Soon online : STATUS QUO @ Rockhal, Esch-sur-Alzette – 21 juillet 2024

Rockin’ all over the World depuis tant et tant de décennies qu’on en oublierait le caractère mortel de STATUS QUO. De mémoire , mais il faudra que nous vérifions, Rick Parfitt faisait encore partie du line up lors de notre dernier face-à-face avec ces Anglais (presqu’) intemporels. Aujourd’hui, ne reste de la formation originale que le (quasi) immortel Francis Rossi, toujours aussi distingué et élégant, et so British avec son accent roulant les « r » qu’il nous ressort ce soir. Ah, et ce boogie rock comme il y en a pas deux au monde…!

Soon online et déjà dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme vous en voyez partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub. NO a.i. feature (artificial intelligence sucks) : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester.

Soon online : Nile RODGERS @ Gent Jazz Festival – 15 juillet 2024

Je ne sais pas vous, mais pour nous s’il fallait faire le choix d’un producteur, ils ne sont pas beaucoup à figurer sur notre liste de ceux à contacter. Et d’ailleurs, on ne dispose pas ses coordonnées, donc l’affaire est emballée – d’autant plus qu’on n’a rien à lui faire produire non plus ! Ceci dit, c’est quand même quelque chose de se retrouver face à ce king du showbiz, face à une telle légende au palmarès inégalé et pas de sitôt égalable en termes de hits mondiaux. Maître absolu du dance-floor, Nile RODGERS n’a pas fait que marquer les esprits au Gent Jazz Festival 2024, il a aussi marqué les corps. Comme il a marqué ces dernières décennies…

Soon online et déjà dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme vous en voyez partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub. NO a.i. feature (artificial intelligence sucks) : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester.

ows – Upcoming Shows – Upcoming Shows – Upc

Nous pleurerons ce 19 juillet la disparition du NIGHT OF THE PROG Festival, 14ème et dernier du nom, lové au sein du site sans pareil de la Loreley surplombant le Rhin, site qui ne pourra que charmer notre Alex Henry FOSTER (que nous reverrons ensuite à Cologne le 27 juillet Biergartenkonzert – Eintritt frei). Entre temps, STATUS QUO nous balancera ses éternels quatre accords ce 21 juillet à la Rockhal tandis que KORN et QOTSA (parmi des dizaines d’autres) déboulonneront l’édition 2024 de l’éclectique, ardennais et sans nul pareil CABARET VERT.

Soon online et déjà dans notre galerie de portraits à l’instar de toutes nos précédentes reviews…

Un ch’tit coup d’oeil dans notre rétroviseur ? C’est par ici :

Et comme toujours en français in ze texte: last & latest footages, shootings & reviews in our specific GALERY « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub. NO artificial intelligence : ONLY human one… and pure one-shot JPEG !

COSMIC PSYCHOS, AGNOSTIC FRONT,… @ SJOCK Festival – 06 juillet 2024 (part 1)

La 48ème édition du SJOCK est probablement semblable à ce que fut la 32ème ou à ce que sera la 64ème. L’ADN du plus ancien festival belge en est sans doute l’explication : punk, rock, rockabilly, garage et roots, le tour d’horizon est large tout en étant à la fois excessivement restreint. Il n’y a qu’un SJOCK et ce qu’on y trouve et ce qu’on y entend tient à la fois de l’originalité et de la spécificité quand pas tout simplement du mainstream – mais de ce mainstream qu’on ne rencontre que dans ces festivals un rien décalés, un peu déjantés et tout à fait hors des sentiers battus.

Au SJOCK, on est aux antipodes de ce que le commun des festivaliers attend et espère trouver où que ce soit ailleurs qu’au SJOCK. Et c’est bien pour cette raison que le plus vieux festival belge demeure encore et toujours Your Rock’n’Roll Highight of the Year ! Sans se prendre la tête, sans gros coup et sans chichi, le staff et le crew du SJOCK sont de ceux (et de celles) qui ne se la pètent pas. Pas plus que les stars et les bands qui n’ont ici pas de caprices à formuler. Ici, on est en famille, punt aan de lijn.

