RAMBLIN’ MAN FAIR 2017 – jour 2 @ Maidstone, UK

RamblinManFair_2017_poster.jpg
Portraits croisés de vieilles gloires toujours au taquet, de petits jeunes à l’avenir prometteur, et de vieux débris tantôt sur le retour tantôt sur le déclin. Chronique visuelle de valeurs sures et d’étoiles montantes. Ephéméride d’un rassemblement de jeunes sages et de vieux fous, où vieux sages et jeunes fous se côtoient dans une même communion grand-guignolesque ou de tragédie grecque (c’est selon), où chacun joue son rôle et tient sa place.
Il y avait du monde dans le photomaton de ce second et dernier jour de Ramblin’ Man Fair 2017…!

ZZ_Top-Ramblin2017_0009.JPG ZZ_Top-Ramblin2017_0056.JPG ZZ_Top-Ramblin2017_0047.JPG

ZZ TOP clôture haut la main une 3ème édition qui a tenu toutes les promesses de son affiche. Les Texans barbus se permettent même une surprenante reprise de Foxy Lady avant d’enchaîner sur du Jeff BECK. Nous aurions quant à nous préféré qu’ils se "contentent" de leur répertoire, suffisamment vaste et plus que suffisant, durant un set (trop) propre et réglé comme du papier à musique.

ZZ-Top-Ramblin2017.jpg
Gérant leur image de bout en bout, le trio accorde aux photographes l’accès au pit non seulement durant les 2 premiers morceaux de leur set, mais également – fait suffisamment exceptionnel et rare que pour être souligné – durant les deux premiers de leur rappel. Bien vu, les barbus, on en redemande !

ZZ_Top_Ramblin2017.jpg ZZ_Top-Ramblin2017_0064.JPG ZZTop_Ramblin2017.jpg

Pour notre 3ème participation en 3 éditions seulement, notre constat est similaire au deux précédents: hormis la météo pourave du samedi et vis-à-vis de laquelle les organisateurs déclinent toute responsabilité (on est quand même en Angleterre…), il n’y a rien – strictement rien – à redire à la parfaite organisation maintenant huilée de ce festival qui a désormais trouvé sa vitesse de croisière.

IMG_1853.JPG
Qui a trouvé sa vitesse de croisière et son public: on vient au Ramblin‘ comme on irait prendre l’air au parc, ce qui est d’ailleurs précisément le cas. Et le soleil de ce dimanche n’est pas non plus étranger aux humeurs guillerettes tant sur les 4 scènes que sur les transats qui pullulent sur ce gazon tout ce qu’il y a de plus anglais.

SupersonicBluesMachine_Ramblin2017_0002.JPG StoneBroken_Ramblin2017.jpg SupersonicBluesMachine_Ramblin2017_0001.JPG

Sur la scène principale, STONE BROKEN déverse un pur english pub-rock pour ouvrir les hostilités dominicales. A voir la file qui s’allonge pour leur séance de dédicace qui s’en suit, on dirait bien que le public les a plébiscités pour incarner l’avenir du rock anglais. Sur la scène "Prog" (qui était hier la scène "Grooverider"), la programmation de ce début de journée est indigeste comme un english breakfast qui succéderait à une gastro-entérite nocturne: The GIFT puis I am the Morning réussissent le triste exploit de concentrer en un insipide melting pot tout ce que le prog – dans sa pire acception – a pu produire ces dernières décennies en termes de sonorités ringardes et passéistes, et de mélodies soporifiques.

Aaron_Keylock_Ramblin2017.JPG Magnum_Ramblin2017.jpg RamblinManFair2017.jpg

Danny WORSNOP (ex- Asking Alexandria) relève un tantinet le niveau sur la mainstage, nous laissant penser qu’il a dû partager avec FOREIGNER ou JOURNEY les mêmes petits pots et les mêmes bricolages de fin d’année à la maternelle. Et avec sa Prozac Session, on n’est effectivement pas très loin de ses addictions et autres assuétudes.

DannyWorsnop_Ramblin2017.JPG Focus_Ramblin2017.JPG MartinTurner_WishboneAsh_Ramblin2017.JPG Ramblin-Man-Fair-2017.jpg

Passons sur le jeune Aaron KEYLOCK pour mieux fondre sur BLUES PILLS: le band explose littéralement la mainstage. Découverte ici-même il y a tout juste deux ans, notre Ramblin’ Woman et Devil Woman préférée ne nous déçoit à nouveau pas, toujours aussi survitaminée, effroyablement efficace et re-dou-ta-ble-ment entourée. Quand donc cette étoile explosera-t-elle en supernova ?!

Blues_Pills_Ramblin2017_0005.JPG Blues_Pills_Ramblin2017.jpg Blues_Pills_Ramblin2017_0017.JPG

Martin TURNER nous réserve ce qu’il fait de mieux et ce que tout le monde attend de lui: du WHISBONE ASH pur jus. Prestation bien plus consistante que celle que nous délivrent les deux compères de SUPERSONIC BLUES MACHINE et leur southern rock teinté Atlanta. Sans cuivre mais avec un excellent clavier et deux choristes efficaces, l’alchimie et la formule ne sont cependant pas suffisantes pour que prenne la sauce. Tout bénéfice pour MAGNUM qui tire les marrons du feu sur l’autre scène, avec des restes qu’on peut qualifier de meilleurs que bons!

