2015_0126.JPG 77_05nov2015_0148.JPG 77_05nov2015_0166.JPG 77_05nov2015_0178.JPG 77_05nov2015_0184.JPG

Ces gamins-là ont dû, enfants, tomber et macérer des années durant dans une marmite de sangria épicée AC-DC, et n’en ressortir que pour sniffer à l’excès du Airbourne pendant toute leur adolescence – de laquelle le batteur semble d’ailleurs à peine émerger. Excellemment gal-va-ni-sants, ces jeunots !

77_05nov2015_0023.JPG 77_05nov2015_0100.JPG 77_05nov2015_0051.JPG 77_05nov2015_0201.JPG

Et que dire de leur r’n’r touch lorsque voilà-t-y pas qu’ils remontent sur scène pour un virulent rappel de Dieu le Père (Madre de Dios ?) alors même que les lumières de la Rockhal se sont rallumées et que la sono d’ambiance crache derechef son Aerosmith dans l’attente de Michael Schenker. Didju dis, ‘ y a pas que la sangria qui est relevée, à Barcelone…!

Seventy_Seven_05nov2015.jpg
77_05nov2015_0095.JPG
Le Temple du Rock ne fait pas énormément recette ce soir – cela vaut tant pour le contenant que pour le contenu. Pourtant, avec son dernier opus au titre très mystique "Spirit on a Mission ", Michaël SCHENKER et son Temple of Rock continue néanmoins de nous surprendre. Große ying & yang, Herr Schenker ! Et ce n’est pas faute de ne pas l’avoir (re)vu depuis belle lurette, ni lui ni d’ailleurs cet été ses anciens comparses de SCORPIONS. Ni même tout dernièrement encore son autre alter ego transfuge du band teuton: Uli Jon ROTH.

MichaelSchenker2015_0009.JPG MichaelSchenker2015_0020.JPG MichaelSchenker2015_0025.JPG MichaelSchenker2015_0064.JPG MichaelSchenker2015_0034.JPG MichaelSchenker2015_0013.JPG MichaelSchenker2015_0042.JPG MichaelSchenker2015_0070.JPG MichaelSchenker2015_0050.JPG MichaelSchenker2015_0077.JPG MichaelSchenker2015_0085.JPG MichaelSchenker2015_0019.JPG

Entouré à nouveau ce soir de Buchholz et de Herman Ze German, ce ne sont pas moins de 4 piliers historiques du SCORPIONS vintage qui sont à la fête de notre agenda automnal. Yawol ! Et yabon surtout.

MichaelSchenker2015_0175.JPG
Michael-Schenker_05nov2015.jpg
SCHENKER déroule un set d’1h35′ sans temps morts aucun… mais pas plus de rappel non plus. Même pas fait le coup de la panne… Le minimum minimorum syndical est de stricte rigueur ce soir, et cela se révèle un peu short pour nous gratifier d’un florilège réellement exhaustif de UFO et de SCORPIONS tout en ne négligeant pas non plus sa production propre. Mais bon, le condensé demeure néanmoins hautement jouissif, bien davantage que peut l’être un concentré à défaut de tomates fraîches. Les vocals démontrent encore leurs limites et demeurent le (seul) point faible de la formation.

MichaelSchenker2015_0016.JPG MichaelSchenker2015_0056.JPG MichaelSchenker2015_0098.JPG MichaelSchenker2015_0103.JPG MichaelSchenker2015_0141.JPG MichaelSchenker2015_0160.JPG MichaelSchenker2015_0165.JPG Michael-Schenker_05nov2015.jpg MichaelSchenker2015_0173.JPG

Non, nous ne crachons pas dans la soupe, Michael, ni ne mordons la main qui nous tend notre pitance, mais il faut dire ce qui est. Ces relatifs bémols mis à part, SCHENKER himself n’a plus rien à prouver ni en tant que compositeur hors pair ni en tant que musicos: sans esbroufe mais avec flamboyance, il nous démontre à nouveau ce soir qu’il n’a effectivement plus rien à prouver. La véritable étoffe des héros…

MichaelSchenker2015_0194.JPG MichaelSchenker2015_0019.JPG MichaelSchenker2015_0098.JPG

