SLASH – Rockhal @ Esch-s/-Alzette – 17 juin 2015

Slash-Rockhal-bill.jpg
Les oreilles encore bourdonnantes de la prestation de Judas Priest il n’y a même pas 24 heures au même endroit, nous pénétrons dans l’antre du célèbre n°5, Avenue du Rock’n’Roll à Esch-sur-Alzette (… une adresse pareille, ça ne s’invente pas). Le charme de notre Monsieur Muscle de la 6/12/18 cordes a manifestement plus d’effets sur le sexe (dit) faible que la calvitie d’Halford hier soir vu l’affluence féminine de belle(s) tenue(s). Mais il n’est pas vraiment question de charme(s) en ce qui nous concerne: le face-à-face avec SLASH fut à chaque fois une véritable claque dans la figure, et ce soir ne fait à nouveau pas exception.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Au risque de nous répéter, SLASH demeure assurément un personnage hors du commun: flamboyant et magnétique à la fois, il irradie les scènes qu’il foule et la foule (qu’il) aimante. Il transcende ses morceaux déjà géniaux conçus par un cerveau gargantuesque. Il se roulerait une clope seul au milieu d’une scène vide, assis sur un tabouret dans le noir le plus absolu, qu’il réussirait encore à dégager ce quelque chose qui magnétise tout ce qui bouge. SLASH a l’étoffe des Héros, la prestance des Empereurs, l’inspiration des Génies et le doigté des Orfèvres.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES Slash_tix_17juin2015.JPG

Il ne se contente non seulement pas d’être déjà un génial et prolixe compositeur, tout aussi prolifique qu’inspiré, mais il faut en plus qu’il nous éclabousse. Car c’est bien sur les planches que ses compositions revêtent toute la démesure de son génie. Sa version live démesurément folle et inspirée de Rocket Queen demeure à chaque fois un moment de bravoure renouvelé pendant les plus de 20 minutes que dure sa démonstration de force: toujours la même, et pourtant chaque fois différente. La magie fonctionne encore et toujours, et même de plus belle serions-nous tenté d’écrire. SLASH, c’est la maestria à l’état pur, l’esbroufe au kilo, la grandiloquence en concentré et la flamboyance en veux-tu en voilà.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Saul "SLASH" Hudson transforme en or tout ce qu’il touche et en diamants tout ce qu’il conçoit et compose. C’est l’alchimiste des temps modernes: sorcier en studio et magicien sur scène, ce type est un extra-terrestre. Et ses Conspirators menés tambour battant par Myles fucking Kennedy sont devenus le rouage intime d’une machine parfaitement huilée qui tourne toutes aiguilles dans la zone rouge 130 minutes durant.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Même pas un blanc pour souffler. Même pas un court temps mort pour récupérer, même pas une pause pour recharger les batteries ou réapprovisionner le magasin de la sulfateuse à un ou deux manches: un concert de SLASH, c’est des morceaux qui s’enchaînent sans même vous laisser le temps de réaliser qu’on est passé de l’un à l’autre. Ce sont 130 minutes d’un train fou lancé à pleine vapeur, au point de s’inquiéter de la manière avec laquelle il va réussir à s’arrêter. Vous n’avez jamais vu SLASH ? Sans doute vous manque-t-il le frisson d’une expérience hors normes… Oui, au risque de nous répéter derechef, SLASH est un génie, une véritable bête de scène, un de ces fous-dangereux qui donnent à la folie ses lettres de noblesse et sa raison d’être.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Merci Luxembourg, merci…: un des 10 ou 12 mots lâchés par la Bête ce soir en prenant plaisir à ne pas quitter directement la scène à l’issue de son set, comme pour profiter le plus longtemps possible encore de cet échange complice de fluide. SLASH, nous c’est quant tu veux, hein: même si la surprise de l’emballage n’est plus vraiment là (…quoique…), c’est pour profiter plus encore du contenu.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

GRASPOP Metal Meeting 2012 : Ozzy OSBOURNE, SLASH, BLACK LABEL SOCIETY, SLAYER, SABATON, PARADISE LOST,…

Graspop_2012_Tix.JPG
La sidérurgie lourde est encore promise à un bel l’avenir au Plat Pays : si pas à Liège, c’est à Dessel que la phase à chaud continue de démembrer les tympans en une coulée continue incandescente. La grand-messe annuelle des métalleux offre à l’oreille une affiche lourde de chez Arcelor métal, et à l’oeil le spectacle de spécimens en tous genres qui ont hiberné pendant un an. En tous cas, ce n’est pas au zoo qu’on a pu les croiser ces derniers temps, ni au boulot : allez savoir où ils étaient parqués !? Car ce n’est pas seulement la Fête de la Musique ce 22 juin 2012 : c’est carrément halloween tendance Binche et puissance Gremlins.

