ows – Upcoming Shows – Upcoming Shows – Upc

The PINEAPPLE THIEF retrouve la route notamment ce 26 février 2024 à Neukirchen ensuite à Köln le 15 mars, IDLES à la Rockhal le 12 mars prochain (org. Den Atelier) avant de retrouver SHAKA PONK en tournée d’adieu(x) (?) sur la même scène ce 15 mars, puis le retour sur la route de UGLY KID JOE à La Ruche Verrière de Lodelinsart le lendemain 16 mars 2024…

Soon online et déjà dans notre galerie de portraits à l’instar de toutes nos précédentes reviews…

Un ch’tit coup d’oeil dans notre rétroviseur ? C’est par ici :

Et comme toujours en français in ze texte: last & latest footages, shootings & reviews in our specific GALERY « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG !

MC5’s Brother Wayne KRAMER – R.I.P. 1948-2024

It takes five seconds… And right now, right now it’s time to KICK OUT THE JAMS, Brothers & Sisters ! Il faut se faire à l’idée, ou plutôt à l’imparable et implacable constat : ont commencé et vont continuer à nous quitter, les uns après les autres, les pères fondateurs du rock’n’roll des sixties – voire du début des seventies. Aujourd’hui est venu le tour de Brother Wayne KRAMER (30 avril 1948 – 02 février 2024), légendaire cheville ouvrière du pour le moins militant MC5 qui vient tout juste d’être rappelé par les dieux Décibels. Sic transit gloria mundi...

Il y a des moments qui marquent la vie d’un homme, ou à tout le moins celle d’un amoureux du real rock’n’roll. Et côtoyer une légende vivante, un des authentiques pères fondateurs du (hard)(punk) rock américain qu’est Brother Wayne KRAMER en est un. C’était en 2018 déjà, lors de la tournée du 50ème anniversaire de MC5 1968 – 2018 à l’occasion de laquelle KRAMER rebaptisa son MC en MC50 en s’entourant au passage de Billy Gould (Faith No More) et de Kim Thayil (Soundgarden) notamment – excusez du peu. Nous savourions backstage la prestation de The Bronx sur la mainstage du Sjock Festival quand nous réalisons soudain que le petit bout d’homme venu depuis un bon moment se planter à nos côtés pour faire de même n’était rien moins que Wayne KRAMER himself. Le temps de reprendre – quand même – un peu nos esprits, de le saluer poliment comme si de rien n’était, comme s’il faisait partie d’un quelconque crew, voilà t’y pas qu’il nous tend la main avec un large sourire qui barre son faciès presque juvénile.

Nous resterons un long moment encore côte-à-côte avec cet homme à l’allure jeune et svelte, tout aussi élégant que distingué. Néanmoins, le volume sonore de la prestation de The Bronx nous empêchera d’entamer une véritable conversation une fois les banalités de circonstance échangées. Puis Sir KRAMER de tourner les talons et de repartir peinard vers sa loge-container. Ainsi donc, Bro Wayne KRAMER vient de nous serrer la main : nous faut-il éviter de la laver pendant quelques semaines ?! Il reviendra peu après pour assister à la fin de la puissante prestation de The Bronx, ces derniers insistant ensuite poliment auprès du photographe accrédité que nous sommes pour que nous leur tirions le portrait alors qu’ils entourent The Legend afin d’immortaliser un moment qui semble manifestement compter pour eux aussi.

Puis vient l’échauffement de MC5(0) backstage toujours à nos côtés, et KRAMER de laisser involontairement tomber son mediator par terre, juste à nos pieds. Nous le ramassons prestement pour le lui tendre tout aussi fissa ; KRAMER nous répond simplement avec son seul sourire dont il semble ne jamais se départir en nous lançant un chantant « It’s for you…! ». Ce mediator jaune que nous conservons précieusement depuis lors demeure – outre nos clichés – presque le seul élément tangible et matériel qui fait que cette rencontre ne fût pas un rêve éveillé ni un fantasme…

Nous croiserons à nouveau Bro Wayne KRAMER quelques semaines plus tard dans le baskstage du Sinner’s Day Festival 2018 où MC5(0) est également à l’affiche. Guère l’occasion à nouveau de lui adresser longuement la parole, KRAMER étant accaparé entre deux échauffements par les co-headliners Fisher Z (John Watts), John Cale, etc. manifestement honorés voire impressionnés de partager l’affiche et la scène avec Mister MC5 himself. Nous étions en 2018 ; c’était hier, mais nous ne reverrons malheureusement plus cette grande figure de son vivant, ce véritable père fondateur de la bande originale de notre vie.

