HELLFEST @ Clisson, 21-23 juin 2019

IMG_7509.JPG
Aaaaaaah, le HELLFEST…! Avec l’historique Download, le mythique Wacken et notre Graspop national, nous voici face au quatrième mousquetaire – et non des moindres. En ce solstice d’été 2019, le vignoble nantais accueille la 14ème édition de cette grand-messe devenue incontournable au même titre que les trois premières nommées. Sold out depuis près d’un an en moins de deux petites heures, les 180.000 tickets pour ces 3 jours et ces 3 nuits d’Enfer sont à l’image de l’événement: dantesque, hallucinant, colossal, titanesque mais surtout magique…

Hellfest_2019_0149.JPG Hellfest_2019_0151.JPG Hellfest_2019_0015.JPG
Whitesnake_Hellfest2019_0103.JPG Whitesnake_Hellfest2019_0133.JPG Whitesnake_Hellfest2019_0109.JPG

Le site semi-permanent offre un décorum digne du meilleur Mad-Max, quand ce n’est pas plutôt Games of Throne ou Alien. Aucun festival – par définition éphémère – n’est en mesure de rivaliser avec des infrastructures ici permanentes. A moins que peut-être Tomorrowland dans un tout autre registre, mais sans les deux immenses mainstages dont peut se prévaloir le Hellfest, flanquées de pas moins de 5 écrans LED aussi démesurés et gigantesques que les scènes elles-mêmes.

Hellfest_2019_0050.JPG Hellfest_2019_0085.JPG Hellfest_2019_0251.JPG Hellfest_2019_0386.jpg
LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0049.JPG RichieKotzen_Hellfest2019_0083.JPG Slash_Hellfest2019_0287.JPG Kiss_Hellfest2019_0286.JPG

Un premier écran à gauche de la scène gauche, un second à droite de la mainstage right, un troisième entre les deux scènes, et enfin deux écrans identiquement démesurés en toile de fond de chacune des deux scènes revenant latéralement sur leurs flancs. Un dispositif visuel qualitatif et quantitatif tout bonnement exceptionnel et unique pour ne manquer aucun rictus caché, aucun poil de barbe rebelle ou aucun ongle mal coupé. Redoutablement efficace, ou effroyablement intrusif c’est selon…

Hellfest_2019_0039.JPG Hellfest_2019_0321.JPG Hellfest_2019_0257.jpg
Hellfest_2019_0390.JPG Hellfest_2019_0245.jpg Hellfest_2019_0158.JPG

Trois immenses chapiteaux semi-ouverts hébergent 3 scènes supplémentaires tandis qu’un 6ème et dernier lieu de débauche sonore, en total open-air quant à lui, est lové dans l’amphitéâtre de la War-Zone au décor (permanent) apocalyptique, entre Mad-Max et… Auschwitz. 160 groupes et autant de concerts vont transformer le parc de Clisson en un enfer pavé de bonnes intentions 3 jours et 3 nuits durant, sous un soleil de plomb aussi implacable et redoutable qu’une sonorisation tout bonnement ex-cep-tion-nel-le et jamais – ô grand jamais – auparavant nulle part rencontrée.

Anthrax_Hellfest20190005__2_.JPG BlackBerrySmoke_Hellfest2019_0055.JPG BlackBerrySmoke_Hellfest2019_0040_.JPG
BlackBerrySmoke_Hellfest2019_0002.JPG Clutch_Hellfest2019_0040.JPG Clutch_Hellfest2019_0060.JPG

3 jours et 3 nuits de peace & love, d’amour et d’amitié, de fête et de débauche sonore, de gastronomie et de divertissements, de déguisements et de wall of death, de pit-circle et de bières. Le Hellfest est devenu le plus gros vendeur de bières français avec 800.000 litres vendus en trois jours (pour 180.000 personnes, frêles femmes et jeunes enfants compris) sur 350 mètres de linéaires, alimentés par 15 citernes de 250 hectolitres, 40 tanks de 1.000 litres, huit semi-remorques et 4 km de tuyaux qui courent enterrés sous les pieds des festivaliers.

