ows – Upcoming Shows – Upcoming Shows – Upc

SHAKA PONK n’en termine pas de terminer sa tournée d’adieu débutée l’année dernière : au tour du Luxembourg et de ses Francofolies de Esch-sur-Alzette ce 08 juin de mettre en scène les adieux du combo français le plus déjanté et le plus explosif de ces dernières années ! Nancy on the Rocks revient sous l’appellation HEAVY WEEKEND avec une affiche de Dieu le Père, mes aïeux ! BLACK STONE CHERRY poursuit sur sa lancée au Garage de Saarbrücken le 25 juin 2024 tandis que le SJOCK FESTIVAL (Your Highlights of the Year) demeure bel et bien la perle de tous les festivals flamands: SJOCK #48. Because there is ONE and ONLY one SJOCK on planet Earth !!

Soon online et déjà dans notre galerie de portraits à l’instar de toutes nos précédentes reviews…

Un ch’tit coup d’oeil dans notre rétroviseur ? C’est par ici :

Et comme toujours en français in ze texte: last & latest footages, shootings & reviews in our specific GALERY « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG !

Soon online : SHAKA PONK @ Francofolies d’Esch-sur-Alzette, 08 juin 2024

De ces Francofolies grand-ducales, 4èmes du nom, nous n’en consommerons qu’à dose homéopathique: ce ne sera pour nous que SHAKA PONK, et MEUTE – pour le fun – qui preste sur la même grande scène en préambule du combo français. Après avoir assisté aux adieux de SHAKA PONK à la Belgique au printemps dernier à Forest National, voici l’au-revoir des Français au Grand-Duc des Luxembourgeois.

Soon online et déjà dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester. Artificial intelligence sucks !

Soon online : SLASH – Rockhal, 26 avril 2024

Trop jeune encore pour être le dernier des Mohicans, quoique, quoique… Saul HUDSON aka SLASH est venu, il a vu et il a vaincu. 2h20′ après le lever du rideau, on se demande encore ce qui nous est arrivé, ce qui nous est passé sur le corps. Soon online et déjà dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester. A.I. sucks.

Now online : MOTHER’s FINEST @ Maastricht – 20 avril 2024

Maintenant en ligne, live from The Netherdlands, la crème d’Atlanta : MOTHER’s FINEST. Ou ce que la Géorgie continue de faire de mieux, avec quelques autres pointures à l’instar de Blackberry Smoke, The Black Crowes et d’une poignée d’autres. The South Still Rise !… et déjà dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. As usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester. A.I. sucks.

MOTHER’s FINEST – Muziekgieterij Maastricht, 20 avril 2024

Aaaaah, ce petit palpitant toujours excitant lorsqu’il s’agit de découvrir une salle de concerts absente de notre tableau de chasse. Et ma foi le Muziekgieterij de Maastricht vaut à lui seul le déplacement. Deux salles de spectacle/concert séparées par un vaste bistro qui fait office à la fois de hall d’entrée et de bar/restaurant à la vaste carte houblonnée du meilleur goût, et – parait-il – des studios et d’autres infrastructures d’enregistrement, le tout logé au sein d’un ancien site industriel remarquablement réaffecté. Bienvenue à Maastricht !

La tournée de MOTHER’s FINEST fait la place belle à la Hollande, à l’Allemagne et à l’Angleterre, ignorant superbement notre petite Belgique. Sans doute trop petite pour contenir effectivement toute cette explosivité, toute cette énergie, tout le groove de cette véritable tornade hard-funk-rock venue en droite ligne de Géorgie, USA. Et quand on sait que l’essentiel du line-up est encore celui qui, dans les seventies, était considéré comme the most dangerous opening act (sic) volant la vedette à des gars de la trempe de Marino, de Nugent ou encore d’Aerosmith, qu’ajouter à cette entrée en matière ?!

