GRASPOP Metal Meeting : w/ BLACK SABBATH, Zakk WYLDE, MEGADETH, MOONSPELL, etc. – Dessel, 17 juin 2016 (Day 1)

Graspop-2016_tix.JPG
Hormis son orifice nasale, la commissure de ces lèvres et quelques parcelles d’yeux sombres (au nombre de deux, nous le confirmons), bien malin qui peut savoir qui se dissimule sous les systèmes pileux et capillaire du dernier homme des cavernes du r’n’r circus…

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Temporairement orphelin du Black Label Society provisoirement délaissé, la prestation de son leader Zakk WYLDE se confirme néanmoins riche à souhait, dense et intense, ponctuée d’envolées d’arpèges à 6 cordes mais aussi de gammes d’ébène et d’ivoire.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES
La voix rauque de WYLDE, toujours aussi impressionnante et volumineuse, semble ne pas pouvoir se contenter de tout le cubage du Metal Dome pour exprimer sa pleine puissance. Alliée à un jeu de guitare aérien qui lui sied à souhait, le tout confère à l’ensemble une profondeur abyssale qu’aucun formole ne pourra jamais conserver – magie de l’éphémère présent qui agit comme si c’était à chaque coup la première fois….

Graspop-2016_0210.JPG Graspop-2016_0176.JPG Graspop-2016_0156.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES

Zakk_Wylde_Graspop2016.jpg
La tournée finale de BLACK SABBATH fait escale au Graspop où les godfathers du heavy metal font leurs adieux définitifs (?) aux métallos du Bénélux. Pour l’occasion, les deux mainstages arborent en leur sommet un drapeau belge, c’est dire si cet événement aussi international qu’historique est appelé à s’inscrire dans l’Histoire. Mais avant cette apothéose en guise de dessert à l’issue d’une journée de festin bien remplie, quelques consistants plats de résistance agrémentent un après-midi surprenamment sec, ô surprise.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les punks californiens de BAD RELIGION nous offrent une rafraichissante et ô combien tonique cure je jouvence sur la mainstage 1 avant de laisser ensuite place nette à HEAVEN SHALL BURN sur la seconde mainstage. Moshpit, pitcircle et autres death walls sont un des signes tangibles de la monstruosité destructrice et de la force de frappe du deathcore allemand que d’aucuns qualifient de mélodique (???). Une version teutonne et survitaminée d’Hatebreed qui ferait presque passer les Américains pour une chorale d’enfants de choeur ou pour un orchestre de petite musique de chambre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES
MOONSPELL prend le relais sur la scène de l’immense marquee et nous gratifie de la (bonne) surprise du jour: Un death/black metal efficace, propre et sans gimmick ni chichi, surfant parfois sur la vague du gothique mais sans jamais sombrer dans ses ridicules travers musicaux ni clichés grand-guignolesques éculés. Les Portugais sont à ce point intéressants qu’ils nous font faire l’impasse sur FOREIGNER qui, sur papier du moins, fait presqu’office de cheveu dans la soupe sur l’affiche de cette première journée de Graspop.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La prestation creuse et sans intérêt aucun de DISTURBED sur la mainstage n°2 n’a d’égale que le caractère affligeant et pathétique de celle de MEGADETH qui monte ensuite à l’abordage des planches de la mainstage n°1. La bande à Mustaine confirme définitivement son ADN insipide, inodore, incolore et totalement surfait qu’on lui connaissait déjà. Ce vacuum musical est à ce point morne et mortifère qu’il déteint même sur une foule qui s’assoupit au son monotone et soporifique d’un électrocardiogramme aussi désespérément plat que celui d’un canal qui se serait pendu dans ce tout aussi plat pays qui nous accueille.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est à se demander comment MEGADETH peut encore se targuer de figurer à la une d’une certaine presse et de briguer le haut de l’affiche de tels festivals. La messe noire de DARK FUNERAL qui officie ensuite dans le marquee porte admirablement et bruyamment bien son nom, mais nous optons néanmoins pour une autre cérémonie dans le metal dome avec le grand-prêtre Zakk WYLDE en chasuble de jeans bien planté derrière son autel (voir ci-avant).

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un joyeux et virulent instantané de viking metal estampillé AMON AMARTH nous prépare sur la mainstage 2 pour le dernier plat de résistance de la journée, made in Birmingham. C’est d’ailleurs dans leur fief anglais que les maîtres des forges termineront début 2017 cette tournée mondiale d’adieu qui fait escale ce jour en Belgique. Ce très probable dernier show de BLACK SABBATH à notre compteur est le septième du nom, dont deux "seulement" avec le line-up originel. Le premier remonte à 18 années déjà, sur la présente mainstage de la plaine de Dessel à l’occasion de l’édition 1998 du Graspop. Bill Ward officiait encore aux drums, et nous gardons encore intact le souvenir d’un Ozzy exhibant son postérieur à la foule, prenant délicatement soin d’écarter avec classe et distinction les joues rebondies de ses deux fesses pour en dévoiler leur plus intime orifice….