BohseOnkelz_Hellfest2019_0044.JPG BohseOnkelz_Hellfest2019_0026.JPG BohseOnkelz_Hellfest2019_0039.JPG
Candlemass_Hellfest2019_0004.JPG Candlemass_Hellfest2019_0043.JPG Candlemass_Hellfest2019_0059.JPG

Mais notre HELLFET, c’est aussi près de 65 km parcourus en trois jours, entre parkings et site du festival, entre mainstages et espace-presse, entre scènes diverses et VIP area, entre bars, fronstage et conférences de presse. Ce sont 3 jours passés a faire inlassablement le pied-de-grue de midi à minuit dans l’accès des différents pits photos, sous un soleil de plomb, entre les hurlements de la foule dans le dos et le véritable mur de la scène qui se dresse devant nous – mainstage #2 à ce point haute que sont totalement éclipsés de nos objectifs le batteur ou les musicos se tenant quelque peu en retrait…

Candlemass_Hellfest2019_0064.JPG Clutch_Hellfest2019_0027.JPG Clutch_Hellfest2019_0056.JPG Candlemass_Hellfest2019_0073.JPG
BlackBerrySmoke_Hellfest2019_0026.JPG BlackBerrySmoke_Hellfest2019_0053.JPG BlackBerrySmoke_Hellfest2019_0060__2_.JPG BlackBerrySmoke_Hellfest2019_0044.JPG

"Notre" HELLFEST, ce sont aussi 3 jours de stress et de tension, de peur de perdre une seule des 200 ou 250 précieuses secondes dont les photographes accrédités sont gratifiés pour tirer le meilleur cliché du set sur lequel ils ont jeté leur dévolu, sacrifiant par là d’autres prestations simultanées ou quasi. Notre HELLFEST dans le photo-pit est en définitive tout sauf une sinécure, et s’apparente davantage à un des douze travaux d’Hercule qu’à une promenade de santé ou à un moment festif de pur délire. Et dire qu’il y en a qui croient qu’on s’amuse…

Dagoba_Hellfest2019_0027.JPG DeadlandRitual_Hellfest2019_0107.JPG Dagoba_Hellfest2019_0040.JPG
DeadlandRitual_Hellfest2019_0053.JPG Candlemass_Hellfest2019_0060.JPG DeadlandRitual_Hellfest2019_0095__2_.JPG

Notre HELLFEST, ce sont donc aussi et surtout des moments puissants et uniques, magiques et épiques, entre belles surprises et grosses claques, entre émotions et passion(s), mais aussi entre frustrations et quelques rares déceptions. Si le HELLFEST a hébergé les adieux définitifs à la France de SLAYER, de KISS et de LYNYRD SKYNYRD – excusez du peu – c’est bel et bien la prestation de TOOL qui était très attendue de beaucoup. Le fondateur du HELLFEST, Ben Barbaud, avoue depuis longtemps que la venue des Américains faisait partie de ses objectifs prioritaires depuis des années…

FM_Hellfest2019_0034.JPG EaglesOfDeathMetal_Hellfest2019_0003.jpg DefLeppard_Hellfest2019_0004.JPG
DeadlandRitual_Hellfest2019_0017.JPG Candlemass_Hellfest2019_0026.JPG DeadlandRitual_Hellfest2019_0072.JPG

Ainsi, il est minuit et demi en ce dimanche, troisième et dernier soir, quand TOOL déboule sobrement, discrètement, sur scène en toute fin de festival et déstabilise une bonne partie du public. Comme à l’accoutumée, les Californiens restent dissimulés dans une semi-pénombre, laissant toute la place à leur musique. Se retranchant derrière leur musique. Tout pour leur musique. Même les écrans géants ne les montrent pas un seul instant, affichant au contraire les mêmes images expérimentales et anxiogènes que nous avions pu découvrir la semaine dernière à Amsterdam où nous avons eu la chance de les découvrir.

GloryHammer_Hellfest2019_0015.JPG Godsmack_Hellfest2019_0078.JPG GloryHammer_Hellfest2019_0020.JPG Godsmack_Hellfest2019_0012.JPG
Kiss_Hellfest2019_0149.JPG Kiss_Hellfest2019_0243.JPG Kiss_Hellfest2019_0340.JPG Kiss_Hellfest2019_0436.JPG

Pas un mot non plus, pas un bonsoir, pas un merci, mais une musique allant crescendo, déversée sur Clisson par le biais d’une sonorisation d’une perfection aussi apocalyptique et hallucinante que tout simplement… parfaite. N’en demeure pas moins que face à un parterre de 60.000 personnes, l’absence de tout visuel du band sur les immenses écrans LED est pour certain du foutage de gueule. D’autres y voient au contraire l’expression ultime que TOOL n’en a que pour sa musique et rien que pour sa musique, ses structures alambiquées secouées de déflagrations. Et quelles déflagrations…

LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0054.JPG Lofofora_Hellfest2019_0013.JPG Kvelertak_Hellfest2019_0048.JPG
LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0154.JPG Kvelertak_Hellfest2019_0012.JPG Godsmack_Hellfest2019_0045.JPG

Au préalable, ANTHRAX prépare sur la mainstage #2 l’arrivée de SLAYER avec un Tom Araya qui semble particulièrement ému de faire ses adieux au public français. Vétérans en tournée d’adieu, SLAYER ne faillit pas à sa réputation avec quasiment que des tempos rapides du début à la fin. On aime ou – comme nous – on n’aime pas vraiment. Toujours est-il qu’Araya n’a manifestement pas envie de partir, et restera longtemps à saluer un public en délire sous les flashs d’un gigantesque feu d’artifice qui salue ainsi les adieux français de SLAYER (… ou qui annonce l’arrivée de TOOL sur la mainstage #1 ?).

