URIAH HEEP @ Den Atelier, Luxembourg – 23 janvier 2020

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0275__2_.jpg
Comme ils l’expliquent sur scène, le band et son crew ont accompli toute cette sainte journée une sacrée longue route depuis la frontière germano-polonaise pour délivrer ce seul gig luxembourgeois. Avant de repartir sitôt fait pour l’est de l’Europe… Allez comprendre ce qui a motivé ce coup de canif dans l’itinéraire de leur European Tour 2020, et qui a laissé de côté pour un soir les WISHBONE ASH et autres NAZARETH qui assurent pourtant la première partie de toutes les autres dates comme ce fut le cas il y a 5 jours à Saarbrücken

UriahHeep_DenAtelier_23janv2020.jpg
L’espace pour le moins confiné qu’offre Den Atelier et sa minuscule scène tranche radicalement avec l’immensité du Saarlandhalle de Saarbrücken. A choisir, on ne sait finalement lequel des deux se prête mieux à la performance de URIAH HEEP. Les planches luxembourgeoises, plus intimistes, ont comme un effet de bride sur les Anglais qui semblent plus explosifs et plus expansifs dans une configuration "large venue" où leur brio s’exprime plus en profondeur, plus en rondeur, plus en amplitude.

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0021__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0078__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0111__2_.JPG
Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0118__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0054__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0131__2_.JPG
Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0204__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0217__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0056__2_.JPG

La puissance, le volume et la présence scéniques sont certes au rendez-vous à Luxembourg, mais URIAH HEEP reste un de ces groupes qui nécessitent un minimum – non: un maximum – d’espace vital et un cubage maximum (entendez une volumétrie adaptée) pour conférer à leurs compositions toute l’épaisseur, toute la densité et toute la dimension nécessaires.

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0015__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0036__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0046__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0068__2_.JPG
Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0059__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0081__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0165__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0267__2_.jpg

L’absence d’opening act bénéficie à URIAH HEEP qui nous gratifie d’un (somme toute) modeste quart d’heure supplémentaire de show. Celui-ce se termine, comme de coutume oserions-nous dire, sur un Easy Living d’anthologie, qui semble secouer tout à coup une audience qui sort tardivement de sa torpeur, comme si elle réalisait – mais un peu tard – qu’elle a sans doute pour la dernière fois URIAH HEEP à ses pieds, ou presque.

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0236__2_.JPG Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0270__2_.jpg Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0274__2_.jpg

Now online : URIAH HEEP @ Den Atelier, Luxembourg

Il n’y a pas à dire, mais URIAH HEEP sur la minuscule scène de Den Atelier ce jeudi 23 janvier après les avoir vu arpenter l’immensité de celle de Saarbrücken le weekend dernier, ça change tout autant que ça décoiffe…

Uriah-Heep_DenAtelier_23janv2020_0118__2_.JPG
Now online et bien sûr déjà depuis belle lurette en ligne dans notre galerie de portraits, c’est par ici…!

Now online : URIAH HEEP + WISHBONE ASH + NAZARETH @ Saarbrücken

Un éblouissant et flamboyant URIAH HEEP qui partage l’affiche avec pas moins que NAZARETH et WISHBONE ASH tout aussi cinquantenaires – que demander de plus ?!
150 ans de rock british présentés par Andy Scott (The SWEET) en maître de cérémonie: il y a de ces soirs qui méritent le déplacement effectué…

Wishbone-Ash_Saarbrucken_18janv2020_0012__2_.JPG
Maintenant en ligne, et dans notre galerie de portraits

Uriah-Heep_Saarbrucken_18janv2020_0337__2_.JPG
Qui a dit que c’était dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes, déjà…? Et pas besoin de jeunes carottes pour ce faire, s’il vous plait.

Nazareth_Saarbrucken_18janv2020_0076__2_.JPG

Now online : URIAH HEEP @ Bruxelles – 07 novembre 2018

Maintenant en ligne, URIAH HEEP et The ZOMBIES cognant les murs de cette salle au nom si prédestiné ce 07 novembre 2018: La Madeleine.
Et l’on peut avouer que Proust n’est pas loin, vraiment pas loin ce soir…

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0220.JPG

URIAH HEEP & The ZOMBIES – Bruxelles, 07 novembre 2018

Uriah-Heep_Pass_2018.JPG
Kiss, ZZ Top, Foreigner ou Rush pour n’en citer que quelques uns ont officié in illo tempore en première partie d’URIAH HEEP: ça éclabousse pour qui ne saurait pas où il mes les pieds (et les oreilles) ce soir, et ce tableau de chasse n’est à nouveau pas sans signification.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0015.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0191.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0239.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0280.JPG HuriahHeep_Bxl_07nov2018.jpg Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0330.JPG

Après 49 ans d’existence (selon la police) ou 51 ans (selon les manifestants), Mick Box est toujours aux commandes, sans que les (très) hauts et les (plus rares) bas n’aient entamé sa dextérité et sa prolifique production. À l’instar de Led Zeppelin, de Black Sabbath et de Deep Purple, URIAH HEEP a contribué au développement d’une forme typiquement britannique de heavy metal. Son rôle considérable dans la création d’un style musical qui allait dominer les années 70 et encore plus les années 80 perdure, et la prestation de ce soir est la plus flamboyante démonstration encore de sa pleine santé, OMG !