Sabbath_Sweden2014_0049.JPG Sabbath_Sweden2014_0048.JPG Sabbath_Sweden2014_0044.JPG

Ce 7ème show du Sabbath à notre actif est parfait et sans surprise, mais n’égale cependant pas notre top du genre il y a 3 ans déjà à Amsterdam. C’est d’ailleurs sans compter les précédentes démonstrations de force du band à géométrie provisoirement variable sous les appellations Heaven & Hell ou autres Ozzy Osbourne’s Band qui ont égayé ces dernières décennies…

Black_Sabbath_Grapop_Bill_2016.JPG
Ozzy est dans une forme sobre et posée, et aucune fausse note (au propre comme au figuré) n’est à mettre à son passif; Geezer se révèle toujours proportionnellement aussi discret que son jeu demeure littéralement impressionnant; Tony-la-classe se la joue comme à son habitude sans esbroufe ni vague mais avec la puissance d’un tsunami. Clufetos aux drums en est presque le trublion de service, à l’image d’un ado refoulant néanmoins sa crise pour ne pas déchaîner l’ire de ses parents.

Sabbath_Sweden2014_0069.JPG
Le SABBATH fait montre de la maturité et de la classe de celui qui n’a plus rien à prouver, et c’en est d’autant plus éclaboussant de propreté et percutant de naturel. N’en demeure pas moins étrange qu’aucun extrait de leur dernier et ultime album "13" ne figure sur la set list, alors qu’on aurait pu penser qu’aurait été davantage célébrée cette oeuvre (presque) posthume. Une place d’honneur est ainsi réservée aux classiques historiques du band en guise d’adieu définitif. Le Sabb’ tire sa révérence de la meilleure façon qui soit à l’issue de LA prestation parfaite qui remet toutes les pendules à l’heure pour qui aurait enterré trop vite la référence ultime en matière de métallurgie lourde: This is the end

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Alors que le bon peuple quitte la plaine de Dessel repu et satisfait, KING DIAMOND fait office de bande sonore à ce siphon de baignoire et réussit parfaitement sa mission probablement implicite: celle de faire fuir un maximum de monde en un minimum de temps. Mission accomplie pour ces bouseux carnavalesques, à la fois pâle et affligeante copie visuelle d’Alice Cooper et piètre bouillie musicale sans nom ni raison d’être. On est au milieu de la nuit, et le cover MOTORBLAST sur la scène du metal dome ne parvient qu’à raviver le souvenir douloureux d’un Lemmy qui laisse décidément tout le monde orphelin ici…

Graspop_2016_bill.jpg SAMSUNG CAMERA PICTURES Graspop_2016_baneer.jpg

Now online : GRASPOP METAL MEETING 2016

Maintenant en ligne, l’édition 2016 du GRASPOP METAL MEETING avec e.a. BLACK SABBATH

Graspop_2016_tix.JPG
SAMSUNG CAMERA PICTURES Sabbath_Sweden2014_0069.JPG

FIELDS of ROCK – Juin 07 – Biddinghuizen (Holl.)

Fields_20070001.jpg
La voiture bien remplie – surtout le coffre – nous partons pour un weekend bien rock’n’rollesque chez nos amis les Kaas, à l’occasion d’un festival à l’affiche de toute beauté. Enfin, façon de parler s’il est question d’esthétique au sens propre du terme, mais voyez plutôt:

Fields_2007_0004.jpg Fields_20070002.jpg Fields_20070003.jpg Fields_2007_0005.JPG

Arrivés samedi tout début d’aprèm pour la prestation de PAPA ROACH, nous enchaînons avec FASTWAY (le band de Fast Eddie Clarck, guitariste originel de Motorhead – photos plus bas) puis DUBLIN DEATH PATROL. Le site est grand, vaste et aéré. On se surprend même à reconnaître l’une ou l’autre tête croisée lors de l’édition d’il y a 2 ans – en l’occurrence un monstre de passé deux mètres de haut et autant de large, qui nous avait déjà impressionnés à l’époque : quand on dit que le monde est petit – façon de parler toujours, et a fortiori chez les Nolus.
Fields_2007_Fastway.JPG
Fields_Fastway_2007_0002.JPG Fields_Fastway_2007_0001.JPG Fields_Fastway_2007_0003.JPG Fields_Fastway_2007_0004.JPG
Le premier gros morceau de la journée s’annonce sur la main stage : HEAVEN & HELL, ou Black Sabbath sans Ozzy, époque Ronnie James Dio, avec donc notre lutin préféré aux vocals qui revisite avec ces compères les trois albums durant lesquels il fut membre à part entière du Sabbath. Grand moment, grand concert, prestation de toute beauté – le couple Tonny / Ronnie jouant la paire à merveille : quelle intensité, quelle classe, quelle complicité, quelle rythmique. Et quelle voix ! Vinny Appice aux drums se remémore-t-il comme moi le duel d’anthologie avec son frère Carmine au Spirit of 66 il y a quelques temps…?