Backstage, tout le monde est logé à la même enseigne et partage la même cantine et le même bar : la sécurité, les roadies, les guests, les crews, les techniciens, le staff, les photographes… et les bands. On s’abreuve à la même pompe à bière, on se fait servir les mêmes pistolets fourrés à la demande, et on remet en peinture les mêmes urinoirs. Certes, les bands bénéficient bien de « loges » dans les baraquements constituant le modeste Artists Village (qui n’en porte que le nom), mais c’est comme s’ils préféraient la cantine partagée pour boire un verre avant de monter sur scène ou s’enfiler un spaghetti bolo à l’issue de leur set. Et c’est pour ça qu’on adooooore le SJOCK, qu’on adoooooore son staff et son crew, et qu’on adooooore tout ceux qui gravitent autour et alentours de ce festival sans nul pareil dans notre petit Royaume.

Notre samedi sera égayé de bien des moments chauds-boulette, rock’n’roll ou complètement décalés, et de de bien des rencontres à haute-valeur ajoutée toujours. Sans conteste aucun, tiennent le haut du pavé AGNOSTIC FRONT d’abord (que nous découvrons live on stage) et COSMIC PSYCHOS (que nous retrouvons deux ans après leur dernière prestation ici-même) qui décrochent notre palme absolue. Quelle palme ? THE palme !

Le blouson noir à capuche de Vinnie Stigma qui, comme nous, attend sagement son sandwich arbore un fier New York Hardcore 1982. Ce qu’on peut voir de ses membres supérieurs et inférieurs est couvert de tatouages à l’instar de son crâne incrusté d’une belle araignée dans sa toile. Et dire que cette petite boule d’énergie brute arpentait rageusement (mais le sourire aux lèvres) la scène de long en large il n’y a que quelques minutes encore, quand ne fonçait pas dans le public sa guitare en bandoulière et, entouré (protégé) de ses gardes-du-corps, orchestrait un mosh pit / pit-circle, planté en son centre comme au calme dans l’oeil d’un cyclone dévastateur.

Le hard-core d’AGNOSTIC FRONT est, à l’inverse de quantité d’autres, intéressant. Intéressant car plaisant, festif, joyeux, second degré, tout le contraire de ces bands hard-core qui, pour leur grande majorité, jouent à faire peur, jouent les méchants garçons. Les gars d’AGNOSTIC FRONT le sont : pas besoin pour eux de jouer à faire comme, ni de simuler. A l’instar de COSMIC PSYCHOS qui s’en suit sur la mainstage, ils sont de la trempe de ceux dont on s’imbibe et dont on s’imprègne, de ceux qu’on vit live on stage, pas de ceux qu’on écoute sur sa platine confortablement installé dans son living.

D’ailleurs, qu’est-ce qui a moins de saveur qu’un COSMIC PSYCHOS sur CD une fois (une seule fois!) qu’on a pu voir ce power-trio en live ?! Avec AGNOSTIC FRONT from New York City et COSMIC PSYCHOS from Down Under, c’est comme si ces extrêmes géographiques s’étaient donné rendez-vous à mi-chemin chez nous pour faire trembler la planète Terre.

Toujours une bière à la main (quand pas une dans chaque main) tant sur scène que backstage, on a pu observer nos Australiens préférés passer l’après-midi à pinter de-ci de-là. Et quand on lit attentivement les quelques photos ci-dessous, on comprend mieux de quoi il en retourne…! Le trio n’a ainsi pas changé d’un iota depuis leur dernier passage ici-même. Ah si, le visage de John Mad Macka McKeering est maintenant garni d’une généreuse barbe grise bien fournie à la manière d’un bushman ayant passé plusieurs mois dans l’outback. Ross Knight boite quelque peu, comme si à force de jouer avec leurs flingues il s’était accidentellement tiré une balle dans le genou. Dean Muller quant à lui semble plus cow-boy fringant que jamais, même si ses multiples tentatives (ratées) de récupérer ses baguettes lancées en l’air depuis sa batterie n’avaient comme seul but que de le rendre plus hilare encore.