Graspop_22-06-2012_0027.JPG
Une gigantesque mainstage, deux énormes marquees, un metaldome et d’autres zones & scènes encore occupent le terrain de ce que la presse appelle désormais le plus grand festival de métal d’Europe (sic). Pour ne se concentrer que sur cette première journée du vendredi 22 juin 2012, BLACK SABBATH était annoncé tête d’affiche dès le début de l’année avec son line-up originel. Mais le traitement du cancer de Tony Iommi en a décidé autrement, contraignant le band a annuler toute sa tournée estivale.

Affiche de janvier 2012 : Graspop_2012_Ad.jpg puis de juin 2012 : GMM12webflyer16052012.jpg

En lieu et place du Sabbath, c’est donc notre bouffeur préféré de chauves-souris – OZZY & Friends pour les néophytes – qui tient le haut du pavé pour terminer en beauté (?) cette première journée chaud-boulette et entamer par la même occasion la nuit la plus courte de l’année. 22h59 : avec une minute d’avance sur l’horaire, la machine est lancée et la bête est lâchée. Ozzy déboule sur scène avec ses traditionnels "I can’t fuckin’ hear you" et autres "Are u fuckin’ crazy?". Sacré Ozzy, va, toujours fidèle à lui-même et toujours aussi prévisible. Avec néanmoins un bémol de taille : une mise en jambe assez cata marquée par une voix tout simplement… fausse. Ou deux tons décalés : ouch ! Le temps de se remettre au diapason, le grand dadet est déjà en train de jouer avec ses seaux d’eau (jetés à la volée) et autre lance à incendie déversant généreusement sa mousse sur les premiers rangs. N’étant jamais aussi bien servi que par soi-même, hé hop un coup la tête dans le seau, et hop la lance dans la tronche, et puis je t’en remets une couche en aspergeant de temps à autres le matos backstage…! Il est hilare, le Ozzy.

Ozzy_Graspop_2012_0198.JPG Ozzy_Graspop_2012.JPG Ozzy_Graspop_2012_0006.JPG Ozzy_Graspop_2012_0011.JPG Ozzy_Graspop_2012_0012.JPG Ozzy_Graspop_2012_0014.JPG Ozzy_Graspop_2012_0020.JPG Ozzy_Graspop_2012_0032.JPG Ozzy_Graspop_2012_0041.JPG Ozzy_Graspop_2012_0045.JPG Ozzy_Graspop_2012_0048.JPG Ozzy_Graspop_2012_0073.JPG Ozzy_Graspop_2012_0085.JPG Ozzy_Graspop_2012_0086.JPG Ozzy_Graspop_2012_0094.JPG Ozzy_Graspop_2012_0096.JPG Ozzy_Graspop_2012_0103.JPG Ozzy_Graspop_2012_0105.JPG Ozzy_Graspop_2012_0109.JPG 07-blanc.png Ozzy_Graspop_2012_0113.JPG

Semblant toujours aussi faussement balourd, s’appuyant des deux mains sur le micro fixé à son pied, il sautille Ozzy, il sautille sur place comme s’il avait fait, beuglant à tout-va ses "Louder, louder !" et autres "Fuckin’ crazy !". Ozzy : tout l’inverse du jeune et agile Tommy Clufetos qui abat un boulot d’enfer aux drums là-bas derrière, et qui a bien grandi depuis qu’il a quitté l’ombre du Nuge qui l’a nourri au biberon de sa Byrdland alors qu’il battait à peine…

Ozzy_Graspop_2012_0153.JPG

Ozzy_Graspop_2012_0117.JPG Ozzy_Graspop_2012_0125.JPG Ozzy_Graspop_2012_0126.JPG Ozzy_Graspop_2012_0131.JPG Ozzy_Graspop_2012_0136.JPG Ozzy_Graspop_2012_0144.JPG Ozzy_Graspop_2012_0151.JPG Ozzy_Graspop_2012_0156.JPG Ozzy_Graspop_2012_0166.JPG Ozzy_Graspop_2012_0170.JPG Ozzy_Graspop_2012_0173.JPG Ozzy_Graspop_2012_0181.JPG Ozzy_Graspop_2012_0188.JPG Ozzy_Graspop_2012_0136.JPG Ozzy_Graspop_2012_0066.JPG

