Soon online : SHAKA PONK @ Francofolies d’Esch-sur-Alzette, 08 juin 2024

De ces Francofolies grand-ducales, 4èmes du nom, nous n’en consommerons qu’à dose homéopathique: ce ne sera pour nous que SHAKA PONK, et MEUTE – pour le fun – qui preste sur la même grande scène en préambule du combo français. Après avoir assisté aux adieux de SHAKA PONK à la Belgique au printemps dernier à Forest National, voici l’au-revoir des Français au Grand-Duc des Luxembourgeois.

Soon online et déjà dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester. Artificial intelligence sucks !

Now online : SHAKA PONK @ Forest National, Bruxelles, 14 mars 2024

The Final Fucked Up Tour (avant la fin du monde), tournée presque sans fin, fait halte dans le berceau du rock’n’roll à Bruxelles, Forest National. A quoi ressemble plus un concert de SHAKA PONK qu’un concert de SHAKA PONK ? Réponse: un concert de SHAKA PONK. Oui, mais celui-ci à Forest est en soi unique, parce que Forest National l’est tout autant. Now online et toujours dans notre GALERY Facebook  « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG

SHAKA PONK – Forest National – 14 mars 2024

Aaaah, Forest National ! Le « chaudron bruxellois » – ainsi dénommé au temps de sa grandeur et de sa splendeur – gardera toujours une place particulière dans notre coeur. Car il n’y a qu’un Forest National et que s’y sont écrites quelques unes des plus mémorables pages (belges) de l’épopée du rock’n’roll. Ou en tous cas de la nôtre. Et puis il y a cette fosse, mythique, même si l’on regrette à chaque fois ce sol désormais plat depuis bien trop longtemps maintenant en lieu et place de la légère inclinaison – que les moins de 50 ans ne peuvent connaître – qui offrait une visibilité si parfaite d’où qu’on soit. Et ces gradins, tout aussi légendaires, la bête noire de quantité d’ingénieurs du son (on ne les compte plus) qui s’y sont cassé les dents et qui nous ont cassé les oreilles.

Ces ingés son qui n’ont jamais, ô grand jamais su et pu amadouer l’acoustique impactée par ces gradins, offrant au public des prestations au son aussi pourri que pitoyable qu’on ne compte plus non plus. Forest National, le juge de paix des ingénieurs du son ! Forest National, pourtant choisi par Aerosmith en 1993 pour retransmettre en direct sur la bande FM (et en mondiovision, siouplait – nous sommes en 1993!) son concert bruxellois. Aerosmith apparait au grand complet dans le public, au sommet de ces gradins juste avant le concert, pour se faire tirer le portrait avec cet arrière-plan sans pareil du chaudron bruxellois. Ah ! Forest National, tout un poème, tout un pan d’histoire…

Et ce soir, les oiseaux gazouillent dans la salle. La sono nous plonge en effet presqu’en pleine forêt (nationale) dans l’attente de l’arrivée de SHAKA PONK: bande-son des Français qui les accompagne chaque soir de leur tournée, ou musique d’ambiance propre aux lieux peut-être ? Puis c’est au tour de SHAKA PONK de profiter du cadre: le groupe débarque au beau milieu du public dans les gradins par la porte d’accès que nous avons empruntée quelques minutes auparavant, puis se fraye un chemin entre les rangées de sièges pour ensuite descendre lentement les escaliers sous les hourras des 7.000 aficionados.

Ils arrivent enfin dans la fosse et fendent le public comme Moïse les eaux de la Mer Rouge. Trois morceaux durant, Frah et Sam allumeront le feu depuis un modeste podium planté au beau milieu de la fosse tandis que le reste du band bucheronne ferme sur la scène où la scénographie se dévoile au fur et à mesure que le set grimpe en intensité.

Tournée d’adieu des Monkeys, donc. Début 2022, Frah, Sam et toute la bande annoncent travailler sur un ultime album (le septième, plus politique et plus engagé que jamais) avant une tournée d’adieu, chacun ayant envie de passer à autre chose. Voici donc la date belge qui clôt une aventure entre punk et métal commencée en 2002. Les Parisiens ont réussi leur pari d’être toujours actuels et de toucher trois générations tout en se servant d’un matériau musical que beaucoup pourrait trouver daté malgré la présence numérique du singe Goz et de sonorités électros. Lucide, SHAKA PONK réalise qu’ils ont tout dit, que ce soit en anglais ou en français. Mieux vaut donc arrêter avant de se répéter, voilà qui est tout à leur honneur.

