Now online : URIAH HEEP – HAMMERFALL – HELLOWEEN @ Rockhal, 14 septembre 2022

… et plus encore dans notre galerie de portraits ! Ou comment se couper en trois entre la Rockhal Box et le Rockhal Club pour trois shows de bien haute tenue quoique sans beaucoup de points communs entre les deux salles. Le HEEP fête en toute intimité son glorieux 50ème anniversaire (postposé par le covid) tandis que HAMMERFALL et HELLOWEEN se la jouent grandiloquente et sans retenue. Now online… NO Photoshop – NO Lightroom – NO raw format – NO overdub – ONLY one-shot jpeg : enjoy !

URIAH HEEP – Rockhal Esch-sur-Alzette, 14 septembre 2022

La pandémie a empêché URIAH HEEP de célébrer comme il se doit ses 50 berges, et le band entend bien récupérer la sauce en se lançant 2 ans plus tard dans une presqu’interminable tournée jubilaire. Mais la configuration assise du Rockhal Club jette comme un froid sur ce qui s’annonçait comme une belle surprise-party : URIAH HEEP en configuration assise, c’est comme prendre soudainement un sacré coup de bambou, comme se retrouver à mâchonner un morceau de tarte sèche lors d’un goûter dans une seniorie alors qu’on s’attendait à sortir en boîte…

Pour en rajouter une couche, le hall de la Rockhal comporte ce soir un modeste espace « memorabilies » à côté du merchandising, où sont exposées quelques reliques estampillées URIAH HEEP qui ont traversé les décennies: décorations reçues, photos vintage, diplômes en tous genres et autres reliques marquées HEEP glanées sur les 5 continents au gré des tournées mondiales d’époques aujourd’hui révolues. Comme un arrière-goût de naphtaline.

Le set débute par une longue et intéressante projection d’hommages rendus au HEEP par tout ce que la planète rock compte comme célébrités, mythes et légendes vivantes. Le film projeté sur un écran translucide dressé en avant-scène laisse deviner en arrière-plan le matériel déjà installé: mais alors pourquoi, pour qui ces instruments disposés sur l’étroite avant-scène au pied même de cet écran ?! Tout simplement pour URIAH HEEP qui nous offre en première partie de soirée un set semi-acoustique – que nous pourrions qualifier pour notre part de tout à fait dispensable. Le HEEP n’a à notre connaissance jamais excellé dans cet exercice, et celui-ci est de surcroit parfaitement saugrenu voire inopportun quand on connait la puissance et l’énergie qui caractérise le band depuis des décennies. Heureusement pour nous, HAMMERFALL et HELLOWEEN mettent à sac le main hall voisin où nous nous réfugions pour échapper à cette première partie de set pour le moins terne et creuse, osons même le qualificatif soporifique.

L’électricité, l’énergie et la puissance caractéristiques de URIAH HEEP sont par bonheur au rendez-vous en seconde partie de set, et quelle seconde partie ! Nous retrouvons enfin un HEEP digne de ce nom, et un légendaire Mick Box fidèle à lui-même qui déclenche un tsunami sans avoir l’air d’y toucher, tout en finesse et en subtilité mais aux effets dévastateurs. URIAH HEEP semble plus soudé que jamais, faisant montre d’une symbiose sans faille et d’une franche complicité qui fait plaisir à voir et surtout qui charme le conduit auditif.

Le quintet nous délivre au final un bien long set, doté de toute l’énergie et de toute la puissance nécessaires, qui nous transporte à travers les décennies et les âges avant même que, back to the future, on rejoigne l’année 2022 sans même le réaliser. URIAH HEEP fait ce soir la démonstration qu’il compte toujours parmi les plus respectables et les plus honorables des seniors hyper-actifs, et qu’il n’est pas nécessaire de faire de vagues pour rester au-dessus de la mêlée. Avec la classe, la distinction et l’élégance qu’on lui connait, URIAH HEEP nous donne une nouvelle fois une bonne leçon et renvoie tous les autres à leurs devoirs. Et nous à HELLOWEEN dans la salle voisine boucler la boucle…