Pas de pit-photo malheureusement, le public pouvant déposer ses bières directement sur la scène et les photographes leur matos sur les planches pour peu qu’on joue des coudes : pas les meilleures conditions qui soient pour shooter, mais assurément le face-à-face de la mort-qui-tue si l’on fait abstraction des gouttes de sueur de Gary « Moses Mo » MOORE qui atterrissent plus d’une fois sur notre grand-angle. Real groovy funky bad ass rock’n’roll.

Vétéran de la toute première heure, Moses Mo n’a plus d’âge si ce n’est celui de poursuivre ce qu’il fait depuis plus de cinq décennies aux manettes de MOTHER’s FINEST: démonter le bastringue de sa 6 cordes. Manifestement, ça conserve de passer plus de 50 berges aux côtés de l’explosive et pulpeuse Joyce « Baby Jean » KENNEDY: du haut de ses 76 ans (!), GRAND-MOTHER’s FINEST n’est pourtant pas encore pour demain. Et dire qu’il y en a encore pour la ramener avec feu Tina Turner qui est à l’entertainment – comparativement à Baby Jean et à âge égal bien évidemment – ce que Canard WC est à l’ornithologie

Déjà de la partie en 1972 aussi, Glenn « Doc » MURDOCK aux vocals et Jerry « Wyzard » SEAVY à la basse n’ont pas non plus musicalement parlant pris une ride: à se demander franchement si le rock’n’roll n’est pas le plus efficace des bains de jouvence. Poser la question est y répondre.

L’adage veut que ce soient les meilleurs qui partent les premiers: MOTHER’s FINEST est la preuve bien vivante qu’il n’en est rien, que du contraire. Si les Géorgiens étaient notre baffe dans la g… en 2022 lors de la découverte du band live on stage au Golden Age Rock Festival, l’histoire risque bien de se répéter en 2024 en ne nous laissant pas le temps de découvrir la recette de cette flamme véritablement inextinguible dans le coeur et dans l’âme de MOTHER’s FINEST. Plus qu’hier et moins que demain : long live rock’n’roll.

SIDILARSEN – sold out @ L’Entrepôt, Arlon – 13 avril 2024

Now online : SIMPLE MINDS sold out @ Rockhal – 02 avril 2024

SIMPLE MINDS ? C’était soirée FLTR le lundi, soirée CESEC le mardi, soirée Agro le mercredi et soirée Sporkot le jeudi. Entre autres. Et pour celles & ceux qui ont connu le meilleur des eighties, mon bon monsieur. Mais il y avait aussi SIMPLE MINDS aux soirées Bio, chez Adèle ainsi qu’au Maphys bien sûr. Quand ce n’était pas SIMPLE MINDS au Réthéo ainsi qu’à la Casa, ou chez les Vétés ainsi qu’à la Lux. Voire même à la Carolo, c’est dire…

Now online et toujours dans notre GALERY Intensities in 10s Cities : From Backstage to Frontstage, All The World Is A Stage. Et, as usual, pas de chipotage ni de bidouillage avec les photos comme partout ailleurs. Non: ici, c’est NO f*cking Photoshop. NO damn Ligthroom. NO bullshit RAW format. NO holy crap numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG. Parce que shooter live, c’est comme le real rock’n’roll: c’est brut de décoffrage et surtout ça doit le rester. A.I. sucks.

SIMPLE MINDS – Rockhal, Esch-sur-Alzette, 02 avril 2024

Le grand écart : près de 40 ans de grand écart entre 1985, notre premier SIMPLE MINDS dans le chaudron bruxellois de Forest National, et ce beau soir de 2024. Vertige. Time flies. Ceci dit, l’inconvénient avec cette véritable machine à hits qu’est SIMPLE MINDS – ou le bon côté des choses, c’est selon – c’est qu’une fois le rappel venu, on est en droit de se demander quel tube les Ecossais vont-ils encore réussir à nous sortir de derrière les fagots pour prolonger notre plaisir. Et le leur c’est certain dans une Rockhal ce soir sold out, pleine comme un oeuf et à l’ambiance dance floor (une fois n’est pas notre habitude) plus chaude que jamais.