Avec une tournée de 87 dates quasi sold out qui a débuté en octobre dernier et qui durera plus de 12 mois, SHAKA PONK n’est pas du genre à faire les choses à moitié. La scène est bien chargée, et deux chorales de chanteuses en robes blanches rejoindront les planches pour quelques morceaux en fin de set. Le « cercle pit » aura déjà eu lieu, lancé par un Frah en son plein mitan après avoir à nouveau rejoint le centre de la fosse et laissant Sam sur la grande scène. Engagés et portant à bout de bras leurs nobles causes (écologiques et autres), c’est donc ainsi et par la grande porte, au sommet de leur art et de leur engagement, que SHAKA PONK tire sa révérence belge. Merci à vous, météore ou OVNI du paysage musical francophone. And don’t forget the rock’n’roll!

PS : pas de pit-photo ce soir, les photographes accrédités devant shooter depuis la fosse au milieu du public, et uniquement depuis la fosse. Pas top comme conditions. Puis validation obligatoire des clichés par le management avant diffusion. Nos clichés ici présentés n’ont cependant pas tous été validés. Mais dès lors que ledit management a fermé les yeux sur de (superbes) photos prises par des confrères depuis des endroits non-autorisés, il ne nous en tiendra sans doute pas rigueur. Equité, équité…

Le CABARET VERT 2018 – Freeride Music en Ardennes !

PhotoPass_CabaretVert_2018.jpg
A tous saigneurs, tout honneur: dans le joyeux bordel de l’ambiance des arts qui se mélangent, qui s’entre-croisent et qui s’hermaphroditent au Cabaret Vert, le pseudo punk numérique de SHAKA PONK fait partie des valeurs sûres en ce 25 août 2018. De nos valeurs sûres, tant il y en a ici.

ShakaPonk_CabaretVert2018_0038.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0066.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0054.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0069.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0160.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0078.JPG

De retour cette année avec The MonkAdelic Tour, le live demeure spectaculaire, tout en performances technologiques et scéniques. Bien que SHAKA PONK soit proche des convictions du Cabaret Vert en matière de développement durable, on ne calculera cependant pas l’empreinte écologique du show. Et quel show…!

ShakaPonk_CabaretVert2018_0209.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0179.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0215.JPG
ShakaPonk_CabaretVert2018_0113.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0134.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0234.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0230.JPG

Avec le punk-rock saignant de POGO CAR CRASH CONTROL qui ouvre plus tôt dans la journée les hostilités sur la grande scène, on peut se demander s’il y a un pilote dans le gros son. Rien qu’avec le nom, on a compris que ça allait être brutal. Un peu comme être passager du bus de Speed à l’approche d’un embouteillage. On ne sait pas si les gars ont passé leur permis, mais ce qui est sûr, c’est que leur punk garage sauvage chanté en français est parfaitement contrôlé, complètement dingo et que c’est un de nos coups de coeur du festival.

PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0006.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0078.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0039.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0089.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0008.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0150.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0179.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0198.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0009.JPG

Cerise sur le gâteau, ce n’est pas une mais deux prestations de POGO CAR CRASH CONTROL que les programmateurs nous réservent. Une première en début d’affiche sous le soleil de la mainstage du festival, et une seconde en soirée sur la minuscule scène Razorback dans un décor à la Mad Max orné d’affiches r’n’r vintage qui, la nuit tombée, vaut à lui seul le déplacement.

PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0027.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0090.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0073.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0228.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0029.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0096.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0141.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert_2018.jpg PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0042.JPG

POGO CAR CRASH CONTROL, c’est un peu le cheveu dans la soupe de la programmation 2018 du Cabaret Vert. C’est aussi le cheveu sur la langue, celui qui a le charme qui dénote dans l’univers parfois trop mainstream des gens propres sur eux et qui articulent distinctement…

PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0036.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0119.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0210.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0124.JPG

A mille lieues des insipides, inodores, incolores et inoffensifs dandys versaillais de PHOENIX, trop doux et trop légers (… trop NRJ pour situer), et bien loin du décevant post-punk soit-disant corrosif de PROTOMARTYR pourtant direct from Detroit, les locaux de BLONDSTONE décoiffent, prêts à t’abattre comme un viel arbre à coup de stoner rock, faisant renaître la grande scène US des années 90.

Blondstone_CabertVert2018_0024.JPG Blondstone_CabertVert2018_0054.JPG Blondstone_CabertVert2018_0066.JPG Blondstone_CabertVert2018_0067.JPG Blondstone_CabertVert2018_0096.JPG Blondstone_CabertVert2018_0105.JPG

A l’instar de POGO CAR CRASH CONTROL programmés eux aussi en début de journée, le bonheur anodin des festivals réside bien dans la satisfaction de toutes ces découvertes. De véritables pépites se dissimulent parfois dans l’anonymat d’une programmation éclectique comme l’est celle du Cabaret Vert, et BLONDSTONE est de celles-là.