MySleepingKarma_Hellfest2019_0026.JPG MyrkurFolkesange_Hellfest2019_0033.JPG Kiss_Hellfest2019_0279.JPG LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0073.JPG
Candlemass_Hellfest2019_0084.JPG LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0029.JPG MySleepingKarma_Hellfest2019_0041.JPG DeadlandRitual_Hellfest2019_0048.JPG

Autres adieux réussis la veille, et le mot est faible: ceux de LYNYRD SKYNYRD avec ce véritable moment chaire-de-poule et cet intense et émouvant set. Au soleil couchant qui baigne d’une chaude lumière horizontale la mainstage #1, le rappel (tout à fait imprévu?) qu’entament les Sudistes avec leur magistral FreeBird à l’heure même de quitter la scène fait partie de ces rares et précieux moments qui comptent dans une vie. Ce morceau de bravoure sera par ailleurs la seule – la seule – entorse à un planning rigoureusement tenu à la seconde près sur les 6 scènes du HELLFEST les 3 jours durant. Remarquable, émouvant et poignant pied-de-nez de LYNYRD SKYNYRD au système en guise d’ultime révérence après 50 ans de bons, loyaux et fidèles services. Masterclass.

Hellfest_2019_0296.JPG Sabaton_Hellfest2019_0056.JPG RichieKotzen_Hellfest2019_0088.JPG
Slash_Hellfest2019_0044.JPG Sabaton_Hellfest2019_0011.JPG Slash_Hellfest2019_0018.JPG

Distingué et tout en élégance, cet ultime Freebird – et nous réalisons alors que plus jamais il ne nous sera donné de l’apprécier en live. Feu Ronnie Van Zant prendra même les commandes des lead vocals via une séquence filmée en noir et blanc: après nous avoir réservé sur Simple Man photos et vieux films de famille projetés sur les écrans, LYNYRD est tout simplement magique pour ses adieux. Tout simplement magique. Séquence émotions, avec un public qui le lui rend à l’unisson…

Slayer_Hellfest2019_0024.JPG StoneTemplePilots_Hellfest2019_0012.JPG Kiss_Hellfest2019_0309.JPG
LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0121.JPG Slash_Hellfest2019_0074.JPG Slayer_Hellfest2019_0026.JPG

Richie KOTZEN, bien loin de Poison et de Mr Big, nous déverse à l’heure de l’apéro son excellent blues-rock-hard-soul à la Rory Gallagher. Tout l’opposé d’une double cuvée germanique également présente à l’affiche: à EISBRECHER, totalement dans la lignée de Rammstein, nous préférons leurs excellentissimes compatriotes et vétérans de BÖHSE ONKELZ

RichieKotzen_Hellfest2019_0085.JPG Slayer_Hellfest2019_0010.JPG Slash_Hellfest2019_0331.JPG RichieKotzen_Hellfest2019_0070.JPG
Slayer_Hellfest2019_0020.JPG Sabaton_Hellfest2019_0020.JPG RichieKotzen_Hellfest2019_0053.JPG Slash_Hellfest2019_0062.JPG

Que du beau monde à mentionner dans le lineup de DEADLAND RITUAL, à commencer bien évidemment – à tout seigneur tout honneur – par son fondateur Geezer Butler en manque manifeste de Black Sabbath, rejoint par Steve Stevens (Billy Idol), Matt Sorum (Guns N’ Roses) et Franky Perez (Apocalyptica). Un set composé en grande partie de reprises de Sabbath, de Heaven & Hell, de Velvet Revolver et de Billy Idol: que du bonheur pour un supergroupe / tribute band (biffer la mention inutile).

Tesla_Hellfest2019_0099.JPG Uada_Hellfest2019_0005.JPG UncleAcid_Hellfest2019_0092__2_.JPG
UncleAcid_Hellfest2019_0076__2_.JPG Slayer_Hellfest2019_0064.JPG Tesla_Hellfest2019_0044.JPG

Un EAGLES of DEATH METAL malgré tout surprenant annonce l’arrivée d’un tout grand WHITESNAKE. Même si Coverdale n’a plus vraiment sa légendaire voix, le band est là pour assurer malgré de dispendieux et inutiles soli de guitares et de drums (quoique Aldridge demeure un batteur hors-pair). Ces démonstrations surannées n’ont définitivement pas (plus) leur place en festival dans le cadre d’un set d’une petite heure – si ce n’est en la présente circonstance pour permettre au beau David d’aller reposer ses cordes vocales. Et vu ce qu’il en fait encore, on ne peut que lui pardonner.