105 minutes durant, rappel compris, les murs de la Rockhal ont vibré non seulement sur ’81, ’82, ’83, ’84 mais également au son des nineties et de bien davantage encore tant l’histoire de SIMPLE MINDS est une déferlante de succès qui égrènent notre bande-son de bien des décennies. Mais à l’inverse d’autres bands guimauves jouant sur la fibre émotive et émotionnelle de leur public, nous ne sommes pas ici face à une nostalgie dégoulinante, facile et mielleuse mais bien dans la revisite de morceaux cultes exécutés par un vrai band. Pas un de ces groupes recomposés à l’envi au gré des départs des uns et de l’arrivée des autres aussi vite remplacés qu’une vieille chaussette trouée.

SIMPLE MINDS demeure un vrai band, authentique, parfaitement articulé et efficacement huilé autour de l’intemporel noyau Jim KERR / Charlie BURCHILL. Evoluent à leurs côtés des musiciens en parfaite symbiose et interconnexion. « Belfast Child » en est la parfaite illustration avec un Jim KERR ma-gis-tral, quasi a capella par moment, imposant le respect et un silence total – oui : total. Sa voix aussi limpide que puissante, portée par une extraordinaire sono, semble repousser les murs de la Rockhal, devenant un instrument à part entière se mariant tantôt aux autres, se jouant tantôt des autres.

Entamé avec un tonitruant « Waterfront » soutenu par une ligne de basse plus ébouriffante que jamais, le set se termine en apothéose 105 minutes plus tard par un explosif « Sanctify Yourself« . Entre les deux, une déferlante de valeurs sûres mais aussi de quelques perles oubliées ou plutôt repêchées au plus profond de la discographie des Ecossais. Flash-back: « Don’t you (forget about me) » nous avait franchement laissé sur notre faim le 11 décembre 1985 (oui il y a quasi 40 ans et l’on s’en souvient comme si c’était hier) lorsque la bande au jeune Jim KERR avait laissé Forest National continuer son « la lalalala lalalala lala-lalalala… » sans même embrayer pour relancer la machine de plus belle. Ce soir, SIMPLE MINDS ne réitère pas cette erreur de jeunesse…

A la rythmique – ô joie, ô bonheur, ô volupté, ô maestria – Cherisse OSIER fait maintenant intégralement partie des meubles et son charme n’a d’équivalent que la démesure de son talent derrière les fûts: belle complicité qui n’a d’égal que l’efficacité qui s’en dégage. Si SIMPLE MINDS a toujours eu pour habitude de ne jamais nous décevoir au fil des décennies, les Ecossais ont aujourd’hui changé de braquet pour rien que moins nous ébouriffer. Rien de moins.

Now online : SHAKA PONK @ Forest National, Bruxelles, 14 mars 2024

The Final Fucked Up Tour (avant la fin du monde), tournée presque sans fin, fait halte dans le berceau du rock’n’roll à Bruxelles, Forest National. A quoi ressemble plus un concert de SHAKA PONK qu’un concert de SHAKA PONK ? Réponse: un concert de SHAKA PONK. Oui, mais celui-ci à Forest est en soi unique, parce que Forest National l’est tout autant. Now online et toujours dans notre GALERY Facebook  « From backstage to frontstage ». NO Photoshop. NO Ligthroom. NO RAW format. NO numeric nor digital overdub : ONLY pure one-shot JPEG

SHAKA PONK – Forest National – 14 mars 2024

Aaaah, Forest National ! Le « chaudron bruxellois » – ainsi dénommé au temps de sa grandeur et de sa splendeur – gardera toujours une place particulière dans notre coeur. Car il n’y a qu’un Forest National et que s’y sont écrites quelques unes des plus mémorables pages (belges) de l’épopée du rock’n’roll. Ou en tous cas de la nôtre. Et puis il y a cette fosse, mythique, même si l’on regrette à chaque fois ce sol désormais plat depuis bien trop longtemps maintenant en lieu et place de la légère inclinaison – que les moins de 50 ans ne peuvent connaître – qui offrait une visibilité si parfaite d’où qu’on soit. Et ces gradins, tout aussi légendaires, la bête noire de quantité d’ingénieurs du son (on ne les compte plus) qui s’y sont cassé les dents et qui nous ont cassé les oreilles.