Blondstone_CabaretVert2018.jpg
On s’attendait à un gros carnage d’IDLES. Ce fut au contraire une grosse déception: pas de murs de guitares, et un chant plus faux (horriblement faux !) que hargneux… Décevant. Tout le contraire du contry-rock des jeunots de THE NUDE PARTY: arrivant du fin fond de leur Caroline du Nord, mauvais gars à leurs débuts, ils nous replongent dans une époque old school, tout à la cool, avec un rock nuancé de country, entre cow-boys et 60’s. Ambiance garantie !

CabaretVers2018.jpg
RON GALLO et son gros rock low-fi, bien garage, qui gratte et qui est gras comme un hot dog (parait-il) ne nous transcende pas. Tout comme MOANING, référence en matière de post-punk et de noise sur un flot de guitare qui chialle et une batterie qui bombarde: ça c’était sur papier…

Cabaret-Vert-2018.jpg
ARCHIE & THE BUNKERS arrivent de Cleveland avec leur son garage punk: mais on est très (trop) sage quand on a 17 ans, et sans guitare ni basse (juste une batterie et un clavier Rhodes !). Décidément, le Cabaret Vert sort vraiment de l’ordinaire, au point de nous faire préférer la programmation de tous ces bands français aux groupes venus direct from USA: ça, franchement, faut l’ faire, nom d’un Ardennais ! Rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles découvertes…

Cabaret_Vert_2018.jpg

Now online : the one & only one CABARET VERT 2018 !

Maintenant en ligne, celui qui reste notre préféré de tous les festivals : le CABARET VERT – Freeride music dans les Ardennes !
Si nous ne devions assister qu’à un seul festival, l’événement estival ardennais reste l’incontournable rassemblement qui allie musique, gastronomie, zithologie, arts de la rue, BD, cinéma,… le tout sous le leïtmotiv non-négociable du développement durable. Avec la qualité de son accueil, avec son bien manger et son bien boire, ce 14ème Cabaret Vert perpétue ce concept unique à mettre à l’actif de son organisateur, le Front de Libération des Ardennes Profondes (l’association FLAP).

Cabaret-Vert-2018.jpg
Une ambiance et une atmosphère comme nulle part ailleurs. 94.000 festivaliers, et un festival-événement que nous devrions plutôt qualifier de grande orgie multi-sensorielle durable. Cerise sur la gâteau de ce samedi 25 août 2018: SHAKA PONK qui remplace – avantageusement – au pied levé un certain Booba (merci Booba ).

ShakaPonk_CabaretVert2018_0215.JPG
Full report, review & live footages now online !

Now online : SHAKA PONK @ Forest National

The Monkey Family était de retour à Bruxelles ce samedi 24 mars 2018, pour enflammer la cuvette de Forest National avec cet ébouriffant MonkaDelic Tour 2018. Un truc de ouf, cette tournée d’anthologie…!

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0153.JPG
Un premier cliché ci-dessus, juste le temps que le tour management valide nos autres polaroïds – comme à chaque fois que SHAKA PONK nous gratifie d’un précieux pass photo, même règle pour tout le monde.
Et tant qu’à faire, trois autres extraits (validés !) de notre précédente séance de shooting @ Cabaret Vert, 2014. Que du bonheur pour l’objectif…:

ShakaPonk_Cabaret14_0165.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0092.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0172.JPG

… et même – soyons fous ! – un petit flash-back @ Ward’in Rock 2010 :

Shaka_Ponk_Wardin10_0224.JPG

SHAKA PONK – Forest National – 24 mars 2018

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0839.JPG
SHAKA PONK doit être ce que l’Hexagone a enfanté de plus ouf sur scène, et l’énergie fracassante qui caractérise ce The MonkAdelic Tour 2018 aboutit à un live spectaculaire, entre prouesses technologiques et performance scénique. Survitaminés, les six geeks de SHAKA PONK créent en quelque sorte le show du futur avec un punk numérique où la technologie vient sublimer la frénésie rock du band.

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0065.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0142.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0426.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0157.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0211.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0250.JPG

SHAKA PONK, c’est une centrifugeuse, un gros mixer dont Sam est comme la lame fixée en son centre. Juché sur un petit podium de fortune qu’il rejoint au milieu de la fosse de Forest National, il commence à tourner, tourner sur lui-même, lentement, puis de plus en plus vite, brassant la foule de ses bras et faisant mouliner les spectateurs-acteurs autour de lui par centaine et par centaine dans le sens inverse des aiguilles d’une montre…

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0508.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0536.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0544.JPG

De plus haut dans les gradins, le spectacle de ce pétrin est saisissant: cette immense masse sombre et informe en rotation donne le tournis, comme un tapis humain circulaire qui entamerait une lente ronde à l’instar d’une grosse toupie fatiguée.