Kick Out The Jams, Brothers & Sisters ! C’était en 1968 déjà. C’était 5 gars de Detroit, Motor City (MC5). C’était sur la scène du légendaire Grande Ballroom que partageaient déjà à l’époque d’autres monstres sacrés de la Motor City, Alice Cooper, Ted Nugent, Bob Seger, Iggy Pop & The Stooges,… qui aujourd’hui saluent unanimement sa mémoire. C’était l’heure de gloire de Detroit et de ce son industriel, garage-rock qui poussait chaque band à jouer plus fort que son concurrent. C’était l’heure de gloire du rock from Detroit, aux antipodes des beatniks de la côte Ouest et des hippies de San Francisco. C’était testostérone versus shit, décibels versus peace & love. C’était viril, c’était garage, c’était rock’n’roll, c’était Detroit Motor City Madhouse. RIP Brother Wayne KRAMER, 30 avril 1948 – 02 février 2024. Tempus Fugit

Rock’n’Roll is NOT forever…

On ne peut pas prétendre en ce 09 janvier 2024 que le rock’n’roll circus ait perdu un batteur iconique et que la scène mondiale soit orpheline d’une figure irremplaçable, même si James Kottak (26 décembre 1962 – 09 janvier 2024, paix à son âme) pouvait s’y connaître en matière de cirque. Si le metalhead moyen a pu le découvrir derrière les futs de The SCORPIONS, les connoisseurs garderont plutôt de lui son souvenir à la manoeuvre de KINGDOME COME à la fin des eighties. Et là, on peut franchement écrire qu’il n’était pas mauvais – que du contraire. James Kottak, sans doute le premier d’une longue série encore de disparition en cette nouvelle année qui débute…

GOV’T MULE (feat. Warren HAYNES) – Cirque Royal de Bruxelles – 17 novembre 2023

Une bien étrange soirée dans un des plus belles salles du Royaume, que ce concert du MULE. D’abord parce que ce Cirque Royal ne draine pas la foule des grands jours : seuls le parterre et le premier balcon affichent complets ce soir, les autres étages et gradins restant désespérément vides de chez vide. La plus belle salle de la capitale a bien pâle figure pour accueillir le MULE et c’est à se demander avec une pointe d’angoisse où est donc bien passé le bon peuple de sa Majesté ?!

Etrange soirée ensuite parce qu’il a bien failli nous faire fuir à l’entracte, le Warren, avec sa set-list un tantinet soporifique (oui, on peut le dire) et surtout bien trop jazzy pour nos southern ears qui attendaient du southern blues-rock tel qu’il sait nous le balancer dans les gencives. Il s’en est donc fallu de peu pour que nous prenions nos jambes à notre cou à l’intermission, et seuls nos jetons-boissons en abondance dans le fond de nos poches nous ont incité à finalement rester pour le second set. Que Dieu bénisse ces jetons !

Tout est bien vite rentré dans l’ordre (des choses) et revenu dans la (notre) norme, en fait dès le dernier morceau du premier set qui annonçait un second d’une toute autre facture – comme un appel du pied pour mieux nous garder. Et quelle facture, mes amis: une véritable exploration multi-genres auquel GOV’T MULE nous a habitués depuis bientôt trois décennies, du blues pure souche au reggae en saupoudrant le tout par quelques passages dub, sans oublier un gros zeste de southern rock de la meilleure veine bien évidemment, puis encore un peu de jazz et même un tantinet de fusion. Bref, du Warren HAYNES, ni plus ni moins….

Place belle a été laissée à Peace…Like a River, la dernière galette du groupe où les explorations instrumentales caractéristiques du MULE sont enjolivées par les thèmes lyriques (lyrics) et profonds de HAYNES qu’il a affirmé avoir maturés durant le confinement. Kevin SCOTT, le nouveau bassiste qui remplace définitivement Jorgen Carlsson, étale un magistral jeu de basse qui n’a rien à envier à son prédécesseur, tandis que Warren HAYNES t’allonge des uppercuts dans un gant de velours sans jamais avoir l’air d’y toucher.

Hommage à Bob Marley avec l’immense Lively Up Yourself ainsi que les petits clins d’oeil à Led Zeppelin avec le thème de Black Dog suivi de peu par un petit détour du côté de In memory of Elisabeth Reed du Allman Brothers Band. Une bande-son dont malin qui pourrait en définitive dire si elle date des seventies où si elle est tout juste sortie du bouillonnant et prolixe cerveau d’un HAYNES qui n’arrêtera jamais de nous surprendre.