Fields_Heaven_2007_0002.JPG
Fields_Heaven_2007_0001.JPG Fields_Heaven_2007_0003.JPG Fields_Heaven_2007_0005.JPG Fields_Heaven_2007_0004.JPG

SLAYER nous en met ensuite plein la vue – ou plutôt plein les oreilles : impressionnant certes, même si pas vraiment ma tasse de thé. Les deux autres scènes continuent de produire pas mal de décibels également, et c’est avec IRON MAIDEN sur la main stage que se clôture cette première journée. Je n’ai jamais vu le Maiden sur scène ni jamais vraiment réellement apprécié leur production, même du temps de leur grandeur et de leur splendeur. Il n’empêche que les voir enchaîner live leurs classiques ne me laisse pas indifférent. A une nuance près : leur accoutrement, leurs fringues, leurs mimiques, leur attitude, leur jeu de scène n’a pas évolué d’un iota depuis les années ’80 me semble-t-il ! Quelque peu folklorique dès lors, voire plutôt pathétique ou même triste dans une certaine mesure. Back to the future, les gars, back to the future !

Fields_Slayer_2007_0003.JPG
Fields_Slayer_2007_0002.JPG Fields_Slayer_2007_0001.JPG Fields_Iron_2007_0002.JPG Fields_Iron_2007_0001.JPG
Nous rejoignons notre hôtel distant d’une vingtaine de kilomètres pour y passer une nuit réparatrice après y avoir fermé le bar en prévision d’une seconde journée haute en couleurs. Ma première claque de la journée s’appelle BLACK LABEL SOCIETY que je découvre avec un Zakk Wilde qui me laisse tout bonnement sur mon cul : superbe surprise pour cette mise en jambe à l’heure de l’apéro, superbe ! (photo 1 plus bas). MEGADETH me laisse tout à fait indifférent ou presque, le temps d’aller jeter un œil sur les autres scènes à l’affiche tout aussi insipide pour moi à cette heure de la journée (photo 2). Heureusement que MOTORHEAD amène par la suite sur la main stage ce souffle salvateur, cette rage et cette fraîcheur propres à Lemmy et comparable à nul autre: aaaaargh… (photos 3 à 8).

Fields_Motorhead_07_0005.JPG
1. Fields_2007_Black_Label.JPG 2. Fields_2007_Megadeth.JPG 3. Fields_Motorhead_07_0001.JPG 4. Fields_Motorhead_07_0002.JPG 5. Fields_Motorhead_07_0003.JPG 6. Fields_Motorhead_07_0004.JPG 7.Fields_Motorhead_07_0005.JPG 8. Fields_Motorhead_07_0006.JPG

KORN m’impressionne ensuite, même si le concert me semble longuet et répétitif après un certain temps (v. photos 1 et 2 plus bas). L’occasion d’aller voir SUICIDAL TENDENCIES sur la petite scène qui me surprend agréablement, particulièrement lorsque le public envahit la scène sur la fin du concert, n’empêchant en rien nos lascars de continuer leur prestation entouré de dizaines et de dizaines de fans. Un tout grand moment encore ! (v. photo 3 plus bas) DREAM THEATER me laisse – comme d’habitude et comme prévu – sur ma faim (fin ?), ne trouvant là aucune âme, aucune passion, aucun feeling dans un jeu avant tout technique et dépourvu pour moi de toute sensibilité : de la technique pure et froide, de superbes techniciens certes, mais sans une once d’attitude. C’est vide, c’est creux, c’est triste, c’est mort. On se replie dès lors sur HATEBREED qui est un grand, grand, tout grand moment : à vivre live et exclusivement live car, vraiment, il faut le voir et l’entendre pour le croire, et il faut en être pour comprendre…! Cela nous change manifestement de l’insipide, inodore et incolore VELVET REVOLVER qui occupait la main stage auparavant tandis que tout le monde se taillait aux buvettes, aux aubettes ou à la toilette – et pas uniquement pour la rime (photo 4).

1. Fields_Korn_2007_0001.JPG 2. Fields_Korn_2007_0002.JPG 3.Fields_Suicidal_Tendencies_2007.JPG 4. Fields_2007_Velvet.JPG

OZZY nous réserve une clôture de festival digne de ce nom, avec la deuxième prestation de la journée pour Zakk Wilde. Après Black Sabbath sans Ozzy mais avec Ronnie James, voici Ozzy sans Tonny mais avec Zakk : la boucle est bouclée. Ce n’est pas ce soir la prestation la plus mémorable d’Ozzy, même s’il reste une incontestable bête de scène.

Fields_Ozzy_2007_0003.JPG
Fields_Ozzy_2007_0001.JPG Fields_Ozzy_2007_0002.JPG Fields_Ozzy_2007_0004.JPG Fields_Ozzy_2007_0005.JPG
Le weekend se termine en beauté : les bouchons (ear plugs) nous ont bien servis. Les tickets boissons également…