The ARISTOCRATS – Rockhal @ Esch – 16 janvier 2020

TheAristocrats_16janv2020_tix.jpg
Minuit bien sonné: GOVAN et MINNERMANN débarquent au bistrot voisin de la Rockhal, et s’installent à la table voisine de la nôtre pour écluser – comme nous – quelques Guinness jusqu’à la fermeture des lieux. Au moment de lever le camp, on leur serret la pince en leur adressant en guise d’au revoir: « Your Neil PEART tributes were much, very much appreciated: thank you from the bottom of our heart… »
Et de fait, Marco lui a dédié un peu plus tôt dans la soirée son remarquable et excellentissime solo d’inspiration fort peartienne, tandis que plus tard Beller rendait lui aussi un vibrant hommage à RUSH, ce groupe sans lequel beaucoup ne seraient tout simplement pas – pour reprendre ses termes.

TheAristocrats_Rockhal_16janv2020_0019.jpg TheAristocrats_Rockhal_16janv2020_0022.JPG TheAristocrats_Rockhal_16janv20202_0015.jpg

Ceci dit, Nous poser un lapin à quelques heures de l’ouverture des portes, ça on ne nous l’avais jamais fait. Bingo…
Mais soit: les cartes sont entre les mains du management, souverain en matière d’accréditations-photos, et c’est ainsi. Une fois n’est pas coutume, nous assisterons dès lors au show sans nous préoccuper de cadrer correctement notre cliché ni de choisir la bonne vitesse, la bonne ouverture et la bonne exposition de nos shoots.

TheAristocrats_16janv2020_photo-pass.JPG
Pour reprendre les termes du band, « What do you call an act who blends elements of dirty rock, folk, jazz, and explosions of esoterica into one mind-melding album? » The ARISTOCRATS of course ! Avec Guthrie Govan aux guitares, Bryan Beller à la basse et l’extraordinaire – mais pas plus que ses deux compères – Marco Minnemann aux drums, probablement sommes-nous en présence d’une des meilleures alchimies de rock-fusion instrumentale et exploratoire du circuit.

TheAristocrats_Rockhal_16janv2020_0001.jpg Aristocrats_YKW_Europe_Full_Dates-Online-e1562347625717.png TheAristocrats_Rockhal_16janv2020_0018.jpg

Une discipline exemplaire doublée d’une liberté bien cadrée, une classe folle servie par une rare virtuosité, le tour de force du trio débouche sur une production exclusive que le band précise répondre à une règle de base non-négociable: the music must be pleasurable for the listener and it most definitely has to be fun to play. Et le fun est bien au programme de ces deux grosses heures de démonstration, un peu trop même avec un humour qui n’aurait pas déplu aux Monty Python entre tous les morceaux, mais au risque à la longue de casser le rythme de la soirée.
L’excès nuit en tout, mais on leur pardonne – comme on excuse l’incartade du premier de classe boutoneux et à lunettes…

TheAristocrats_Rockhal_16janv2020_0033.jpg

DANKO JONES + VOLBEAT @ Rockhal, 07 octobre 2019

Volbeat_PhotoPass_2019.JPG
"Mutual respect ! Real rockers are here @ 06:50 pm for real rock’n’roll, for REAL r’n’r – Mutual respect !"
Le ton est donné par DANKO JONES, qui récompense l’assistance présente dès l’ouverture des portes en ce tout début de soirée par ce qu’il sait faire de mieux: nous asséner un set parfait, carré, mené tambour battant. Un set carré rondement mené – ou la quadrature du cercle enfin résolue…

Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0099.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0096.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0109.JPG
Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0050.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0035.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0073.JPG

DANKO, vous l’aurez compris, on l’adore. Tant le personnage que ses compos. On a dû décliner l’interview qu’il nous réservait en milieu d’après-midi, et au cours duquel on aurait bien aimé en savoir plus sur ce qui continue à booster le personnage depuis tant d’années, et à le pousser sur les routes encore et toujours. S’il y a bien un gars qui n’a pas changé d’un iota depuis tant d’années, c’est bien DANKO JONES. Et ses compositions. Et son humour. Et son look.
DANKO JONES, c’est un coup de fraîcheur et une cure de jouvence qui (per)dure depuis des années. Sans doute est-il dépositaire de l’élixir de jeunesse universelle – à moins qu’il n’en soit le magique et génial créateur ?

Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0074.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0105.JPG Baroness_Rockhal_07oct2019_0063.JPG

Le Man in Black demeure toujours aussi explosif sur scène, d’une expression empreinte d’une rare spontanéité et d’une fausse nonchalance aussi inhabituelle que sans doute feinte. Son rock carré, primaire et basique est appuyé par des chorus simples et percutants qui restent dans l’oreille dès la première écoute. L’ensemble délivre une force de frappe aussi redoutable que bon enfant – et sur scène, et sur la platine.