URIAH HEEP @ Den Atelier, Luxembourg – 23 janvier 2020

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0275__2_.jpg
Comme ils l’expliquent sur scène, le band et son crew ont accompli toute cette sainte journée une sacrée longue route depuis la frontière germano-polonaise pour délivrer ce seul gig luxembourgeois. Avant de repartir sitôt fait pour l’est de l’Europe… Allez comprendre ce qui a motivé ce coup de canif dans l’itinéraire de leur European Tour 2020, et qui a laissé de côté pour un soir les WISHBONE ASH et autres NAZARETH qui assurent pourtant la première partie de toutes les autres dates comme ce fut le cas il y a 5 jours à Saarbrücken

UriahHeep_DenAtelier_23janv2020.jpg
L’espace pour le moins confiné qu’offre Den Atelier et sa minuscule scène tranche radicalement avec l’immensité du Saarlandhalle de Saarbrücken. A choisir, on ne sait finalement lequel des deux se prête mieux à la performance de URIAH HEEP. Les planches luxembourgeoises, plus intimistes, ont comme un effet de bride sur les Anglais qui semblent plus explosifs et plus expansifs dans une configuration "large venue" où leur brio s’exprime plus en profondeur, plus en rondeur, plus en amplitude.

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0021__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0078__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0111__2_.JPG
Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0118__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0054__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0131__2_.JPG
Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0204__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0217__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0056__2_.JPG

La puissance, le volume et la présence scéniques sont certes au rendez-vous à Luxembourg, mais URIAH HEEP reste un de ces groupes qui nécessitent un minimum – non: un maximum – d’espace vital et un cubage maximum (entendez une volumétrie adaptée) pour conférer à leurs compositions toute l’épaisseur, toute la densité et toute la dimension nécessaires.

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0015__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0036__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0046__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0068__2_.JPG
Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0059__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0081__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0165__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0267__2_.jpg

L’absence d’opening act bénéficie à URIAH HEEP qui nous gratifie d’un (somme toute) modeste quart d’heure supplémentaire de show. Celui-ce se termine, comme de coutume oserions-nous dire, sur un Easy Living d’anthologie, qui semble secouer tout à coup une audience qui sort tardivement de sa torpeur, comme si elle réalisait – mais un peu tard – qu’elle a sans doute pour la dernière fois URIAH HEEP à ses pieds, ou presque.

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0236__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0270__2_.jpg Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0274__2_.jpg

Now online : URIAH HEEP @ Den Atelier, Luxembourg

Il n’y a pas à dire, mais URIAH HEEP sur la minuscule scène de Den Atelier ce jeudi 23 janvier après les avoir vu arpenter l’immensité de celle de Saarbrücken le weekend dernier, ça change tout autant que ça décoiffe…

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0118__2_.JPG
Now online et bien sûr déjà depuis belle lurette en ligne dans notre galerie de portraits, c’est par ici…!

URIAH HEEP + NAZARETH + WISHBONE ASH @ Saarbrücken, 18 janvier 2020

Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0489__2_.jpg
Plus de 150 ans de rock british fusionnés en un triumvirat sur la même affiche – qui dit mieux ?! Sans compter l’âge du capitaine, Andy Scott (The SWEET) qui joue le maître de cérémonie en donnant alternativement la parole aux protagonistes tandis que les roadies s’affairent à évacuer ou dresser le matos entre deux sets. Elle est pas belle, la vie chez nos voisins teutons à Saarbrücken ?!

Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0047__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0154__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0320__2_.JPG
Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0286__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0449__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0430__2_.JPG
Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0363__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0463__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0416__2_.JPG

L’excitation de cette affiche se le dispute à l’impatience de pénétrer et de découvrir une nouvelle antre, arène d’un soir pour un nouveau combat de vieux gladiateurs qui en ont vu bien d’autres – que ce soit dans le public comme sur scène – mais qui en ont encore sous la pédale. Cette Saarlandhalle vaut également à elle seule le déplacement, quoi qu’un peu trop vaste ce soir au vu de l’affluence. Mais les organisateurs ont vu juste en misant sur cette salle en lieu et place de leur traditionnel Garage qui se serait avéré trop exigu.

UriahHeep_poster.jpg
19h00 précises, Andy SCOTT lance les hostilités en invitant WISHBONE ASH (established 1969 siouplait) à le rejoindre pour tailler une bavette, avant de laisser le band grimper à l’assaut des planches. Il réitérera l’exercice ce soir avant chacun des deux autres sets qui s’en suivent. WISHBONE ASH ouvre ainsi le bal, nous drapant une heure durant de twin guitars et de mélodies qui vous trottent en tête depuis des décennies, et qui vont y rester encore bien longtemps sans doute.

Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0007__2_.JPG Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0032__2_.JPG Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0104__2_.JPG

Le pit-photo est aussi démesurément vaste que peut être profonde et large la scène – des conditons aussi confortables pour shooter que pour performer ; tous les petits plats ont été décidément disposés dans tous les grands, et il n’en manque pas un dans cette batterie de cuisine. Même satisfaction au bar, où les demi-litres germains sont le standard de stricte rigueur ici, à un prix tout aussi démocratique. Sans parler des sanitaires et de toute cette infrastructure et cette logistique qu’on ne trouve décidément qu’en Allemagne. Prosit.

Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0049__2_.JPG Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0075__2_.JPG Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0086__2_.JPG
Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0055__2_.JPG Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0111__2_.JPG Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0131__2_.jpg Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0422__2_.JPG

WISHBONE ASH vieillit comme il a vécu: proprement, avec classe, élégance et distinction – à l’image des gentlemen qu’ils demeurent. 51 ans sur les routes n’ont rien enlevé de leur superbe et de leur grâce, mais rien non plus de leur efficacité et de leur redoutable maestria. Le confort et la force tranquille des gens qui n’ont plus rien à prouver ni à personne…

Nazareth_Saarbrucken_18janv2020.jpg
NAZARETH – established 1968 ! – prend haut la main la relève pour une heure de démonstration. Bien qu’ils soient sur les route depuis plus de 50 années de manière ininterrompue, c’est notre tout premier face-à-face avec les Ecossais sans doute les plus célèbres avec Simple Minds et Franz Ferdinand.

Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0073__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0074__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0076__2_.JPG
Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0067__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0110__2_.JPGNazareth_Saarbrucken_18janv2020_0112__2_.JPG

Et la première fois compte toujours, après qu’ils nous aient fait faux-bon un beau soir de mai 1983 à Forest National où ils devaient ouvrir pour ce qui restera – déjà ! – le dernier concert de RUSH en Belgique.

Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0135__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0163__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0138__2_.JPG
Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0168__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0221__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0194__2_.JPG

Rarement l’alliance d’une Gibson Les Paul et de quelques Marshall nous aura procuré un tel effet: sans doute seul Steven WILSON, bien qu’au moyen d’autres armes et munitions, peut nous titiller et nous fournir autant de sensations avec une sonorité, une puissance et une limpidité aussi cristalline que celle de Murrison ce soir avec NAZARETH. Si c’est dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes, ce n’est manifestement pas avec de jeunes carottes – que du contraire…

Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0044__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0062__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0088__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0116__2_.JPG
Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0127__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0090__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0129__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0137__2_.JPG
Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0155__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0161__2_.JPG Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0179__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0443__2_.JPG

La dernière production d’URIAH HEEP qui remonte déjà à 2018 nous avait on s’en souvient littéralement scotché dans sa déclinaison live à Bruxelles il y a 2 ans – tant en live que sur la platine. Cet album, aussi intemporel que ses géniteurs, est sans doute à considérer comme un des meilleurs dont peut se targuer le band au cours de son demi-siècle d’existence, réussisant la gageure de réaliser une parfaite synthèse de 50 ans de son rock’n’roll – ni plus ni moins, et excusez du peu.

UriahHeep_Saarbrucken_18janv2020.jpg
Sublimé par la wah-wah de Cox qui arrache toujours autant que ne duvête l’Hammond de Lanzon, le résultat démontre à nouveau ce soir un URIAH HEEP véritablement à l’unisson et dans une forme olympique. Combien de jeunes pousses pourraient-elles en prendre de la graine ?! Les gars, si on ne vous consacre pas à vous seuls un chapitre de l’Histoire du Rock, je veux bien manger mes objectifs.

Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0118__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0278__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0140__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0346__2_.JPG
Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0307__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0195__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0367__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0230__2_.JPG
Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0244__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0401__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0283__2_.JPG Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0336__2_.JPG

Now online : URIAH HEEP + WISHBONE ASH + NAZARETH @ Saarbrücken

Un éblouissant et flamboyant URIAH HEEP qui partage l’affiche avec pas moins que NAZARETH et WISHBONE ASH tout aussi cinquantenaires – que demander de plus ?!
150 ans de rock british présentés par Andy Scott (The SWEET) en maître de cérémonie: il y a de ces soirs qui méritent le déplacement effectué…

Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0012__2_.JPG
Maintenant en ligne, et dans notre galerie de portraits

Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0337__2_.JPG
Qui a dit que c’était dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes, déjà…? Et pas besoin de jeunes carottes pour ce faire, s’il vous plait.

Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0076__2_.JPG

Now online : URIAH HEEP @ Bruxelles – 07 novembre 2018

Maintenant en ligne, URIAH HEEP et The ZOMBIES cognant les murs de cette salle au nom si prédestiné ce 07 novembre 2018: La Madeleine.
Et l’on peut avouer que Proust n’est pas loin, vraiment pas loin ce soir…

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0220.JPG

URIAH HEEP & The ZOMBIES – Bruxelles, 07 novembre 2018

Uriah-Heep_Pass_2018.JPG
Kiss, ZZ Top, Foreigner ou Rush pour n’en citer que quelques uns ont officié in illo tempore en première partie d’URIAH HEEP: ça éclabousse pour qui ne saurait pas où il mes les pieds (et les oreilles) ce soir, et ce tableau de chasse n’est à nouveau pas sans signification.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0015.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0191.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0239.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0280.JPG HuriahHeep_Bxl_07nov2018.jpg Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0330.JPG

Après 49 ans d’existence (selon la police) ou 51 ans (selon les manifestants), Mick Box est toujours aux commandes, sans que les (très) hauts et les (plus rares) bas n’aient entamé sa dextérité et sa prolifique production. À l’instar de Led Zeppelin, de Black Sabbath et de Deep Purple, URIAH HEEP a contribué au développement d’une forme typiquement britannique de heavy metal. Son rôle considérable dans la création d’un style musical qui allait dominer les années 70 et encore plus les années 80 perdure, et la prestation de ce soir est la plus flamboyante démonstration encore de sa pleine santé, OMG !

UriahHeep_Brussels_07nov20118.jpg
Précurseur de l’utilisation de l’Hammond et de la pédale wah-wah – la signature de Mick BoxURIAH HEEP a réussi avec une admirable maestro à terminer le 20ème siècle, à passer le cap du 21ème et mieux encore celui de cette année 2018. Avec un dernier album qui se révèle être une vé-ri-ta-ble tuerie sur scène, URIAH HEEP est plus deep purplelien que jamais.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0159.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0338.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0023.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0340.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0373.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0345.JPG

Rarement l’adage "C’est dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes" s’est révélé être d’une aussi pertinente actualité, au point que même les jeunes carottes peuvent aller se rhabiller – et fissa. Le son est énorme, et les envolées d’Hammond sont quant à elles d’une redoutable efficacité et d’une sonorité érangement actuelle qui rivalisent avec une lead guitar qui part en vrille plus souvent que de raison, mais sans jamais tomber dans le travers du technico-soporiphique.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0041.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0113.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0138.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0169.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0143.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0285.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0208.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0293.JPG

Rien, strictement rien à jeter: la production 2018 d’URIAH HEEP est tout simplement parfaite et le millésime scénique remarquable. Et à plus forte raison que ces éternels jeunots évitent l’écueil en réussissant l’incroyable pari de ne pas sombrer dans le travers de se répéter ou de réécrire l’histoire – leur histoire…

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0306.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0372.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0326.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0328.JPG

The ZOMBIES ouvrent le bal à 19h25 précises – comme annoncé. Le timing pour le moins original et est à l’image de l’audience grisonnante et bedonnante de cette (superbe) salle de la Madeleine. Si le public est de tendance gérontologique, il n’est que le reflet de The ZOMBIES formés en… 1961, et avec Rod Argent toujours à la manoeuvre ce soir !

TheZombies_Bxl_07nov2018_0015.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0031.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0059.JPG

Quand on pense que leur She’s Not There fut n°1 aux USA l’année même qui nous a vu naitre il y a 54 ans, et que son génial compositeur est ce soir à quelques petits centimètres de notre objectif, on ne peut que se dire que la vie est belle. Et d’ajouter: total respect, mister Rod Argent (…mais où est donc Russ Ballard?!).