Monster_Truck_Ramblin2017_0022.JPG MonsterTruck_Ramblin2017.jpg Monster_Truck_Ramblin2017_0013.JPG

Dont fuck with the Truck ! MONSTER TRUCK prend le relais de BLUES PILLS à l’applaudimètre à l’issue d’une prestation parfaite sur la grande scène. Leur set acoustique backstage devant les caméras du festival en était d’ailleurs le jouissif présage (voir la séquence retransmise en direct sur notre Facebook live).

UFO_Ramblin2017_0022.JPG UFO_Ramblin2017.jpg UFO_Ramblin2017_0030.JPG

FOCUS doit avoir vieilli autant que sa musique, ce qui ne laisse pas indifférents celles et ceux qui ont suivi la même voie et qui sont en nombre devant la scène. Comparaison n’étant pas raison, le constat est valable (mais sans commune mesure) pour UFO sur la mainstage. De "Lights Out" en intro à "Doctor Doctor" en clôture, il n’y a rien à jeter.

UFO_Ramblin2017_0013.JPG
La bande à Phil MOGG, plus élégant et plus distingué que jamais, so British – nous réserve un florilège de 40 années de pépites qu’il dédicace d’ailleurs à la mémoire de John Marshall en ce jour anniversaire de son décès. De ces deux jours de festival, UFO sera le seul groupe à se voir gratifié de "We want more! We want more…!" scandés par la foule. Mais en vain.

TheDevinTownsendProject_Ramblin2017_0008.JPG TheDevinTownsendProject_Ramblin2017.jpg TheDevinTownsendProject_Ramblin2017_0020.JPG

Avec The Devin TOWNSEND PROJECT, le Ramblin’ a osé – oui: osé ! – du métal ! L’oeil complètement allumé, passant du zombie au possédé et du démoniaque à l’aliéné, TOWNSEND est aussi humoristique que philosophe (oui, oui !), aussi déjanté qu’adepte de l’autodérision. Redevenant bon père de famille lors de ses intermèdes, il rassure le public que tout ça n’est qu’entertainment. A l’issue d’un redoutable et efficace double-jeu, Devin TOWNSEND séduit littéralement toute l’assistance du Ramblin’ (et nous en premier lieu): pari ô combien osé mais surtout réussi d’un festival qui n’a en soit rien de métal !
Le champ est désormais libre pour ZZ Top qui peut clôturer en beauté cette édition 2017…

Ramblin_2017_0002.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES Ramblin_2017_0003.JPG

JUDAS PRIEST + special guest UFO @ Forest National, Bruxelles – 16 décembre 2015

SAMSUNG CAMERA PICTURES
La NWOBHM peut elle encore porter le titre de "new" 35 ou 40 ans après avoir été baptisée de la sorte ?! Oh que oui: grosse claque dans la figure, magistrale gifle… The God of Metal n’a pas déçu et les nouveaux (?) saigneurs ne peuvent que dignement porter leur fière appellation qui ne nous avait pourtant pas explosé dans la face au printemps dernier à Luxembourg. Une scène bruxelloise aux dimensions imposantes dressée presqu’au milieu de la fosse de Forest National rend la cuvette d’autant plus propice à une effusion de décibels pour cette grand messe dont les prêtres de Judas sont définitivement passé au rang de dieux.

JudasPriest.jpg
56767797.JPG JudasPriest16122015_0029.JPG JudasPriest16122015_0065.JPG JudasPriest16122015_0040.JPG JudasPriest16122015_0128.JPG JudasPriest16122015_0131.JPG JudasPriest16122015_0137.JPG JudasPriest16122015_0143.JPG JudasPriest16122015_0152.JPG JudasPriest16122015_0159.JPG JudasPriest16122015_0145.JPG JudasPriest16122015_0164.JPG

Une mise en scène et un light show impressionnants achèvent un tableau époustouflant servi par une sono proche de la perfection. JUDAS PRIEST nous sort le grand jeu et la recette – pourtant éculée avec les décennies – n’a pas pris une seule ride. Que du contraire : avec les années passant, le formule s’est encore tonifiée et le breuvage corsé davantage, à l’instar d’une soupe de grand-mère ou d’une choucroute dégageant un fumet plus puissant encore quand longuement réchauffée à feu doux.

JudasPriest16122015_0324.JPG
JUDAS PRIEST demeure synonyme de heavy metal grandiloquent dans toute sa pleine démesure musicale et scénique, mais néanmoins tout en finesse et en (relative) sobriété. Ou quand un ogre joue le fin gourmet. British steel & master class, ni plus ni moins.