UriahHeep_Brussels_07nov20118.jpg
Précurseur de l’utilisation de l’Hammond et de la pédale wah-wah – la signature de Mick BoxURIAH HEEP a réussi avec une admirable maestro à terminer le 20ème siècle, à passer le cap du 21ème et mieux encore celui de cette année 2018. Avec un dernier album qui se révèle être une vé-ri-ta-ble tuerie sur scène, URIAH HEEP est plus deep purplelien que jamais.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0159.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0338.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0023.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0340.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0373.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0345.JPG

Rarement l’adage "C’est dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes" s’est révélé être d’une aussi pertinente actualité, au point que même les jeunes carottes peuvent aller se rhabiller – et fissa. Le son est énorme, et les envolées d’Hammond sont quant à elles d’une redoutable efficacité et d’une sonorité érangement actuelle qui rivalisent avec une lead guitar qui part en vrille plus souvent que de raison, mais sans jamais tomber dans le travers du technico-soporiphique.

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0041.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0113.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0138.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0169.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0143.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0285.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0208.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0293.JPG

Rien, strictement rien à jeter: la production 2018 d’URIAH HEEP est tout simplement parfaite et le millésime scénique remarquable. Et à plus forte raison que ces éternels jeunots évitent l’écueil en réussissant l’incroyable pari de ne pas sombrer dans le travers de se répéter ou de réécrire l’histoire – leur histoire…

Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0306.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0372.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0326.JPG Uriah_Heep_Brussels_07nov2018_0328.JPG

The ZOMBIES ouvrent le bal à 19h25 précises – comme annoncé. Le timing pour le moins original et est à l’image de l’audience grisonnante et bedonnante de cette (superbe) salle de la Madeleine. Si le public est de tendance gérontologique, il n’est que le reflet de The ZOMBIES formés en… 1961, et avec Rod Argent toujours à la manoeuvre ce soir !

TheZombies_Bxl_07nov2018_0015.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0031.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0059.JPG

Quand on pense que leur She’s Not There fut n°1 aux USA l’année même qui nous a vu naitre il y a 54 ans, et que son génial compositeur est ce soir à quelques petits centimètres de notre objectif, on ne peut que se dire que la vie est belle. Et d’ajouter: total respect, mister Rod Argent (…mais où est donc Russ Ballard?!).

TheZombies_Bxl_07nov2018_0028.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0048.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0063.JPG TheZombies_Bxl_07nov2018_0080.JPG

RAMBLIN’ MAN FAIR 2016 @ Maidstone, UK – Day 1 :

RamblinManFair2016_pass.JPG
RAMBLIN’ MAN FAIR, deuxième du nom ! Jour 1.
Que dire de ces sacrés briscards de vieux routards, les baroudeurs de The DEAD DAISIES à qui on ne la fait plus sur la Classic Rock Mainstage ?! Plus ébouriffants que jamais les vieux bougres, et c’est bien, bien peu dire. Depuis décembre dernier à Bruxelles, nous attendions confirmation de la première excellente impression qu’ils nous avaient laissée, et c’est bien plus encore que nous avons reçu dans les gencives.

The_Dead_Daisies_Ramblin2016.jpg
Ramblin2016_TheDeadDaisies_0117.JPG Ramblin2016_TheDeadDaisies_0255.JPG Ramblin2016_TheDeadDaisies_0112.JPG Ramblin2016_TheDeadDaisies_0082.JPG

Sir Doug Aldrich a récemment rejoint ces vieux brigands des DEAD DAISIES début 2016: son pedigree, c’est la surprise du chef qui confère au band sur la mainstage l’éclat et le brio qui lui manquaient peut-être, diront les pisse-vinaigre. Le petit coup de génie fait maintenant coup double avec le grain de folie qui caractérisait déjà la bande à Marco Mendoza et sa clique de routards. Du pur bonheur à l’état brut, et ces deux transfuges du Serpent Blanc n’y sont pas pour rien (tiens, tiens…).