Trois fameux guests viennent rehausser de leur présence la seconde partie du show et entourer le band à Ozzy : le brave, fidèle et discret Geezer Butter qui mouline toujours autant sans avoir l’air d’y toucher, le Slash qui se la joue perfecto sans frime et qui assure un max de chez max en alternance avec un Zakk Wylde l’oeil enragé et quasi l’écume à la bouche. Jusqu’au bouquet final qui nous offre pas moins de 3 lead guitars et 2 lead bass entourant Ozzy pour un final tout simplement dantesque mâtiné d’un Paranoid d’anthologie. Le rideau peut tomber, la journée a été parfaite et se termine comme elle a commencé : la phase à chaud de Dessel a tenu toutes ses promesses…

Ozzy_Graspop_2012_0157.JPG Ozzy_Graspop_2012_0027.JPG Ozzy_Graspop_2012_0129.JPG Ozzy_Graspop_2012_0128.JPG
Ozzy_Graspop_2012_0121.JPG
Ozzy_Graspop_2012_0094.JPG
Plus tôt dans la journée, à 14h40 pour être précis : BLACK LABEL SOCIETY n’est pas le premier band à arpenter la mainstage devant un public qui continue d’arriver par vagues entières. La bande à Zakk nous sert quasi le même set qu’il y a 10 jours au Luxembourg – à peine plus court – en ce compris son solo toujours aussi soporifique mais heureusement (!) moins long cet après-midi. Zakk, arrête tes soli, veux-tu, d’autant plus qu’ils n’apportent rien sinon l’ennui. Les Marshall sont à nouveau en nombre sur scène, mais ni plus ni moins qu’à la Rockhal pour un public pourtant maintenant des dizaines (centaines?) de fois plus nombreux.

BlackLabelSociety12_0007.JPG BlackLabelSociety12_0019.JPG BlackLabelSociety12_0009.JPG BlackLabelSociety12_0030.JPG BlackLabelSociety12_0064.JPG BlackLabelSociety12_0077.JPG BlackLabelSociety12_0078.JPG Ozzy_Graspop_2012_0188.JPG BlackLabelSociety12_0079.JPG BlackLabelSociety12_0084.JPG BlackLabelSociety12_0085.JPG BlackLabelSociety12_0088.JPG

En définitive, B.L.S. nous délivre une prestation tout ce qu’il y a de plus honnête, sans toutefois le petit grain de folie ou le petit-quelque-chose-qui-fait-que et qui, parfois, fait la différence entre un bon concert et un show grandiose. Peut-être le Zakk se réservait-il en fait pour sa prestation du soir tout à fait démoniaque aux côtés d’Ozzy, mais encore fallait-il le savoir…

Ozzy_Graspop_2012_0188.JPG
Direction les deux gigantesques tentes marquees qui accueillent chacune une belle brochette de sacrés bands tout au long de la journée. Passons rapidement sur le set de SACRED REICH qui n’apporte rien de particulier à l’Histoire de la Musique, pour nous concentrer sur celui de PARADISE LOST: un peu de douceur dans un monde de brutes. Les enfants de choeur de la journée paraissent doux comme des agneaux au milieu de cette affiche de charognes, et feraient même passer Elmut Loti pour un méchant cogneur. Un concert propre et bien construit, à l’instar de leurs compositions savamment léchées avec cette petite pointe de doom qui chatouille juste là où il faut. Chouette set, les gars.

Paradise_Lost_2012_0011.JPG Paradise_Lost_2012_0046.JPG Paradise_Lost_2012_0039.JPG
Paradise_Lost_2012_0054.JPG
Paradise_Lost_2012_0018.JPG

Sacred_Reich_2012_0008.JPG Sacred_Reich_2012_0005.JPG Sacred_Reich_2012_0002.JPG
Sacred_Reich_2012_0009.JPG
Si les warriors de SABATON peuvent prêter à sourir en jouant aux faux méchants avec leurs effets pyrotechniques à la Rammstein, ils décrochent néanmoins le prix de la sympathie et de la simplicité. Le chanteur avouant même avoir été vachement nervous avant de monter sur scène ne rend ces Suédois que plus sympathiques encore et attachants, finalement. Offrant ses lunettes de soleil bien utiles à un gamin de 12 ans au premier rang, il ne peut par ailleurs s’empêcher de marquer son incompréhension face à l’absence de bouchons dans ses oreilles encore chétives et si fragiles. Bien, ces Swedish, bien…,

