Now online : The PIXIES + SLIPKNOT @ Festival Cabaret Vert – 18 août 2022

Voilà plus d’une semaine que nous attendons que le management de SLIPKNOT valide les (autres) clichés tirés depuis le pit-photo de la mainstage Zanzibar la si bien nommée. Tant pis, basta, on envoie la sauce plus bas, sinon des jours, des concerts et des festivals pourront peut-être encore s’écouler langoureusement en cette fin de haute-saison estivale avant que nous ayons le feu vert (ou orange voire rouge)…

Quant aux PIXIES, ils pourraient être tout simplement appréciables à leur juste valeur s’ils parlaient juste un peu, ne fût-ce que pour nous souhaiter un anodin « Bonsoir, Charleville ! » ou lancer à la cantonade un banal et éculé « How are you, Cabaret Vert !?« . Mais n’y pensez même pas. Quant à esquisser l’ombre d’un sourire fugace ou manifester le moindre signe extérieur de plaisir voire même de simple contentement, ce doit être mission totalement impossible pour le quatuor. Un conseil avisé, peut-être ? Changez de boulot, les gars, parce que quand on monte sur les planches avec un tel manque d’enthousiasme et de charisme, chaussé de godasses de plomb, il est grand temps de remiser son matos au grenier et d’aller élever des chèvres dans le Larzac.

Mais par bonheur, rien de tel que l’organisation parfaitement huilée et la pléthorique offre catering du Cabaret Vert pour compenser et se donner du baume au coeur en faisant bonne chère: bombance assurée en matières de liquides et de solides à très haute valeur ajoutée ! Le tout maintenant en ligne ci-dessous et comme toujours dans notre galerie de portraits

The PIXIES + SLIPKNOT @ Festival Le Cabaret Vert – Charleville, 18 août 2022

Est-il vraiment utile de revenir sur la piètre et lamentable prestation des PIXIES ? Tout a été dit et écrit ci-dessus. Nous étendre davantage sur le sujet serait de l’acharnement thérapeutique et ne serait à tout le moins pas à l’avantage de ce groupe dit légendaire : nous nous abstiendrons dès lors de tirer sur l’ambulance, déjà qu’elle est en piteux état léthargique.

Comme il est déjà loin l’excellent souvenir que The PIXIES nous avait laissé à Tokyo il y a quelques années déjà: ce n’est pas le tout d’être considéré comme groupe culte voire même légendaire, encore faut-il être à la hauteur de sa réputation. Ce soir, si le niveau de la cheville est atteint, c’est déjà cher payé…

SLIPKNOT clôture ce jeudi de Festival Cabaret Vert et, à l’instar de bien d’autres bands, les Américains misent un maximum sur leur visuel et sur leur mise en scène. Ce constat nous a toujours incité à la plus grande méfiance et à la prudence la plus acérée: sans mentir si votre ramage se rapporte à votre plumage vous êtes le phénix des hôtes de ce Cabaret Vert. Quand on n’a pas grand chose à dire, il est de circonstances d’enrober d’autant son verbe. C’est en substance ce à quoi nous fait immanquablement penser SLIPKNOT que nous découvrons live on stage – que cette première soit à notre charge ou à notre décharge.

La set-list souffre d’un manque flagrant de diversité – à moins que ce ne soit un best-of qui nous est offert ce soir, ce qui serait un constat aggravant et non pas une circonstance atténuante. SLIPKNOT n’a définitivement rien inventé, mais quantité d’autres bands de cet acabit ont l’intelligence de compenser la pauvreté de leurs compositions par un jeu qui sort manifestement de l’ordinaire ou par une présence scénique qui éblouit et éclabousse. SLIPKNOT, eux, se cachent derrière un masque du plus mauvais goût et du plus haut ridicule, comme pour être certains que personne ne les reconnaîtra – et c’est peut-être finalement bien mieux ainsi.

Un public chauffé à blanc comme une baraque à frites a cependant réservé aux Ricains un accueil particulièrement enthousiaste comme rarement rencontré. Leur nu-métal fait mouche auprès de la fan-base, le show est à l’avenant et maintient la pression sur toute la plaine de 24.000 festivaliers. Notre 1er SLIPKNOT valait assurément le déplacement en termes de prise de contact, mais en termes de contact le démarreur est resté bel et bien grippé. Il y a quand même du bon et du neuf dans SLIPKNOT, mais le neuf n’est pas bon et le bon n’est pas neuf.

Heureusement que nous avons tout les à-côtés (musicalement parlant)) du Cabaret Vert pour nous consoler de ces deux décevantes tête d’affiche du jeudi. Le festival retrouve la foule de ses grandes éditions précédentes, comme pour mieux faire encore un magistral pied-de-nez au covid19. Le développement durable, c’est pas juste un concept à la mode. C’est l’affaire de tous, et c’est l’âme du Cabaret Vert.

Le festival ne se serait jamais monté sans l’envie des organisateurs de sensibiliser le public à ces problématiques. Le Cabaret est un tout et on se la joue durable dans tous les compartiments du festival: la musique, le cinoche, la BD, les spectacles, la nourriture, la boisson, l’accueil, les intervenants, la gestion des déchets, de l’énergie, mais aussi le lien social, la consommation responsable, les circuits courts, l’entrepreneuriat social, le solidarité…

Cette année, tous les intervenants, les prestataires, les partenaires, les bénévoles du festival ont signé les Engagements du Cabaret durable, avec des objectifs à long terme et d’autres à atteindre dès cette année. Un véritable engagement concret, chiffrable, réel. Histoire que cet idéal ne soit pas que des mots jetés en l’air. On dit, on fait. Qu’est-ce qu’on construit ? Qu’est-ce qu’on va laisser ? Qu’est-ce qu’on peut apprendre les uns des autres ? Et comme en Ardennes on a du savoir-vivre, on se nourrit de tout ça sans se prendre la tête, et sans jouer les naïfs, en écoutant un bon concert et buvant une bonne bière, au vert.