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0109.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0182.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0342.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0326.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0361.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0126.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0399.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0448.JPG

Tantôt au milieu du public jusque dans les gradins, tantôt porté(s) à bout de bras par celui-ci, Sam et Frah se répartissent le show ainsi que le contact direct, physique et tactile avec les 3-4 mille spectateurs bruxellois. Le reste de la machinerie garantit le groove et le beat sur une scène devenue à la fois piste de cirque, exhibition-show et écran de console numérique.

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0289.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0303.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0400.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0415.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0423.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0424.JPG

SHAKA PONK n’a pas inventé le fil à couper le beurre mais a de manière certaine apporté sa contribution à l’entertainment fransquillon. Entre bains de foule d’anthologie, pogos à la pelle et un visuel venu d’une autre planète, la bande en forme comme jamais a trituré Forest National plus de deux heures durant avec toutes ses singeries. Avec ce Monkadelic Tour, SHK PNK a mis en branle une sacré machinerie qui leur sera difficile de surpasser.

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0577.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0580.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0588.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0594.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0796.JPG ShakaPonk_Forest_24mars2018_0820.JPG

Pour le reste, dommage que le management ne nous autorise pas à publier certains clichés qu’il n’a ainsi pas souhaité valider. D’autant plus dommage que certains sont, pour nous, les plus spectaculaires et les plus touchy tirés du pied de la scène. Mais il en est ainsi: dura lex sed lex. La loi du show biz. L’univers impitoyable du droit souverain à l’image. All the World is a Stage

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0412.JPG

AIRBOURNE + TRIGGERFINGER + SHAKA PONK + FINDLAY,… @ Eco-Festival CABARET VERT – 23 août 2014

07-blanc.png Cabaret_Vert_2014_0085.JPG 07-blanc.png Cabaret_Vert_2014_0088.JPG 07-blanc.png

1300 bénévoles (on en a refusés !) pour 4 jours d’Eco-Festival Rock & Territoire: la 10ème édition (sold out) du Cabaret Vert ne fait plus dans la dentelle ! Pluridisciplinaire par excellence, orienté éco-territoire et traduisant une certaine "philosophie", le Sanglier des Ardennes du Rock s’apparente de plus en plus à un mini-Sziget (si, si !). A la différence près qu’il offre notamment bien plus de Trappistes et autres bières spéciales belges. Devenu matamoresque avec plus de 23.000 festivaliers quotidiens, il n’en a cependant pas perdu son âme ni son esprit durable et/ou rebelle (biffez la mention inutile) tout en conservant convivialité et simplicité comme maîtres-mots.

Cabaret_Vert_2014.jpg
Un staff pro des plus accueillants et disponibles, une logistique parfaite et partout – partout – ces bénévoles et ces prestataires qui vous accueillent avec le sourire et un bonjour, avec des "mercis" par-ci et des "s’il te plait" par-là. Mêmes les vigiles, habituellement aussi peu amènes qu’ils sont balèses, contribuent à cette chaleur ambiante toute ardennaise. Ces Ardennais-là, amateurs de bonnes bières et de bonne musique, sûr qu’ils mériteraient leur rattachement à nous autres, Ardennais du Royaume, le jour où ils en auront assez de la République. Nan, on plaisante allez.

Cabaret_Vert_banneer_2014.jpg
Zoom sur quelques pointures du samedi 23 août 2014…
L’après-midi commence en beauté sur la grande scène avec FINDLAY et leur garage-rock anglais s’inspirant de ce que Detroit, Motor City, a fait de mieux. Si le set commence en douceur, presque sirupeux, c’est pour mieux – crescendo – exploser : cette chienne de mon chien nous aboie un "I wanna be your dog" des plus orgasmiques en guise de final, avant de se jeter dans le public pour joindre le geste et le corps à la (bonne) parole. FINDLAY est originaire de Manchester: c’est certain que la sortie d’autoroute signalée "Manchester" pour rejoindre la Cabaret Vert (c’est véridique!) était un signe annonciateur…

Findlay_CabaretVert2014.jpg
Prenant la relève, TRIGGERFINGER assène le coup de massue de cette fin d’après-midi. Les Anversois atomisent la plaine avec un show tout simplement é-pous-tou-flant, laissant le public comblé et sur les genoux. Après avoir écumé nombre de festivals européens, le power-trio plus stoner-rock que jamais clôture sa série estivale en remplaçant (Dieu merci !) au pied-levé les Suédois de Volbeat qui déclarent forfait l’avant-veille.