TheZombies_Bxl_07nov2018_0028.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0048.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0063.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0080.JPG

RAMBLIN’ MAN FAIR 2016 @ Maidstone, UK – Day 1 :

RamblinManFair2016_pass.JPG
RAMBLIN’ MAN FAIR, deuxième du nom ! Jour 1.
Que dire de ces sacrés briscards de vieux routards, les baroudeurs de The DEAD DAISIES à qui on ne la fait plus sur la Classic Rock Mainstage ?! Plus ébouriffants que jamais les vieux bougres, et c’est bien, bien peu dire. Depuis décembre dernier à Bruxelles, nous attendions confirmation de la première excellente impression qu’ils nous avaient laissée, et c’est bien plus encore que nous avons reçu dans les gencives.

The_Dead_Daisies_Ramblin2016.jpg
Ramblin2016_TheDeadDaisies_0117.JPG Ramblin2016_TheDeadDaisies_0255.JPG Ramblin2016_TheDeadDaisies_0112.JPG Ramblin2016_TheDeadDaisies_0082.JPG

Sir Doug Aldrich a récemment rejoint ces vieux brigands des DEAD DAISIES début 2016: son pedigree, c’est la surprise du chef qui confère au band sur la mainstage l’éclat et le brio qui lui manquaient peut-être, diront les pisse-vinaigre. Le petit coup de génie fait maintenant coup double avec le grain de folie qui caractérisait déjà la bande à Marco Mendoza et sa clique de routards. Du pur bonheur à l’état brut, et ces deux transfuges du Serpent Blanc n’y sont pas pour rien (tiens, tiens…).

TheDeadDaisies_Ramblin2016.jpg Ramblin2016_TheDeadDaisies_0019.JPG The-Dead-Daisies_Ramblin2016.jpg

L’aigre-doux suranné du (hard-) rock FM des eighties passe très, très difficilement le cap des décennies : presqu’en avant-goût de Whitesnake (mais on ne le sait pas encore), les ex-beaux gosses d’EUROPE n’ont plus vraiment de beaux restes et le montrent bien :

Ramblin2016_Europe_0066.JPG
Ramblin2016_Europe_0098.JPG Ramblin2016_Europe_0052.JPG Ramblin2016_Europe_0050.JPG Ramblin2016_Europe_0096.JPG

Les blondinets ne sont plus – du moins pour certains – que le pâle reflet de leur splendeur (physique) passée. Musique et look ont mal vieilli et il n’y en a pas un pour compenser l’autre. On pouvait penser que le (hard-) rock FM, les synthés et les longues crinières blondes des eighties étaient résolument voués aux oubliettes du r’n’r, mais il n’en est semble-t-il rien pour une frange (féminine) non-négligeable qui doit continuer à alimenter le tiroir-caisse de ces boys bands dont le pathétique n’a d’égal que leur vacuité musicale. Quand s’agira-t-il vraiment du final countdown…?? Allez, médaille du mérite quand même.

Ramblin2016_Europe_0009.JPG Europe_Ramblin-2016.jpg Ramblin2016_Europe_0070.JPG

Un émouvant et remarquable THIN LIZZY opte pour une configuration all star band en l’honneur du 30ème anniversaire de la disparition du grand Phil Lynott – en ce compris Midge Ure en guest pour quelques morceaux. Séquence émotions: the boys are back in town pour 6 dates "anniversary show" seulement, dont le Ramblin ‘.

Ramblin2016_Thin-Lizzy_0194.JPG
Ramblin2016_Thin-Lizzy_0104.JPG Ramblin2016_Thin-Lizzy_0127.JPG Ramblin2016_Thin-Lizzy_0155.JPG Ramblin2016_Thin-Lizzy_0291.JPG

2016 est également le 40ème anniversaire de l’album Jailbreak: THIN LIZZY l’a bien compris avec cette (re)formation exceptionnelle. Tom Hamilton emporte donc sa basse d’Aerosmith pour rejoindre Scott Travis arrivé avec ses fûts de Judas Priest sous le bras. Flanqués d’un Midge Ure tout binamé, ils entourent Scott Gorham et toute la clique des BLACK STAR RIDERS qui prolongent depuis des années l’héritage de THIN LIZZY en ayant la décence de ne pas galvauder ni usurper son nom. A l’oreille, BLACK STAR RIDERS est le digne héritier de THIN LIZZY mais ce soir, en fermant les yeux, un frisson nous parcourt l’échine: ce best of de THIN LIZZY, c’est comme si le grand Phil était de retour…