Ici, on mange et on boit bien. Tout est organisé pour que les festivaliers puissent profiter d’une alimentation locale, de saison et de qualité. Le festival a mis en place une charte de restauration durable et contrôlée pour s’assurer que toutes ses parties prenantes soient alignées avec les valeurs du Cabaret Vert. De la maitrise de l’eau et de l’énergie à la réduction des déchets en passant par la mobilité douce et la lutte contre le gaspillage, l’objectif est de proposer une restauration vraiment durable.

Le Cabaret Vert peut garantir que 90% des produits proposés sur les stands proviennent de moins de 200km à la ronde: le festival favorise les restaurateurs ardennais et 70% des fournisseurs viennent du département. Les buvettes ne proposent aucune boisson sucrée issue de l’industrie agro-alimentaire. Ici la limonade artisanale et le pétillant de pomme règnent. La sélection d’une cinquantaine de bières proposées provient de brasseries artisanales des environs – merci Orval, merci Mortgat, merci Chimay, même si cet artisanat est tout relatif.

In fine, portés par une énergie collective et contagieuse, ce ne sont pas moins de 125 000 festivaliers qui ont rejoint pour 5 jours à Charleville-Mézières la grande famille du Cabaret Vert qui n’a toujours pas cédé aux sirènes des grands groupes. Indépendant mais loin d’être seul: 2300 bénévoles qui rendent tout cela possible depuis 2005, 500 partenaires, l’implication des riverains et habitants de Charleville-Mézières,… tous portent haut les valeurs du Cabaret: la nouveauté, la prise de risque, l’avant-garde à travers 5 scènes, 116 concerts, 75 auteurs BD, 31 heures de cinéma, 4 jours d’arts de la rue, 4 jours de débats, de plaidoyers, d’ateliers, de rencontres, de témoignages au sein du Do Tank l’IDéal, une nouvelle scène Zanzibar franchement monumentale, un nouvel écrin de verdure pour le Greenfloor entre Terre et Meuse, des espaces entièrement repensés et cerise sur le gâteau : un 5ème jour de fête ! Merci le Cabaret Vert !

** CABARET VERT ** alias « Festival Face B » – 28 août 2021 – Preview

Now online : retour aux affaires dans l’excitation du pit photo avec DIONYSOS sur la scène du Cabaret Vert – édition 2021 sous l’appellation Festival Face B – Still A-live. Une édition bien particulière, covid oblige, mais au charme, à la richesse, à la diversité et à l’intégrité culturelles qui font de ce fameux Cabaret l’ovni ardennais sans pareil dans le paysage des festivals. Un peu comme un certain village gaulois, peuplé cette fois d’irréductibles Ardennais pour l’occasion…

Le pari était immense pour les organisateurs: voir grand dans le contexte d’une rétractation généralisée. En raison d’un planning très serré (5 mois), d’un contexte sanitaire contraignant, malgré de nombreuses inconnues financières et réglementaires, le projet s’est construit et modifié en même temps qu’il se dévoilait, à la manière d’un spectacle dont ils auraient construit l’histoire et les décors à vue. Premiers clichés en primeur de ce pari réussi dans notre autre bien nommée GALERIE

CABARET VERT ** Festival Face B ** Still A-Live @ Charleville Mézières, 27 août 2021

Années après années, le Cabaret Vert demeure un OVNI dans le paysage des festivals. Et il reste également notre petit préféré dans ce créneau si particulier des rassemblements festifs multi-culturels. Covid oblige, l’édition 2020 annulée débouche sur une version 2021 passablement remaniée. On a réduit la voilure sans toutefois perdre l’âme et la spécificité du Cabaret Vert, rebaptisé pour l’occasion Face B. L’immense Square Bayard – que l’on découvre pour la première fois vide de ces dizaines milliers de spectateurs et visiteurs – a laissé place à La Macérienne toute voisine: usine désaffectée transformée en une espèce d’urbex artistique, où les sculptures côtoient les DJ et quantité d’autres expressions artistiques se disputent la place à d’autres formes d’art.

Chancre insolite, créatif et beau, la scénographie de ces espaces industriels permet de révéler la capacité de réinvention d’un espace ouvrier. Porté au sens propre par un collectif de bénévoles et d’artistes, la Macérienne en version Face B incarne la notion de résilience, si chère à notre époque… L’illustre bâtiment se transforme de la sorte en un lieu culturel éphémère durant 5 semaines avec un programme aussi intense que réjouissant : concerts, conférences, débats, cinéma, afterwork, expos, activités jeune public, rendez-vous citoyens, food & drinks.

La traditionnelle grande scène a quant à elle déserté le Square Bayard, et le public de se replier sur la seule scène, orpheline, de cette édition 2021 plantée non loin. La petite plaine fourmille de quantité de volontaires et de bénévoles – l’ADN de cet événement – qui désinfectent tables et bancs (pshit-pshit) au fur et à mesure que les quelques milliers de festivaliers s’assoient puis se relèvent pour ailleurs aller déambuler.