Car sur scène, COSMIC PSYCHOS demeure de l’entertainement pur jus, voire pur gras lorsque Mad Macka exhibe sa panse sur l’avant-scène pour nous la jouer danse-du-ventre du plus crade effet. Côté sonorisation, ça mouline ferme dans les chaumières et la bande-son est à l’image de la mise en scène : simple, simpliste, et même simplissime mais foutrement efficace et bougrement destructrice. A l’instar d’AGNOSTIC FRONT, COSMIC PSYCHOS nourrit son homme à la manière d’un spaghetti sur table, les mains dans le dos : t’en prends plein la tronche avec finalement pas grand chose – aux antipodes d’un cinq services présenté dans de la vaisselle de porcelaine.

Mais au moins, tu sors de table rassasié – pas comme avec la nouvelle cuisine. Cassoulet garni versus cuisine moléculaire : au SJOCK Festival, on est dans l’authentique qui te cale l’estomac. Au SJOCK, on est plus dans le bouchon lyonnais que dans le léché de chez Bocuse : ils ne sont pourtant pas loin l’un de l’autre, géographiquement parlant, mais tellement sur une autre planète. Planet rock’n’roll. Merci la famille SJOCK – et surtout: total respect.

SJOCK Festival – feat. GRADE2, Ty SEGALL, NOBRO, The CHATS,… 06 juillet 2024 (part 2)

Le SJOCK, Your R’n’R Highlight of the Year (48ème du nom), a une nouvelle fois tenu toutes ses promesses, même si notre passage sur le site se limite à la seule journée du samedi 06 juillet 2024. Mais avec les fêlés bushmen de COSMIC PSYCHOS à l’affiche sur la mainstage précédés des fous furieux d’AGNOSTIC FRONT (voir par ailleurs), la journée ne pouvait s’annoncer que fortement houblonnée, méchamment destructrice et foutrement déjantée (voir ici). Et de fait: le pire n’est jamais décevant. Mais avant le plat de résistance, quelques amuse-gueules et autres gâteries en dessert…

Les belles de NOBRO chauffent les esprits avec un set propret mais énergique qu’elles délivrent sur la mainstage en ce milieu d’après-midi, avant que GRADE2 ne prenne le relai avec un punk-rock aussi classique qu’authentiquement british. THE COUNTRY SIDE OF HARMONICA SAM amène un peu de calme, sous le chapiteau surchauffé cette fois.

Ty SEGALL délivre quant à lui un set de toute beauté à la nuit maintenant tombée, comme un ovni de technicité énergique et de virtuosité précautionneusement emballée. Le band groove et emballe efficacement, mais surtout contraste de propreté et de préciosité avec le reste de l’affiche. The CHATS clôturent quant à eux la soirée du samedi d’une bien pâle manière avec un punk-rock aussi poussif que soporifique et creux, à l’instar de l’erreur de casting Eagles of Death Metal de la précédente édition, serions-nous tentés d’écrire. Mais il est vrai qu’après AGNOSTIC FRONT et plus encore COSMIC PSYCHOS,…

Now online : BLACK STONE CHERRY @ Garage, Saarbrucken – 25 juin 2024

Nos poulets frits préférés du Kentucky sont de retour sur le Vieux Continent pour nous délivrer le meilleur du redneck sound – comment mieux dénommer ce qui s’écoute idéalement dans un bon vieux saloon déglingué, une Budweiser en main face à un band se produisant sur une scène protégée d’un filet pour se prémunir des cannettes qui volent parfois très bas dans certains coins reculés du Kentucky…?

Now online et déjà dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester. A.I. sucks !

BLACK STONE CHERRY – Garage @ Saarbrücken – 25 juin 2024

Avec un petit et chiche 75 minutes de show sans même un rappel (même pas un, ma p’tite dame !), on ne peut pas dire que BLACK STONE CHERRY a conquis les esprits sceptiques qui avaient fait le déplacement par simple curiosité. Et les plus convaincus de l’assemblée – dont nous sommes indubitablement – restent également quelque peu sur leur faim.