Danko_Jones-07oct2019.jpg Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0019.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0055.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0094.JPG
Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0023.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0058.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0103.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0111.JPG

La formule power-trio reste définitivement la plus épurée et la plus efficace qui soit pour laisser parler la poudre. Pas de longs-couteaux inutiles, pas d’esbroufe superflue, pas de déperdition d’énergie ni de figuration ostentatoire. On en reste aux fondamentaux, l’efficacité et la simplicité primant sur tout le reste. A l’image d’une Mustang qui n’a besoin ni d’électronique ni d’assistance en tous genres pour laisser toute la place à l’énergie brute, à la puissance primale. Et pour faire parler la gomme comme DANKO JONES fait parler la poudre et let the music do the talking.
Pas vraiment du VOLBEAT

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0130.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0135.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0124.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0020.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0028.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0030.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0047.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0048.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0070.JPG

Certes, VOLBEAT a pour lui le public d’une Rockhal où les derniers tickets se sont vendus ce soir au guichet – et à un prix non négligeable. Le genre de prix qui ne rechigne pas le soi-disant rocker lambda qui s’offre un concert par an, voire deux tout au plus. Le genre de public bigarré où toutes les générations, toutes les conditions sociales et tous les genres sont réunis, avec un leitmotiv: le t-shirt noir à l’effigie de leurs idoles. Et un point commun: ce même goût pour le mainstream facile et cette même attirance pour les fredaines entraînantes qui ne resteront pas dans les an(n)ales mais qui font juste du bien par où ça passe au moment où ça passe…

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0071.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0090.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0101.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0112.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0115.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0140.JPG

The Offspring, Nickelback ou Greenday pour n’en citer que quelques-uns drainent une audience similaire, attirée par des refrains simplistes servis toutefois par une artillerie qui se veut lourde. A l’expérience, cette cavalerie n’est cependant pas plus lourde qu’une palourde; elle n’est que volumétrique: elle prend de la place, elle remplit les vides mais n’est en définitive guère consistante et n’a que peu de masse critique. Elle impressionne les bleus mais indiffère les poils…

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0063.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0067.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0073.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0077.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0085.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0114.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0149.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0118.JPG

Nous avions déjà expérimenté la VOLBEAT touch lors du Sweden Rock Festival 2014. Si c’était alors en clôture de toute fin de festival après un inégalable Ted NUGENT, c’est ce soir après un explosif DANKO JONES, de quoi souffrir à nouveau de la comparaison. VOLBEAT est au rock’n’roll ce que Star Wars est au cinéma d’auteur: ça plaît aux masses, mais ça ne (nous) fait pas grimper aux rideaux. Un peu comme BARONESS qui était en milieu d’affiche, au sens propre entre le marteau DANKO et l’enclume VOLBEAT

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0120.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0150.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0125.JPG

Now online : DANKO JONES + VOLBEAT @ Rockhal, 07 octobre 2019

Maintenant en ligne ci-dessous, la prestation de VOLBEAT dans une Rockhal surchauffée et pleine comme un étudiant en période de baptêmes – la saison bat d’ailleurs son plein.

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0133.JPG
Mais voulez-vous une petite confidence de notre part…?
DANKO JONES qui officiait en première partie les a enterrés. Les a tous en-ter-rés. DANKO, you’re the King.

Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0105.JPG
Autres clichés déjà en primeur online dans notre galerie…. Facebook

DREAM THEATER @ Rockhal – 17 juin 2019

DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0198.JPG
En 2016 – damned, que le temps passe vite – DREAM THEATER avait imposé une configuration assise de la Rockhal. Et pour enfoncer un peu plus encore le clou, une partie des photographes accrédités avait été reléguée au FOH. Autant dire que nous n’attendions pas avec une excitation extrême cette nouvelle expérience.

DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0074.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0146.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0085.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0150.JPG

Mais ô surprise, nous pénétrons ce soir dans une Rockhal qui ne comporte par l’ombre du moindre siège et, cerise sur le gâteau, sans qu’aucune restriction du type FOH ne s’impose aux photographes. A leur propos – à notre propos – nous ne sommes pas légion non plus, avec une représentativité en forte baisse dans le photo-pit, à l’instar d’une audience moindre également. Allez comprendre…

DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0014.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0031.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0070.JPG
DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0092.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0110.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0112.JPG

A moins que l’explication ne soit-elle à chercher du côté de leur avant-dernière galette ("The Astonishing"), opéra-rock dévoilé à l’époque et qui n’avait guère emballé personne – et certainement pas nous. La bande à John Petrucci et John Myung semble être depuis revenue à l’essentiel avec "Distance Over Time", super-démonstration plus heavy, plus hard et surtout plus concise. Les gars se concentrent sur leurs basiques, mais leurs riffs typiques mâtinés d’envolées de clavier et de mélodies accrocheuses nous laissent toujours autant perplexe, dirons-nous.

DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0120.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0131.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0152.JPG
DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0179.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0183.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0065.JPG

Malgré tous les efforts déployés par DREAM THEATER, malgré leur arsenal et tout leur (froide) technique, la production du band ne parvient donc toujours pas à nous séduire. Et ce n’est pourtant pas faute d’essayer, de ré-essayer et d’encore et toujours ré-essayer. Sans doute ce 17 juin 2019 sera-t-il notre dernière tentative, toute aussi vaine que les précédentes? Ah non, c’est vrai, on remet le couvert le we prochain au Hellfest… A l’instar d’une bonne glace, il en est qui – aussi rafraichissantes puissent-elles être – ne parviennent décidément pas à faire passer le goût du lait en poudre alors qu’on ne rêve que de crème fraiche.

DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0153.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0139.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0196.JPG DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0140.JPG

Now online : DREAM THEATER @ Rockhal

Maintenant en ligne, DREAM THEATER qui retrouve ce 17 juin 2019 la Rockhal de Esch-sur-Alzette pour un concert en configuration (enfin !) debout, il était temps. Parce qu’en 2016, lors de leur dernier passage, c’était plutôt goûter 3×20 avec bobonne assise le tricot sur les genoux…

DreamTheater_Rockhal_17juin2019_0065.JPG
Now online ci-dessous… et autres clichés en ligne sur notre Galerie

MONSTER TRUCK @ Rockhal, Esch – 29 avril 2019

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0235.JPG
MONSTER TRUCK, c’est tout l’inverse de Greta Van Fleet et ce n’est donc que pur bonheur, pur jus et pur rock’n’roll. Car c’est au prix de leur sueur et de leurs nuits sur la route que les Canadiens se sont fait un nom, qu’ils se sont forgé un caractère, qu’ils se sont modelé un style, qu’ils se sont construit une réputation, qu’ils ont imposé leur talent – et quel talent !

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0030.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0056.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0070.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0087.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0048.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0135.JPG

Greta Van Fleet, on n’a rien contre: on a tout contre, a fortiori quand on est face à des gars de la trempe de MONSTER TRUCK. Alors que les frangins Van Fleet ne sont guère moins secs derrière les oreilles, les voilà commercialement propulsés au firmament de la gloire – aussi éphémère que fragile quand elle ne repose sur rien – par la magie d’une campagne marketing digne du meilleur produit de lessive: un véritable panneau dans lequel sont tombés les ménagères du rock’n’roll adeptes des medias mainstream.

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0136.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0200.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0088.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0202.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0234.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0130.JPG

Le succès de Greta Van Fleet est celui des mouches agglutinées sur un ruban adhésif. La force de MONSTER TRUCK, c’est la puissance de l’expérience, la solidité des compositions, la force scénique et plus simplement encore la simplicité, l’efficacité, l’authenticité et la robustesse du concept, depuis les hommes jusqu’à leur production. MONSTER TRUCK, ce n’est pas avec un attrape-mouche qu’on les encadrera. 10 ans on the road, 10 ans d’innombrables et interminables tournées, 10 ans de travail mis et remis sur l’ouvrage, 10 ans à ouvrir pour les plus grands de la scène mondiale, ca forge un tempérament. Ca donne de la consistance. Ca fait de vous quelqu’un, autre chose qu’un pantin médiatique à la solde des majors. Autre chose qu’une façade qui peine à cacher la vacuité d’un logis sans intérêt. Don’t fuck with the Truck !

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0037.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0111.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0141.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0090.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0146.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0038.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0171.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0206.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0095.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0182.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0047.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0147.JPG

Après donc nombre de tournées européennes en tant qu‘opening act, MONSTER TRUCK est de retour pour enfin – enfin ! – briller en tête d’affiche. Et ce n’est là que juste récompense amplement méritée qui a le goût de toute la sueur qu’ils ont laissée sur les scènes et sur les routes européennes toutes ces dernières années. Ce n’est là que juste salaire d’un travail de forçats effectué soir après soir en première partie, job souvent ingrat mais ô combien fondateur et rémunérateur en termes d’expérience et de bouteille.

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0161.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0213.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0187.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0081.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0101.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0223.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0229.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0221.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0235.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0224.JPG unnamed.jpg image001_1_.png

Cette expérience et cette bouteille paient ce soir sur la scène de la Rockhal, sans devoir cette fois expédier leur set en vue de faire rapidement place nette pour la tête d’affiche. Devenus headliners, les quatre de MONSTER TRUCK ont embarqué dans leurs bagages des gars d’Edmonton tout aussi remarquables, de la même veine et qui partagent le même bon sens des gens terre-à-terre, la tête sur les épaules, et qui ne se la pètent pas: ROYAL TUSK. En définitive, deux remarquables prestations de gars de là-bas, au fin fond du Canada, qu’aura chaudement apprécié un public qui n’a cependant pas répondu en masse à l’appel. Les absents ont toujours tort et n’en ont qu’à s’en mordre les onglets.