Triggerfinger_2014_0021.JPG Triggerfinger_2014_0178.JPG Triggerfinger_2014_0242.JPG Triggerfinger_2014_0248.JPG Triggerfinger_2014_0264.JPG Triggerfinger_2014_0289.JPG Triggerfinger_2014_0301.JPG Triggerfinger_2014_0303.JPG Triggerfinger_2014_0309.JPG Triggerfinger_2014_0314.JPG Triggerfinger_2014_0318.JPG Triggerfinger_2014_0321.JPG

Et, for sure, c’est tout bénéfice: un show d’une énergie incroyable, une set-list mortelle, une symbiose fusionnelle parfaite, une démonstration de force sans pareille en se postant au plus près de l’avant-scène pour mieux vous assassiner: le crime est parfait. TRIGGERFINGER est une véritable tuerie, une arme de destruction massive…

Triggerfinger_2014_0008.JPG Triggerfinger_2014_0024.JPG Triggerfinger_2014_0104.JPG Triggerfinger_2014_0033.JPG Triggerfinger_2014_0105.JPG Triggerfinger_2014_0048.JPG Triggerfinger_2014_0106.JPG Triggerfinger_2014_0113.JPG Triggerfinger_2014_0123.JPG Triggerfinger_2014_0238.JPG Triggerfinger_2014_0131.JPG Triggerfinger_2014_0244.JPG Triggerfinger_2014_0141.JPG Triggerfinger_2014_0219.JPG Triggerfinger_2014_0145.JPG Triggerfinger_2014_0268.JPG Triggerfinger_2014_0154.JPG Triggerfinger_2014_0276.JPG Triggerfinger_2014_0157.JPG Triggerfinger_2014_0205.JPG Triggerfinger_2014_0229.JPG Triggerfinger_2014_0320.JPG Triggerfinger_2014_0323.JPG Triggerfinger_2014_0329.JPG

Habitués des grands festivals, les Australiens d’AIRBOURNE sont le fruit des amours cachées d’AC et de DC qui ont dû copuler un jour backstage. De cette levrette bestiale à la va-vite sur un mur de Marshall chauffés au rouge, il résulte de cet infâme enfantement un décor à l’identique, et l’énergie et la bonne humeur qui font que le hard rock, c’est eux! Ce sont eux. Avec une capsule de VB (célèbre bière australienne) en guise de volume à sa guitare, reste néanmoins à vérifier que ce sont également bien des cannettes de VB que Joel O’Keeffe explose sur son crâne à tour de concerts avant de les balancer dans l’audience.

Airbourne_Cabaret14_0013.JPG Airbourne_Cabaret14_0024.JPG Airbourne_Cabaret14_0029.JPG Airbourne_Cabaret14_0032.JPG Airbourne_Cabaret14_0040.JPG Airbourne_Cabaret14_0059.JPG Airbourne_Cabaret14_0076.JPG Airbourne_Cabaret14_0095.JPG Airbourne_Cabaret14_0108.JPG Airbourne_Cabaret14_0113.JPG Airbourne_Cabaret14_0121.JPG Airbourne_Cabaret14_0117.JPG Airbourne_Cabaret14_0141.JPG Airbourne_Cabaret14_0143.JPG Airbourne_Cabaret14_0152.JPG Airbourne_Cabaret14_0154.JPG Airbourne_Cabaret14_0163.JPG Airbourne_Cabaret14_0174.JPG Airbourne_Cabaret14_0171.JPG Airbourne_Cabaret14_0166.JPG

Son traditionnel tour dans le public, guitare en bandouillère, se poursuit cette fois jusqu’au podium des PMR (excusez la distance !) tout en continuant ses riffs tandis que la rythmique assure de plus belle sur scène – ou comment rendre un des plus beaux hommages qui soit à ces personnes dont l’ouïe est désormais aussi réduite que leur mobilité. Rien de neuf néanmoins sous les astres : le hard-rock, c’est AIRBOURNE. Et vice-versa; back to the roots. A l’issue d’un show de 40′ seulement, suivi quand même de 20′ de rappel pour atteindre les 60′ de prestation et ainsi remplir leur contrat, notre interrogation du mois dernier à la Rockhal demeure: AIRBOURNE est-il trop intense que pour s’inscrire dans la durée, ou jouissons-nous ici de la touche puissante mais éphémère qui caractérise l’Excès dans toute sa splendeur…?