Certes, certes l’intensité et l’énergie étaient indéniablement au rendez-vous de la 1ère à la 75ème minute et c’est vraiment peu dire que de l’écrire. Toutefois, la quantité n’était manifestement pas au rendez-vous de la qualité. Ajoutons à cela l’absence de clavier de longue date déjà et un roadie qui joue les percussionnistes intermittents, le produit fini laisse comme un petit goût de trop peu à ceux qui ne savaient pas trop à quoi s’attendre.

Ces constats n’enlèvent cependant rien, strictement rien au béguin que nous avons toujours eu pour ces purs rednecks qui hument bon le Kentucky le plus profond. Ben WELLS joue comme à l’accoutumée le kangourou de service en bondissant sur scène et l’arpentant de tout son long, tandis que Chris ROBERTSON assure et assume aux vocals et à la rythmique. Les drums de YOUNG souffrent quant à elles d’une sonorisation franchement déficiente, gâchant quelque peu le produit fini dans son ensemble.

Ne boudons cependant pas notre plaisir: la set-list alterne parfaitement dernières productions et valeurs sûres, la présence scénique du quatuor ne souffre d’aucune faiblesse et le set d’aucun temps mort. 75 minutes de bonheur hardly-bluesy-graisseux presque parfait qui nous ont transporté un court moment au plus profond du Kentucky. Et ça, ça n’a pas de prix. Priceless…

Now online : Alice COOPER, Judas PRIEST, Tom MORELLO, Ayron JONES – 23 juin 2024 @ Heavy Weekend Nancy

Le COOP’ a encore frappé fort. C’en devient une habitude même si on ne s’y habitue pas. On s’y fait, mais on ne s’y habitue pas. Vincent FURNIER, fidèle à sa légende, a martyrisé ses poupées et nos ouïes, a exhibé guillotine et hémoglobine, et a fait prendre l’air à son vers de terre qu’on dénommerait aisément Devastator. La bête enlace et glisse le long du corps, ondule dans les airs, s’enroule autour d’un bras, siffle et s’expose aux yeux écarquillés des spectateurs: le COOP’ toise l’assistance fascinée. Effet garanti. Depuis 1971…!

Auparavant, Tom MORELLO et – en clôture de soirée – JUDAS PRIEST ne se sont pas contentés des miettes : c’était au contraire du gras et du consistant qu’ils nous ont servis en hors d’oeuvre et en dessert. Now online et toujours dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester. A.I. sucks !

JUDAS PRIEST – ALICE COOPER – Tom MORELLO – Ayron JONES @ Heavy Weekend Nancy, 23 juin 2024

Le site est vaste, fonctionnel et surtout surchauffé en cette fin d’après-midi. Gerard Drouot Production a visé juste. Le soleil tape dur – une fois n’est pas coutume – sur une surface totalement macadamisée qui garnit l’amphithéâtre à moitié rempli, s’il faut en croire la presse qui parle d’une assistance largement sous-estimée de 10.000 personnes. En ce 3ème et dernier jour de Heavy Week-End, quatre groupes garnissent l’affiche dominicale. Ayron JONES se charge de l’entame avec un set groovy comme on le connait, remplissant la tâche ingrate de tenter de secouer et de dynamiser un public quelque peu amorphe, ou plutôt toujours en train de s’installer et de garnir peu à peu l’amphithéâtre open-air.

Si Ayron JONES est servi par une remarquable sonorisation, celle-ci atteint qualitativement son apogée lors du set du légendaire – on peut le dire – Tom MORELLO. Et le public d’enfin se lâcher lors d’un medley de Rage Against the Machine que tout le monde attendait, un moment explosif entre la fureur du rap, la puissance du métal et la pulsation du funk qui sonnait à l’époque comme une rencontre du 3ème type entre Led Zeppelin et le hip-hop de Public Enemy. Et que dire, que penser de son vibrant hommage rendu à Audioslave et à Chris Cornell surtout (la personne la plus charmante jamais rencontrée) honorée par son portrait XXL tandis qu’un Like a Stone sonne de manière assez réussie faut-il l’avouer.