TheDeadDaisies_Ramblin2016.jpg Ramblin2016_TheDeadDaisies_0019.JPG The-Dead-Daisies_Ramblin2016.jpg

L’aigre-doux suranné du (hard-) rock FM des eighties passe très, très difficilement le cap des décennies : presqu’en avant-goût de Whitesnake (mais on ne le sait pas encore), les ex-beaux gosses d’EUROPE n’ont plus vraiment de beaux restes et le montrent bien :

Ramblin2016_Europe_0066.JPG
Ramblin2016_Europe_0098.JPG Ramblin2016_Europe_0052.JPG Ramblin2016_Europe_0050.JPG Ramblin2016_Europe_0096.JPG

Les blondinets ne sont plus – du moins pour certains – que le pâle reflet de leur splendeur (physique) passée. Musique et look ont mal vieilli et il n’y en a pas un pour compenser l’autre. On pouvait penser que le (hard-) rock FM, les synthés et les longues crinières blondes des eighties étaient résolument voués aux oubliettes du r’n’r, mais il n’en est semble-t-il rien pour une frange (féminine) non-négligeable qui doit continuer à alimenter le tiroir-caisse de ces boys bands dont le pathétique n’a d’égal que leur vacuité musicale. Quand s’agira-t-il vraiment du final countdown…?? Allez, médaille du mérite quand même.

Ramblin2016_Europe_0009.JPG Europe_Ramblin-2016.jpg Ramblin2016_Europe_0070.JPG

Un émouvant et remarquable THIN LIZZY opte pour une configuration all star band en l’honneur du 30ème anniversaire de la disparition du grand Phil Lynott – en ce compris Midge Ure en guest pour quelques morceaux. Séquence émotions: the boys are back in town pour 6 dates "anniversary show" seulement, dont le Ramblin ‘.

Ramblin2016_Thin-Lizzy_0194.JPG
Ramblin2016_Thin-Lizzy_0104.JPG Ramblin2016_Thin-Lizzy_0127.JPG Ramblin2016_Thin-Lizzy_0155.JPG Ramblin2016_Thin-Lizzy_0291.JPG

2016 est également le 40ème anniversaire de l’album Jailbreak: THIN LIZZY l’a bien compris avec cette (re)formation exceptionnelle. Tom Hamilton emporte donc sa basse d’Aerosmith pour rejoindre Scott Travis arrivé avec ses fûts de Judas Priest sous le bras. Flanqués d’un Midge Ure tout binamé, ils entourent Scott Gorham et toute la clique des BLACK STAR RIDERS qui prolongent depuis des années l’héritage de THIN LIZZY en ayant la décence de ne pas galvauder ni usurper son nom. A l’oreille, BLACK STAR RIDERS est le digne héritier de THIN LIZZY mais ce soir, en fermant les yeux, un frisson nous parcourt l’échine: ce best of de THIN LIZZY, c’est comme si le grand Phil était de retour…

Thin_Lizzy_Ramblin2016.jpg Thin-Lizzy-Ramblin2016.jpg Ramblin2016_Thin_Lizzy.jpg

Est-il politiquement correct d’affirmer que la tête d’affiche de ce 1er jour nous a franchement déçu ? Non pas David Coverdale himself, mais bien WHITESNAKE dans son (dés)ensemble. Le Snake, vidé de sa substance et triste parodie de lui-même, n’est plus que l’ombre de sa splendeur passée. Les compositions historiques du band demeurent d’une incroyable puissance et d’une efficacité effroyable, mais que tout l’enrobage de ces seconds couteaux est creux, artificiel et factice. Soporifique et gonflant, surtout…

Ramblin2016_Whitesnake_0029.JPG
Ramblin2016_Whitesnake_0125.JPG Ramblin2016_Whitesnake_0118.JPG Ramblin2016_Whitesnake_0034.JPG Ramblin2016_Whitesnake_0107.JPG

Pas moins de quatre soli (oui quatre: guitare, basse, batterie et seconde lead guitar !) seront nécessaires au beau David afin de garantir la préservation de son – certes superbe – organe jusqu’en fin de set: mais où va-t-on, que fait la police ?! Hormis Tommy Aldridge aux drums, ses autres faire-valoir ne font que de la simple figuration, sans plus-value aucune. Mais où est donc passée l’âme du Serpent Blanc…? Rendez-nous notre véritable WHITESNAKE, plize.

Ramblin2016_Whitesnake_0137.JPG Whitesnake_Ramblin2016.jpg Ramblin2016_Whitesnake_0033.JPG

PURSON et sa croquante & craquante leader éclaboussent littéralement la Prog Stage d’un psychédélisme comme qui dirait… extraordinairement revisité. Wouaw, on en redemande des comme ça !

Ramblin2016_Purson_0011.JPG
Ramblin2016_Purson_0014.JPG Ramblin2016_Purson_0017.JPG Ramblin2016_Purson_0069.JPG Ramblin2016_Purson_0026.JPG

Le néo-psychédélisme de PURSON éclabousse donc la Prog Stage, comme si ces Londoniens revisitaient ou ré-écrivaient l’histoire en injectant dans leur psyché des consonances de prog ou de stoner. Proches par moment de HAWKWIND dont ils partagent la même scène à un jour d’intervalle, la filiation n’en saute que plus aux yeux et aux oreilles malgré deux générations d’écart. PURSON: la claque qui fait du bien tellement elle fait mal…

