An Evening With Al’ and Friends – 26 novembre 2011 – Arlon

(Autres photos & commentaires d’Albert Blues Band & Cie sur www.intensities-in-tens-cities.euChapitre 1 : The Vintage Years 1978 – 2011)

Albert_Party_11.2011.jpg
Fête halal, ce soir. Pardon: fête à l’Al’ ce soir. Si le patriarche des musicos de la Province de Luxembourg était un dinosaure – ce qu’il n’est évidemment pas – sûr que ce serait un… T-Rex. Get it on, l’Albert ! C’est que le sieur Pemmers est à la fête ce soir à Arlon, un peu comme s’il était au centre d’une messe noire dédiée à un être cher trop vite disparu. Mais il est encore bien vivant et même bon pied bon oeil, Al, toujours aussi sensible de la gachette et rapide à la dégaine, le fourbe ! Pour preuve, le voilà pour plus de trois heures sur la scène du Palais, accompagné de ses trois groupes : Albert’s Party annonce l’affiche, avec BOOTLEGS qui ouvre le bal, suivi du G4 et enfin de l’ALBERT BLUES BAND pour clôturer une soirée bien pimentée où se retrouve autour de Al’ le tout Luxembourg musical.

AlbertParty_Arlon_26112011.JPG
Des pensionnés comme ça, on n’en fait plus ma petite dame, on n’en fait plus savez-vous : nourris au pâté gaumais et abreuvés à l’Orval, ça vous fait des gars costauds de chez costauds, M’dame. C’est comme ça qu’ça s’passe chez nous, en Luxie. Le petit Al’ est né non pas entre le boeuf et l’âne gris, mais entre entre un Marshall et une Gibson. Les Rois Mages ont amené le pâté et la Trappiste, fourguant sur la route la mire et l’encens chez les hérétiques…

Bootlegs_26-11-2011_0001.JPG Bootlegs_26-11-2011_0002.JPG Bootlegs_26-11-2011_0003.JPG Bootlegs_26-11-2011_0004.JPG Bootlegs_26-11-2011_0005.JPG Bootlegs_26-11-2011_0006.JPG
Bootlegs_26-11-2011_0007.JPG
Avec BOOTLEGS en ouverture de soirée, c’est comme si John Fogerty était venu dire un petit bonjour à Arlon : une machine à tubes, ce Creedence ! Ce n’est cependant que l’échauffement, la mise en jambre : le G4 prend la relève, mais avec un des quatre mousquetaires qui manque à l’appel. Le G4 est pour un soir le… G3. Il manque une roue au carrosse, un peu comme si Stone chantait sans Charden ou Ringo sans Sylvie. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir : sept gaillards pour le prix de huit, trois lead guitars pour le prix de quatre, ça le fait malgré tout. Et il est content, l’Al’, de pouvoir faire autant de bruit avec ses six petits camarades d’école ! Le G4 ne devait initialement pas (per)durer (voir par ailleurs sur http://www.intensities-in-tens-cities.eu) : c’est dire si chaque nouvelle (rare) prestation est déjà un don du ciel en soi. Les gars, vous êtes bons ce soir, fichtrement bons et forts. Loud, même. A croire que c’est rien que pour provoquer le quatrième larron là où il est, sur scène également mais à Marche-en-Famenne. Les absents ont toujours tort, na ! Julien, Bidon, Ben, Denis, Bernard, Geoffroy, Al : vous êtes BONS. Si vous étiez femmes, vous seriez bonnes – c’est dire…

G4_Arlon_26-11-2011_0001.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0003.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0005.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0007.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0009.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0011.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0013.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0015.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0017.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0019.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0021.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0023.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0025.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0002.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0004.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0006.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0008.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0010.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0012.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0014.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0016.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0018.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0020.JPG G4_Arlon_26-11-2011_0022.JPG