Les traditionnelles trappistes belges garnissent la carte des boissons, entre autres mets plus délicats les uns que les autres. Une façon de célébrer le bien vivre à l’ardennaise pour tous les goûts: les végétariens, les pro-barbacks, les allégés, les gourmands, les sans-alcools, les fêtards, les gastronomes, les petits budgets,… L’espace VIP-partenaires-médias installé dans ses murs habituels reste lui aussi un modèle du genre: quand on vous dit que le Cabaret Vert figure dans notre top-list.

Une édition 2021 bien particulière donc sous le signe du covid, avec une affiche tout aussi réduite que la voilure du festival. Pas d’alléchantes grosses têtes d’affiche internationales, la programmation faisant par conséquent la part belle aux nationaux, dont l’absence d’YZEULT annoncée le jour-même pour des raisons de santé. Le local de l’étape Ian CAULFIELD ouvre en fin d’après-midi les festivités sur un mode mineur, presque timide qu’il semble, avant de laisser le champ libre à un DIONYSOS bien en jambes.

Le Mathias prend tout le monde à contre-pied en lançant le show depuis le sommet de la tour de sonorisation, avant de fendre le public et rejoindre la scène via le pit-photo. Une heure trente d’un set bien tonique, alternant moments plus sobres et passages plus nerveux, avant de mettre la clé sous le paillasson au terme d’une prestation bien proprette – une intéressante première en ce qui nous concerne.

Cette programmation moins tonitruante donc que les précédentes, accueille également ce vendredi soir Benjamin BIOLAY. Prenant le relais de DIONYSOS à la nuit tombante, il délivre une prestation tantôt bien énergique, tantôt plus intimiste, déployant en tout état de cause un répertoire dont nous ne sommes ni familier ni particulièrement amateur. Nos clichés n’ayant jamais été validés par le management de l’artiste, nous les livrons finalement en stoemeling – puisqu’il doit en être ainsi. Qui ne dit mot consent…

Ne pas faire au rabais, ne pas se résigner, faire différemment, dans tous les cas s’adapter et par les soirs bleus d’été, quitter les sentiers battus. Les organisateurs ne voulaient pas d’un petit Cabaret mais bien une « Face B », une exploration à la fois d’un temps plus long, d’une jauge plus faible imposée par le contexte et d’un lieu, redessiné. Ces 4 jours de Still A-Live ont ainsi permis aux équipes de bénévoles de renouer avec le plaisir d’un accueil public réussi de 23.000 spectateurs au total. Nous avons quant à nous retrouvé l’osmose entre des artistes heureux de retrouver la scène et un public plein d’énergie vivant ensemble une expérience collective après une si longue traversée du désert durant tant, tant et tant de mois…

Patti SMITH – AIRBOURNE – FOALS – REDEMPTION – COCAINE PISS – … @ Festival CABARET VERT 2019, Charleville Mézières (jour 3)

Cabaret-Vert2019_PassPhoto.jpg
La Planète se réchauffe. L’Amazonie brûle. Et People Have The Power
Le Cabaret Vert va sans doute ériger une statue à notre égérie de toujours, Patti SMITH. Tandis que le G7 se tient à l’autre bout de l’Hexagone avec le préoccupant sujet de la sauvegarde de l’Amazonie au centre des débats, Patti SMITH balance la sauce et se fait l’étendard du combat mondialiste et durable que mène le Cabaret Vert depuis 14 ans. En reprenant Beds Are Burning (de Midnight Oil), ce n’est pas seulement un flèche de plus qu’elle décoche aux Grands de ce monde, mais à nous tous qui demeurons les bras croisés alors que nos lits sont en proie à un fatal incendie.

PattiSmith_CabaretVert2019_0014.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0063.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0071.JPG
PattiSmith_CabaretVert2019_0069.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0016.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0083.JPG

Mais pas une seule revendication de Patti SMITH, pas la moindre allusion, la garce: elle se la joue mine de rien, sachant que l’audience n’est pas dupe. Et pour l’ignare dans l’assistance qui n’aurait pas (encore) compris, d’enchaîner avec un splendide et poignant Mother Earth repris à son pote Neil YOUNG. Nous écrivions à son sujet il y a deux mois seulement, à l’issue de sa mémorable prestation d’Anvers, qu’il était probablement le dernier monstre sacré à parcourir encore les scènes de ce bas-monde monde. Neil YOUNG a son pendant féminin en la légendaire personne de Patti SMITH, dernière survivante d’une époque à jamais révolue, ultime témoignage vivant d’une ère qui a tout créé, qui a tout dit, qui a tout pensé, qui a tout initié, qui a tout engendré, qui a tout enfanté…

PattiSmith_CabaretVert2019_0119.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0126.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0041.JPG
PattiSmith_CabaretVert2019_0136.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0169.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0138.JPG

Après la violence des revendications de PROPHETS OF RAGE avant-hier sur la même scène face à de plus violentes injustices encore, le Cabaret Vert 2019 fait fort, très fort en amplifiant encore celle-ci avec la vindicte de Patti SMITH. Quel show, quel concert, quelle Dame: le concert assurément le plus poignant et le plus émotionnel de cette cuvée 2019. Le genre de show qui te prend aux tripes parce que tu sais que tu es face à un monument, face une légende, et que ce monstre sacré en impose encore rien que par sa présence à quelques mètres de toi, rien que par son charisme et son rayonnement qui irradient, qui te donnent la chaire de poule…

PattiSmith_CabaretVert2019_0194.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0150.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0215.JPG

Patti SMITH nous confie que la première fois qu’elle est venue ici se recueillir sur la tombe d’Arthur Rimbaud, c’était en 1973. Avant de finalement investir – au propre comme au figuré – les murs de sa demeure où elle revient régulièrement. Depuis, jamais elle n’avait imaginé jouer en ce lieu qu’elle affectionne particulièrement et où elle vient se recueillir années après années entre poésie, peinture et musique, avec toujours sa même dégaine de chaman punk, ou d’androgyne. The legend is still alive, and well.