Purson_Ramblin2016.jpg
Les vétérans d’URIAH HEEP, aussi sympas sur le gazon backstage lors de l’échauffement qu’ils peuvent être explosifs live on stage. C’est presqu’à se demander ce qui les pousse encore à se surpasser de la sorte alors qu’ils pourraient simplement enclencher la roue libre. Si ça ce ce n’est pas avoir le feu sacré depuis 50 ans, alors on ne l’a pas encore inventé.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Uriah_Heep_Ramblin2016.jpg
Ramblin2016_Uriah-Heep_0068.JPG Ramblin2016_Uriah-Heep_0025.JPG Ramblin2016_Uriah-Heep_0039.JPG

Reformé il y a quelques années, TERRORVISION explose la mainstage, comme transporté et galvanisé par un public semblant s’être expressément déplacé pour ces gaillards (… était-ce pourtant bien le cas?) :

Ramblin2016_Terrorvision_0128.JPG
Ramblin2016_Terrorvision_0102.JPG Ramblin2016_Terrorvision_0148.JPG Ramblin2016_Terrorvision_0058.JPG Ramblin2016_Terrorvision_0049.JPG

TERRORVISION, c’est la surprise du chef en ce 1er jour de festival. Leur set est d’une énergie brute insensée, sans l’ombre d’une pause pour reprendre son souffle. Comme épicée de relents d’Henry Rollins, cette prestation demeure un grand moment et une bien belle découverte. Ces gars de TERRORVISION, c’est un peu de la sauce anglaise dans laquelle on aurait laissé tomber un bocal de méchants piments…

Ramblin2016_Terrorvision_0056.JPG Terrorvision_Ramblin2016.jpg Ramblin2016_Terrorvision_0133.JPG

Mais le Ramblin’ Man Fair 2016, c’est aussi une prestation en demi-teinte de GINGER sur la mainstage, à l’instar de celle de The FIERCE and the DEAD le lendemain sur la Prog Stage. A moins que ce ne soit une programmation précoce dans l’après-midi qui en occasionne l’inconsciente et subjective impression…?

Ginger_Ramblin2016.jpg
Ramblin2016_Ginger_0013.JPG Ramblin2016_Ginger_0054.JPG Ramblin2016_Ginger_0016.JPG Ramblin2016_Ginger_0035.JPG
Ramblin2016_Fierce-Dead_0009.JPG Ramblin2016_Fierce-Dead_0002.JPG Ramblin2016_Fierce-Dead_0005.JPG Ramblin2016_Fierce-Dead_0001.JPG

… to be continued – day 2. A suivre, jour 2 avec BLACK STONE CHERRY, THUNDER, AIRBOURNE, The CADILLAC THREE, The ANSWER, PROCOL HARUM, HAWKWIND, WALTER TROUT, WARREN HAYNES & many more !

Sweden Rock Festival – jour 1 : ALICE COOPER, TESLA, URIAH HEEP, ROB ZOBIE, SOLSTAFIR…

SwedenRockFest2014_0237.JPG
Jeudi 5 juin 2014, jour 1 de 3. Notre première – et dernière – participation au Sweden Rock Festival date d’il y a 12 ans déjà, et remonte donc à juin 2002. A l’époque, nous quittions au milieu de la nuit Ted NUGENT dans sa loge de l’Astoria à Londres à l’issue de son seul concert anglais, et prenions directement la direction de la Suède. Deux traversées en ferries et près de 20 heures de route plus tard, nous atteignions le Sweden où le NUGE était pour la première fois à l’affiche. Aujourd’hui, c’est à l’issue d’une septantaine de minutes de vol jusque Copenhague puis de deux heures d’une pittoresque route jusque Norje (entité de Solvesborg) que nous atteignons le site du festival.

SwedenRockFestival2014-1.jpg
En cette fin d’après-midi, il pleut comme vache qui pisse. Un ciel bouché rend la mer d’autant plus grise. La main stage du festival est en bordure même de la route, à une cinquantaine de mètres seulement de celle-ci, sur une portion congrue de terre et de bosquets qui se terminent dans la mer. La pluie s’arrête de tomber et un temps sec reprend le dessus pour notre premier gig de la journée à 18h00 déjà. Au menu de ces trois jours, une belle brochette d’hors-d’œuvre, de mises en bouche et de plats des plus consistants.

Sweden_Bill_2014.jpg
Belle surprise d’entrée de jeu que celle des Islandais de SOLSTAFIR suivie d’une autre dénommée TESLA: après un prog savamment léché et des plus construits en provenance du froid, la chaleur des Californiens nous surprend très agréablement malgré une american touch un peu trop connotée hard-FM US mais qui se laisse néanmoins déguster. Peu enclin à succomber aux charmes de ROB ZOMBIE malgré toute notre bonne volonté, nous préférons ceux de URIAH HEEP qui enflamment les seniors du festival (ceux-ci préférant laisser les juniors aux zombies…).

2014-06-16.jpg
Malencontreuse impasse sur la prestation d’ALTER BRIDGE pour préférer la compagnie d’ALICE COOPER. Mais c’est sur la bande-son des potes à Miles Kennedy que se déroulent les vingt bonnes minutes de rencontre-presse avec un Vincent Furnier qui se prête avec plaisir et sympathie à l’exercice. Hello Kitty! Mais qui avons-nous face à nous: Vincent Furnier ou Alice Cooper himself/herself…? Il brouille les pistes, le diablotin! D’emblée de jeu, ALICE COOPER de préciser qu’il a-do-re les festivals pour la simple et bonne raison que c’est toujours l’occasion pour lui de retrouver des potes parfois perdus de vue depuis longtemps. Comme ROB ZOMBIE qu’il considère comme son "fils le plus désobéissant qui soit" et qui sait que la place lui est toujours offerte sur scène – ce qui se confirmera effectivement en fin de concert avec son apparition pour le bouquet final.

A_Cooper_Sweden2014_redimens.JPG
Combien faudrait-il le payer (sic !) pour qu’il joue sur scène un morceau de l’album "Dada"? ALICE COOPER répond par un éclat de rire, précisant toutefois qu’une des seules fois où cela est arrivé c’était pour observer des mines médusées dans l’assistance, comme déconfites face à Former Lee Warmer. De conclure par conséquent qu’il ne peut décevoir son public qui vient principalement pour prendre son pied sur ses morceaux les plus connus, pas vraiment pour découvrir les autres. Soit. La pratique du golf demeure pour Vincent Furnier presque plus addictive qu’est la musique pour Alice Cooper, même s’il reste un musicien avant d’être un golfeur. Et puis, le golf c’est pour la journée; le rock’n’roll pour la soirée. De toute façon, ALICE COOPER n’aime pas le golf (sic). Adorable.

Alice_Cooper_SRF2014_1.jpg
Tandis que nous apprenons que "Dangerous Tonight" reste un de ses morceaux favoris (mais que le jouer sur scène s’avère trop compliqué de par la sophistication et la complexité de l’arrangement), le micro est tendu à une gamine de 5 ou 6 ans. Tout candidement, elle lui demande… sa couleur préférée. Sourire attendri d’Alice Cooper qui lui retourne immédiatement la question pour s’aligner ensuite sur le green qui en ressort, même s’il chuchote comme en aparté que c’est en fait le noir! Eclat de rire général dans une tente de presse pleine à craquer. Légende ou pas, l’histoire de sa rencontre avec Elvis Presley? Sa rencontre chez le King dans les années 70 n’est pas un mythe lorsque celui-ci lui tendit pour l’impressionner un Smith & Wesson .38 ("loaded", précise-t-il) qui trainait sur la table de la cuisine. Se remémorant la scène, ALICE COOPER se gausse: pas impressionné pour un sou ("I am from Detroit, you know!") son petit démon lui frappa l’épaule gauche en lui chuchotant "Tue-le!" tandis que son petit ange-gardien posé sur l’épaule droite lui susurrait: "Non, blesse-le uniquement!". En définitive, arme au poing, sa seule crainte fut qu’un garde du corps entre fortuitement dans la pièce et le dégomme pour protéger le King! Avant de prendre congé et comme pour nous mettre l’eau à la bouche, ALICE COOPER précise que le full show de ce soir comprend quelque chose comme 24 morceaux organisés en trois périodes. Fin de l’acte 1 – sortie enjouée d’Alice COOPER que nous retrouverons plus tard sur scène.

Alice_Cooper_SRF2014-2.jpg
Et de fait, cette fin de soirée voit le centre de la plaine drainer les 35.000 festivaliers accourus des autres scènes. Avec un show plus imposant encore que d’habitude, une mise en scène grandiloquente et comme porté par la foule, par la démesure des lieux ou par la douceur estivale d’une nuit claire, Alice Cooper offre avec ses 3 lead guitars un concert dantesque clôturé par un final d’anthologie. Avec une set list réservant quelques très belles surprises en cours de show ainsi qu’il l’expliquait tout à l’heure, il clôture son set en apothéose par un vibrant hommage aux vintages de son époque qui ne sont plus. Dans l’ordre, tribute aux Doors de Jim Morison tout d’abord – dont il apporte un copie de la pierre tombale sur scène… -, à John Lennon ensuite, puis à Jimi Hendrix et enfin à Keith Moon. Avec ces quatre reprises en bouquet final, il n’en faut pas plus pour achever un public déjà mis à genoux par un show parfait qui bouscule les habitudes. Impressionnant, vous demeurez vraiment impressionnant Monsieur Furnier.

Alice_Cooper_SRF2014_3.jpg
Rétrospectivement, ce concert est probablement le plus puissant, le plus abouti, le plus surprenant et le plus léché de tout le festival. La plus belle réussite du weekend. Cette conclusion est d’autant plus appréciable que nous ne pensions plus pouvoir encore être surpris par ALICE COOPER: réussir à nous prendre à contre-pied et à nous éblouir n’était pas gagné, mais Alice et Vincent l’ont fait… Rideaux.