Si les Allman Brothers ne sont bien évidemment jamais loin quant il s’agit de Warren HAYNES, celui-ci est bien moins prolixe que ses grands frères : immuable silencieux devant l’Eternel, le gaillard ne nous gratifiera de son organe que pour égrener ses lyrics. A moins que peut-être quant même pour un furtif Hello en début de set et un improbable Thank You en quittant les lieux ? Il faudra checker la boite noire…

Alain Pire Experience – Jamoigne, 04 novembre 2023

Un set d’Alain Pire Expérience (aka APEx), c’est un peu comme une immersion dans un bain de jouvence baigné de sons venus parfois d’une autre époque, lové d’une atmosphère un tantinet surannée. Mais c’est aussi des compos manifestement modernes et envolées, enfantées d’un génome psyché et dotées d’un ADN contemporain qui ne renie pas ses origines sixties et seventies. Envie d’en savoir plus ? Excellente initiative…!

Now online : KVELERTAK @ Rockhal – 25 octobre 2023

Pour certains, le black’n’roll des Norvégiens s’agrémente aujourd’hui d’un côté beaucoup plus mid-tempo voire limite pop-punk et donnerait à voir une autre facette de ce sextet dont, pour nous, l’énervement et la débauche d’énergie restent l’in-con-tes-ta-ble marque de fabrique. Faudrait pas non plus nous faire prendre des vessies pour des lanternes, des fois !

KVELERTAK @ Rockhal : now online et déjà dans notre GALERY Facebook  « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG

KVELERTAK – Rockhal, Esch-sur-Alzette, 25 octobre 2023

Six Viking sur scènes, dont 3 lead guitars et 4 background vocals : il n’y a pas à dire mais KVELERTAK dépote. Les Norvégiens n’ont certes pas inventé l’eau tiède (ni même la chaude ni la froide non plus d’ailleurs), mais leur black’n’roll s’avère une tornade rafraichissante parce qu’elle ne s’encombre pas de fioritures. On ne fait pas dans la dentelle ce soir, ni dans celle de Bruges pas plus que dans celle de Bayeux ou la métallique de Esch. KVELERTAK, trois lead guitars qui crachent des flammes sans toujours identifier la bouche à partir de laquelle le dragon a choisi de faire parler le feu. KVELERTAK, une rythmique apocalyptique qui monte bloc après bloc son mur de fond à l’avant-plan. Et aux lead vocals, une espèce de pantin hurleur désarticulé qui confond pole bar et pied de micro.

Le black’n’roll de KVELERTAK consiste – comment dire ? – en un mélange de punk hardcore, de black métal et de rock’n’roll – un style aussi improbable qu’est imprononçable l’appellation du combo norvégien. Efficaces et basiques, les compositions prennent néanmoins une toute autre envergure sur scène lorsque la vue décuple l’ouïe – on ne vous parle pas du dress code des gars fringués comme s’ils prenaient le métro pour aller au taf, mais bien d’un sextet qui investit pleinement la scène, l’avant-scène et l’arrière-scène à l’instar d’une bande son qui remplit la boite crânienne jusqu’à son moindre millimètre cube…

Pas une goutte, pas une goutte de sueur ne perle sur le front du batteur à l’issue du set. Comment est-ce Dieu possible ?! A peine une auréole sous les aisselles, peut-être ?! Il y a de ces gars pour qui l’expression « mouiller sa chemise » semble n’avoir aucune signification alors même qu’ils en seraient a priori la plus parlante illustration. A moins que ce Kjetil Gjermundrød (vous nous le prononcerez cinq fois d’affilée avec un marshmallow en bouche) ne performe peut-être pour une marque de déodorant qui en fera sa prochaine égérie masculine ? Ou s’agit-il plutôt d’Håvard Takle Ohr ? On parlerait norvégien qu’on lui aurait demandé…

L’affluence relativement réduite de la Rockhal Club ce soir n’empêche cependant pas ces nordistes de garder leur sens de l’humour. Un silence pesant règne dans le Club entre deux morceaux, alors que les applaudissements se dissipent aussi rapidement qu’ils n’ont surgit la dernière note envolée. De quoi faire susurrer dans son micro notre Ivar Nikolaisen pour chuchoter à l’oreille des chevaux que c’est sans doute comme ça que ça se passe habituellement au Grand-Duché…

KVELERTAK a donc fait le job ce soir, ni plus, ni moins, même s’ils n’ont ménagé nul effort. Manquait probablement un zeste d’interaction et un soupçon de comm’ avec un public aux abonnés absents qui n’a donc guère aidé les Norvégiens à écarter les murs de la Rockhal. CANCERT BATS officiait en première partie: une pâle prestation teintée de clichés et de lieux communs qui amènera autant d’eau au moulin des détracteurs du genre…

Now online : The ARISTOCRATS @ Esch-sur-Alzette, 05 octobre 2023

The ARISTOCRATS… comment dire…? Comment dire ? Un concert de The ARISTOCRATS ne se raconte pas vraiment. Disons que cette expérience sensorielle se vit davantage qu’elle ne se décrit. C’est un voyage (en absurdie, parfois) qu’on entreprend sans trop savoir où il va nous mener. C’est une escapade musicale dans les tréfonds et les recoins rarement explorés, parfois redoutés, souvent espérés, mais jamais trop prévisibles. The ARISTOCRATS, c’est comme qui dirait un passage obligé pour qui n’en est pas contraint.