JudasPriest16122015_0016.JPG JudasPriest16122015_0042.JPG JudasPriest16122015_0061.JPG JudasPriest16122015_0074.JPG JudasPriest16122015_0079.JPG JudasPriest16122015_0177.JPG JudasPriest16122015_0232.JPG JudasPriest16122015_0249.JPG JudasPriest16122015_0284.JPG

Cuir, clous, cravache, chaînes et canne – le grand barnum du heavy metal est fidèle à ce qu’on attend de lui : une grand messe noire aux tempos lourds et méchants, mais sans esbroufe ni tape à l’œil, si ce ne sont peut-être les (trop?) nombreuses tenues d’Halford qui virilisent davantage encore la rétine. Rien que du pur et du naturel, sans fard ni faux semblant, ni anabolisant ni artifice. Le heavy metal dans toute sa splendeur, dans toute sa spontanéité, dans toute sa virilité mais en toute (relative) simplicité et sans show (sang chaud ?).

JudasPriest16122015_0165.JPG JudasPriest16122015_0186.JPG JudasPriest16122015_0166.JPG JudasPriest16122015_0199.JPG JudasPriest16122015_0230.JPG JudasPriest16122015_0234.JPG JudasPriest16122015_0235.JPG JudasPriest16122015_0252.JPG JudasPriest16122015_0298.JPG JudasPriest16122015_0329.JPG JudasPriest16122015_0336.JPG JudasPriest16122015_0337.JPG

Pas besoin de faire mieux que nature lorsqu’on est l’alpha et l’oméga de la discipline. Nous ne sommes pourtant pas les premiers adeptes de la discipline, c’est donc dire l’impression dévastatrice que nous laisse cette soirée orgiaque mais cependant – et paradoxalement – toute en retenue. Voire même peut-être tout en retrait pour ce qui est d’Halford qui semble avoir laissé le leadership à Hill, le petit nouveau.

JudasPriest16122015_0324.JPG JudasPriest16122015_0286.JPG JudasPriest16122015_0323.JPG

Cette prestation époustouflante de JUDAS PRIEST rend d’autant plus décevante le petite heure d’UFO officiant en open-act. Nous attendions pourtant avec énormément de plaisir ces retrouvailles, mais celles-ci sont gâchées par une sonorisation pourave et un show sans âme ni grande conviction malgré tout le respect que nous vouons à l’Ovni.

UFO_16dec2015_0059.JPG
Assurément la moins bonne prestation d’UFO à laquelle il nous ait été donné d’assister, mais assurément pas au point de mériter ces désormais traditionnels sifflements de Flamoutches lorsque les artistes ont la courtoisie de s’essayer à quelques mots de français. C’en devient une minable et déplorable habitude, que l’on soit à Forest National ou à l‘Ancienne Belgique.

UFO-Bxl-16dec2015.jpg UFO_16dec2015_0248.JPG UFO_Bxl_16dec2015.jpg

Les quasi septantenaires d’outre-Manche étaient donc à la fête ce soir, et sur leur thirty one siouplait. Ce n’est pas la prestation très moyenne du très élégant Phil Mogg (plaisantant sur ses problèmes – bien visibles – de dentition) ou celle du peu sémillant Bob Halford (qui n’avait pas la tchatche) qui terniront un tableau final. De jeunes loups en auraient rajouté pour faire déborder le vase, mais pas JUDAS PRIEST qui connaît les effets néfastes du trop plein: plus on en renverse, moins on en boit…

JudasPriest16122015_0302.JPG JudasPriest16122015_0308.JPG JudasPriest16122015_0332.JPG JudasPriest16122015_0312.JPG

Judas_Priest_Bxl_2015.jpg

Now online : UFO + JUDAS PRIEST – Brussels – Dec. 16th

JudasPriest16122015_0108.JPG

Maintenant en ligne : Michael SCHENKER + Seventy Seven 77′

MichaelSchenker2015_0137.JPG 77_05nov2015_0184.JPG

Michael SCHENKER’s Temple of Rock – Rockhal @ Esch-s/-Alzette – 05 novembre 2015

MichaelSchenker2015_0193.JPG
Le Michael Shepherd Band ouvre la soirée avec 20 minutes d’avance sur le timing annoncé – deuxième fois d’affilée que la Rockhal nous fait le coup. Et Shepherd et sa clique ont beau être du coin, ce n’est pas une raison pour ne pas laisser les gens arriver de plus loin, non mais ?! Place nette est ensuite faite à l’heure dite pour 77 (aka Seventy Seven): une formation hispanique littéralement explosive qui a le bon goût de secouer le cocotier en alliant panache et compos au napalm.

77_05nov2015_0028.JPG 77_05nov2015_0032.JPG 77_05nov2015_0056.JPG 77_05nov2015_0078.JPG 77_05nov2015_0081.JPG 77_05nov2015_0091.JPG 77_05nov2015_0095.JPG 77_05nov2015_0126.JPG 77_05nov2015_0148.JPG 77_05nov2015_0166.JPG 77_05nov2015_0178.JPG 77_05nov2015_0184.JPG

Ces gamins-là ont dû, enfants, tomber et macérer des années durant dans une marmite de sangria épicée AC-DC, et n’en ressortir que pour sniffer à l’excès du Airbourne pendant toute leur adolescence – de laquelle le batteur semble d’ailleurs à peine émerger. Excellemment gal-va-ni-sants, ces jeunots !