SwedenRockFest2014_0052_redimens.JPG

–> A SUIVRE… TO BE CONTINUED… A SUIVRE

URIAH HEEP – Spirit of 66 @ Verviers – 15 décembre 2012

Uriah_Heep_15122012_0229.JPG
Entre la froideur de la RockhalURIAH HEEP jouait la veille et la touffeur du Spirit ce soir, il n’y a pas photo. Et d’ailleurs, la moiteur de cette étuve semble particulièrement ravir Bernie Shaw qui brandit au public une bonne (?) Jupiler en se félicitant d’être ce soir dans « le pays des meilleures bières au monde » (sic). En brandissant un produit estampillé AB-Inbev, il y a pourtant matière à gloser sérieusement, même si les goûts et les couleurs… Autre sujet de glosage potentiel, les 85 petites minutes seulement de ce concert sold out. Il est cependant vrai que si URIAH HEEP avait commencé dans les temps et non pas 35 minutes en retard, tout en terminant à la même heure, les Anglais nous auraient quand même gratifié d’un show de 120 minutes. Calcul idiot et sans fondement certes, mais bon. Sentant sans doute l’écurie en cette toute fin de tournée – au propre comme au figuré – URIAH HEEP ne dissimule pas son plaisir à la perspective de passer les fêtes de fin d’année au bercail. Mais ce n’est quand même pas une raison pour abréger votre démonstration de force, hein les gars non mais…!

Uriah_Heep_15122012_0001.JPG Uriah_Heep_15122012_0012.JPG Uriah_Heep_15122012_0013.JPG Uriah_Heep_15122012_0070.JPG Uriah_Heep_15122012_0018.JPG Uriah_Heep_15122012_0077.JPG Uriah_Heep_15122012_0080.JPG Uriah_Heep_15122012_0046.JPG Uriah_Heep_15122012_0078.JPG Uriah_Heep_15122012_0020.JPG Uriah_Heep_15122012_0082.JPG Uriah_Heep_15122012_0086.JPG Uriah_Heep_15122012_0093.JPG Uriah_Heep_15122012_0108.JPG Uriah_Heep_15122012_0026.JPG

Mick Box à la lead guitar, seul membre d’origine d’URIAH HEEP toujours au charbon depuis bientôt 45 ans, reste le seul survivant de cette époque sixties, unique rescapé de cette épique et glorieuse époque durant laquelle il a contribué à faire d’URIAH HEEP un des quatre maillons avec Led Zeppelin, Black Sabbath et Deep Purple de ce qu’on a appelé The Big Four et qui ont façonné l’histoire du r’n’r, tendance british steel. Reste maintenant au Spirit à faire venir les trois autres sur les planches : allez hop, au boulot Francis…!

Uriah_Heep_15122012_0007.JPG Uriah_Heep_15122012_0058.JPG Uriah_Heep_15122012_0135.JPG Uriah_Heep_15122012_0153.JPG Uriah_Heep_15122012_0170.JPG

Les harmonies vocales du HEEP restent intactes et toujours aussi superbes, marque de fabrique de la maison. Les cinq voix se fondent à merveille dans les mélodies puissamment soutenues par un clavier pour le moins omniprésent (et encombrant), et portées par une lead guitar qui se la dispute méchamment à une rythmique sans faille : en l’occurrence, un batteur qui doit avoir des ancêtres bûcherons écossais adeptes du piercing et des tattoos, et un bassiste (quasi) vintage outrageusement servi par un Ampeg qui donnerait même du coffre à un Biafra, c’est dire.

Uriah_Heep_15122012_0200.JPG
Une mention toute particulière également aux lead vocals de Bernie Shaw : avec sa bonne bouille de vieil archange déchu à qui l’on donnerait le Bon Dieu sans confession et Michelle Martin avec circonspection, il perpétue à merveille la longue tradition vocale du HEEP. Et la tradition, on sait ce que c’est au Spirit : ça se termine avec le band au grand complet qui se pointe fin de soirée dans le club en enjambant les caisses et tout le matos dont la scène a rarement regorgé en si grand nombre. Santé-bonheur, messieurs, encore une bien bonne avant la prochaine…!