Uli Jon ROTH – Spirit of 66 @ Verviers – 07 octobre 2015

UliJonRoth_07102015_0252.JPG
Une heure du matin : le maestro traverse le Spirit of 66 sous les viva et les applaudissements des quelques derniers clients qui sirotent leur ultime (?) bière au bar. Encore un monstre sacré qui s’en repart fier (ou plutôt fatigué) du devoir accompli ! Et quel devoir: plus de deux heures durant, Uli Jon ROTH nous promène à travers les décennies avec un focus particulier sur le mythique – oui, osons le mot – Tokyo Tapes, le bouquet final de sa glorieuse époque au sein de SCORPIONS avant d’en claquer la porte. Concédons que, musicalement, le band déclinera d’ailleurs au cours de la décennie suivante, la richesse des compositions des Teutons prenant peu à peu l’eau jusqu’à atteindre une certaine daube – osons également le terme – à de rares et ponctuelles exceptions près.

Uli_Jon_Roth_07oct2015.jpg
Il est de ces groupes seventies à l’instar d’Aerosmith ou de Kiss par exemple qui ne demeurent aujourd’hui qu’un pâle reflet de leur grandiloquence d’antan et de leur flamboyance disparue. 1978: le double-live Tokyo Tapes est synonyme pour SCORPIONS d’une période que les moins de 50 ans ne peuvent sans doute guère imaginer en termes de richesse musicale et de créativité débordante. Si ce n’est ce soir avec ce Scorpions Revisited Tour dans lequel le toujours hendrixien Ulrich nous entraîne avec verve mais sans nostalgie aucune. Accompagné de deux autres lead-guitars, excusez du peu, Uli Jon ROTH évite ainsi de nous bassiner les oreilles (déjà malmenées vu le volume sonore) avec ses délires à la Jimi et parfois à la Yngwie, pour se concentrer sur le meilleur du SCORPIONS vintage agrémenté d’un florilège de son Electric Sun.

UliJonRoth_07102015_0174.JPG UliJonRoth_07102015_0191.JPG UliJonRoth_07102015_0192.JPG UliJonRoth_07102015_0193.JPG UliJonRoth_07102015_0194.JPG UliJonRoth_07102015_0195.JPG UliJonRoth_07102015_0196.JPG UliJonRoth_07102015_0197.JPG

Une basse quasi absente en début de show et une guitare rythmique stage right bien trop puissante sur la fin qui troue les tympans, à mettre au passif d’un ingé-son arrivé le jour-même de Suisse par le train pour prendre au pied-levé les manettes de cette fin de tournée sans vraiment connaître les compos: une surprenante confidence du patron des lieux, habituellement moins affable et plus renfrogné… Hormis ce bémol non-imputable au maestro, le toujours aussi my(s)t(h)ique Uli Jon ROTH demeure pour nous dans le 1er cercle : celui des premiers couteaux, et non pas seulement celui des fines gâchettes. Ca tombe très bien quand on trimballe depuis des décennies une dégaine d’indien, avec un bandeau qui fait plus office aujourd’hui de cache-misère qu’autre chose. Tempus fugit, ô tempora, ô mores. Mais quand on n’a plus rien à prouver…

UliJonRoth_07oct2015.jpg

UK’s RAMBLIN’ MAN FAIR 2015 – (jour 1) : Saxon, Blue Oyster Cult, Dream Theater, The Scorpions, Anathema, Toseland, FM, Touchstone, Jess & the Bandits, Unto Us

RamblinManFair2015.jpg 07-blanc.png RamblinManFair2015_pass.JPG

TeamRock Radio est à la radio ce que Shelby est à l’automobile, punt aan de lijn.
Et quand on sait que derrière la station est à l’œuvre l’éditeur de Classic Rock Magazine, de Blues Magazine, de Metal Hammer et de Prog Mag, tout est dit.
Et quand on aura enfin ajouté que TeamRock Radio est instigatrice et organisatrice de ce tout premier Festival of Classic Rock, Prog, Country & Blues, la boucle est idylliquement bouclée. On applaudit, on s’incline et on tire sa révérence. Punt aan de lijn.

RamblinManFair2015_2514.JPG
Plantons le décor : quoi de plus british qu’un immense parc urbain pour accueillir, en plein centre-ville de Maidstone, un événement de l’ampleur et de la facture du Ramblin’ Man Fair ?! Un gazon anglais bien, bien plus vaste et plus vert encore qu’un 18 trous sépare les trois scènes judicieusement installées. Parmi celles-ci, un marquee cependant trop exigu que pour y accueillir toute la foule vu les pointures qui s’y produisent – péché de jeunesse d’un méga festival naissant. Outre ce quasi seul bémol organisationnel s’il fallait en imputer un aux divins promoteurs, notons une affiche peut-être trop (oui, trop !) ambitieuse en regard du timing. Trois jours de festival auraient été nécessaires afin d’éviter l’extrêêêême frustration engendrée par le chevauchement de bien des prestations : lorsque deux – voire même trois – têtes d’affiche sont simultanément au charbon sur leur scène respective, ne fusse qu’en léger décalage de timing, choisir c’est plus que jamais renoncer… Aaaaargh.

RamblinManFair2015_0023.JPG
La première journée ensoleillée du Ramblin’ pourrait très partiellement (et très subjectivement) se résumer à ce qu’en écrit a posteriori un illustre anonyme sur le Facebook du festival à propos de la main stage (Classic Rock Stage) : "Fantastic day, SAXON and BLUE OYSTER CULT were the highlights, SCORPIONS were pretty average and DREAM THEATER just boring ".

RamblinManFair2015_0815.JPG RamblinManFair2015_0729.JPG RamblinManFair2015_0716.JPG RamblinManFair2015_0688.JPG

Et de fait, SAXON fait le buzz à l’applaudimètre de ce 1er jour de Ramblin’. Frustrés par un timing aussi chiche que celui octroyé à la plupart des bands (45′), notre grand Biff galvanisé par un public qui lui est tout acquis, déchire sa set-list et fait mine de la manger, éructant qu’ils sont ici chez eux et qu’il font ce qu’ils veulent (sic). Du tout, tout grand SAXON ce samedi sur la Classic Rock Stage, qui ne peut faire mieux qu’offrir un florilège de leur best of dans l’étroitesse du créneau horaire qui leur est dévolu: juste le temps d’un vinyl, et pas un double live…

Saxon_RamblinManFair_2015.jpg RamblinManFair2015_0809.JPG Saxon_RamblinManFair2015.jpg

Jouissant du privilège d’être le maître des lieux qui a vu naître la BWOHM et de jouer sur son terrain quasi, SAXON est le vainqueur logique à l’applaudimètre de ce samedi. Mais à ce même applausemeter, les Anglais sont néanmoins tenaillés par BLUE OYSTER CULT

Blue-Oyster-Cult_RamblinManFair2015.JPG
La première fois compte toujours. Et c’est notre premier BLUE OYSTER CULT – depuis le temps ! Des décennies qu’on les attend, les Américains. Un mythe ! Et ils sont en forme, les seniors, avec un set propret, bien carré, sans frime ni fioriture. Une sono parfaite tout au long du weekend (oui, parfaite) amplifie l’effet Godzilla et donne tout juste l’envie de nous replonger dans la si riche discographie du B.O.C.. Prestation millimétrée tout en faisant semblant de rien, manche contre manche, épaules contre épaules, le BLUE OYSTER CULT respire la classe, transpire l’expérience et rayonne de la distinction de ceux qui ont réussi, qui ont traversé les décennies, qui savent qu’ils n’ont plus rien à prouver mais qui ont l’élégance de ne pas en faire étalage. Notre coup de cœur de la journée – car la première fois compte toujours (double)…

Blue-Oyster-Cult_Ramblin2015.jpg BlueOysterCult_Ramblin_2015.jpg BlueOysterCult_Ramblin-2015.jpg

DREAM THEATER. Pareil à lui-même. Le seul concert 2015 des "virtuoses" de service au Royaume Uni ("UK exclusive") ne réussit à nouveau pas à nous séduire. Toute cette technique, cette technicité, cette dextérité musicale nous laisse de marbre. Ces "prouesses" sont sans âme ni cœur. Froide et distante, cette performance frigide nous laisse derechef indifférent. Les compositions de DREAM THEATER, alambiquées mais tristement creuses au final, cette bouillie cérébrale et ces compositions tarabiscotées ne charment probablement que les amateurs de performance, pas les amoureux de sensations… En un mot: boring.

DreamTheater_Ramblin2015.jpg
Quand on est gamin de presque 14 ans et qu’on se prend "Tokyo Tapes" dans la g…, ça ne peut que marquer un ado branché real r’n’r. Ceci pour celles et ceux qui ignorent que The SCORPIONS, avant de faire dans la guimauve mainstream à l’instar d’Aerosmith, ont eu une vraie vie avant l’actuelle.

RamblinManFair2015_1468.JPG
La blitzkrieg germanique débute à balles de guerre, manière de marquer les esprits pour la seule date anglaise des Teutons : et c’est donc quasiment "Tokyo Tapes" qu’ils nous balancent d’entrée de jeu avec son cortège de perles et raretés tout droit sorties des seventies ! Le plaisir est relativement bref mais bien réel avec un enchainement de Speedy’s Coming, Top of the Bill, Steamrock Fever et autres moments de grâce vintage. De quoi rendre d’autant plus mièvre et insipide la production actuelle des Allemands qu’ils nous bassinent, non sans un jouissif crochet préalable par les eighties et tout début 90’s.

Scorpions_RamblinManFair2015.jpg
Passons évidemment sous silence la "prestation" solo de plus en plus dispensable au fil des années de la tantouse de service aux drums, ce serait trop d’honneur que de la mentionner. En définitive, un set de SCORPIONS dans la droite lignée des précédentes prestations : beaucoup de (très) bon, peu à jeter, avec un Schenker qui demeure sur la scène internationale un showman manifestement au-dessus de la mêlée et un Meine qui semble pour sa part quelque peu usé depuis la tournée d’adieu (?!) du groupe.

RamblinManFair2015_1718.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES RamblinManFair2015_1349.JPG

La demi-heure de retard avec laquelle débute le set (seule entorse au timing millimétré de tout ce weekend) nous prive de la prestation de CAMEL sur la Prog Stage, set qui se chevauche parfaitement mais tristement celui des chevaliers teutoniques. Mais choisir, c’est renoncer…

Scorpions_Ramblin2015.jpg
Précédemment toutefois, sur cette même Prog Stage, moments de grâce et de plénitude avec ANATHEMA. Une heure de bonheur atmosphérique avec la fratrie Cavanagh, ça transporte, ça envole, ça décolle – comme entrer en lévitation ou franchir l’espace-temps de la 4ème dimension. ANATHEMA nous entraîne à nouveau dans un autre monde, se jouant subtilement de nos sensations en alternant tout en finesse douceurs aériennes, vol plané et atterrissages forcés au rythme de leurs ambiances et de leurs décibels toujours aussi Wilsoniens. Un régal à chaque fois, et plus encore aujourd’hui…

Anathema_Ramblin_2015.jpg
TOSELAND : la surprise et la découverte du jour dirons-nous, avec une énergie débordante de la part d’un band donc les compositions ont absolument tout du Slash, de la construction des morceaux à leur déroulé live. James TOSELAND aux vocals a de surcroit dû faire ses gammes et ses vocalises avec Myles Kennedy, c’est pas possible autrement. Pour leur première mainstage en festival, annoncent-ils, on peut les assurer que ce n’est pas leur dernière ! Sans doute tout le monde ne peut-il pas se prévaloir d’un double champion du monde de Superbike comme leader & front-man…

Toseland_Ramblin2015.jpg
SAMSUNG CAMERA PICTURES RamblinManFair2015_0973.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES

En 40 minutes de FM, nous voilà soudainement replongés dans cette vague US des années ’80, rock aux senteurs californiennes et West Coast qui inondait la bien nommée fréquence radio du même nom. On adore – car ça nous rappelle de bons moments – mais on se dit qu’il y des courants musicaux qui vieillissent quand même moins bien que d’autres: flash-back ou Flash Dance ?