Thin_Lizzy_Ramblin2016.jpg Thin-Lizzy-Ramblin2016.jpg Ramblin2016_Thin_Lizzy.jpg

Est-il politiquement correct d’affirmer que la tête d’affiche de ce 1er jour nous a franchement déçu ? Non pas David Coverdale himself, mais bien WHITESNAKE dans son (dés)ensemble. Le Snake, vidé de sa substance et triste parodie de lui-même, n’est plus que l’ombre de sa splendeur passée. Les compositions historiques du band demeurent d’une incroyable puissance et d’une efficacité effroyable, mais que tout l’enrobage de ces seconds couteaux est creux, artificiel et factice. Soporifique et gonflant, surtout…

Ramblin2016_Whitesnake_0029.JPG
Ramblin2016_Whitesnake_0125.JPG Ramblin2016_Whitesnake_0118.JPG Ramblin2016_Whitesnake_0034.JPG Ramblin2016_Whitesnake_0107.JPG

Pas moins de quatre soli (oui quatre: guitare, basse, batterie et seconde lead guitar !) seront nécessaires au beau David afin de garantir la préservation de son – certes superbe – organe jusqu’en fin de set: mais où va-t-on, que fait la police ?! Hormis Tommy Aldridge aux drums, ses autres faire-valoir ne font que de la simple figuration, sans plus-value aucune. Mais où est donc passée l’âme du Serpent Blanc…? Rendez-nous notre véritable WHITESNAKE, plize.

Ramblin2016_Whitesnake_0137.JPG Whitesnake_Ramblin2016.jpg Ramblin2016_Whitesnake_0033.JPG

PURSON et sa croquante & craquante leader éclaboussent littéralement la Prog Stage d’un psychédélisme comme qui dirait… extraordinairement revisité. Wouaw, on en redemande des comme ça !

Ramblin2016_Purson_0011.JPG
Ramblin2016_Purson_0014.JPG Ramblin2016_Purson_0017.JPG Ramblin2016_Purson_0069.JPG Ramblin2016_Purson_0026.JPG

Le néo-psychédélisme de PURSON éclabousse donc la Prog Stage, comme si ces Londoniens revisitaient ou ré-écrivaient l’histoire en injectant dans leur psyché des consonances de prog ou de stoner. Proches par moment de HAWKWIND dont ils partagent la même scène à un jour d’intervalle, la filiation n’en saute que plus aux yeux et aux oreilles malgré deux générations d’écart. PURSON: la claque qui fait du bien tellement elle fait mal…

Purson_Ramblin2016.jpg
Les vétérans d’URIAH HEEP, aussi sympas sur le gazon backstage lors de l’échauffement qu’ils peuvent être explosifs live on stage. C’est presqu’à se demander ce qui les pousse encore à se surpasser de la sorte alors qu’ils pourraient simplement enclencher la roue libre. Si ça ce ce n’est pas avoir le feu sacré depuis 50 ans, alors on ne l’a pas encore inventé.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Uriah_Heep_Ramblin2016.jpg
Ramblin2016_Uriah-Heep_0068.JPG Ramblin2016_Uriah-Heep_0025.JPG Ramblin2016_Uriah-Heep_0039.JPG

Reformé il y a quelques années, TERRORVISION explose la mainstage, comme transporté et galvanisé par un public semblant s’être expressément déplacé pour ces gaillards (… était-ce pourtant bien le cas?) :

Ramblin2016_Terrorvision_0128.JPG
Ramblin2016_Terrorvision_0102.JPG Ramblin2016_Terrorvision_0148.JPG Ramblin2016_Terrorvision_0058.JPG Ramblin2016_Terrorvision_0049.JPG

TERRORVISION, c’est la surprise du chef en ce 1er jour de festival. Leur set est d’une énergie brute insensée, sans l’ombre d’une pause pour reprendre son souffle. Comme épicée de relents d’Henry Rollins, cette prestation demeure un grand moment et une bien belle découverte. Ces gars de TERRORVISION, c’est un peu de la sauce anglaise dans laquelle on aurait laissé tomber un bocal de méchants piments…

Ramblin2016_Terrorvision_0056.JPG Terrorvision_Ramblin2016.jpg Ramblin2016_Terrorvision_0133.JPG

Mais le Ramblin’ Man Fair 2016, c’est aussi une prestation en demi-teinte de GINGER sur la mainstage, à l’instar de celle de The FIERCE and the DEAD le lendemain sur la Prog Stage. A moins que ce ne soit une programmation précoce dans l’après-midi qui en occasionne l’inconsciente et subjective impression…?