Uriah_Heep_15122012_0137.JPG Uriah_Heep_15122012_0138.JPG Uriah_Heep_15122012_0159.JPG Uriah_Heep_15122012_0167.JPG Uriah_Heep_15122012_0178.JPG Uriah_Heep_15122012_0147.JPG Uriah_Heep_15122012_0176.JPG Uriah_Heep_15122012_0217.JPG Uriah_Heep_15122012_0183.JPG Uriah_Heep_15122012_0152.JPG Uriah_Heep_15122012_0210.JPG Uriah_Heep_15122012_0223.JPG

Ted NUGENT – 9 juin 2006 – Arrow Rock Festival – (featuring Deep Purple, Whitesnake, Status Quo, Blackfoot, Uriah Heep, Journey…)

Arrow_Nuge_2006_0048.JPG
The Nuge – 5 de 5 : Parti un peu tard, je me fais surprendre par les bouchons entravant les derniers kilomètres qui me séparent du site du festival implanté dans la campagne hollandaise de Lichtenvoorde. Le temps de passer par la zone VIP prendre possession de mon backstage pass, je n’arrive au pied de la scène principale que pour les dernières minutes du concert de BLACKFOOT. Shit, shit et shit : cela m’attriste réellement d’avoir raté l’essentiel de leur set, les gaillards occupant une grande place pour moi parmi les meilleures formations sudistes au même titre que Lynyrd Skynyrd, The Outlaws, Molly Hatchet ou 38 Special pour n’en citer que quelques-uns uns (photo 1). Etant déjà backstage au moment de la venue de Ted NUGENT sur le site, je taille une bavette avec son fils Toby qui prépare son arrivée… et qui se marre d’autant plus de ma mésaventure irlandaise de la veille que nous nous étions croisés plus d’une fois sur place ! Moi, je me marre en voyant les affaires de scène de son père qui sèchent au soleil après, je présume, un lavage de dernière minute ce jour : pompes et chapeau qui profitent comme nous de la clémence météo de Hollande… ! (photo 2). Rapides salutations avec Ted avant qu’il ne poursuive la conversation avec Greg T. Walker, fondateur de Blackfoot en 1969, sous l’œil amusé de son batteur Mick Brown à l’arrière-plan: ils semblent s’apprécier vraiment, les lascars, cool ! (photo 3). Que tout cela est de bon augure en regard du programme de la main stage (photo 4) !

1. Arrow_Nuge_2006_0004.JPG 2. Arrow_Nuge_2006_0005.JPG 3. Arrow_Nuge_2006_0007.JPG 4. Arrow_Nuge_2006_0031.JPG
Le moment venu pour Nugent de monter sur scène, je reste backstage durant toute la grosse heure quart que dure sa prestation : que rêver de mieux ? A ma droite les membres de BLACKFOOT (photo 5), de WHITESNAKE (Tommy Aldridge et Doug Aldrich derrière les guitares du Nuge – photo 6), à ma gauche ceux de URIAH HEEP (photo 7) et de STATUS QUO (photo 8). Et puis, c’est chouette de revoir Tommy Aldridge maintenant batteur de Whitesnake alors qu’il était derrière les fûts du Nuge lors de notre dernière conversation à Montréal en 2000: le monde est décidément petit dans le petit microcosme de la bonne musique !

5. Arrow_Nuge_2006_0029.JPG 6. Arrow_Nuge_2006_0012.JPG 7. Arrow_Nuge_2006_0016.JPG 8. Arrow_Nuge_2006_00051
Bref, que du beau monde autour de moi pour un concert du Nuge de très haute tenue : quelques dizaines de milliers de personnes doivent encore s’en souvenir ! Etant aux côtés de Marylin Brown (une des deux photographes officiels attitrés du Nuge) au moment où elle tire cette photo, c’est sans vergogne et tout à son honneur que je la garde en guise d’illustration – son grand angle donnant un meilleur résultat que mon simple objectif (gasp ! la seconde photo de ce blog qui n’est pas de moi…!).

Arrow_Nuge_2006_0046.jpg
Le show est de toute beauté et le Nuge est impressionnant, électrisé par les dizaines de milliers de spectateurs qui lui font face: ce n’est plus un duel, ce n’est plus un one-man-show, c’est tout simplement Noël en été, c’est Bizance en Hollande, c’est le nirvana sur terre… Bref – un show du Nuge comme les autres, ni plus ni moins finalement, pourquoi est-ce que je m’emballe de la sorte ?!

Arrow_Nuge_2006_0010.JPG Arrow_Nuge_2006_0045.JPG Arrow_Nuge_2006_0015.JPG Arrow_Nuge_2006_0014.JPG Arrow_Nuge_2006_0013.JPG Arrow_Nuge_2006_0011.JPG Arrow_Nuge_2006_0017.JPG Arrow_Nuge_2006_0018.JPG
Après un petit rafraîchissement pour le rappel, c’est avec Great White Buffalo que le Nuge termine – traditionnellement – sa prestation, arborant sa coiffe indienne avant de se précipiter backstage encadré par son fils. Photo de famille prise sur le vif, captée en pleine action: une de mes plus belles photos live pleine de spontanéité, de vérité, de simplicité, de vie – une photo tellement vraie et tellement nature. Father & Son: family spirit…