La bonne humeur sur scène, ce doit être le leitmotiv de cette soirée à l’ancien Palais de Justice : pour des murs qui ont du connaître des larmes par hectolitres, ce sont celles de joie ce soir. ALBERT BLUES BAND peut maintenant prendre possession de planches pour le bouquet final – et plus si affinités. Un melting-pot de reprises et de compos personnelles, entrecoupé – quand même – par un petit mot de Denis à l’adresse du jubilaire sur le mode "Pierre Desproges". Ou quand l’humour le dispute à la bonne humeur, les décibels au beat, et l’amitié à la stage attitude. ALBERT BLUES BAND présente un "nouveau" line up pour partie, où la jeunesse et la fougue le disputent à l’expérience et à la maturité. Ou quand la naphtaline le dispute aux jouvenceaux !

G4_Arlon_26-11-2011_0024.JPG AlbertBluesBand2011_0001.JPG AlbertBluesBand2011_0002.JPG AlbertBluesBand2011_0003.JPG AlbertBluesBand2011_0012.JPG AlbertBluesBand2011_0004.JPG AlbertBluesBand2011_0005.JPG AlbertBluesBand2011_0006.JPG AlbertBluesBand2011_0007.JPG AlbertBluesBand2011_0008.JPG AlbertBluesBand2011_0011.JPG AlbertBluesBand2011_0009.JPG AlbertBluesBand2011_0010.JPG AlbertBluesBand2011_0013.JPG AlbertBluesBand2011_0014.JPG
AlbertBluesBand2011_0015.JPG
Le bouquet final, c’est Rockin’ in a Free World – tout un programme dans la joie, la bonne humeur et la r’n’r attitude : avec cette vidéo, vous comprendrez où il fallait être ce 26 novembre 2011. On joue des coudes sur scène. On joue tout court. Non : on ne joue pas, on preste, ma p’tite dame, on preste. Et des prestations pareilles, Al, c’est à reproduire tous les ans, hein. Reproduis, Al, reproduis. Féconde et reproduis. Fais l’con et re-produis. Et surtout : … merci !

G4_Arlon_26-11-2011_0012.JPG

FESTIVAL BLUES GOUVY – 8 août 2010 – Sterpigny

Gouvy_2010_0003.JPG
Le Festival de Blues de Gouvy, et non pas le Gouvy Blues Festival: tout un programme qui, dans son appellation déjà, donne le ton ! On est à la campagne, on est bon enfant, on est simple, on est cool: on est donc chez le Glaude et dans son parc qui, une fois n’est pas coutume, est arrosé d’un crachin entrecoupé d’éclaircies et non pas baigné de soleil. Les dieux du ciel ne sont pas Ardennais cette année, mais la programmation du maître des lieux réchauffe toutefois les coeurs comme les bières réchauffent les corps: les quatre bands hôtes du grand chapiteau sont programmés crescendo, en commençant déjà très fort par Ian SIEGAL, sans doute le plus Texans des Anglais, sans doute le plus cowboy des guitaristes. Mais qu’on ne s’y trompe pas: on n’est pas dans le registre de la country mais bien dans celui d’un blues-rock méchamment bien envolé/enveloppé.

IanSiegal_Gouvy2010_0008.JPG IanSiegal_Gouvy2010_0011.JPG IanSiegal_Gouvy2010_0018.JPG IanSiegal_Gouvy2010_0027.JPG

IanSiegal_Gouvy2010_0019.JPG
IanSiegal_Gouvy2010_0058.JPG IanSiegal_Gouvy2010_0054.JPG IanSiegal_Gouvy2010_0023.JPG IanSiegal_Gouvy2010_0048.JPG
IanSiegal_Gouvy2010_0020.JPG
Après le plus américain des Anglais, place au plus anglais des Américains: Shawn PITTMAN monte sur les planches avec une formule trio bien balancée, qui s’incrémente ensuite bien vite d’une quatrième pointure en la personne de Andy JUST aux lead vocals & harmonica. Ce dernier fournit au combo un volume plus puissant encore mais surtout plus chaud. Deux prestations de plus de 100 minutes chacune: la performance n’est pas peu commune en festival et mérite d’être soulignée. Parce que ça se passe comme ça chez le Glaude !