Ginger_Ramblin2016.jpg
Ramblin2016_Ginger_0013.JPG Ramblin2016_Ginger_0054.JPG Ramblin2016_Ginger_0016.JPG Ramblin2016_Ginger_0035.JPG
Ramblin2016_Fierce-Dead_0009.JPG Ramblin2016_Fierce-Dead_0002.JPG Ramblin2016_Fierce-Dead_0005.JPG Ramblin2016_Fierce-Dead_0001.JPG

… to be continued – day 2. A suivre, jour 2 avec BLACK STONE CHERRY, THUNDER, AIRBOURNE, The CADILLAC THREE, The ANSWER, PROCOL HARUM, HAWKWIND, WALTER TROUT, WARREN HAYNES & many more !

Sweden Rock Festival – jour 1 : ALICE COOPER, TESLA, URIAH HEEP, ROB ZOBIE, SOLSTAFIR…

SwedenRockFest2014_0237.JPG
Jeudi 5 juin 2014, jour 1 de 3. Notre première – et dernière – participation au Sweden Rock Festival date d’il y a 12 ans déjà, et remonte donc à juin 2002. A l’époque, nous quittions au milieu de la nuit Ted NUGENT dans sa loge de l’Astoria à Londres à l’issue de son seul concert anglais, et prenions directement la direction de la Suède. Deux traversées en ferries et près de 20 heures de route plus tard, nous atteignions le Sweden où le NUGE était pour la première fois à l’affiche. Aujourd’hui, c’est à l’issue d’une septantaine de minutes de vol jusque Copenhague puis de deux heures d’une pittoresque route jusque Norje (entité de Solvesborg) que nous atteignons le site du festival.

SwedenRockFestival2014-1.jpg
En cette fin d’après-midi, il pleut comme vache qui pisse. Un ciel bouché rend la mer d’autant plus grise. La main stage du festival est en bordure même de la route, à une cinquantaine de mètres seulement de celle-ci, sur une portion congrue de terre et de bosquets qui se terminent dans la mer. La pluie s’arrête de tomber et un temps sec reprend le dessus pour notre premier gig de la journée à 18h00 déjà. Au menu de ces trois jours, une belle brochette d’hors-d’œuvre, de mises en bouche et de plats des plus consistants.

Sweden_Bill_2014.jpg
Belle surprise d’entrée de jeu que celle des Islandais de SOLSTAFIR suivie d’une autre dénommée TESLA: après un prog savamment léché et des plus construits en provenance du froid, la chaleur des Californiens nous surprend très agréablement malgré une american touch un peu trop connotée hard-FM US mais qui se laisse néanmoins déguster. Peu enclin à succomber aux charmes de ROB ZOMBIE malgré toute notre bonne volonté, nous préférons ceux de URIAH HEEP qui enflamment les seniors du festival (ceux-ci préférant laisser les juniors aux zombies…).

2014-06-16.jpg
Malencontreuse impasse sur la prestation d’ALTER BRIDGE pour préférer la compagnie d’ALICE COOPER. Mais c’est sur la bande-son des potes à Miles Kennedy que se déroulent les vingt bonnes minutes de rencontre-presse avec un Vincent Furnier qui se prête avec plaisir et sympathie à l’exercice. Hello Kitty! Mais qui avons-nous face à nous: Vincent Furnier ou Alice Cooper himself/herself…? Il brouille les pistes, le diablotin! D’emblée de jeu, ALICE COOPER de préciser qu’il a-do-re les festivals pour la simple et bonne raison que c’est toujours l’occasion pour lui de retrouver des potes parfois perdus de vue depuis longtemps. Comme ROB ZOMBIE qu’il considère comme son "fils le plus désobéissant qui soit" et qui sait que la place lui est toujours offerte sur scène – ce qui se confirmera effectivement en fin de concert avec son apparition pour le bouquet final.