Arrow_Nuge_2006_0021.JPG
Le Nuge quitte les lieux un peu plus tard dans la soirée et repart comme il est arrivé. Après quelques derniers échanges et autre poignée de main, il pose pour une ultime photo au moment où il embarque dans la voiture qui est synonyme de fin de la tournée européenne, de fin de l’aventure, et de fin de l’histoire pour moi. Suite au prochain numéro. Ou plutôt lors de la prochaine tournée…

Et en l’attendant, un petit extrait vidéo…:
Fields_of_Rock_06.2006.MPG

Nuge-Arrow-2006 Arrow_Nuge Arrow_Nuge_2006_0002.JPG Arrow_Nuge_2006_0001 Arrow_Nuge_2006_0024.JPG
Flash-back sur la journée écoulée. Déambulant dans la zone VIP derrière les deux principales scènes, je croise un certain nombre de fois les membres de Blackfoot qui semblent passer leur journée comme moi, à prendre du bon temps, boire un coup et passer de scène en scène observer ceux qui partagent avec eux l’affiche du festival (photo A). Vraiment sympas et cools, ces mecs, vraiment ! La rythmique du Nuge, Mick Brown (photo B) et Barry Sparks taillent une bavette avec un des musicos de Whitesnake (photo C), ceux de Status Quo boivent un pot à l’ombre d’une tonnelle avec Uriah Heep, les membres de Journey s’entretienent avec ceux Blackfoot attablés (photo D); Vandenberg échange avec Whitesnake (photo E) et Doug Aldrich s’échauffe à la gratte avant de monter sur scène (photo F). David Coverdale s’en va se poudrer le nez (photo G) tandis que les roadies profitent d’un repos bien mérité .. sous la scène (photo H). Et moi au milieu de tout ce beau monde…

A Arrow_Nuge_2006_0059.JPG B Arrow_Nuge_2006_0009.JPG C Arrow_Nuge_2006_0022.JPG D Arrow_Nuge_2006_0023.JPG E Arrow_Nuge_2006_0040.JPG F Arrow_Nuge_2006_0058.JPG G Arrow_Nuge_2006_0038.JPG H Arrow_Nuge_2006_0025.JPG
Le set de Whitesnake est impressionnant, vécu backstage aux côtés notamment des membres de Status Quo et de Blackfoot toujours aussi intéressés par les prestations de leurs co-listiers. Vandenberg fera une apparition éclair en guest, le temps d’un ou de deux morceaux. L’anecdote du jour : la tonnelle de 2 m² de David Coverdale installée backstage en plein milieu du jeu de quille, au mitan de tout le matos de Deep Purple, équipée d’une commode et d’un matériel de maquillage à faire pâlir de jalousie Barbie elle-même ! Avant le rappel, David et ses compères se retirent backstage le temps de souffler quelques instants – quelques longs instants que David passe dans les bras de sa femme qui en profite pour lui refaire une retouche maquillage…

Arrow_Nuge_2006_0027.JPG

Arrow_Nuge_2006_0034.JPG Arrow_Nuge_2006_0028.JPG Arrow_Nuge_2006_0039.JPG Arrow_Nuge_2006_0030.JPG
Status Quo prend ensuite le relais sur la scène principale tandis que Journey puis Uriah Heep se relaient sur la seconde scène. L’anecdote Status Quo ? Je l’adore : durant le solo de batterie qui ponctue le concert, les guitaristes et bassiste se retirent backstage laissant toute la scène pour le seul batteur en train de taper sur ses fûts. Francis Rossi, venant se placer à côté de moi, en profite pour griller une rapide cigarette derrière les amplis et m’adresse un grand sourire en frottant sa joue du revers de la main, me signifiant ainsi dans un langage universel « La barbe ! » en me montrant d’un mouvement de tête son collègue en train de s’échiner à la batterie ! Humour anglais, sans doute. Excellent !

Arrow_Nuge_2006_0044.JPG

Arrow_Nuge_2006_0041.JPG Arrow_Nuge_2006_0043.JPG Arrow_Nuge_2006_0042.JPG Arrow_Nuge_2006_0032.JPG
Depuis le matin, le backstage est envahi par le matos de Deep Purple qui encombre le passage en prévision du concert qui clôture la journée. Le plus impressionnant est le clavier – pardon : les claviers – qui occupent une place non négligeable à côté de la batterie. Les autres valises, caisses et box marqués de l’effigie de tous les groupes de la journée – voire de l’un ou l’autre musicien en particulier – est un patchwork à l’esthétique particulière mais ô combien parlante pour qui sait où il est.

Arrow_Nuge_2006_0037.JPG Arrow_Nuge_2006_0026.JPG Arrow_Nuge_2006_0036.JPG Arrow_Nuge_2006_0033.JPG
Je quitte les lieux avant la fin du show de Deep Purple, non pas que mon backstage me gêne – que du contraire ! – mais les bouchons du matin me font dire que ce n’était que de la roupille de sansonnet à côté de ce qui se trame pour ce soir. Et puis, après tout, le Nuge est venu, il a vu, il a vaincu: à quoi bon rester plus longtemps…?!