Now online et dans notre GALERY Facebook  « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG

The ARISTOCRATS – Rockhal @ Esch-sur-Alzette – 05 octobre 2023

Les amateurs de rock de haut vol, les véritables connoisseurs avaient une date à marquer d’une pierre blanche dans leur agenda : celle du 05 octobre 2023 à laquelle le trio de virtuoses débarquait à la Rockhal pour un concert qui s’annonçait mémorable. Et mémorable, il l’a été. Exceptionnels, ils l’ont été ! Guthrie Govan, Bryan Beller et Marco Minnemann sont définitivement les maîtres du genre, celui d’une fusion audacieuse et improbable de styles allant du jazz au métal, en passant par le funk, le blues voire même la pop.

Et l’on ne parle même pas de leur sens de l’humour particulier : un concert des ARISTOCRATS, c’est 100% de blague, 200% de virtuosité et 300% de complexité pour un résultat global qui frise l’excellence musicale et la perfection mélodique. Quand ce n’est pas au contraire de la dérision totale, lorsque par exemple le trio démonte, dézingue et massacre la bienséance et le bon goût musical élémentaire avec leur Blues Fuckers qui clôture la soirée dans une joyeuse vrille aussi cacophonique qu’hilarante.

The ARISTOCRATS, c’est un voyage musical pour le moins particulier voire hors norme qui perdure depuis plus de deux décennies. Le band se forme spontanément en 2011 à la suite d’une performance improvisée au Winter NAMM Show à Anaheim, en Californie : contents de leur alchimie improbable sur scène, ils décident au pied levé de continuer ensemble après ce concert quasi-improvisé. The ARISTOCRATS conquiert rapidement les oreilles averties d’un public connaisseur et amateur d’humour, de complicité et de virtuosité. Capables de fusionner les influences de chacun de ses membres, The ARISTOCRATS est avant tout une formule synergique et synergétique sans pareille, ou quasi.

Govan impressionne par sa technique et sa musicalité. Beller, confirme sa réputation de bassiste polyvalent et inventif qui a accompagné quantité de pointures. Et last but not least, Marco Minnemann demeure un batteur aussi prodigieux que créatif. S’il collabore avec Paul Gilbert ou Steven Wilson, ce n’est pas pour rien. Et son émouvant hommage rendu à Neil Peart tout juste décédé lors du dernier passage des ARISTOCRATS ici même le 16 janvier 2020 était sans doute annonciateur de sa toute récente collaboration avec Alex Lifeson. The ARISTOCRATS, que des pointures. Et les pointures ne fréquentent que les pointures. Qui se ressemble s’assemble…

Le spectacle est à la fois énergique, humoristique et interactif, où la musique oscille entre complexité et accessibilité, sérieux et décalé, originalité et familiarité. C’est tout ça, The ARISTOCRATS. Et bien plus encore : une extraordinaire complicité et une synchronisation à couper le souffle, les deux allant de pair pour ce band improbable et exceptionnel, pour un des groupes les plus talentueux et les plus amusants de la scène rock instrumental. Parce que ce trio à la technicité imparable et à la virtuosité stratosphérique fait également preuve d’un talent démesuré. Un style inclassable, des riffs lourds et implacables là, des notes de jazz qui s’envolent, plus loin une touche de flamenco…

La création, l’audace et l’originalité sont permanentes et pour autant, le groupe ne perd jamais son public : une vraie démonstration à laquelle un public de vrais connaisseurs (des deux sexes) assiste, tantôt dans un silence assourdissant pour deviner les notes étouffées, tantôt partageant de grands éclats de rire quand le trio se lâche en humour totalement décalé. Loin d’être seulement un spectacle pour passionnés, les shows des ARTISTOCRATS sont aussi de grands moments de partage. À se demander comment nos lascars s’y prennent pour nous offrir cette débauche dans une concentration aussi maximale qu’est décontractée et hilare leur attitude. Les connoisseurs étaient manifestement présents ce soir dans l’assistance. Dans le pit-photo également: nous y étions seuls…

Now online : FISCHER-Z – Menen, 04 octobre 2023

Enfin, quand on écrit FISCHER-Z, sans doute faudrait-il préciser FISCHER-Z en solo, ce qui correspond davantage à la configuration choisie par son éternel chef de file, John WATTS. Et quand il se la joue en mode Neil Young armé de sa seule gratte distorsionnée, ce n’est que pur bonheur et plaisir absolu… Now online et dans notre GALERY Facebook  « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG.