Upcoming shows : TOOL – DREAM THEATER – DEVIN TOWNSEND – NASHVILLE PUSSY – MESHUGGAH – ZEAL & ARDOR – THERAPY? – DANKO JONES – MOTORPSYCHO – AIRBOURNE – …

Upcoming shows soon online : TOOL @ SportPaleis Antwerp, May 13, 2022 // DREAM THEATER + Devin TOWNSEND @ Rockhal May 15th, 2022 // NASHVILLE PUSSY @ L’Entrepôt Arlon – May 18th, 2022 // MESHUGGAH + Zeal & Ardor @ Rockhal May 22th, 2022 // …

THERAPY? @ Rockhal May 25th, 2022 // MOTORPSYCHO @ L’Entrepôt Arlon May 25th, 2022 // DANKO JONES @ Rockhal May 29th, 2022 // AIRBOURNE @ Den Atelier May 31th, 2022 // …

Last & latest footages, shootings & reviews also in our specific GALERY

Soon online : NASHVILLE PUSSY – Arlon – 18 mai 2022

NASHVILLE PUSSY, c’est comme du Jack Daniel’s : ça dépote grave, ça envoie du lourd et on sent par où ça passe, ça te transporte dans des endroits et dans des états dont tu ne soupçonnais même pas l’existence, puis avec un peu d’accoutumance ça ne te donne même plus mal à la tête quand tu en as abusé. Car il y a des abus qui sont tout bénéfice, ou en tous cas bénéfiques.

Soon online et déjà dans notre galery

Now online : Devin TOWNSEND & DREAM THEATER – Rockhal – 15 mai 2022

Maintenant en ligne, Devin TOWNSEND (aka le Canadien le plus hilarant et le plus déjanté qui soit) en opening act de DREAM THEATER et de sa performance qui nous a définitivement séduit après tant et tant de tentatives précédentes aux résultats pour le moins mitigés. Tout viendrait à point pour qui sait attendre…? Clichés ci-dessous et quantité d’autres dans notre galerie

DREAM THEATER + DEVIN TOWNSEND – Rockhal, Esch-sur-Alzette – 15 mai 2022

HevyDevy plus hilare que jamais ne semble même pas à l’étroit sur une scène pourtant étriquée que lui laisse DREAM THEATER pour une bonne heure de prestation. Entre humour, déconne et feintes à deux balles, TOWNSEND lâche pourtant la grosse artillerie, comme pour prouver à qui ne le connaîtrait pas que son titre de VERY Special Guest n’est pas usurpé et qu’il n’est pas ici pour faire de la figuration. La pandémie l’a contraint l’année dernière d’annuler sa tournée européenne en tête d’affiche, et ce n’est que juste récompense que lui offre ici DREAM THEATER – même si les deux bands, hormis leurs initiales, ne partagent pas vraiment grand chose en termes d’approche musicale et de r’n’r spirit.

Devin TOWNSEND est un humain, pas une machine. Humble et modeste mais déchaîné, il se présente à nous ce soir dans toute sa fragilité et avec toutes ses incertitudes qu’il dissimule pourtant admirablement bien derrière une grande gueule hilare tout en balançant des riffs atomiques.

Mais derrière cette apparente carapace, some days out here are so strange: 2 years away from it and you tend to forget those bits. Today was one of those where I’m thinking I’ve completely forgotten how to tour and play live. No longer qualified? Who knows ?! Lots on my mind, lots of ideas… Last few years coagulating into an identity I can quantify, so looking forward to what comes next. Lightwork acts as a bridge… clean, easy, bright, simple. Thanks for hanging in there over these years.

Ayant récemment exprimé à plusieurs occasions dans la presse spécialisée son admiration pour MESHUGGAH, les appelant le meilleur groupe de metal de la planète, on jugera par nous-mêmes dans quelques jours sur cette même scène si Soon online là où vous savez…. est dans le bon ou pas…

Quant à notre 6ème DREAM THEATER ce soir, il fut – il est – le bon. Le dernier A View From the Top of the World nous a directement tapé dans l’oreille, le côté pompeux, pompant et technique à l’excès ayant été semble-t-il mis quelque peu au rencart. Nous avons enfin droit à de solides mélodies et à de savoureuses et riches constructions en lieu et place de soporifiques et techniques solis de guitare aussi inutiles que superflus.

A croire que DREAM THEATER vient de comprendre qu’un véritable band se juge à l’aune de ses mélodies et non pas de sa technicité. Un scoop sans doute pour un groupe qui a dû se tromper de priorité depuis quelques décennies, au point de nous imposer une Rockhal en configuration full-seated lors de notre avant-dernier shooting ici-même en 2016 alors que 2019 ne valait à peine mieux…

Bon, reste que James LaBrie se la joue un peu trop diva (ou peut-être coincé du cul) en quittant le feu des projecteurs dès qu’on n’a plus besoin de lui sur scène, comme s’il ne savait pas quoi faire de ses deux mains si ce n’est aller se repoudrer le nez backstage à longueur de temps. Si ce n’est qu’un détail pour vous, ça veut dire beaucoup pour nous…

Now online : TOOL, Antwerps Sportpaleis – 13 mai 2022

Il est de ces signes qui ne trompent pas, et la présence de devices estampillée RUSH au sein même du FOH de ce sold-out de TOOL au Sportpaleis d’Anvers en est une preuve. A l’instar de ce vendredi 13 qui en est un autre signe: les astres sont définitivement alignés. Qui plus est, retrouver derrière la console du FOH un vétéran qui peut se prévaloir de 4 décennies de tournées RUSH à son pedigree, la conjonction de ces éléments ne peut décidément pas faire de cette soirée TOOL un event comme les autres. TOOL demeure inégalable. TOOL demeure inénarrable. TOOL demeure inclassable. TOOL demeure tout simplement TOOL mais en mieux et en plus mature encore au fil des années et des tournées. Une expérience multisensorielle sans pareille, et sur laquelle nous revenons ci-dessous et dans notre galerie.

TOOL – Sportpaleis, Anvers – 13 mai 2022

cérémonie hypnotique, initiatique, immersive et multisensorielle – TOOL est l’exception stylistique qui rassemble les extrêmes et réunit les contraires dans cette grand’ messe chamanique qui vous transporte dans un ailleurs dont ils ont, seuls, le secret des dédales qui y mènent. Les messages hypnotiques hallucinant la bande sonore emprisonnent le quatuor: l’écran géant en toile de fond revient à 360° jusqu’à l’avant-scène par le biais d’un immense mais fin rideau métallique et transparent qui enveloppe totalement le quaturo. Un dispositif modérément pratique pour les photographes, mais qui permet des projections lumineuses impressionnantes qui emprisonnent les Californiens 45 minutes durant. On ne devinera jamais qu’à peine Maynard James Keenan, crête iroquoise toujours sur la tête, perpétuellement en retrait et dans l’ombre sur l’une des deux estrades qui jouxtent la batterie où, quand il ne tient pas le micro, se déhanche et s’étire tel un athlète s’apprêtant à réaliser la perf de sa vie.

Deux heures plus tard et une pause de 10′ qu’égrène un compte-à-rebours, les sorciers réapparaissent aussi mystérieusement qu’ils n’avaient disparu. L’usage du téléphone jusqu’alors interdit est concédé (sans flash) par Maynard tandis que l’extraordinaire Carey exécute un Chocolate Chip Trip assez dispensable finalement. La grand’ messe avait commencé par un Fear Inoculum qui plongea les 20.000 paroissiens dans un état second, et l’office se clôture en apothéose avec un doublé Culling Voices et Invincible qui ouvrent les portes de la quatrième dimension, du nirvana ou du paradis c’est selon. TOOL n’est pas seulement un groupe, c’est un concept, une obédience, une fractale initiatique, une psyché spirituelle évoluant dans un halo de variations polyrythmiques, hypnotiques et saturées. TOOL fait du TOOL, avant que ce nom propre devienne sous peu un nom commun. Punt aan de lijn.

Sans crainte aucune d’être désagréable, nous passerons sous silence la performance (?) de BRASS AGAINST en première partie, dont le seul moment de gloire éphémère fut la golden shower qu’Urista offrit live on stage l’année dernière à un fan du 1er rang invité sur scène. A se demander comment TOOL peut s’encombrer d’un tel inutile fardeau, aux antipodes de notre Amélie NOTHOMB que nous ne pourrons jamais égaler pour décrire les passions que génère le premier des derniers géants conceptuels du rock’n’roll circus…

Festivals d’été : HELLFEST – SJOCK – CABARET VERT : nous en serons avec et pour vous !

Après l’impasse sanitaire annihilant les efforts des organisateurs en regard des éditions 2020 puis 2021, l’année 2022 s’annonce comme celle du grand retour et de la grande récompense des efforts fournis par les chevilles ouvrières du HELLFEST. Quant à l’édition 2022 du CABARET VERT, les Ardennais nous réservent des surprises sans commune mesure avec une édition 2021 qui s’est tenue haut la main contre vents et marées. Le SJOCK demeure pour sa part fidèle à lui-même, tel un ovni dans le paysage de nos festivals de cet été 2022 ! A suivre donc…

Petit coup d’oeil dans notre rétroviseur des précédentes éditions ? C’est par ici :

… voire encore par ici :

Putain, putain, ARNO… Merci, Godverdomme !