RamblinManFair2015_0128.JPG RamblinManFair2015_0124.JPG RamblinManFair2015_0111.JPG RamblinManFair2015_0106.JPG

JESS & the Bandits, UNTO US et TOUCHSTONE terminent le tour d’horizon de ce 1er jour de ce 1er Ramblin’ Man Fair, sans commentaire particulier vu qu’il n’y a rien de particulier à en dire: leur tirer le portrait suffit. Vivement donc demain !

JessAndTheBandit_Ramblin2015.JPG OntoUs_RamblinMan2015.JPG Touchstone_Ramblin2015.JPG

MICHAEL SCHENKER’s Temple of Rock – Verviers, Spirit of 66 – 17 novembre 2014

MSG_2014_tix.JPG
Co-fondateur de SCORPIONS avec son frère Rudolf, Michael SCHENKER nous sert ce soir un best of de la plus riche époque des teutons, mâtiné d’un florilège de UFO et d’une sélection raffinée du MICHAEL SCHENKER GROUP. Que demander de plus?!

MSG_17nov2014_0317.JPG MSG_17nov2014_0282.JPG MSG_17nov2014_0295.JPG MSG_17nov2014_0298.JPG MSG_17nov2014_0304.JPG MSG_17nov2014_0308.JPG

L’Allemand se pointe (comme les casques du même nom) bonnet vissé sur le crâne sur lequel semble rivées depuis des années ses lunettes de soleil pour (certainement) protéger la laine de la chaleur dégagée par les lustres. Accompagné de ses 6 Gibson Flying V dont 5 refroidissent alternativement dans leur box, Herr SCHENKER réunit derechef son line up exceptionnel « TEMPLE OF ROCK » identique à celui de 2013, ainsi flanqué de ses deux compères historiques de l’époque SCORPIONS, Herman "Ze German" RAREBELL et le flamboyant Francis Botox – pardon: BUCHHOLZ – qui n’a pas changé en 30 ans (mais comment est-ce Dieu possible?).

MSG_2014_setlist.JPG MSG_17nov2014_0008.JPG MSG_17nov2014_0063.JPG MSG_17nov2014_0113.JPG MSG_17nov2014_0201.JPG MSG_17nov2014_0209.JPG MSG_17nov2014_0157.JPG MSG_17nov2014_0092.JPG MSG_17nov2014_0014.JPG MSG_17nov2014_0225.JPG MSG_17nov2014_0152.JPG MSG_17nov2014_0056.JPG

L’ex-Rainbow Doogie WHITE aux vocals est un peu à la traîne, avec un organe qui peine manifestement en fin de set à force de passer sans cesse du Klaus Meine à du Phil Mogg et vice-versa. Encore davantage que l’année passée au même endroit – et ce n’est pas peu dire – SCHENKER est jovial et rayonnant, enthousiaste même et d’un entrain plus que communicatif. Oui, aussi étrange que cela puisse paraître, il a l’air de s’amuser et de prendre son pied, le Teuton (son pied mari(teu)ton?). A moins que ce ne soit l’effet Gibson Flying bien coincée entre les jambes…?

MSG_17nov2014_0221.JPG MSG_17nov2014_0160.JPG MSG_17nov2014_0168.JPG MSG_17nov2014_0122.JPG MSG_17nov2014_0191.JPG MSG_17nov2014_0213.JPG

L’époque semble presque lointaine où nous n’avions droit qu’à son faciès d’enterrement et à sa tronche d’une morbide froideur proche de l’antipathie et du dédain. Mais, comme nous le confie le patron des lieux à l’issue du set, "C’est que Michael SCHENKER a-do-re littéralement se produire au Spirit". Ce qui ne l’empêche cependant pas de prendre la poudre d’escampette et de se sauver en catimini, bien encadré, dès le set terminé. 1h40 plus tôt, "Doctor Doctor" ouvre comme l’avait fait UFO l’année dernière une copieuse set-list, comme pour laisser penser que ce qui est fait n’est plus à faire (ou plus vite fait plus vite quitte, peut-être ?).