Whitesnake_Hellfest2019_0062.JPG Wolfheart_Hellfest2019_0029.JPG Whitesnake_Hellfest2019_0076.JPG Wolfheart_Hellfest2019_0053.JPG
Wolfheart_Hellfest2019_0040.JPG Whitesnake_Hellfest2019_0095.JPG LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0039.JPG Whitesnake_Hellfest2019_0064.JPG

A bien vite oublier, malgré l’avoir évité depuis des décennies: DEF LEPPARD – l’erreur de casting, ou plutôt l’erreur tout court qui perdure et se maintient en haut des affiches de manière incompréhensible depuis des lustres, entre tubes US insipides et ballades sirupeuses d’une totale vacuité. Tout l’inverse d’un ZZ TOP qui fête en grandes pompes ses 50 ans de carrière, démontrant une forme olympique avec un set sans grande surprise si ce n’est une présence scénique et un enthousiasme communicatif qu’on ne leur connaît guère.

WithinTemptation_Hellfest2019_0011.JPG Yob_Hellfest2019_0014.JPG WithinTempatation_Hellfest2019_0008.JPG
Whitesnake_Hellfest2019_0012.JPG Slayer_Hellfest2019_0052.JPG UncleAcid_Hellfest2019_0140__2_.JPG

Pour ses adieux à la scène, KISS présente une mise en scène pharaonique, mais la démesure ne compense pas une prestation sans beaucoup d’âme malgré une set list plongeant loin dans le passé – et rappelant aux ignares que KISS a indéniablement fait partie des grands du rock’n’roll… avant de devenir une vulgaire arme de distraction massive. En 2019, KISS tire la langue – et pas que Gene Simmons – à l’occasion donc de ce qui est également leur dernier concert en France au terme de 45 années de carrière.

BohseOnkelz_Hellfest2019_0014.JPG Candlemass_Hellfest2019_0036__2_.JPG DeadlandRitual_Hellfest2019_0087.JPG
Kiss_Hellfest2019_0433.JPG Kvelertak_Hellfest2019_0040.JPG MeFirstGimmeGimmes_0026.JPG

Les gars livrent une performance souvent poussive et trop rarement exaltante, malgré une setlist pourtant emplie de tubes et une débauche d’effets visuels et pyrotechniques. Mais le concept ou plutôt le produit-marketing s’essouffle, et sans doute n’est-il pas inopportun de ranger définitivement la clé sous le paillasson avant la prochaine tournée de trop. Quoique nous avions déjà assisté en 2000 – il y a 19 ans ! – à trois shows US de leur Farewell Tour 2000 !! Bon sang ne saurait mentir, dit-on.

MySleepingKarma_Hellfest2019_0009.JPG Slash_Hellfest2019_0075.JPG Slayer_Hellfest2019_0042.JPG
Tesla_Hellfest2019_0087.JPG UncleAcid_Hellfest2019_0121__2_.JPG Wolfheart_Hellfest2019_0017.JPG

Les Sudistes de BLACKBERRY SMOKE nous réservent la surprise d’un savoureux « Come Together » en clôture de set, avant de laisser la place à un CLUTCH qui a davantage sa place dans de plus modestes salles que sur la mainstage #1 du HELLFEST. Après avoir déjà supporté la daube de Def Leppard, le grunge sans âme de STONE TEMPLE PILOTS nous assène le coup de grâce à travers une prestation commerciale expédiée sans relief aucun, jusqu’à ce qu’ANTHRAX réveille la plaine de Clisson avec e.a. leur inévitable mais très réussi et inévitable «Antisocial».

Whitesnake_Hellfest2019_0049.JPG UncleAcid_Hellfest2019_0053__2_.JPG Whitesnake_Hellfest2019_0048.JPG Lofofora_Hellfest2019_0029.JPG

Pour qui apprécie le mariage entre Heroic Fantasy et Power Metal, les 5 guerriers de GLORYHAMMER partent à la guerre. On ne sait trop si la reine sera sauvée à la fin, mais on s’en tape royalement. Notre premier GODSMACK sur la mainstage #1 consiste en une bien appréciable surprise de métal alternatif US bien gentillet, à l’inverse de leurs compatriotes encapuchonnés de UADA qui nous plongent dans les ténèbres d’un black metal atmosphérique aux mélodies spectrales: sobre, brutal mais diablement somptueux.