Airbourne_Cabaret14_0026.JPG Airbourne_Cabaret14_0027.JPG Airbourne_Cabaret14_0037.JPG Airbourne_Cabaret14_0046.JPG Airbourne_Cabaret14_0050.JPG Airbourne_Cabaret14_0072.JPG Airbourne_Cabaret14_0078.JPG Airbourne_Cabaret14_0085.JPG Airbourne_Cabaret14_0103.JPG Airbourne_Cabaret14_0086.JPG Airbourne_Cabaret14_0123.JPG Airbourne_Cabaret14_0087.JPG Airbourne_Cabaret14_0090.JPG Airbourne_Cabaret14_0126.JPG Airbourne_Cabaret14_0131.JPG Cabaret_Vert_2014_0010.JPG Airbourne_Cabaret14_0132.JPG Cabaret_Vert_2014_0030.JPG Airbourne_Cabaret14_0094bis.JPG Cabaret_Vert_2014_0009.JPG Airbourne_Cabaret14_0194.JPG Airbourne_Cabaret14_0191.JPG Airbourne_Cabaret14_0195.JPG Airbourne_Cabaret14_0197.JPG

Après le collectif FAUVE ≠ (qui serait presque le cheveu dans la soupe du samedi sur la scène principale ?), place au « Meilleur Spectacle Musical » consacré par les Victoires de la musique 2013. SHAKA PONK est de retour avec un nouvel album et un nouveau show plus que jamais colossal qu’ils ne tarissent pas de nous vanter lors de la conférence de presse et, préalablement, sur les ondes de Radio Bleue. Ils apprécient les lieux et le concept du Cabaret Vert, autant que leurs potes de Skip The Use l’année dernière ici-même, et avec qui ils faisaient encore la fête tout récemment, nous narrent-ils….

Shaka_Ponk_CabaretVert2014.jpg
Et c’est bien on stage que l’électro rock aux effluves funky/punk du groupe prend tout son sens : débauche sonore et orgie visuelle, sueur et énergie se confondent dans un joyeux bordel festif finement travaillé. Un show à la hauteur de la bande son réglé comme du papier à musique, une mise en scène des plus suggestives et puissante, c’est ça la trash Monkey Family qui prend son pied.

ShakaPonk_Cabaret14_0165.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0097.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0172.JPG
ShakaPonk_Cabaret14_0092.JPG Comme une cocotte-minute prête à exploser dont on relâche la pression à doses savamment calculées, question de faire durer le plaisir à la manière d’un orgasme perversement contenu. Ce tableau est néanmoins gâché par un bémol, et de taille pour nous : la censure de quelques uns de nos clichés devant être préalablement soumis au management du groupe avant publication ici-même. Une première en ce qui nous concerne, une triste et disons-le scandaleuse et lamentable première qui ternit le vernis de SHAKA PONK – aux antipodes sans doute de l’effet escompté.

ShakaPonk_Cabaret14_0102.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0112.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0141.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0148.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0158.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0164.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0176.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0216.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0191.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0220.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0192.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0197.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0225.JPG 07-blanc.png ShakaPonk_Cabaret14_0228.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0226.JPG

Parano? Schizo? Mégalo? No Pasaran ! Enfin, quand il y aura prescription, revenez nous visiter : nous déverrouillerons quelques uns de ces censored pictures…:

ShakaPonk_Cabaret14_0090.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0115.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0118.JPG intensities.jpg ShakaPonk_Cabaret14_0133.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0134.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0137.JPG ShakaPonk_Cabaret14_0089.JPG

–> A venir : SHAKA PONK – live @ Eco-Festival Cabaret Vert 2014

ShakaPonk_Cabaret14_0225.JPG

WARD’IN ROCK – 3 & 4 septembre 2010 – Wardin

DSCF0445.JPG
Le Ward’in Rock est à Werchter ce qu’un bal de village (avec ses dérapages) est à une rave-party (avec ses excès) : c’est tout ce qui fait son charme, mais il faut être du Plateau (ardennais) pour comprendre et apprécier… L’édition 2010 a viré sa cuti electro-pop gentillette en retournant à ses racines résolument rock’n’roll – du moins en ce qui concerne l’affiche du vendredi. Et cette première journée se termine au milieu de la nuit en un véritable feu d’artifice(s) – c’est peu dire – orchestré par LE BAL DES ENRAGES. A propos de bal, c’est plutôt la méga-kermesse ; et à propos d’enragés, il vaudrait mieux parler de fous-furieux déjantés. Le collectif du BAL DES ENRAGES, créé pour un temps seulement l’année passé, réunit les musiciens des meilleurs groupes de la scène punk-alternative française (des aliénés sévissant dans Lofofora, Punish Yourself, Tagada Jones, Parabellum, La Phaze,…) et termine sa saison à Wardin en atomisant le site par une prestation qui relève de Bouglione mixé d’Alice Cooper, mâtiné d’un brin de Wampas et d’un zeste de Mononc Serge.