Shawn_Pittman_2010_0008.JPG Shawn_Pittman_2010_0020.JPG Shawn_Pittman_2010_0035.JPG Shawn_Pittman_2010_0015.JPG
Shawn_Pittman_2010_0039.JPG Shawn_Pittman_2010_0046.JPG Shawn_Pittman_2010_0053.JPG Shawn_Pittman_2010_0065.JPG

Shawn_Pittman_2010_0061.JPG
Shawn_Pittman_2010_0069.JPG Shawn_Pittman_2010_0075.JPG Shawn_Pittman_2010_0081.JPG Shawn_Pittman_2010_0083.JPG
Shawn_Pittman_2010_0085.JPG Shawn_Pittman_2010_0086.JPG Shawn_Pittman_2010_0094.JPG Shawn_Pittman_2010_0104.JPG

Un degré d’intensité supplémentaire encore avec Stan WEBB que je découvre (enfin !), et l’attente en a fichtrement valu la chandelle. Accompagné de sa solide formation CHICKEN SHACK, WEBB se réserve les lead vocals & la lead guitar, et quand je dis lead guitar c’est plutôt loud guitar qu’il faudrait écrire !! Avec sa tronche de croque-mort et son jeu lent mais loud, le Stan nous en fout plein la vue: quelques à-fonds de bière sur scène entre deux morceaux, et un petit tour dans le public micro à la main pour tâter du Bleu Blanc Belge donneront une dimension supplémentaire à un set parfait – le point d’orgue de la journée.

Stan_Webb_2010_0019.JPG
Stan_Webb_2010_0005.JPG Stan_Webb_2010_0015.JPG Stan_Webb_2010_0022.JPG Stan_Webb_2010_0030.JPG
Stan_Webb_2010_0023.JPG Stan_Webb_2010_0043.JPG Stan_Webb_2010_0044.JPG Stan_Webb_2010_0088.JPG
Stan_Webb_2010_0098.JPG Stan_Webb_2010_0108.JPG Stan_Webb_2010_0127.JPG Stan_Webb_2010_0037.JPG
Stan_Webb_2010_0053.JPG Stan_Webb_2010_0070.JPG Stan_Webb_2010_0075.JPG Stan_Webb_2010_0081.JPG Stan_Webb_2010_0086.JPG
Stan_Webb_2010_0055.JPG
Car Boney FIELD et son BONES’s PROJECT qui clôture le festival est manifestement trop funky pour moi, même si le final de leur prestation tendrait à me faire changer d’avis. Mais j’avais déjà rejoint le Club où BOOTLEGS termine la journée avec un chaud-chaud-chaud-boulette tribute qui fait revivre un Creedence Clearwater Revival que j’avais (quasi) oublié. Précédé d’un HOBO JUNGLE BLUES BAND nous ramenant plus tôt dans la journée dans une ambiance très fifties-sixties non dénuée de charme, 2010 reste assurément un grand cru – mais qui ne l’aurait-il pas cru ?! Gouvy est, reste et continuera d’être groovy. Gouvy is groovy

Boney_Fields_2010_0002.JPG Boney_Fields_2010_0012.JPG Boney_Fields_2010_0018.JPG Boney_Fields_2010_0021.JPG
Boney_Fields_2010_0014.JPG
Bootlegs_Gouvy_2010_0013.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0016.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0022.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0024.JPG
Bootlegs_Gouvy_2010_0028.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0038.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0056.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0062.JPG
Bootlegs_Gouvy_2010_0067.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0076.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0084.JPG Bootlegs_Gouvy_2010_0088.JPG
HoboJungleGouvy2010_0002.JPG