PattiSmith_CabaretVert2019_0130.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0154.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0166.JPG PattiSmith_CabaretVert2019_0177.JPG

Lors de notre dernier face-à-face avec Patti SMITH à la Rockhal en 2016, nous avions tenté plusieurs fois de capter l’instant furtif où notre grand-mère préférée expédie de sa langue de maîtresse un de ses impressionnants mollards tout aussi légendaires sur les planches. Mais ce fut à nouveau peine perdue ce soir au Cabaret Vert, la traîtresse nous prenant chaque fois de vitesse. Anodin et décalé? Peut-être, mais tellement révélateur du puritanisme et du caractère aseptisé dans lequel nous confinons nos aînés, oubliant qu’ils ont tout fait bien avant nous, et qu’ils ne changent finalement pas plus que ceux qui restent dans le move, et qui ne sont pas devenus vieux avant même d’avoir été jeunes…

Airbourne_CabaretVert2019_0035.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0079.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0113.JPG
Airbourne_CabaretVert2019_0142.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0049.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0232.JPG

AIRBOURNE rend le soleil couchant plus rouge et plus chaud encore que la fournaise. Pour leur seconde venue au Cabaret (et pour notre nième AIRBOURNE en ce qui nous concerne), les Australiens ne seraient-ils pas en train de s’essouffler à force de nous balancer leurs shows à 200 à l’heure depuis tant d’années…? L’énergie brute est toujours bien là, explosive et imprévisible – au point que le bassiste s’étale royalement de tout son long sur la scène à force de l’arpenter au pas de course et se prenant les pieds dans le micro.

Airbourne_CabaretVert2019_0237.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0286.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0054.JPG
Airbourne_CabaretVert2019_0164.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0333.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0177.JPG

Mais les temps morts et autres moments de diversion dont le band semble (ab)user pour souffler quelques instants cassent le rythme d’une prestation qu’on a déjà connue beaucoup plus dense et soutenue. Les nouvelles compos passent bien la rampe, mais ne sont pas du tout servies par une sono à la hauteur, brouillonne et tout à fait indigne de l’énergie d’AIRBOURNE. En définitive, un AIRBOURNE simplement et passablement bon, mais sans doute à oublier.

Airbourne_CabaretVert2019_0341.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0189.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0355.JPG
Airbourne_CabaretVert2019_0192.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0368.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0379.JPG

A l’issue donc d’un one-woman show sans comparaison et tout bonnement mémorable et exceptionnel de la légende Patti SMITH, les English de FOALS peuvent débarquer – et même être mauvais (ce qu’ils sont): tout a été dit. Ite missa est. Non, soyons indulgent, correct et surtout honnête: FOALS n’est pas mauvais du tout, mais est simplement inconsistant et sonne creux. A fortiori après la prestation étincelante de Patti SMITH. Il y a de ces groupes et de ces prestations qui n’ont tout simplement pas la consistance nécessaire, qui n’ont pas assez de gras autour de l’os pour marquer les esprits ou remplir l’estomac. FOALS fait partie de ceux-là. Ce n’est pas de leur faute, chacun a ses limites, et même la plus belle femme ne peut donner que ce qu’elle a…

Airbourne_CabaretVert2019_0426.JPG FOALS_CabaretVert2019_0040.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0474.JPG

Mention toute spéciale à REDEMPTION, power-trio dans la plus droite lignée de ses maîtres à penser (regardez du côté des Ramones et de Motörhead). Fin d’après-midi, papa et ses deux fistons (Mat, 17 ans à la gratte et au chant, et Rod du haut de ses 11 ans à la batterie !) montent sur scène, et ils ont tout des grands. Tout ! Certainement le début d’une histoire très, très prometteuse quand on voit l’efficacité et surtout la maturité des deux gosses. Avec une voix qui impose et une rythmique hallucinante qui cogne, le padre peut être fier de ses rejetons qui n’ont pas dû être bercés avec des comptines. Longue vie à REDEMPTION !

Redemption_CabaretVert2019_0010.JPG CocainePiss_CabaretVert2019_0024.JPG Redemption_CabaretVert2019_0027.JPG

Terminer la soirée en compagnie de COCAINE PISS sur la Razorback Stage est une manière comme une autre de joindre l’utile à l’agréable. Quoique l’utilité reste discutable, et que le côté agréable ne soit pas le terme le plus adéquat non plus. Le calibre attribué à COCAINE PISS nous semble à nouveau surestimé, et leur manifeste succès continue de nous interpeller – mais soit.