77_05nov2015_0023.JPG 77_05nov2015_0100.JPG 77_05nov2015_0051.JPG 77_05nov2015_0201.JPG

Et que dire de leur r’n’r touch lorsque voilà-t-y pas qu’ils remontent sur scène pour un virulent rappel de Dieu le Père (Madre de Dios ?) alors même que les lumières de la Rockhal se sont rallumées et que la sono d’ambiance crache derechef son Aerosmith dans l’attente de Michael Schenker. Didju dis, ‘ y a pas que la sangria qui est relevée, à Barcelone…!

Seventy_Seven_05nov2015.jpg
77_05nov2015_0095.JPG
Le Temple du Rock ne fait pas énormément recette ce soir – cela vaut tant pour le contenant que pour le contenu. Pourtant, avec son dernier opus au titre très mystique "Spirit on a Mission ", Michaël SCHENKER et son Temple of Rock continue néanmoins de nous surprendre. Große ying & yang, Herr Schenker ! Et ce n’est pas faute de ne pas l’avoir (re)vu depuis belle lurette, ni lui ni d’ailleurs cet été ses anciens comparses de SCORPIONS. Ni même tout dernièrement encore son autre alter ego transfuge du band teuton: Uli Jon ROTH.

MichaelSchenker2015_0009.JPG MichaelSchenker2015_0020.JPG MichaelSchenker2015_0025.JPG MichaelSchenker2015_0064.JPG MichaelSchenker2015_0034.JPG MichaelSchenker2015_0013.JPG MichaelSchenker2015_0042.JPG MichaelSchenker2015_0070.JPG MichaelSchenker2015_0050.JPG MichaelSchenker2015_0077.JPG MichaelSchenker2015_0085.JPG MichaelSchenker2015_0019.JPG

Entouré à nouveau ce soir de Buchholz et de Herman Ze German, ce ne sont pas moins de 4 piliers historiques du SCORPIONS vintage qui sont à la fête de notre agenda automnal. Yawol ! Et yabon surtout.

MichaelSchenker2015_0175.JPG
Michael-Schenker_05nov2015.jpg
SCHENKER déroule un set d’1h35′ sans temps morts aucun… mais pas plus de rappel non plus. Même pas fait le coup de la panne… Le minimum minimorum syndical est de stricte rigueur ce soir, et cela se révèle un peu short pour nous gratifier d’un florilège réellement exhaustif de UFO et de SCORPIONS tout en ne négligeant pas non plus sa production propre. Mais bon, le condensé demeure néanmoins hautement jouissif, bien davantage que peut l’être un concentré à défaut de tomates fraîches. Les vocals démontrent encore leurs limites et demeurent le (seul) point faible de la formation.

MichaelSchenker2015_0016.JPG MichaelSchenker2015_0056.JPG MichaelSchenker2015_0098.JPG MichaelSchenker2015_0103.JPG MichaelSchenker2015_0141.JPG MichaelSchenker2015_0160.JPG MichaelSchenker2015_0165.JPG Michael-Schenker_05nov2015.jpg MichaelSchenker2015_0173.JPG

Non, nous ne crachons pas dans la soupe, Michael, ni ne mordons la main qui nous tend notre pitance, mais il faut dire ce qui est. Ces relatifs bémols mis à part, SCHENKER himself n’a plus rien à prouver ni en tant que compositeur hors pair ni en tant que musicos: sans esbroufe mais avec flamboyance, il nous démontre à nouveau ce soir qu’il n’a effectivement plus rien à prouver. La véritable étoffe des héros…

MichaelSchenker2015_0194.JPG MichaelSchenker2015_0019.JPG MichaelSchenker2015_0098.JPG

MICHAEL SCHENKER’s Temple of Rock – Verviers, Spirit of 66 – 17 novembre 2014

MSG_2014_tix.JPG
Co-fondateur de SCORPIONS avec son frère Rudolf, Michael SCHENKER nous sert ce soir un best of de la plus riche époque des teutons, mâtiné d’un florilège de UFO et d’une sélection raffinée du MICHAEL SCHENKER GROUP. Que demander de plus?!

MSG_17nov2014_0317.JPG MSG_17nov2014_0282.JPG MSG_17nov2014_0295.JPG MSG_17nov2014_0298.JPG MSG_17nov2014_0304.JPG MSG_17nov2014_0308.JPG

L’Allemand se pointe (comme les casques du même nom) bonnet vissé sur le crâne sur lequel semble rivées depuis des années ses lunettes de soleil pour (certainement) protéger la laine de la chaleur dégagée par les lustres. Accompagné de ses 6 Gibson Flying V dont 5 refroidissent alternativement dans leur box, Herr SCHENKER réunit derechef son line up exceptionnel « TEMPLE OF ROCK » identique à celui de 2013, ainsi flanqué de ses deux compères historiques de l’époque SCORPIONS, Herman "Ze German" RAREBELL et le flamboyant Francis Botox – pardon: BUCHHOLZ – qui n’a pas changé en 30 ans (mais comment est-ce Dieu possible?).