La mention d’un explicite (et peu surprenant) Cease Fire arbore la caisse du Che Guevara de la guitare, de laquelle sortent des sons qu’avant lui on n’avait jamais entendus à la fin des eighties. Des sons, plus que des notes de guitare, étonnamment proches des scratches que produisaient à l’époque les DJ manipulant leurs platines vinyle. Et que dire de ces sons que sort MORELLO en jouant du jack de sa guitare dans la paume de sa main ! Avec un tonitruant Kick out the Jam, Tom Ernesto MORELLO rend également un hommage appuyé au MC5 du récent disparu et regretté Wayne KRAMER (qui sera probablement porté au pinacle cet automne en intégrant le Rock & Roll Hall of Fame à Cleveland dans la catégorie Musical Excellence AwardMC5 est nominé). Ou quand deux militants de gauche (radicale ?) portent le même combat du bout de leurs six-cordes…

L’admiration sans bornes que MORELLO confie sur scène pour ALICE COOPER et pour JUDAS PRIEST n’est manifestement pas feinte, à le voir se trémousser backstage durant ces deux performances. Le set de MORELLO respecte l’horaire imposé (soit un peu moins d’une heure) alors qu’enchaîne ALICE pour 90 minutes d’un show sans surprise mais sans déception aucune non plus: ALICE reste fidèle à COOPER, le COOP’ de 2024 restant digne du COOP’ des seventies et des eighties – puis des nineties et du XXIème siècle – maltraitant vicieusement sa poupée mais en épargnant cette fois son nouveau-né qu’il n’exhibera donc pas de la pointe de son épée.

Pour le plaisir des yeux – mais pas uniquement – Nita STRAUSS est de retour aux côtés de notre fringant septuagénaire, après son départ du line-up auquel nous avions assisté à l’occasion de sa dernière prestation aux côtés du COOP’ au Hellfest 2022. Ce soir à nouveau, l’Hollywood Vampires ALICE COOPER dorénavant intemporel (voire éternel ?) nous délivre un véritable best of de sa désormais longue carrière, balayant 5 décennies de géniales compositions et de scénographies décalées, osant même un Another brick in the Wall qui s’enchaine à School’s Out. Rien de fondamentalement neuf sous le soleil pour ce qui n’est finalement que notre 13ème ALICE COOPER, avec l’intemporelle et délicieuse sensation que ce n’est que le premier…

Les potentielles 20.000 places de l’open air du Zénith se dégarnissent quelque peu le moment venu pour JUDAS PRIEST de partir à l’attaque d’une prestation sans faille de 90 minutes également. A l’heure précise, l’immense banderole qui masque partiellement la scène s’évapore dans les airs en une fraction de seconde, aspirée telle un spaghetti géant par le siphon buccal d’un invisible monstre planqué dans le lightshow ! Bam-bam-bam : à l’instar du very best of servi par ALICE COOPER, un soupçon du dernier album (d’entrée de jeu) viendra saupoudrer une set-list se résumant à un best of the best of de JUDAS PRIEST mené par un Rob HALFORD arpentant comme à l’accoutumée la scène de gauche à droite et de droite à gauche, le micro coincé entre ses deux mains jointes et le regard la plupart du temps fixé au sol.

D’une surprenante forme physique, HALFORD témoigne d’une plus surprenante encore voix, nous gratifiant de vocalises d’une époque que l’on pensait révolue et servies par une sono puissante mais parfois écrasée comme ce fut déjà le cas pour le COOP’. A l’inverse, la basse du vétéran Ian HILL est comme rarement mise en exergue tandis que l’emblématique The Hellion / Electric Eye est l’occasion de rendre le traditionnel hommage par vidéo interposée à KK Downing, figure centrale du groupe avant son départ. Les allusions et références à Birmingham tout au long du show semblent être devenues elles aussi le leitmotiv absolu du mythe fondateur de la BWOHM que sont JUDAS et les pères spirituels du SABBATH.