RIP Arnold « Arno » HINTJENS

21 mai 1949 (Ostende) – 23 avril 2022 (Bruxelles).

Adieu, Mec, et surtout merci Godverdomme

Click for more memorabilies…

Now online : Joe BONAMASSA @ Lotto Arena – Antwerp – 24 avril 2022

Joe BONAMASSA, à l’instar de bien d’autres, renoue aujourd’hui avec les tournées internationales. Et cela fait un bien fou après deux années mises entre parenthèses pandémiques, même si l’on ne peut pas écrire que Joe BONAMASSA soit sur scène un véritable boute-en-train ou un gai-luron particulièrement patenté. Mais il est là pour faire le boulot et ce 24 avril 2022, c’était pour s’arrêter à la Lotto Arena d’Anvers : sans doute sa prestation a-t-elle résonné jusqu’au Sportpaleis voisin qui accueillait quant à lui Hanz Zimmer… Autres lieux, autres moeurs, autres styles, autres publics.

More online ci-dessous, et déjà beaucoup dans notre galerie également…

Now online : TYPH BARROW sold out @ Rockhal Esch s/ Alzette – 20 avril 2022

… et aussi avec bien d’autres dans notre galerie-photo on line

Joe BONAMASSA – Lotto Arena Antwerp – 24 avril 2022

Tout comme la semaine écoulée à la Rockhal, il demeure encore étrange de se retrouver plongé dans une salle parmi des milliers de ses semblables entassés sans masque ni distanciation physique (enfin quand on dit entassés, on devrait plutôt écrire trop sagement assis côte à côte). On perd vite ses habitudes et ses références du Monde dAvant. Tournée annulée en 2020, puis rebelote en 2021: deux ans et deux albums plus tard, Joe Bonamassa comme nous tous profite de l’actuel répit pandémique de ce printemps 2022 pour reprendre enfin la route et retrouver ses (nos) fondamentaux. 

20h00 précises: l’obscurité s’empare de la Lotto Arena pour faire rapidement place au maestro. Costume deux pièces impeccablement ajusté, chaussures soigneusement cirées, chemise élégamment assortie et ses inséparables lunettes noires sur le nez, Bonamassa et ses six complices s’installent sous le feu des projecteurs. D’entrée de jeu (et quel jeu !), les enceintes vomissent un son assez pourrave marqué par une désagréable réverbération et un puissant écho laissant penser que la salle est vide comme une boite creuse. On espère que les ingés son vont y remédier fissa, mais le résultat restera peu probant tout au long du set: les drums résonnent de manière dissonante et la guitare de l’Américain débite un son trop métallique qui ne sera corrigé que partiellement en cours de set. Seul le Hammond tire son épingle du jeu – et quel jeu ! – sous les doigts magiques du légendaire Reese Wynans, celui-là même qui officiait déjà au sein notamment du Double Trouble aux côtés de Stevie Ray Vaughan.

Les vocals tiennent également la rampe, que ce soit les lead de Bonamassa (toujours aussi peu loquace entre deux exécutions) ou les background de ses deux efficaces et ravissantes choristes: elles renforcent à la perfection, avec puissance quand il le faut mais avec discrétion quand nécessaire, la texture et la profondeur de l’organe du maître de cérémonie.

Les concerts en configuration assise ont cependant ceci d’horripilant que cette posture est parfaitement antinaturelle, antinomique et profondément incompatible avec certaines ambiances ou musiques. Mais soit, puisque le maître en a décidé ainsi, tout comme la stricte interdiction intimée aux photographes de le shooter de face… ni même depuis l’avant-scène ! Lorsque Bonamassa demande en dernière partie de concert aux premiers rangs de se lever, d’avancer et d’approcher tels Lazare de la scène (distante de certainement 4 ou 5 mètres du premier rang !), il n’en faut pas plus pour que la nature humaine reprenne simplement et pleinement ses droits.

Un rappel partiellement acoustique s’enchaîne après une heure trente d’une démonstration sans appel alternant harmonieusement blues et rock, rock et blues, piano et fortissimo, fortissimo et moderato. Le maestro demeure définitivement aussi remarquable compositeur qu’impressionnant performer, se prévalant d’une production et d’un répertoire aussi riche que varié en balayant véritablement tous les registres du blues. A moins que ce ne soit du rock ? Du blues-rock peut-être, ou du rock-blues. Bref, du grand et du bon Joe Bonamassa quoi…

Il y a un peu plus, je vous le mets…?