Wolfheart_Hellfest2019_0022.JPG Candlemass_Hellfest2019_0012.JPG DeadlandRitual_Hellfest2019_0052.JPG
Godsmack_Hellfest2019_0062.JPG Kvelertak_Hellfest2019_0099.JPG Lofofora_Hellfest2019_0019_.JPG

La scène française du 1er jour déverse sur la plein de Clisson un peu de tout, à boire et à manger. Les prestations musclées de LOFOFORA, de NO ONE IS INNOCENT et de DAGOBA sur la mainstage #2 précèdent celle passablement dispensable d’ULTRA VOMIT. Avant que le charme et le magnétisme de MASS HYSTERIA nous réserve le thrill que ne parvient cependant pas à nous fourguer un prévisible et GOJIRA froidement technique.

LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0061.JPG MeFirstGimmeGimmes_0027.JPG LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0114.JPG
MySleepingKarma_Hellfest2019_0003.JPG Slayer_Hellfest2019_0091.JPG Tesla_Hellfest2019_0081.JPG

Le doom de nos chouchous d’UNCLE ACID & THE DEAD BEATS ravage la Valley Stage en ajoutant un brin de heavy et un soupçon de stoner à leur horrifique pseudo-psychedelisme. Les hypnotiques MY SLEEPING KARMA leur avaient solidement préparé le terrain un peu plus tôt sur la même scène, dénotant d’un KVERLERTAK éjaculant un concentré enthousiasmant de métal suintant le death, le rock, le punk et le black sur la Altar Stage. Tout l’anti-thèse de la rigidité d’un DREAM THEATER fidèle à lui-même qui ne nous exalte pas plus que la semaine dernière à la Rockhal de Luxembourg, mais sans non plus la verve d’un DROPKICK MURPHYS qui n’a pourtant guère sa place sur la mainstage #1 en prélude aux guerriers de SABATON. Les Suédois remplacent au pied-levé MANOWAR suite à un sombre et obscur forfait déclaré plus tôt dans la journée, et qui terminera sans doute devant les tribunaux.
SABATON réserve une place de choix à quelques extraits de leur dernière galette qu’ils nous avaient présentée en exclusivité il y a quelques semaines à Verdun, et sa dimension scénique achève de nous convaincre…

Sabaton_Hellfest2019_0020.JPG Kvelertak_Hellfest2019_0061.JPG LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0056.JPG RichieKotzen_Hellfest2019_0058.JPG

TESLA roule à l’électricité (ah ah ah) et sait faire parler les watts (hi hi hi), mais pas vraiment la poudre (boum !). Et à propos de poudre, notre vénéré et vénérable SLASH nous laisse sur notre faim – une fois n’est pas coutume. Non pas qu’il n’avait pas la gnac, le SLASH, mais corseté dans un format festival qui ne convient pas à son tempérament de feu, ce type de prestation chronométrée n’est manifestement guère compatible avec son explosivité naturelle et peu contrôlable. Et dire que son concert de début d’année au Cirque Royal à Bruxelles demeure – mais alors là sans discussion aucune – dans notre top 5 historique…

Slash_Hellfest2019_0113.JPG BohseOnkelz_Hellfest2019_0055.JPG Candlemass_Hellfest2019_0056.JPG

TRIVIUM ainsi que LAMB of GOD ne transcendent pas la mainstage #2, tout le contraire d’un excellentissime CANDLEMASS qui demeure une de nos plus belles claques prises de plein fouet au même titre que WOLFHEART. Un cran en-dessous, YOB ainsi que UADA demeurent au rang des belles découvertes, de même que les guignolesques ME FIRST AND THE GIMME GIMMES qui ont irradié toute la War Zone, cette fameuse zone déjantée un tantinet excentrée et comme hors de tout référentiel sur le festival…
Clisson 2019 est mort. Vive le HELLFEST 2020 !

DeadlandRitual_Hellfest2019_0033.JPG Kiss_Hellfest2019_0036.JPG LynyrdSkynyrd_Hellfest2019_0096.JPG Whitesnake_Hellfest2019_0057.JPG

LOFOFORA & Cie @ BorqTour 2012 – 3 août 2012 – Saint-Hubert

Lofofora_BorqTour_2012_Pass.JPG
"Nous, on fait du rock excité ", me lâche backstage tout… excité encore un Reuno à peine descendu de scène et encore tout dégoulinant. "On ne fait pas du métal, ni de la fusion, ni du trash : on fait du rock excité" ! Et quand c’est en français avec des paroles de plomb et des lyrics subversives et incisives, ça le fait encore plus dès le second morceau : "Et maintenant, foutez le bordel !". Ne se revendiquant ni anarchistes, ni gauchistes, ni zapatistes, ni anti-impérialistes, les gars de LOFOFORA ne le nient pas mais ne se considèrent pas non plus engagés : ils ne sont ni pour ni contre, bien au contraire. Et ce n’est pas le t-shirt "Anti-Sardou" qui éclaircira la chose…