MSG_2014_setlist.JPG MSG_17nov2014_0008.JPG MSG_17nov2014_0063.JPG MSG_17nov2014_0113.JPG MSG_17nov2014_0201.JPG MSG_17nov2014_0209.JPG MSG_17nov2014_0157.JPG MSG_17nov2014_0092.JPG MSG_17nov2014_0014.JPG MSG_17nov2014_0225.JPG MSG_17nov2014_0152.JPG MSG_17nov2014_0056.JPG

L’ex-Rainbow Doogie WHITE aux vocals est un peu à la traîne, avec un organe qui peine manifestement en fin de set à force de passer sans cesse du Klaus Meine à du Phil Mogg et vice-versa. Encore davantage que l’année passée au même endroit – et ce n’est pas peu dire – SCHENKER est jovial et rayonnant, enthousiaste même et d’un entrain plus que communicatif. Oui, aussi étrange que cela puisse paraître, il a l’air de s’amuser et de prendre son pied, le Teuton (son pied mari(teu)ton?). A moins que ce ne soit l’effet Gibson Flying bien coincée entre les jambes…?

MSG_17nov2014_0221.JPG MSG_17nov2014_0160.JPG MSG_17nov2014_0168.JPG MSG_17nov2014_0122.JPG MSG_17nov2014_0191.JPG MSG_17nov2014_0213.JPG

L’époque semble presque lointaine où nous n’avions droit qu’à son faciès d’enterrement et à sa tronche d’une morbide froideur proche de l’antipathie et du dédain. Mais, comme nous le confie le patron des lieux à l’issue du set, "C’est que Michael SCHENKER a-do-re littéralement se produire au Spirit". Ce qui ne l’empêche cependant pas de prendre la poudre d’escampette et de se sauver en catimini, bien encadré, dès le set terminé. 1h40 plus tôt, "Doctor Doctor" ouvre comme l’avait fait UFO l’année dernière une copieuse set-list, comme pour laisser penser que ce qui est fait n’est plus à faire (ou plus vite fait plus vite quitte, peut-être ?).

MSG_17nov2014_0028.JPG MSG_17nov2014_0029.JPG MSG_17nov2014_0035.JPG MSG_17nov2014_0071.JPG MSG_17nov2014_0110.JPG MSG_17nov2014_0220.JPG MSG_17nov2014_0070.JPG MSG_17nov2014_0078.JPG MSG_17nov2014_0089.JPG MSG_17nov2014_0086.JPG MSG_17nov2014_0099.JPG MSG_17nov2014_0111.JPG

Toujours est-il que ces 100 minutes de bonheur ravissent un public comblé composé d’une horde de fans du SCORPIONS de la première heure, à peine plus nombreux que les aficionados de l’ovni UFO et tous réunis par une même délectation pour les compos du MICHAEL SCHENKER GROUP. Et que dire lorsqu’il rend hommage à Ronnie James Dio?! Pour la petite histoire, restera cependant à préciser à Francis Buccholz que Verviers est situé en Belgique et non pas en France. Mais ne soyons pas mauvaise gueule: c’est vrai que nous sommes si loin de l’Allemagne, ici à Verviers…

MSG_17nov2014_0193.JPG MSG_17nov2014_0254.JPG MSG_17nov2014_0234.JPG
MSG_17nov2014_0291.JPG
(Concerts encore antérieurs de Michael SHENKER au Chapitre 1 "The Vintage Years 1978-2011")

UFO – 12 juin 2013 – Verviers (Spirit of 66)

UFO_Spirit_Tix_062013.jpg
4 concerts & 4 pays à l’agenda de ces 10 derniers jours: it’s a hard day’s night… Le dernier show de ce tir groupé ne restera cependant pas dans les mémoires comme le plus savoureux de UFO. Un line-up amputé de longue date de Michael SCHENKER et de Pete WAY ne réduit certes pas UFO à une partie congrue qui ne serait pas digne d’intérêt, mais cette configuration de l‘ovni souffre néanmoins d’un handicap non négligeable pour qui a connu une vie antérieure à celle-ci.

UFO_Spirit_12062013_0195.JPG
D’entrée de jeu, Phil MOG semble avoir du plomb dans l’aile, comme au ralenti et sur un petit nuage même si l’on réalise en cours de show et après soirée que c’est probablement le poids des ans (ou une tête-dans-le-cul ?) qui l’amolit et l’anesthésie au point d’en perdre son légendaire mordant. A l’image d’ailleurs d’un UFO qui, de manière générale, manque manifestement de mordant ce soir à l’instar d’une sono relativement faiblarde également – ou du moins pas des plus couillues.