RoyalTusk_Rockhal_29avril2019.jpg

Now online : MONSTER TRUCK @ Rockhal – 29 avril 2019

Après tant et tant de premières parties, nos chouchous de l’Ontario profond sont encore de retour en Europe pour enfin – enfin ! – une seconde tournée en tête d’affiche, statut digne de leur talent et de leur popularité outre-Atlantique !
MONSTER TRUCK débarque donc pour la ènième fois sur le Vieux Continent, et déboule dans nos contrées comme on laboure un champ là-bas: tout soc dehors ! Ou plutôt profond, bien profond le soc. Et ô combien Rock’n’Roll.

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0130.JPG
Autres clichés disponibles dans notre galerie

Steven WILSON @ Rockhal, Esch-sur-Alzette – 31 janvier 2019

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0058.jpg
Ecoutez voir ! Le Steven WILSON nous délivre deux heures et demie d’une scénographie de projections, hologrammes et animations servant à la perfection un son immersif en 4D, sublimant de la sorte l’éclectisme et l’étendue de son répertoire: spectaculaire à tous points de vue, what else ?! Avec ou sans feu- Porcupine Tree qui continue d’exister par procuration à travers sa set-list, Steven WILSON demeure ce qu’il est: un véritable extraterrestre.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0014.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0020.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0023.JPG

Hormis l’incartade humoristico-pop un brin racoleuse de “Permanating" avec laquelle il se fait plaisir, le lyrisme et la dextérité des autres titres que nous offre Steven WILSON continuent de marier pop-rock et expériences progressives, mais sans jamais sombrer dans d’inutiles démonstrations. Les compositions à tiroir sont complexes, la technique instrumentale est énorme, l’énergie déployée l’est tout autant: on ne change pas une formule qui gagne.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0028.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0015.JPG

9 mois après son dernier passage ici-même, lui tient particulièrement à coeur de ne pas reproduire le même show – qu’il promène à travers le monde depuis plus d’un an. Particulièrement affable ce soir, WILSON partage sa conception du rock et de l’évolution de la musique mainstream, vouée à toujours plus de technologie et d’électronique. Pour prendre le contre-pied, il se fait un plaisir de présenter aux moins de 25 ans (!!) un objet de plus en plus rare dans ce show-business, ou dont l’usage de moins en moins sensuel s’assimile davantage aujourd’hui à de la simple et froide technicité: une… guitare électrique – en l’occurrence sa légendaire Fender martyrisée par le temps et les tournées.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0037.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0029.JPG

En grattant un peu, les propos de Steven WILSON sont tout sauf simplistes, à l’instar de ses compositions qui ont vocation à dépasser les catégories et les étiquettes dont il se gausse. Mieux encore: il prend un malin plaisir à forcer le trait de tous ces stéréotypes que véhicule sa fan-base, des fans de progressif aux inconditionnels de métal en passant par les aficionados de Prince dont il ne cesse de réitérer son admiration…

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0062.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0057.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0058.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_63.jpg

An evening with Steven WILSON reste une expérience multi-sensorielle hors du commun qui fait dresser le poil. Ce face-à-face avec cet extra-terrestre à la production aussi prolifique qu’intarissable revêt sur scène une dimension toujours aussi insoupçonnée et sans cesse renouvelée: ce n’est pas cette enième expérience qui nous fera écrire le contraire, au risque de se répéter ou de manquer de qualificatifs…

Now online : STEVEN WILSON @ Rockhal, 31 janvier 2019

Ils s’appellent Craig Blundell, Nick Beggs, Adam Holzman et Alex Hutchings.
Ils sont respectivement batteur, bassiste, claviériste et guitariste. C’est sur leur excellence que s’appuie Steven WILSON dans sa quête d’absolu musical. Mais le talent et le foisonnement créatif de celui-ci sont tels que l’on passe trop souvent sous silence ceux qui lui permettent de les mettre en œuvre et de nous les servir sur un plateau d’argent…

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0049bis.JPG
Maintenant en ligne: Steven WILSON chez le Grand-Duc. Le dernier génie conceptuel…

Now online : NILE RODGERS @ Rockhal – Esch

Now online – maintenant en ligne, Nile RODGERS & CHIC @ Rockhal (Esch-sur-Alzette), 06 décembre 2018.
Un petit pas de danse onstage, Miss ?!

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0325.jpg
Clichés en primeur sur notre galerie