Lofofora_Borq_2012_0002.JPG Lofofora_Borq_2012_0022.JPG Lofofora_Borq_2012_0099.JPG Lofofora_Borq_2012_0126.JPG Lofofora_Borq_2012_0038.JPG Lofofora_Borq_2012_0072.JPG Lofofora_Borq_2012_0140.JPG Lofofora_Borq_2012_0218.JPG Lofofora_Borq_2012_0227.JPG Lofofora_Borq_2012_0246.JPG Lofofora_Borq_2012_0054.JPG Lofofora_Borq_2012_0075.JPG Lofofora_Borq_2012_0091.JPG Lofofora_Borq_2012_0150.JPG Lofofora_Borq_2012_0167.JPG
Lofofora_Borq_2012_0189.JPG
Il n’empêche, les murs de la basilique de Saint-Hubert doivent encore en trembler, et l’enceinte du palais abbatial n’a pas dû en entendre de plus belles depuis des siècles. Reuno qui me confie qu’il vient à 46 ans de s’acheter il y a deux semaines sa première gratte, ne pense cependant qu’au blues, qu’au roots, s’imaginant au plus profond du delta du Mississippi calme et paisible quand le manche le démange. Pourtant, c’est une autre bête qui le démangeait il y a quelques minutes sur scène : les foux-furieux de LOFOFORA offrent au BorqTour 2012 un set d’une violence parfaite car la plus finement maîtrisée qui soit, la plus subtilement domptée, la plus superbement dosée…

Lofofora_Borq_2012_0031.JPG Lofofora_Borq_2012_0041.JPG Lofofora_Borq_2012_0070.JPG Lofofora_Borq_2012_0057.JPG Lofofora_Borq_2012_0046.JPG Lofofora_Borq_2012_0050.JPG Lofofora_Borq_2012_0098.JPG Lofofora_Borq_2012_0115.JPG Lofofora_Borq_2012_0133.JPG Lofofora_Borq_2012_0155.JPG Lofofora_Borq_2012_0120.JPG Lofofora_Borq_2012_0233.JPG Lofofora_Borq_2012_0251.JPG Lofofora_Borq_2012_0254.JPG Lofofora_Borq_2012_0031.JPG 07-blanc.png

Les Parisiens caressent pourtant l’assistance à rebrousse poil, l’interpellant et la provoquant mais tout en finesse, tout en caresse, avec la subtilité d’un forgeron poète qui se la jouerait Bolchoï. Avec une tête d’affiche pareille et un show d’une énergie dont seuls ces Français ont le secret, il n’y a pas à dire, mais c’est ce vendredi soir que le BorqTour vient de marquer définitivement de son empreinte le petit monde des organisateurs de festivals luxembourgeois : bienvenue dans la cour des Grands ! Et merci LOFOFORA pour cette démonstration de force sans pareille, oufti !

Lofofora_Borq_2012_0215.JPG Lofofora_Borq_2012_0218.JPG Lofofora_Borq_2012_0220.JPG Lofofora_Borq_2012_0239.JPG Lofofora_Borq_2012_0099.JPG Lofofora_Borq_2012_0126.JPG Lofofora_Borq_2012_0240.JPG Lofofora_Borq_2012_0131.JPG Lofofora_Borq_2012_0146.JPG Lofofora_Borq_2012_0158.JPG Lofofora_Borq_2012_0225.JPG Lofofora_Borq_2012_0230.JPG Lofofora_Borq_2012_0241.JPG Lofofora_Borq_2012_0275.JPG Lofofora_Borq_2012_0264.JPG

En fin d’après-midi, THEMIS ouvrait le festival suivi de Cédric GERVY à l’humour si déjanté, si décalé et donc si… belge (pour ceux qui comprennent les trois) : c’était de bon augure pour débuter la soirée sur cette mainstage. S’en suivent les excellentissimes et surprenants SKATING TEENAGERS qui nous assènent un mélange de reggae-ska-metal-fusion-hip-hop mâtiné de trois cuivres de derrière les fagots et d’une lead guitar qui a bouffé de la vache enragée. Excellent set, les gars – et joli clin d’oeil votre bande-annonce crachant à tous décibels l’air local au cor de chasse. Mais quoi de plus normal en cette Capitale Européenne de la Chasse qui vous accueille ce soir ? La seconde journée du samedi – avec pas moins de trois scènes – s’annonce chaud-boulette, for sure…