Les Metal Gods du PRIEST, tout de cuir vêtus, ont une nouvelle fois frappé fort ce soir, très fort. Denim & leather for ever ? On peut se poser la question en constatant que la plupart des pointures au programme de ces trois jours de Heavy Weekend Nancy (de Deep Purple à Scorpions et d’Alice à Judas) affichent tous une respectable septantaine bien entamée. Si l’avenir est devant nous, le leur est assurément derrière eux. Et derrière nous aussi, finalement…

ADAMO – Casino d’Ostende – 15 juin 2024

Des belges célébrités estampillées vintage qui ont donné à notre Royaume ses lettres de noblesse à travers le monde durant les années bénies des sixties et seventies, il en est deux (2) qui conservent en notre coeur une place de choix sans nulle pareille. Toutes deux font aujourd’hui encore montre de la même classe innée et de la même naturelle élégance. Toutes deux se démarquent du vulgus par leur distinction, par leur prestance et par leur charisme qui forcent le respect général quand pas tout simplement l’admiration. Tout aussi rares sont les célébrités qui se la jouent modeste en n’ayant par ailleurs jamais prêté le flanc à la moindre critique. Et rarissimes sont nos vedettes – finalement bien plus humbles que le commun des mortels – dont le parcours sans faute et sans faux-pas force l’admiration de toutes et de tous, tous continents confondus. Celles et ceux qui ne les connaissent que de nom ne leur vouent pas moins le même respect et la même admiration. C’est l’apanage des grands…

Mesdames et Messieurs, ADAMO et Jacky Ickx, chacun dans son domaine d’excellence, sont à la belgitude ce que le Signal de Botrange est au plat-pays. Jacky Ickx et ADAMO seraient-ils les derniers monstres sacrés belges ? Sans doute. Certainement, même. Et le concert que nous offre ADAMO ce 15 juin 2024 dans l’impressionnante, luxueuse et vaste salle du Casino d’Ostende n’en est rien de moins que la parfaite illustration. On aurait toutefois préféré l’entendre s’adresser en français à une salle pourtant très majoritairement francophone, mais pratiquer la langue de Vondel en terre néerlandophone c’est également cela l’élégance et la distinction signées ADAMO. Reporté par 3 fois déjà depuis 2020, pour cause de crise sanitaire d’abord, pour raisons de santé deux fois par la suite, la prestation d’ADAMO ne souffre ce soir d’aucun bémol. D’aucun – punt aan de lijn.

Deux heures durant très exactement et sans le moindre prompteur s’il vous plait (certains peuvent en prendre de la graine !), notre octogénaire frais comme un gardon sur son trente-et-un survole six décennies de succès mondiaux, secondé par huit musiciens multi-instrumentistes pour la plupart. ADAMO nous émeut comme une autruche ! Aidé d’un petit coup de spray buccal et avalant une gorgée de potion magique entre chaque morceau, ADAMO laisse deviner que sa prestation nécessite une grande prudence vocale de sa part, même si aucun autre indice ne le laisse supposer. Débutant son tour de chant très, très fort avec un C’est Ma Vie qui nous retourne immédiatement les tripes, Inch’ Allah assènera plus tard le coup de grâce à une salle sold out qui n’en espérait pas moins. Bien qu’ayant rayé de sa set-lit ce morceau lors de ses quelques dernières et rares apparitions pour cause d’actualité dramatique trop prégnante, ADAMO nous fait l’honneur ce soir de réintégrer dans son répertoire cette perle tellement d’actualité, même si datant pourtant et dramatiquement des seventies.

Où, ailleurs qu’à Ostende – éternelle mère patrie de notre immortel ARNO national – l’hymne Les filles du bord de mer peut-il mieux sonner dans la bouche d’ADAMO qui a l’élégance, la classe et la distinction d’ainsi clôturer son tour de chant en un émouvant clin d’oeil lancé à feu son pote ? Année après année, décennie après décennie, ADAMO continue à perpétuer, à faire sourire et à faire chanter son patrimoine pour l’immense bonheur de ceux qui, comme lui, vieillissent aussi bien qu’ils ont vécu. Elégance, classe et distinction en prime.