MSG_17nov2014_0028.JPG MSG_17nov2014_0029.JPG MSG_17nov2014_0035.JPG MSG_17nov2014_0071.JPG MSG_17nov2014_0110.JPG MSG_17nov2014_0220.JPG MSG_17nov2014_0070.JPG MSG_17nov2014_0078.JPG MSG_17nov2014_0089.JPG MSG_17nov2014_0086.JPG MSG_17nov2014_0099.JPG MSG_17nov2014_0111.JPG

Toujours est-il que ces 100 minutes de bonheur ravissent un public comblé composé d’une horde de fans du SCORPIONS de la première heure, à peine plus nombreux que les aficionados de l’ovni UFO et tous réunis par une même délectation pour les compos du MICHAEL SCHENKER GROUP. Et que dire lorsqu’il rend hommage à Ronnie James Dio?! Pour la petite histoire, restera cependant à préciser à Francis Buccholz que Verviers est situé en Belgique et non pas en France. Mais ne soyons pas mauvaise gueule: c’est vrai que nous sommes si loin de l’Allemagne, ici à Verviers…

MSG_17nov2014_0193.JPG MSG_17nov2014_0254.JPG MSG_17nov2014_0234.JPG
MSG_17nov2014_0291.JPG
(Concerts encore antérieurs de Michael SHENKER au Chapitre 1 "The Vintage Years 1978-2011")

MICHAEL SCHENKER GROUP’s Temple of Rock – 10 mai 2013, Spirit of 66 – Verviers

MichaelSchenker20130002.JPG
Oui, Michael Schenker sait sourire – oui : sourire ! Oui, il sait bouger, oui il sait chanter. Oui, ce mutant peut passer à l’état tout simplement humain. Le grincheux diablotin SCHENKER s’est mué le temps d’un soir en flamboyant Archange Michaël. C’est bien évidemment un sold out qu’affiche le Spirit pour cette soirée "Michael Schenker Group’s Temple of Rock", étape belge de son "Lovedrive Reunion Tour 2013 ". Le Mad Axeman nous gratifie à cette occasion du meilleur – oui, pesons nos mots – du meilleur de MSG avec en prime bien plus encore du top-florilège de UFO et à peine moins du best of de SCORPIONS (il y a un peu plus, je vous le mets?). Oufti, trois concerts pour le prix d’un, qui dit mieux ?!

MichaelSchenker20130075.JPG
Flanqué de la rythmique historique (même si pas originelle) de la grande époque de SCORPIONS qui l’accompagnait notamment sur "Lovedrive" (Herman Ze German Rarebell et Francis Buchholz), Michael Schenker nous assène pas moins de la moitié de l’album éponyme de cette tournée. Sans parler d’autres perles scorpiones jamais auparavant entendues, du moins jouées par l’Axeman. "Lovedrive", une saveur proustienne oubliée qui ressurgit comme par magie, me replongeant dans ce we de l’été 1979 passé à la côte belge duquel je revenais, à 14 ans, avec ce 33 tours dans mes bagages. Tempus fuc***g fugit.

MichaelSchenker20130013.JPG MichaelSchenker20130021.JPG MichaelSchenker20130026.JPG MichaelSchenker20130032.JPG MichaelSchenker20130042.JPG MichaelSchenker20130043.JPG MichaelSchenker20130046.JPG MichaelSchenker20130049.JPG MichaelSchenker20130056.JPG MichaelSchenker20130058.JPG MichaelSchenker20130061.JPG MichaelSchenker20130064.JPG MichaelSchenker20130071.JPG MichaelSchenker20130188.JPG MichaelSchenker20130079.JPG
MichaelSchenker20130072.JPG
Malgré une paire de Marshall installés up-side-down (faudra un jour m’expliquer…), un son puissant et parfait emplit le Spirit soudain pris d’une fièvre testostéronée qui nous ramène au plus fort du meilleur (ou presque) d’une petite page de l’histoire du r’n’r, option classic rock couillu s’entend. La patte de l’Herman Ze German reste acérée, le beat du Francis demeure métronomé, et le doigté du Michael reste… reste… de la mort qui tue – gratiné ce soir du sourire du crémier en plus. Navigation en pleine quatrième dimension, jouissant d’une symbiose parfaite des cinq sens en pleine jubilation. Le patron Schenker aux manettes donne le tempo et guide la manoeuvre d’un simple regard appuyé vers ses comparses ou d’un hochement de tête à peine perceptible. Arc-bouté sur le manche de ses flyings bien calées entre ses jambes, il adopte la posture qu’on lui connait depuis des décennies. Et si ce n’est pas une posture, c’est qu’il est né avec des Dean entre les cuisses, for sure. On a ce qu’on mérite entre les jambes..