Lofofora_BorqTour_03-08-2012_.JPG

WARD’IN ROCK – 3 & 4 septembre 2010 – Wardin

DSCF0445.JPG
Le Ward’in Rock est à Werchter ce qu’un bal de village (avec ses dérapages) est à une rave-party (avec ses excès) : c’est tout ce qui fait son charme, mais il faut être du Plateau (ardennais) pour comprendre et apprécier… L’édition 2010 a viré sa cuti electro-pop gentillette en retournant à ses racines résolument rock’n’roll – du moins en ce qui concerne l’affiche du vendredi. Et cette première journée se termine au milieu de la nuit en un véritable feu d’artifice(s) – c’est peu dire – orchestré par LE BAL DES ENRAGES. A propos de bal, c’est plutôt la méga-kermesse ; et à propos d’enragés, il vaudrait mieux parler de fous-furieux déjantés. Le collectif du BAL DES ENRAGES, créé pour un temps seulement l’année passé, réunit les musiciens des meilleurs groupes de la scène punk-alternative française (des aliénés sévissant dans Lofofora, Punish Yourself, Tagada Jones, Parabellum, La Phaze,…) et termine sa saison à Wardin en atomisant le site par une prestation qui relève de Bouglione mixé d’Alice Cooper, mâtiné d’un brin de Wampas et d’un zeste de Mononc Serge.

BalEnrages_Wardin10_0183.JPG BalEnrages_Wardin10_0186.JPG BalEnrages_Wardin10_0194.JPG BalEnrages_Wardin10_0200.JPG
BalEnrages_Wardin10_0201.JPG BalEnrages_Wardin10_0204.JPG BalEnrages_Wardin10_0224.JPG BalEnrages_Wardin10_0237.JPG
BalEnrages_Wardin10_0241.JPG BalEnrages_Wardin10_0246.JPG BalEnrages_Wardin10_0265.JPG BalEnrages_Wardin10_0272.JPG
BalEnrages_Wardin10_0300.JPG BalEnrages_Wardin10_0304.JPG BalEnrages_Wardin10_0308.JPG BalEnrages_Wardin10_0324.JPG

Le collectif éphémère du BAL DES ENRAGES nous assène un final total et hallucinant tant le spectacle – pardon : le show – est jouissif sur scène… voire plus déjanté encore en coulisses pour les rares témoins de ces moments surréalistes et décalés. C’est qu’en se relayant à une bonne quinzaine pour partager alternativement la scène, il y en a toujours autant backstage que sur les planches, ne sachant d’ailleurs parfois pas où commence la scène et où se terminent les coulisses, les uns continuant à jouer et délirer backstage alors que les autres sont sous les feux de la rampe. La frontière est bien ténue entre le monde des projecteurs et celui de l’ombre, entre la réalité et la fiction…! LE BAL DES ENRAGES, ça se vit car ça ne peut se raconter. De la provoc, du sexe et du délire, du sado-maso et des disqueuses, du trash et du feu, des sex-toys et du cuir, du second degré et de l’humour, des excès et de l’alcool. LE BAL DES ENRAGES, si c’est Barnum sur la scène et Sin City backstage, c’est en servant néanmoins une set-list explosive faisant des trous dans la tête jusqu’au poix chiche. La surprise du chef, sans équivoque possible !

BalEnrages_Wardin10_0113.JPG
BalEnrages_Wardin10_0013.JPG BalEnrages_Wardin10_0024.JPG BalEnrages_Wardin10_0113.JPG Balimurphy_Wardin10_0034.JPG
BalEnrages_Wardin10_0077.JPG BalEnrages_Wardin10_0073.JPG BalEnrages_Wardin10_0060.JPG BalEnrages_Wardin10_0041.JPG
BalEnrages_Wardin10_0100.JPG BalEnrages_Wardin10_0099.JPG BalEnrages_Wardin10_0089.JPG BalEnrages_Wardin10_0082.JPG
BalEnrages_Wardin10_0128.JPG BalEnrages_Wardin10_0126.JPG BalEnrages_Wardin10_0124.JPG BalEnrages_Wardin10_0104.JPG
BalEnrages_Wardin10_0166.JPG BalEnrages_Wardin10_0142.JPG BalEnrages_Wardin10_0134.JPG BalEnrages_Wardin10_0132.JPG
BalEnrages_Wardin10_0168.JPG BalEnrages_Wardin10_0173.JPG BalEnrages_Wardin10_0328.JPG BalEnrages_Wardin10_0332.JPG
BalEnrages_Wardin10_0330.JPG
La tête d’affiche de la journée, LE PEUPLE DE L’HERBE, est presque le cheveu dans la soupe, ou plutôt le brin d’herbe dans la goulasch – comprendra qui pourra – malgré une prestation de haute tenue qui aurait récolté tous les (mes !) honneurs sans la présence des Enragés.