UFO_Spirit_12062013_0002.JPG UFO_Spirit_12062013_0016.JPG UFO_Spirit_12062013_0128.JPG UFO_Spirit_12062013_0033.JPG UFO_Spirit_12062013_0040.JPG UFO_Spirit_12062013_0049.JPG UFO_Spirit_12062013_0088.JPG UFO_Spirit_12062013_0076.JPG UFO_Spirit_12062013_0100.JPG UFO_Spirit_12062013_0080.JPG UFO_Spirit_12062013_0129.JPG UFO_Spirit_12062013_0030.JPG

D’emblée, les choses s’annoncent déjà quelque peu suspectes avec un « Lights Out » balancé tout de go pour débuter d’entrée de jeu la soirée et sans autre forme de procès. Mais surtout à froid, bien trop à froid dans un Spirit par contre bondé et transformé quant à lui en véritable étuve qui ferait passer le chaudron de Sclessin pour une minable glacière de seconde main. La démonstration de force de Michael SCHENKER le mois dernier sur ces mêmes planches rend manifestement périlleuse la comparaison avec la prestation de UFO ce soir : nous avions déjà souligné qu’il s’agissait d’un show exceptionnel et que UFO aurait bien des difficultés à relever le gant tant le Shenker Bro avait placé la barre haut.

UFO_Spirit_12062013_0152.JPG UFO_Spirit_12062013_0151.JPG UFO_Spirit_12062013_0150.JPG UFO_Spirit_12062013_0143.JPG UFO_Spirit_12062013_0119.JPG UFO_Spirit_12062013_0136.JPG
UFO_Spirit_12062013_0076.JPG
UFO_Spirit_12062013_0139.JPG UFO_Spirit_12062013_0126.JPG UFO_Spirit_12062013_0116.JPG

Et de fait, les standards UFOlogiques (UFOlogiens ?) balancés par le Michaël il y a quelques semaines à peine font figure de véritables missiles balistiques à côté desquels les fusées de ce soir s’assimilent presqu’à des pétards mouillés. Serait-ce le concert de UFO de trop ? Que nenni, mais veiller simplement la prochaine fois à ne pas croiser la route du frère Schenker peu auparavant. Serait-ce la raison pour laquelle la bande a comme joué les prolongations en prenant manifestement grand plaisir à rester longuement sur les lieux de leur méfait/forfait, taillant une bavette a satiété, en toute simplicité et convivialité avec les éternels mêmes qui jouent également les prolongations sur place? C’est ça aussi, le Spirit. C’est ça aussi UFO : à cet égard, mention spéciale à vous, Mates…. Lights out, lights out in Verviers !

UFO_Spirit_12062013_0054.JPG UFO_Spirit_12062013_0062.JPG UFO_Spirit_12062013_0068.JPG UFO_Spirit_12062013_0064.JPG UFO_Spirit_12062013_0094.JPG UFO_Spirit_12062013_0157.JPG UFO_Spirit_12062013_0183.JPG UFO_Spirit_12062013_0010.JPG
UFO_Spirit_12062013_0161.JPG

MICHAEL SCHENKER GROUP’s Temple of Rock – 10 mai 2013, Spirit of 66 – Verviers

MichaelSchenker20130002.JPG
Oui, Michael Schenker sait sourire – oui : sourire ! Oui, il sait bouger, oui il sait chanter. Oui, ce mutant peut passer à l’état tout simplement humain. Le grincheux diablotin SCHENKER s’est mué le temps d’un soir en flamboyant Archange Michaël. C’est bien évidemment un sold out qu’affiche le Spirit pour cette soirée "Michael Schenker Group’s Temple of Rock", étape belge de son "Lovedrive Reunion Tour 2013 ". Le Mad Axeman nous gratifie à cette occasion du meilleur – oui, pesons nos mots – du meilleur de MSG avec en prime bien plus encore du top-florilège de UFO et à peine moins du best of de SCORPIONS (il y a un peu plus, je vous le mets?). Oufti, trois concerts pour le prix d’un, qui dit mieux ?!

MichaelSchenker20130075.JPG
Flanqué de la rythmique historique (même si pas originelle) de la grande époque de SCORPIONS qui l’accompagnait notamment sur "Lovedrive" (Herman Ze German Rarebell et Francis Buchholz), Michael Schenker nous assène pas moins de la moitié de l’album éponyme de cette tournée. Sans parler d’autres perles scorpiones jamais auparavant entendues, du moins jouées par l’Axeman. "Lovedrive", une saveur proustienne oubliée qui ressurgit comme par magie, me replongeant dans ce we de l’été 1979 passé à la côte belge duquel je revenais, à 14 ans, avec ce 33 tours dans mes bagages. Tempus fuc***g fugit.