A_Cooper_Sweden2014_redimens.JPG
Combien faudrait-il le payer (sic !) pour qu’il joue sur scène un morceau de l’album "Dada"? ALICE COOPER répond par un éclat de rire, précisant toutefois qu’une des seules fois où cela est arrivé c’était pour observer des mines médusées dans l’assistance, comme déconfites face à Former Lee Warmer. De conclure par conséquent qu’il ne peut décevoir son public qui vient principalement pour prendre son pied sur ses morceaux les plus connus, pas vraiment pour découvrir les autres. Soit. La pratique du golf demeure pour Vincent Furnier presque plus addictive qu’est la musique pour Alice Cooper, même s’il reste un musicien avant d’être un golfeur. Et puis, le golf c’est pour la journée; le rock’n’roll pour la soirée. De toute façon, ALICE COOPER n’aime pas le golf (sic). Adorable.

Alice_Cooper_SRF2014_1.jpg
Tandis que nous apprenons que "Dangerous Tonight" reste un de ses morceaux favoris (mais que le jouer sur scène s’avère trop compliqué de par la sophistication et la complexité de l’arrangement), le micro est tendu à une gamine de 5 ou 6 ans. Tout candidement, elle lui demande… sa couleur préférée. Sourire attendri d’Alice Cooper qui lui retourne immédiatement la question pour s’aligner ensuite sur le green qui en ressort, même s’il chuchote comme en aparté que c’est en fait le noir! Eclat de rire général dans une tente de presse pleine à craquer. Légende ou pas, l’histoire de sa rencontre avec Elvis Presley? Sa rencontre chez le King dans les années 70 n’est pas un mythe lorsque celui-ci lui tendit pour l’impressionner un Smith & Wesson .38 ("loaded", précise-t-il) qui trainait sur la table de la cuisine. Se remémorant la scène, ALICE COOPER se gausse: pas impressionné pour un sou ("I am from Detroit, you know!") son petit démon lui frappa l’épaule gauche en lui chuchotant "Tue-le!" tandis que son petit ange-gardien posé sur l’épaule droite lui susurrait: "Non, blesse-le uniquement!". En définitive, arme au poing, sa seule crainte fut qu’un garde du corps entre fortuitement dans la pièce et le dégomme pour protéger le King! Avant de prendre congé et comme pour nous mettre l’eau à la bouche, ALICE COOPER précise que le full show de ce soir comprend quelque chose comme 24 morceaux organisés en trois périodes. Fin de l’acte 1 – sortie enjouée d’Alice COOPER que nous retrouverons plus tard sur scène.

Alice_Cooper_SRF2014-2.jpg
Et de fait, cette fin de soirée voit le centre de la plaine drainer les 35.000 festivaliers accourus des autres scènes. Avec un show plus imposant encore que d’habitude, une mise en scène grandiloquente et comme porté par la foule, par la démesure des lieux ou par la douceur estivale d’une nuit claire, Alice Cooper offre avec ses 3 lead guitars un concert dantesque clôturé par un final d’anthologie. Avec une set list réservant quelques très belles surprises en cours de show ainsi qu’il l’expliquait tout à l’heure, il clôture son set en apothéose par un vibrant hommage aux vintages de son époque qui ne sont plus. Dans l’ordre, tribute aux Doors de Jim Morison tout d’abord – dont il apporte un copie de la pierre tombale sur scène… -, à John Lennon ensuite, puis à Jimi Hendrix et enfin à Keith Moon. Avec ces quatre reprises en bouquet final, il n’en faut pas plus pour achever un public déjà mis à genoux par un show parfait qui bouscule les habitudes. Impressionnant, vous demeurez vraiment impressionnant Monsieur Furnier.

Alice_Cooper_SRF2014_3.jpg
Rétrospectivement, ce concert est probablement le plus puissant, le plus abouti, le plus surprenant et le plus léché de tout le festival. La plus belle réussite du weekend. Cette conclusion est d’autant plus appréciable que nous ne pensions plus pouvoir encore être surpris par ALICE COOPER: réussir à nous prendre à contre-pied et à nous éblouir n’était pas gagné, mais Alice et Vincent l’ont fait… Rideaux.

SwedenRockFest2014_0052_redimens.JPG

–> A SUIVRE… TO BE CONTINUED… A SUIVRE