BalEnrages_Wardin10_0183.JPG BalEnrages_Wardin10_0186.JPG BalEnrages_Wardin10_0194.JPG BalEnrages_Wardin10_0200.JPG
BalEnrages_Wardin10_0201.JPG BalEnrages_Wardin10_0204.JPG BalEnrages_Wardin10_0224.JPG BalEnrages_Wardin10_0237.JPG
BalEnrages_Wardin10_0241.JPG BalEnrages_Wardin10_0246.JPG BalEnrages_Wardin10_0265.JPG BalEnrages_Wardin10_0272.JPG
BalEnrages_Wardin10_0300.JPG BalEnrages_Wardin10_0304.JPG BalEnrages_Wardin10_0308.JPG BalEnrages_Wardin10_0324.JPG

Le collectif éphémère du BAL DES ENRAGES nous assène un final total et hallucinant tant le spectacle – pardon : le show – est jouissif sur scène… voire plus déjanté encore en coulisses pour les rares témoins de ces moments surréalistes et décalés. C’est qu’en se relayant à une bonne quinzaine pour partager alternativement la scène, il y en a toujours autant backstage que sur les planches, ne sachant d’ailleurs parfois pas où commence la scène et où se terminent les coulisses, les uns continuant à jouer et délirer backstage alors que les autres sont sous les feux de la rampe. La frontière est bien ténue entre le monde des projecteurs et celui de l’ombre, entre la réalité et la fiction…! LE BAL DES ENRAGES, ça se vit car ça ne peut se raconter. De la provoc, du sexe et du délire, du sado-maso et des disqueuses, du trash et du feu, des sex-toys et du cuir, du second degré et de l’humour, des excès et de l’alcool. LE BAL DES ENRAGES, si c’est Barnum sur la scène et Sin City backstage, c’est en servant néanmoins une set-list explosive faisant des trous dans la tête jusqu’au poix chiche. La surprise du chef, sans équivoque possible !

BalEnrages_Wardin10_0113.JPG
BalEnrages_Wardin10_0013.JPG BalEnrages_Wardin10_0024.JPG BalEnrages_Wardin10_0113.JPG Balimurphy_Wardin10_0034.JPG
BalEnrages_Wardin10_0077.JPG BalEnrages_Wardin10_0073.JPG BalEnrages_Wardin10_0060.JPG BalEnrages_Wardin10_0041.JPG
BalEnrages_Wardin10_0100.JPG BalEnrages_Wardin10_0099.JPG BalEnrages_Wardin10_0089.JPG BalEnrages_Wardin10_0082.JPG
BalEnrages_Wardin10_0128.JPG BalEnrages_Wardin10_0126.JPG BalEnrages_Wardin10_0124.JPG BalEnrages_Wardin10_0104.JPG
BalEnrages_Wardin10_0166.JPG BalEnrages_Wardin10_0142.JPG BalEnrages_Wardin10_0134.JPG BalEnrages_Wardin10_0132.JPG
BalEnrages_Wardin10_0168.JPG BalEnrages_Wardin10_0173.JPG BalEnrages_Wardin10_0328.JPG BalEnrages_Wardin10_0332.JPG
BalEnrages_Wardin10_0330.JPG
La tête d’affiche de la journée, LE PEUPLE DE L’HERBE, est presque le cheveu dans la soupe, ou plutôt le brin d’herbe dans la goulasch – comprendra qui pourra – malgré une prestation de haute tenue qui aurait récolté tous les (mes !) honneurs sans la présence des Enragés.

Peuple_de_Herbe_10_0085.JPG Peuple_de_Herbe_10_0082.JPG Peuple_de_Herbe_10_0074.JPG Peuple_de_Herbe_10_0059.JPG
Peuple_de_Herbe_10_0055.JPG Peuple_de_Herbe_10_0051.JPG Peuple_de_Herbe_10_0042.JPG Peuple_de_Herbe_10_0031.JPG
Peuple_de_Herbe_10_0022.JPG Peuple_de_Herbe_10_0019.JPG Peuple_de_Herbe_10_0003.JPG Peuple_de_Herbe_10_0001.JPG

S’offre précédemment sur la grande scène SHAKA PONK: l’autre (bonne) surprise de la soirée pour ma part, avec un set aussi puissant que visuel, aussi rock’n’roll que peaufiné. Un alliage de riffs et d’électro derrière des mélodies bien solides de rock fusion avec un zeste de funk, un soupçon de métal et un tsunami de gros son sous couvert d’une mise en scène laissant la place belle à un leader des plus charismatiques secondé par une black aussi efficace que… spectaculaire. Un tout grand moment pour ceux qui, comme moi, découvraient ces Francais. Précédemment, SKIP THE USE délivre une espèce de punk rock avec des relents d’un peu de tout, en terminant leur set en beauté par un jam déjanté et surexcité du meilleur goût avec SHAKA PUNK précisément.