MichaelSchenker20130013.JPG MichaelSchenker20130021.JPG MichaelSchenker20130026.JPG MichaelSchenker20130032.JPG MichaelSchenker20130042.JPG MichaelSchenker20130043.JPG MichaelSchenker20130046.JPG MichaelSchenker20130049.JPG MichaelSchenker20130056.JPG MichaelSchenker20130058.JPG MichaelSchenker20130061.JPG MichaelSchenker20130064.JPG MichaelSchenker20130071.JPG MichaelSchenker20130188.JPG MichaelSchenker20130079.JPG
MichaelSchenker20130072.JPG
Malgré une paire de Marshall installés up-side-down (faudra un jour m’expliquer…), un son puissant et parfait emplit le Spirit soudain pris d’une fièvre testostéronée qui nous ramène au plus fort du meilleur (ou presque) d’une petite page de l’histoire du r’n’r, option classic rock couillu s’entend. La patte de l’Herman Ze German reste acérée, le beat du Francis demeure métronomé, et le doigté du Michael reste… reste… de la mort qui tue – gratiné ce soir du sourire du crémier en plus. Navigation en pleine quatrième dimension, jouissant d’une symbiose parfaite des cinq sens en pleine jubilation. Le patron Schenker aux manettes donne le tempo et guide la manoeuvre d’un simple regard appuyé vers ses comparses ou d’un hochement de tête à peine perceptible. Arc-bouté sur le manche de ses flyings bien calées entre ses jambes, il adopte la posture qu’on lui connait depuis des décennies. Et si ce n’est pas une posture, c’est qu’il est né avec des Dean entre les cuisses, for sure. On a ce qu’on mérite entre les jambes..

MichaelSchenker20130116.JPG
Tout y passe, 110 minutes durant : l’espace-temps est absorbé par un trou noir, à l’instar de ces rares soirs où la perfection semble tout simplement être de ce bas-monde, et l’indulgence notoire. D’aucuns avanceront que la rythmique n’était quand même pas celle de "Strangers in the Night" ou que la griffe du frêle (squelettique?) Schenker s’est p(l)atinée avec les ans. Peut-être, mais la rythmique de "Lovedrive" n’est pas moindre, et la platine s’avère plus noble que l’or lorsqu’il s’agit de noces. Et ce soir, ce sont les Noces de Cana à la sauce 2013 et version Spirit of 66: un de ces soirs où l’eau ne se transforme pas en vin mais bien la musique en orgasmique sublimation. Not less, not more. Veni vidi vici, se dit l’archange Michaël – de quoi lui pardonner même l’impolitesse de prendre en catimini la poudre d’escampette sans même venir s’en jeter un au bar en fin de set, c’est dire. Alea jacta est.

MichaelSchenker20130080.JPG MichaelSchenker20130087.JPG MichaelSchenker20130096.JPG MichaelSchenker20130104.JPG MichaelSchenker20130106.JPG MichaelSchenker20130109.JPG MichaelSchenker20130110.JPG MichaelSchenker20130121.JPG MichaelSchenker20130190.JPG
MichaelSchenker20130206.jpg MichaelSchenker20130136.JPG MichaelSchenker20130147.JPG MichaelSchenker20130174.JPG MichaelSchenker20130170.JPG MichaelSchenker20130177.JPG MichaelSchenker20130202.JPG
MichaelSchenker20130204.JPG
Prions maintenant St-Michael que ce ne soit déjà pas le plus beau concert de l’année, celle-ci étant encore bien longue ! Savoir que dans le mois qui vient Uli Jon Roth puis UFO fouleront ces mêmes planches, et l’on se surprend même à se demander de quelles miettes les murs devront se contenter…

MichaelSchenker20130144.JPG MichaelSchenker20130157.JPG MichaelSchenker20130161.JPG MichaelSchenker20130167.JPG

On en oublierait presque ABSOLVA qui, à 21h00 tapantes, débutait son set pour chaudement préparer le terrain durant près de 3/4 d’heure : un trio d’excellente facture qui nous offre une bien belle prestation dans la plus pure veine British Steel. S’ils n’ont pas vraiment inventé le style ni la poudre, ils connaissent le dosage adéquat pour la faire parler sans même utiliser de mèche. Comme quoi avec ces Anglais, la formule n’a non seulement pas de beaux restes mais encore mieux : un bel avenir. A suivre, à suivre…

Absolva_05-2013_0003.JPG Absolva_05-2013_0015.JPG Absolva_05-2013_0016.JPG Absolva_05-2013_0023.JPG Absolva_05-2013_0026.JPG Absolva_05-2013_0030.JPG Absolva_05-2013_0020.JPG Absolva_05-2013_0043.JPG Absolva_05-2013_0048.JPG Absolva_Spirit_052013G.JPG Absolva_05-2013_0040.JPG Absolva_05-2013_0008.JPG Absolva_05-2013_0019.JPG Absolva_05-2013_0051.JPG

* Michael SCHENKER soon online *

Will be live on stage @ Verviers, Spirit of 66 — May 10th, 2013

Michael_Schenker_MagicCircleFest_10072008.jpg
Above : MSG @ Magic Circle Festival, July 2008, Bad Aroldsen (Ger.). Voir lien ci-contre Intensities in Tens Cities – Chap.1 : The Vintage years 1978-2011

UFO – 21 octobre 2010 – Verviers

UFO_Spirit_Tix_21.10.2010.JPG
Les envahisseurs : des créatures extraterrestres originaires d’une planète à l’agonie. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. David "Géron" Vincent les a vus (mieux: les a fait venir !). Pour lui, tout a commencé au cours d’une nuit d’errance, sur une route de campagne solitaire, alors qu’il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva. Cela a commencé par une auberge abandonnée et par un homme que le manque de sommeil avait rendu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l’atterrissage d’un engin en provenance d’une autre galaxie. À présent, David "Géron" Vincent sait que les envahisseurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine. Il doit trouver comment convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé. Et le cauchemar, ce soir, est un bien beau rêve qui se tient sur les planches du Spirit où l’UFO a atterri en douceur mais en puissance…!