Ces ingés son qui n’ont jamais, ô grand jamais su et pu amadouer l’acoustique impactée par ces gradins, offrant au public des prestations au son aussi pourri que pitoyable qu’on ne compte plus non plus. Forest National, le juge de paix des ingénieurs du son ! Forest National, pourtant choisi par Aerosmith en 1993 pour retransmettre en direct sur la bande FM (et en mondiovision, siouplait – nous sommes en 1993!) son concert bruxellois. Aerosmith apparait au grand complet dans le public, au sommet de ces gradins juste avant le concert, pour se faire tirer le portrait avec cet arrière-plan sans pareil du chaudron bruxellois. Ah ! Forest National, tout un poème, tout un pan d’histoire…

Et ce soir, les oiseaux gazouillent dans la salle. La sono nous plonge en effet presqu’en pleine forêt (nationale) dans l’attente de l’arrivée de SHAKA PONK: bande-son des Français qui les accompagne chaque soir de leur tournée, ou musique d’ambiance propre aux lieux peut-être ? Puis c’est au tour de SHAKA PONK de profiter du cadre: le groupe débarque au beau milieu du public dans les gradins par la porte d’accès que nous avons empruntée quelques minutes auparavant, puis se fraye un chemin entre les rangées de sièges pour ensuite descendre lentement les escaliers sous les hourras des 7.000 aficionados.

Ils arrivent enfin dans la fosse et fendent le public comme Moïse les eaux de la Mer Rouge. Trois morceaux durant, Frah et Sam allumeront le feu depuis un modeste podium planté au beau milieu de la fosse tandis que le reste du band bucheronne ferme sur la scène où la scénographie se dévoile au fur et à mesure que le set grimpe en intensité.

Tournée d’adieu des Monkeys, donc. Début 2022, Frah, Sam et toute la bande annoncent travailler sur un ultime album (le septième, plus politique et plus engagé que jamais) avant une tournée d’adieu, chacun ayant envie de passer à autre chose. Voici donc la date belge qui clôt une aventure entre punk et métal commencée en 2002. Les Parisiens ont réussi leur pari d’être toujours actuels et de toucher trois générations tout en se servant d’un matériau musical que beaucoup pourrait trouver daté malgré la présence numérique du singe Goz et de sonorités électros. Lucide, SHAKA PONK réalise qu’ils ont tout dit, que ce soit en anglais ou en français. Mieux vaut donc arrêter avant de se répéter, voilà qui est tout à leur honneur.

Avec une tournée de 87 dates quasi sold out qui a débuté en octobre dernier et qui durera plus de 12 mois, SHAKA PONK n’est pas du genre à faire les choses à moitié. La scène est bien chargée, et deux chorales de chanteuses en robes blanches rejoindront les planches pour quelques morceaux en fin de set. Le « cercle pit » aura déjà eu lieu, lancé par un Frah en son plein mitan après avoir à nouveau rejoint le centre de la fosse et laissant Sam sur la grande scène. Engagés et portant à bout de bras leurs nobles causes (écologiques et autres), c’est donc ainsi et par la grande porte, au sommet de leur art et de leur engagement, que SHAKA PONK tire sa révérence belge. Merci à vous, météore ou OVNI du paysage musical francophone. And don’t forget the rock’n’roll!

PS : pas de pit-photo ce soir, les photographes accrédités devant shooter depuis la fosse au milieu du public, et uniquement depuis la fosse. Pas top comme conditions. Puis validation obligatoire des clichés par le management avant diffusion. Nos clichés ici présentés n’ont cependant pas tous été validés. Mais dès lors que ledit management a fermé les yeux sur de (superbes) photos prises par des confrères depuis des endroits non-autorisés, il ne nous en tiendra sans doute pas rigueur. Equité, équité…