CocainePiss_CabaretVert2019_0099.JPG
COCAINE PISS illustre la Belgian Connection qui a pris ses quartier au Cabaret Vert, en compagnie de quelques combos et formations en provenance de Liège et de Charleroi: le Cabaret reste fidèle aux produits belges, et ses brasseries (semi-) artisanales ne sont pas les moins représentatives sur la carte des aubettes du festival…

Airbourne_CabaretVert2019_0211.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0299.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0433.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0301.JPG

Now online : PROPHETS of RAGE + Patti SMITH + AIRBOURNE + FOALS + TWENTY ONE PILOTS + … @ Festival Cabaret Vert 2019

Une faction de choc de l‘Armée Zapatiste de Libération Nationale était sur les planches de la scène Zanzibar du Cabaret Vert – édition 2019.
Arm the Homeless ! Ou un jeudi de lutte populaire pas comme les autres dans les Ardennes françaises, avec pas moins qu’un diplômé en sciences politiques de Harvard à la manoeuvre…

ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0040.JPG
Tom MORELLO n’a rien perdu de sa verve et de sa superbe, menant tambour battant un PROPHETS OF RAGE comme au meilleur de RAGE AGAINST THE MACHINE. Now online… et en sus quelques clichés en primeur dans notre galerie. Et il n’y a pas que PATTI SMITH ou AIRBOURNE qui y tiennent la pose…

PattiSmith_CabaretVert2019_0150.JPG
Airbourne_CabaretVert2019_0391.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0396.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0397.JPG
Airbourne_CabaretVert2019_0398.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0399.JPG Airbourne_CabaretVert2019_0400.JPG

PROPHETS of RAGE – KNUCKLE HEAD – TWENTY ONE PILOTS – … @ Festival CABARET VERT 2019, Charleville-Mézières (jour 1)

Cabaret-Vert2019_PassPhoto.jpg
Chaque décennie, quelques albums emblématiques traduisent l’état de la société, marquent les esprits par leur empreinte ou sont le reflet d’une civilisation, d’une époque, d’un mouvement ou d’un courant. L’album éponyme de RAGE AGAINST THE MACHINE fait partie de ces quelques rares albums (et pochettes) qui ont imprimé leur marque indélébile sur toute une génération, sur toute une frange de la population, sur tout un pan de la société. RAGE AGAINST THE MACHINE, c’est un emblème, un symbole, une icône. Un état d’esprit.

ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0011.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0051.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0073.JPG
ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0098.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0016.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0114.JPG

RATM, c’est le Che Guevara du metal-fusion-rap-funk. Et toute la rage destructrice de PROPHETS of RAGE est contenue dans son cri primal, dans ses riffs, dans ses lignes de basse qui dénoncent l’injustice sociale et sociétale, l’exploitation du faible, l’oppression des minorités, les injustices du capitalisme. Dans les années ’90 et 2000, la lutte anti-impérialiste de Los Angeles à l’Afrique du Sud a(vait) un nom et un visage: RAGE AGAINST THE MACHINE

ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0103.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0288.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0248.JPG
ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0229.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0316.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0283.JPG

En réaction à la campagne présidentielle de Donald TRUMP, se (re)reforme en 2016 à Los Angeles PROHETS OF RAGE. Mené par Chuck D. de Public Enemy et B-Real de Cypress Hill, le groupe est complété par DJ Lord de Public Enemy également et surtout (surtout !) trois des quatre membres de RAGE AGAINST THE MACHINE : Tom Morello, Tim Commerford et Brad Wilk. Est-il possible de faire mieux dans le genre super-combo? C’est la grande classe internationale, qui ce soir nous balance ses titres les plus mythiques avant de nous asséner le coup de grâce avec son Killing in the Name. En live, l’effet est encore plus dévastateur que sur la galette qui l’a enfanté et qui avait en son temps retourné la planète.

ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0298.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0303.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0323.JPG
ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0325.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0330.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0345.JPG

RAGE a plein de chose à nous dire sur l’état de l’Amérique et du monde, et ils ne sont pas contents. Pas contents du tout. Ils ont la rage et nous la déversent avec violence sur la scène du Cabaret, prenant d’ailleurs fait et cause pour le combat des Gilets Jaunes. L’album RAGE AGAINST THE MACHINE nous avait à l’époque retourné, au tout début des nineties, tant le combat porté et mené par RATM n’avait laissé personne indifférent. Aujourd’hui sur scène, leur musique n’a pas pris une ride. Pire: la violence de leurs dénonciations et leur combat pour une plus grande justice sociale n’ont jamais été d’une si tragique actualité: racisme, capitalisme et mondialisation connaissent leur public enemy: PROPHETS OF RAGE.

ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0002.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0031.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0040__2_.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0054.JPG
ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0057.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0305.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0193.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0163.JPG

Tous les bands ne peuvent pas se targuer d’avoir comme leader un guitariste diplômé en sciences politiques de Harvard qui déboule sur scène le poing serré, brandi haut en l’air: le ton est donné avant même le premier riff. Aaaaah, Morello et ses légendaires interludes de scratching, ses solos tour à tour funkys et frénétiques quand pas carrément speed metal. Le phrasé rap incisif originel de de la Rocha est fidèlement rendu par les deux transfuges de Public Ennemy et de Cypress Hill. Quant au funk-jazz-fusion de la basse de Commerford, il se (con)fond avec la rythmique funk et puissante partagée avec Wilk à la batterie. Géant, et non sans nous rappeler le souvenir d’un concert unique d’AUDIOSLAVE avec ces mêmes gaillards encadrant à l’époque feu Cris Cornell. Un monument. Des légendes. Clap final.

ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0213.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0252.JPG ProphetsOfRage_CaberetVert2019_0020.JPG

Sur la scène Razorback, KNUCKLE HEAD nous plonge dans les grandes plaines de l’Ouest, nous immerge dans les marécages du Deep South, Les grosses mécaniques, le cambouis, le soleil qui tape dur sur le crâne en pleine sieste sur une chaise à bascule grinçante. Pas de doute, c’est l’Amérique. Les Etats-Unis d’Alsace, même, avec ces deux compères tombés dans la marmite d’un blues rock déjanté, et d’ailleurs plus électrique, plus méchant, plus graisseux et plus sexy que bluesy. On adore. Tout l’antithèse de TWENTY ONE PILOTS

KnuckleHead_CabaretVert2019_0045.JPG KnuckleHead_CabaretVert2019_0052.JPG CocainePiss_CabaretVert2019_0075.JPG FOALS_CabaretVert2019_0008.JPG

TWENTY ONE PILOTS précisément – ou un pop-rock ultra-léger tout ce qu’il y a de plus mainstream. On ne connaissait pas vraiment, mais en pénétrant dans le pit-photo, on a de suite compris à la seule vue de toutes ces jeunes filles se pressant contre les barrières du front-stage. A leurs cris stridents coïncidant avec l’entrée en scène du duo from Ohio, le petit doute (ou plutôt le petit espoir) qui subsistait en nous s’envole bien vite, loin, très très loin…

TwentyOnePilots_CabaretVert2019_0014.JPG TwentyOnePilots_CabaretVert2019_0025.JPG TwentyOnePilots_CabaretVert2019_0037.JPG
TwentyOnePilots_CabaretVert2019_0026.JPG TwentyOnePilots_CabaretVert2019_0046.JPG TwentyOnePilots_CabaretVert2019_0062.JPG

Mais c’est ça aussi, l’adorable et le légendaire éclectisme qu’offre année après année l’affiche du CABARET VERT

TwentyOnePilots_CabaretVert2019_0067.JPG

Le CABARET VERT 2018 – Freeride Music en Ardennes !

PhotoPass_CabaretVert_2018.jpg
A tous saigneurs, tout honneur: dans le joyeux bordel de l’ambiance des arts qui se mélangent, qui s’entre-croisent et qui s’hermaphroditent au Cabaret Vert, le pseudo punk numérique de SHAKA PONK fait partie des valeurs sûres en ce 25 août 2018. De nos valeurs sûres, tant il y en a ici.

ShakaPonk_CabaretVert2018_0038.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0066.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0054.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0069.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0160.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0078.JPG

De retour cette année avec The MonkAdelic Tour, le live demeure spectaculaire, tout en performances technologiques et scéniques. Bien que SHAKA PONK soit proche des convictions du Cabaret Vert en matière de développement durable, on ne calculera cependant pas l’empreinte écologique du show. Et quel show…!

ShakaPonk_CabaretVert2018_0209.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0179.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0215.JPG
ShakaPonk_CabaretVert2018_0113.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0134.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0234.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0230.JPG

Avec le punk-rock saignant de POGO CAR CRASH CONTROL qui ouvre plus tôt dans la journée les hostilités sur la grande scène, on peut se demander s’il y a un pilote dans le gros son. Rien qu’avec le nom, on a compris que ça allait être brutal. Un peu comme être passager du bus de Speed à l’approche d’un embouteillage. On ne sait pas si les gars ont passé leur permis, mais ce qui est sûr, c’est que leur punk garage sauvage chanté en français est parfaitement contrôlé, complètement dingo et que c’est un de nos coups de coeur du festival.

PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0006.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0078.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0039.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0089.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0008.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0150.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0179.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0198.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0009.JPG

Cerise sur le gâteau, ce n’est pas une mais deux prestations de POGO CAR CRASH CONTROL que les programmateurs nous réservent. Une première en début d’affiche sous le soleil de la mainstage du festival, et une seconde en soirée sur la minuscule scène Razorback dans un décor à la Mad Max orné d’affiches r’n’r vintage qui, la nuit tombée, vaut à lui seul le déplacement.

PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0027.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0090.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0073.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0228.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0029.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0096.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0141.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert_2018.jpg PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0042.JPG

POGO CAR CRASH CONTROL, c’est un peu le cheveu dans la soupe de la programmation 2018 du Cabaret Vert. C’est aussi le cheveu sur la langue, celui qui a le charme qui dénote dans l’univers parfois trop mainstream des gens propres sur eux et qui articulent distinctement…

PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0036.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0119.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0210.JPG PogoCarCrashControl_CabaretVert2018_0124.JPG

A mille lieues des insipides, inodores, incolores et inoffensifs dandys versaillais de PHOENIX, trop doux et trop légers (… trop NRJ pour situer), et bien loin du décevant post-punk soit-disant corrosif de PROTOMARTYR pourtant direct from Detroit, les locaux de BLONDSTONE décoiffent, prêts à t’abattre comme un viel arbre à coup de stoner rock, faisant renaître la grande scène US des années 90.

Blondstone_CabertVert2018_0024.JPG Blondstone_CabertVert2018_0054.JPG Blondstone_CabertVert2018_0066.JPG Blondstone_CabertVert2018_0067.JPG Blondstone_CabertVert2018_0096.JPG Blondstone_CabertVert2018_0105.JPG

A l’instar de POGO CAR CRASH CONTROL programmés eux aussi en début de journée, le bonheur anodin des festivals réside bien dans la satisfaction de toutes ces découvertes. De véritables pépites se dissimulent parfois dans l’anonymat d’une programmation éclectique comme l’est celle du Cabaret Vert, et BLONDSTONE est de celles-là.

Blondstone_CabaretVert2018.jpg
On s’attendait à un gros carnage d’IDLES. Ce fut au contraire une grosse déception: pas de murs de guitares, et un chant plus faux (horriblement faux !) que hargneux… Décevant. Tout le contraire du contry-rock des jeunots de THE NUDE PARTY: arrivant du fin fond de leur Caroline du Nord, mauvais gars à leurs débuts, ils nous replongent dans une époque old school, tout à la cool, avec un rock nuancé de country, entre cow-boys et 60’s. Ambiance garantie !

CabaretVers2018.jpg
RON GALLO et son gros rock low-fi, bien garage, qui gratte et qui est gras comme un hot dog (parait-il) ne nous transcende pas. Tout comme MOANING, référence en matière de post-punk et de noise sur un flot de guitare qui chialle et une batterie qui bombarde: ça c’était sur papier…

Cabaret-Vert-2018.jpg
ARCHIE & THE BUNKERS arrivent de Cleveland avec leur son garage punk: mais on est très (trop) sage quand on a 17 ans, et sans guitare ni basse (juste une batterie et un clavier Rhodes !). Décidément, le Cabaret Vert sort vraiment de l’ordinaire, au point de nous faire préférer la programmation de tous ces bands français aux groupes venus direct from USA: ça, franchement, faut l’ faire, nom d’un Ardennais ! Rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles découvertes…

Cabaret_Vert_2018.jpg

Now online : the one & only one CABARET VERT 2018 !

Maintenant en ligne, celui qui reste notre préféré de tous les festivals : le CABARET VERT – Freeride music dans les Ardennes !
Si nous ne devions assister qu’à un seul festival, l’événement estival ardennais reste l’incontournable rassemblement qui allie musique, gastronomie, zithologie, arts de la rue, BD, cinéma,… le tout sous le leïtmotiv non-négociable du développement durable. Avec la qualité de son accueil, avec son bien manger et son bien boire, ce 14ème Cabaret Vert perpétue ce concept unique à mettre à l’actif de son organisateur, le Front de Libération des Ardennes Profondes (l’association FLAP).

Cabaret-Vert-2018.jpg
Une ambiance et une atmosphère comme nulle part ailleurs. 94.000 festivaliers, et un festival-événement que nous devrions plutôt qualifier de grande orgie multi-sensorielle durable. Cerise sur la gâteau de ce samedi 25 août 2018: SHAKA PONK qui remplace – avantageusement – au pied levé un certain Booba (merci Booba ).

ShakaPonk_CabaretVert2018_0215.JPG
Full report, review & live footages now online !

KORN – The KILLS – TURBONEGRO – … @ Cabaret Vert 2017

CabaretVert2017Passbis.jpg
On remarque avec horreur que les années défilent quand on réalise qu’il y a tip-top un an, nous étions au même endroit à la même heure. Et c’était d’ailleurs également le cas il y a deux ans, trois ans, quatre ans, cinq ans… Tempus Fugit. L’édition 2017 du CABARET VERT est plus "Ardennes Sidérales" que jamais avec un total sold out qui a de quoi réjouir 100.000 heureux et décevoir un peu moins de malheureux probablement…

TheKills_CabaretVert2017.jpg
L’éco-festival CABARET VERT Rock & Territoire confirme à nouveau qu’il est notre festival pré-fé-ré de tous les festivals, car il confirme plus encore son côté original et unique. La tête dans les étoiles, les pieds dans les Ardennes. Le développement durable en actions. Un festival accueillant et bienveillant qui réconcilie économie locale, qualité de vie et respect de l’environnement. Une restauration durable avec des produits authentiques made in Ardennes et (un peu) au-delà n’en est qu’une des spécificités.

Turbonegro_CabaretVert2017_0013.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0169.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0207.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0220.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0248.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0281.JPG

Le CABARET VERT, c’est un projet de territoire et un festival éco-responsable. C’est un village associatif mais aussi un festival pluridisciplinaire: musique, BD, arts de rue, programmation cinéma, cabaret, jeux et théâtre de rue, spectacles de marionnettes, expositions, bonimenteurs et fakirs… Le CABARET VERT, c’est un monde à part, vers l’infini et au delà. Un festival en apesanteur. Un des derniers festival associatifs autour duquel gravitent 2.000 bénévoles enragés et dévoués…

Korn_CabaretVert2017_0005.JPG Korn_CabaretVert2017_0009.JPG Korn_CabaretVert2017_0070.JPG Korn_CabaretVert2017_0135.JPG Korn_CabaretVert2017_0151.JPG Korn_CabaretVert2017_0154.JPG

Le CABARET VERT, c’est aussi 41 bières différentes, brassées à moins de 200 bornes et toujours avec ce principe d’éviter les produits issus des grands groupes de l’agro-alimentaire. C’est 35 stands de restauration (et même un marché de producteurs) pour plus de 100 plats différents, 12 buvettes pour plus de 80 boissons différentes. Bref, de quoi ravir tant les oreilles que l’estomac et les papilles pendant les 4 jours de festival.

TheKills_CabaretVert2017_0124.JPG TheKills_CabaretVert2017_0137.JPG TheKills_CabaretVert2017_0143.JPG TheKills_CabaretVert2017_0211.JPG TheKills_CabaretVert2017_0034.JPG TheKills_CabaretVert2017_0218.JPG TheKills_CabaretVert2017_0147.JPG TheKills_CabaretVert2017_0261.JPG TheKills_CabaretVert2017_0147.JPG

Le credo ? Privilégier les circuits courts, les micro-brasseries, ou plus grandes, mais familiales et indépendantes. Mais le Cabaret Vert, c’est encore 120 poubelles de tri sélectif, c’est plus de 2.000 et 44 associations impliquées dans l’organisation. C’est aussi 15 centres de tri. C’est un festival économiquement viable, socialement acceptable et écologiquement responsable sur un site exceptionnel.

Turbonegro_CabaretVert2017_0071.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0150.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0241.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0203.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0200.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0080.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0162.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0201.JPG

Le développement durable, c’est une approche éco-responsable qui englobe tous les aspects du Cabaret Vert. La démarche est bienveillante, pas de moralisation. Chacun doit être volontaire. La déco, la restauration, l’accueil du public, les transports… Tout est pensé: quelle matière ? Quel prix? D’où ça vient ?

TheKills_CabaretVert2017_0011.JPG TheKills_CabaretVert2017_0055.JPG TheKills_CabaretVert2017_0046.JPG TheKills_CabaretVert2017_0061.JPG TheKills_CabaretVert2017_0013.JPG TheKills_CabaretVert2017_0039.JPG TheKills_CabaretVert2017_0101.JPG TheKills_CabaretVert2017_0119.JPG TheKills_CabaretVert2017_0065.JPG TheKills_CabaretVert2017_0118.JPG TheKills_CabaretVert2017_0273.JPG TheKills_CabaretVert2017_0247.JPG

Un public bichonné, devant et à côté des concerts, des espaces pour la fête et la danse bien sûr, mais aussi un soin tout particulier donné à tout ce qui entoure la musique. Si on vient au Cabaret Vert, c’est pour le Cabaret Vert: c’est tout un univers, pas un simple empilage de concerts. L’affiche est comme chaque année pour le moins éclectique, pour brasser large et peut-être parfois trop large… The KILLS m’a tuer, avec un dirty sexy rock aussi sauvage que sensuel – ou comment rester classe et sexy sur des riffs garage bien bruts et féroces. Sexy, sauvage et racé. Nerveux, sensuel et élégant: le duo de choc nous a décoiffé…

TheKills_CabaretVert2017_0083.JPG TheKills_CabaretVert2017_0148.JPG TheKills_CabaretVert2017_0154.JPG TheKills_CabaretVert2017_0158.JPG TheKills_CabaretVert2017_0210.JPG TheKills_CabaretVert2017_0099.JPG TheKills_CabaretVert2017_0225.JPG TheKills_CabaretVert2017_0239.JPG

Quant au death punk auto-proclamé de TURBONEGRO, il nous a carrément foutu la râââclée, même si l’on préfère quant à nous parler de heavy glam. Mi- Horror Picture Show, mi-Village People survitaminé, cuir, tatouages, glam, gros riffs, bordel sur scène, ça défouraille solide; c’est hargneux, c’est drôle, c’est cynique et très mélodique à la fois. Et vulgaire comme on l’aime avec "Rendes-vous with Anus", Blow Me, I Get Erection, ou encore Fuck the World où les gestuelles accompagnent mhmmmm les explicit lyrics.

Turbonegro-CabaretVert-2017.jpg Turbonegro_CabaretVert2017_0223.JPG Turbonegro_CabaretVert2017.jpg

Haranguant l’audience, la titillant, la provoquant et l’invectivant, tentant de pousser les Macronistes et les Le Penistes à en découdre, TURBONEGRO joue la provoc en associant rythme des Ramones et look Village People: explosif. Jouissif…

Turbonegro_CabaretVert2017_0212.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0236.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0173.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0243.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0246.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0252.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0262.JPG Turbonegro_CabaretVert2017_0253.JPG

Pas facile pour KORN de prendre la relève après ces deux moments de bravoure. Et l’on ose dire que leur nu metal n’a pas la finesse de TURBONEGRO ni le sex-appeal de The KILLS. Si les Américains ont la puissance pure et le groove pour eux, s’ils bucheronnent comme des grizzlis, ça manque néanmoins de piment et de charme. Comme un gros diamant brut de décoffrage exposé à côté d’une pièce ciselée et d’une perle lustrée…

Korn_CabaretVert2017_0157.JPG Korn_CabaretVert2017_0155.JPG Korn_CabaretVert2017_0162.JPG Korn_CabaretVert2017_0176.JPG Korn_CabaretVert2017_0269.JPG Korn_CabaretVert2017_0182.JPG
Korn_CabaretVert2017.jpg
Pour terminer ce tour d’horizon du seul vendredi, PARQUET COURTS n’a guère de relief et manque de consistance quand on sait ce qui nous attend par après sur la mainstage. Comme trop gentils et trop proprets qu’ils sont. Mais ce qui n’est encore rien à côté de la naïve et gentille JAIN programmée entre The KILLS et KORN, rien que cela. Programmation incompréhensible pour qui n’a jamais mis les pieds en Ardennes Sidérales. Mais ça se passe comme ça au CABARET VERT et c’est pour ça qu’on y vient, qu’on y revient, et qu’on n’en revient toujours pas.

Korn_CabaretVert2017_0021.JPG Korn_CabaretVert2017_0099.JPG Korn_CabaretVert2017_0114.JPG Korn_CabaretVert2017_0210.JPG