UFO_Spirit_10-2010_0013.JPG
Hé ! Phil, tu toucheras un mot à tes roadies pour qu’ils impriment dorénavant ta set list dans des caractères encore plus grands, hein ! C’est que la vue de notre Phil MOGG en a pris un sérieux coup ces dernières années, et qu’il risque un lumbago à force de se courber pour lire sa feuille collée sur les planches… D’ailleurs, à quoi peut bien servir cette set list dans la mesure où elle n’est même pas suivie ?! Sacré Phil, va : avec une voix en piteux état qui ne monte guère ni en puissance ni en hauteur, il se plait à singer Lemmy en éructant quelques Ace of Spade en guise de boutade et d’excuse. Qu’en sera-t-il des vocals d’UFO en fin de tournée…? Nonante minutes de concert ce soir, le minimum syndical est tout juste respecté alors qu’on pouvait décemment en attendre un peu plus, les gars. Les classiques des classiques sont exécutés proprement par un line up à 60 % originel, voire un peu plus si l’on prend en considération Vinnie MOORE qui n’a cependant pas les quasi 4 décennies de bouteille dont se targuent ses comparses sévissant au sein de l‘ovni.

UFO_Spirit_10-2010_0046.JPG UFO_Spirit_10-2010_0049.JPG UFO_Spirit_10-2010_0057.JPG UFO_Spirit_10-2010_0064.JPG
UFO_Spirit_10-2010_0067.JPG UFO_Spirit_10-2010_0075.JPG UFO_Spirit_10-2010_0076.JPG UFO_Spirit_10-2010_0081.JPG
UFO_Spirit_10-2010_0083.JPG UFO_Spirit_10-2010_0084.JPG UFO_Spirit_10-2010_0086.JPG UFO_Spirit_10-2010_0088.JPG
UFO_Spirit_10-2010_0093.JPG UFO_Spirit_10-2010_0095.JPG UFO_Spirit_10-2010_0100.JPG UFO_Spirit_10-2010_0103.JPG

En ce qui me concerne, la surprise du jour est sans conteste la présence de Barry SPARKS en lieu et place de l’historique et folklorique Pete WAY à la basse. Il assure à lui seul une prestation à l’image de son jeu : tout en rondeur, et sa transpiration n’est pas pour le show. Ayant pu l’apprécier et le côtoyer moulte fois lors des récentes tournées de Ted NUGENT en sa qualité de bassiste titulaire du Nuge, on peut dire que c’est un autre Barry SPARKS que je découvre ici, libéré du poids charismatique et egocentrico-maniaque de Nugent à l’égard de qui il n’assurait finalement qu’un rôle de faire-valoir, certes hyper-efficace mais docile et effacé. Ce soir, c’est un band member à part entière que je découvre, avec un son de basse couvrant presqu’une lead guitar anormalement faiblarde malgré des amplis assurant de part et d’autre des fûts une force de frappe manifestement démesurée pour l’exiguïté des lieux. Si c’est beau à voir et que ça le fait manifestement, les vumètres n’ont par bonheur (?) pas été poussés dans le rouge.

UFO_Spirit_10-2010_0113.JPG UFO_Spirit_10-2010_0118.JPG UFO_Spirit_10-2010_0121.JPG UFO_Spirit_10-2010_0124.JPG
UFO_Spirit_10-2010_0127.JPG UFO_Spirit_10-2010_0130.JPG UFO_Spirit_10-2010_0149.JPG UFO_Spirit_10-2010_0153.JPG
UFO_Spirit_10-2010_0174.JPG UFO_Spirit_10-2010_0200.JPG UFO_Spirit_10-2010_0211.JPG UFO_Spirit_10-2010_0008.JPG
UFO_Spirit_10-2010_0009.JPG UFO_Spirit_10-2010_0015.JPG UFO_Spirit_10-2010_0018.JPG UFO_Spirit_10-2010_0030.JPG
UFO_Spirit_10-2010_0031.JPG UFO_Spirit_10-2010_0044.JPG UFO_Spirit_10-2010_0241.JPG UFO_Spirit_10-2010_0246.JPG

UFO sans les emblématiques Michael SCHENKER et Pete WAY reste néanmoins digne de ses 4 décennies d’exactions de par le monde. Reste à souhaiter que le feu sacré continue son oeuvre et qu’il n’emmène pas cet ovni trop loin de la planète Terre. Quoi qu’en pense David "Géron" Vincent….