Peuple_de_Herbe_10_0085.JPG Peuple_de_Herbe_10_0082.JPG Peuple_de_Herbe_10_0074.JPG Peuple_de_Herbe_10_0059.JPG
Peuple_de_Herbe_10_0055.JPG Peuple_de_Herbe_10_0051.JPG Peuple_de_Herbe_10_0042.JPG Peuple_de_Herbe_10_0031.JPG
Peuple_de_Herbe_10_0022.JPG Peuple_de_Herbe_10_0019.JPG Peuple_de_Herbe_10_0003.JPG Peuple_de_Herbe_10_0001.JPG

S’offre précédemment sur la grande scène SHAKA PONK: l’autre (bonne) surprise de la soirée pour ma part, avec un set aussi puissant que visuel, aussi rock’n’roll que peaufiné. Un alliage de riffs et d’électro derrière des mélodies bien solides de rock fusion avec un zeste de funk, un soupçon de métal et un tsunami de gros son sous couvert d’une mise en scène laissant la place belle à un leader des plus charismatiques secondé par une black aussi efficace que… spectaculaire. Un tout grand moment pour ceux qui, comme moi, découvraient ces Francais. Précédemment, SKIP THE USE délivre une espèce de punk rock avec des relents d’un peu de tout, en terminant leur set en beauté par un jam déjanté et surexcité du meilleur goût avec SHAKA PUNK précisément.

Shaka_Ponk_Wardin10_0001.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0013.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0014.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0019.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0021.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0026.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0031.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0032.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0034.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0038.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0041.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0046.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0053.JPG
SkipTheUse_Wardin10_0008.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0055.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0066.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0067.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0071.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0075.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0082.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0092.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0098.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0103.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0104.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0108.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0111.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0131.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0119.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0114.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0140.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0091.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0166.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0170.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0188.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0200.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0224.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0231.JPG
Le punk hardcore de DAGGERS survolte l’autre scène suivi de DRIVING DEAD GIRLS: un garage-rock bien senti qui se termine par du lancer de guitare dans le public et du jump-dévérinage de batterie: chaud-boulette pour annoncer l’arrivée de DO OR DIE qui m’impressionne moins qu’en avril dernier – sans doute la cause à un son assez pourave ou à l’effet de surprise qui n’est plus.

DrivingDeadGirl2010_0066.JPG DrivingDeadGirl2010_0063.JPG DrivingDeadGirl2010_0055.JPG DrivingDeadGirl2010_0045.JPG
DrivingDeadGirl2010_0039.JPG DrivingDeadGirl2010_0015.JPG DrivingDeadGirl2010_0008.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0076.JPG
Do_Or_Die_Wardin10_0071.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0069.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0068.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0064.JPG
Do_Or_Die_Wardin10_0061.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0055.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0053.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0051.JPG
Do_Or_Die_Wardin10_0046.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0032.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0016.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0151.JPG

La journée du samedi ne peut atteindre les sommets de la veille, et c’est dommage. By-pass sur les prestations de OVERMARS et de FULL OF SUEDOISES notamment, avant de refaire avec eux le monde backstage en soirée en alternant les sets de PIERPOLJAK, RAPH, FELOCHE, ETE 67, BALIMURPHY et autres SURFING LEONS.

Feloche_Wardin10_0001.JPG Ete67_Wardin2010_0026.JPG Ete67_Wardin2010_0014.JPG Ete67_Wardin2010_0001.JPG
Balimurphy_Wardin10_0001.JPG Balimurphy_Wardin10_0010.JPG Balimurphy_Wardin10_0022.JPG Balimurphy_Wardin10_0027.JPG

Vient l’heure où monte sur scène BLACK BOX REVELATION. Le duo détonnant se partageant batterie et guitare est à la hauteur des attentes et insufflent à cette seconde journée la débauche de décibels et d‘attitude qui manquait presque jusque là. Si le terme de power-trio sied à merveille à certains, l’appellation atomic duo colle-t-elle parfaitement à BBR…!

BlackBoxRe_Wardin10_0148.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0143.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0129.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0118.JPG
BlackBoxRe_Wardin10_0142.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0141.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0035.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0055.JPG
BlackBoxRe_Wardin10_0048.JPG
BlackBoxRe_Wardin10_0059.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0079.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0117.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0048.JPG

Et ce n’est pas là dénigrer The MASH qui les précèdent, annonçant les Hongrois de HANGMAS avec leur british-wave totalement eighties assaisonnée de bons riffs bien solides qui donne un tout très, très potable. Après les avoir ratés au Sziget à Budapest il y a 3 semaines, je suis aujourd’hui témoin de l’accueil que la Belgique réserve à ces Hongrois avec la même ferveur qui a surpris tous les groupes Belges qui ont marqué le Sziget de leur empreinte. Putain, putain, c’est vachement bien, nous sommes quand même tous des Européens

The_Mash_Wardin2010_0001.JPG The_Mash_Wardin2010_0016.JPG The_Mash_Wardin2010_0024.JPG The_Mash_Wardin2010_0028.JPG
Hangmas_Wardin2010_0033.JPG Hangmas_Wardin2010_0027.JPG Hangmas_Wardin2010_0021.JPG Hangmas_Wardin2010_0007.JPG
Balimurphy_Wardin10_0034.JPG