Shaka_Ponk_Wardin10_0001.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0013.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0014.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0019.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0021.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0026.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0031.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0032.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0034.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0038.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0041.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0046.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0053.JPG
SkipTheUse_Wardin10_0008.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0055.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0066.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0067.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0071.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0075.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0082.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0092.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0098.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0103.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0104.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0108.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0111.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0131.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0119.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0114.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0140.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0091.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0166.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0170.JPG
Shaka_Ponk_Wardin10_0188.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0200.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0224.JPG Shaka_Ponk_Wardin10_0231.JPG
Le punk hardcore de DAGGERS survolte l’autre scène suivi de DRIVING DEAD GIRLS: un garage-rock bien senti qui se termine par du lancer de guitare dans le public et du jump-dévérinage de batterie: chaud-boulette pour annoncer l’arrivée de DO OR DIE qui m’impressionne moins qu’en avril dernier – sans doute la cause à un son assez pourave ou à l’effet de surprise qui n’est plus.

DrivingDeadGirl2010_0066.JPG DrivingDeadGirl2010_0063.JPG DrivingDeadGirl2010_0055.JPG DrivingDeadGirl2010_0045.JPG
DrivingDeadGirl2010_0039.JPG DrivingDeadGirl2010_0015.JPG DrivingDeadGirl2010_0008.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0076.JPG
Do_Or_Die_Wardin10_0071.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0069.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0068.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0064.JPG
Do_Or_Die_Wardin10_0061.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0055.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0053.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0051.JPG
Do_Or_Die_Wardin10_0046.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0032.JPG Do_Or_Die_Wardin10_0016.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0151.JPG

La journée du samedi ne peut atteindre les sommets de la veille, et c’est dommage. By-pass sur les prestations de OVERMARS et de FULL OF SUEDOISES notamment, avant de refaire avec eux le monde backstage en soirée en alternant les sets de PIERPOLJAK, RAPH, FELOCHE, ETE 67, BALIMURPHY et autres SURFING LEONS.

Feloche_Wardin10_0001.JPG Ete67_Wardin2010_0026.JPG Ete67_Wardin2010_0014.JPG Ete67_Wardin2010_0001.JPG
Balimurphy_Wardin10_0001.JPG Balimurphy_Wardin10_0010.JPG Balimurphy_Wardin10_0022.JPG Balimurphy_Wardin10_0027.JPG

Vient l’heure où monte sur scène BLACK BOX REVELATION. Le duo détonnant se partageant batterie et guitare est à la hauteur des attentes et insufflent à cette seconde journée la débauche de décibels et d‘attitude qui manquait presque jusque là. Si le terme de power-trio sied à merveille à certains, l’appellation atomic duo colle-t-elle parfaitement à BBR…!

BlackBoxRe_Wardin10_0148.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0143.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0129.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0118.JPG
BlackBoxRe_Wardin10_0142.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0141.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0035.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0055.JPG
BlackBoxRe_Wardin10_0048.JPG
BlackBoxRe_Wardin10_0059.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0079.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0117.JPG BlackBoxRe_Wardin10_0048.JPG

Et ce n’est pas là dénigrer The MASH qui les précèdent, annonçant les Hongrois de HANGMAS avec leur british-wave totalement eighties assaisonnée de bons riffs bien solides qui donne un tout très, très potable. Après les avoir ratés au Sziget à Budapest il y a 3 semaines, je suis aujourd’hui témoin de l’accueil que la Belgique réserve à ces Hongrois avec la même ferveur qui a surpris tous les groupes Belges qui ont marqué le Sziget de leur empreinte. Putain, putain, c’est vachement bien, nous sommes quand même tous des Européens

The_Mash_Wardin2010_0001.JPG The_Mash_Wardin2010_0016.JPG The_Mash_Wardin2010_0024.JPG The_Mash_Wardin2010_0028.JPG
Hangmas_Wardin2010_0033.JPG Hangmas_Wardin2010_0027.JPG Hangmas_Wardin2010_0021.JPG Hangmas_Wardin2010_0007.JPG
Balimurphy_Wardin10_0034.JPG