MichaelSchenker20130116.JPG
Tout y passe, 110 minutes durant : l’espace-temps est absorbé par un trou noir, à l’instar de ces rares soirs où la perfection semble tout simplement être de ce bas-monde, et l’indulgence notoire. D’aucuns avanceront que la rythmique n’était quand même pas celle de "Strangers in the Night" ou que la griffe du frêle (squelettique?) Schenker s’est p(l)atinée avec les ans. Peut-être, mais la rythmique de "Lovedrive" n’est pas moindre, et la platine s’avère plus noble que l’or lorsqu’il s’agit de noces. Et ce soir, ce sont les Noces de Cana à la sauce 2013 et version Spirit of 66: un de ces soirs où l’eau ne se transforme pas en vin mais bien la musique en orgasmique sublimation. Not less, not more. Veni vidi vici, se dit l’archange Michaël – de quoi lui pardonner même l’impolitesse de prendre en catimini la poudre d’escampette sans même venir s’en jeter un au bar en fin de set, c’est dire. Alea jacta est.

MichaelSchenker20130080.JPG MichaelSchenker20130087.JPG MichaelSchenker20130096.JPG MichaelSchenker20130104.JPG MichaelSchenker20130106.JPG MichaelSchenker20130109.JPG MichaelSchenker20130110.JPG MichaelSchenker20130121.JPG MichaelSchenker20130190.JPG
MichaelSchenker20130206.jpg MichaelSchenker20130136.JPG MichaelSchenker20130147.JPG MichaelSchenker20130174.JPG MichaelSchenker20130170.JPG MichaelSchenker20130177.JPG MichaelSchenker20130202.JPG
MichaelSchenker20130204.JPG
Prions maintenant St-Michael que ce ne soit déjà pas le plus beau concert de l’année, celle-ci étant encore bien longue ! Savoir que dans le mois qui vient Uli Jon Roth puis UFO fouleront ces mêmes planches, et l’on se surprend même à se demander de quelles miettes les murs devront se contenter…

MichaelSchenker20130144.JPG MichaelSchenker20130157.JPG MichaelSchenker20130161.JPG MichaelSchenker20130167.JPG

On en oublierait presque ABSOLVA qui, à 21h00 tapantes, débutait son set pour chaudement préparer le terrain durant près de 3/4 d’heure : un trio d’excellente facture qui nous offre une bien belle prestation dans la plus pure veine British Steel. S’ils n’ont pas vraiment inventé le style ni la poudre, ils connaissent le dosage adéquat pour la faire parler sans même utiliser de mèche. Comme quoi avec ces Anglais, la formule n’a non seulement pas de beaux restes mais encore mieux : un bel avenir. A suivre, à suivre…

Absolva_05-2013_0003.JPG Absolva_05-2013_0015.JPG Absolva_05-2013_0016.JPG Absolva_05-2013_0023.JPG Absolva_05-2013_0026.JPG Absolva_05-2013_0030.JPG Absolva_05-2013_0020.JPG Absolva_05-2013_0043.JPG Absolva_05-2013_0048.JPG Absolva_Spirit_052013G.JPG Absolva_05-2013_0040.JPG Absolva_05-2013_0008.JPG Absolva_05-2013_0019.JPG Absolva_05-2013_0051.JPG

* Michael SCHENKER soon online *

Will be live on stage @ Verviers, Spirit of 66 — May 10th, 2013

Michael_Schenker_MagicCircleFest_10072008.jpg
Above : MSG @ Magic Circle Festival, July 2008, Bad Aroldsen (Ger.). Voir lien ci-contre Intensities in Tens Cities – Chap.1 : The Vintage years 1978-2011