Sabaton_Graspop_2012_0024.JPG Sabaton_Graspop2012_0044.JPG Sabaton_Graspop2012_0050.JPG Sabaton_Graspop2012_0051.JPG Sabaton_Graspop2012_0056.JPG Sabaton_Graspop2012_0069.JPG Sabaton_Graspop2012_0066.JPG 07-blanc.png Sabaton_Graspop2012_0208.JPG

Tout l’inverse de SLAYER, en définitive. Eux, ce sont des vrais : on ne sourit pas sur scène, Môsieur, on joue. On se la joue. Le regard noir et le rictus méchant aux lèvres, SLAYER est une machinerie de gravos. Les barbes aussi impressionnantes que les tatoos les situent aux antipodes d’un boys band de tapettes – et il ne s’agit pas que de la musique. Lourd et rapide, SLAYER assume grave et déchire un nouveau trou du c… au monde. C’est ce qu’ils font de mieux, parait-il, depuis des lustres – sans doute la raison pour laquelle le monde tourne si carré.

Graspop_22-06-2012_0031.JPG Graspop_22-06-2012_0056.JPG Slayer_Graspop_2012_0002.JPG Slayer_Graspop_2012_0246.JPG Slayer_Graspop2012_0226.JPG Slayer_Graspop_2012_0008.JPG Slayer_Graspop_2012_0019.JPG Slayer_Graspop_2012_0046.JPG Slayer_Graspop_2012_0021.JPG Slayer_Graspop_2012_0029.JPG Slayer_Graspop_2012_0025.JPG Slayer_Graspop_2012_0042.JPG Slayer_Graspop_2012_0032.JPG Slayer_Graspop_2012_0237.JPG Slayer_Graspop_2012_0239.JPG
Slayer_Graspop_2012_0244.JPG
Flashback sur la mainstage pour la prestation de SLASH en fin d’après-midi. Loin de ses frasques G’n’R, aux antipodes du barnum qu’était devenu la bande à Axl Rose, SLASH est devenu un grand, grand Monsieur bien sage et rangé tout comme il faut. Propret même, le loup s’est transformé en agneau – à moins qu’il ne s’agisse que d’un simple déguisement pour mieux nous faire tomber dans le panneau et nous prendre à contre-pied ? Son talent et son brio n’en sont que plus éclatants : son jeu explose à la figure et iradie une plaine noire de monde. C’est assurément LE show de la journée, avec la perle de métal pour un des (LE ?) moments forts de ce vendredi lorsqu’il enflamme l’immensité avec un exceptionnel "Paradise City" en guise d’au revoir. Featuring Myles KENNEDY aux vocals entouré de ses Conspirators, SLASH nous offre en définitive le set de la journée. Assurément…

Slash_Graspop_2012_0002.JPG Slash_Graspop_2012_0005.JPG Slash_Graspop_2012_0007.JPG Slash_Graspop_2012_0015.JPG Slash_Graspop_2012_0008.JPG Slash_Graspop_2012_0010.JPG Slash_Graspop_2012_0013.JPG Slash_Graspop_2012_0016.JPG Slash_Graspop_2012_0221.JPG Slash_Graspop_2012_0017.JPG Slash_Graspop_2012_0020.JPG Slash_Graspop_2012_0034.JPG Slash_Graspop_2012_0043.JPG Slash_Graspop_2012_0062.JPG Slash_Graspop_2012_0065.JPG Slash_Graspop_2012_0068.JPG Slash_Graspop_2012_0070.JPG Slash_Graspop_2012_0081.JPG Slash_Graspop_2012_0084.JPG 07-blanc.png Slash_Graspop_2012_0106.JPG

Slash_Graspop_2012_0124.JPG

Slash_Graspop_2012_0207.JPG Slash_Graspop_2012_0113.JPG Slash_Graspop_2012_0102.JPG Slash_Graspop_2012_0096.JPG Slash_Graspop_2012_0086.JPG Slash_Graspop_2012_0078.JPG Slash_Graspop_2012_0075.JPG Slash_Graspop_2012_0072.JPG Slash_Graspop_2012_0071.JPG Slash_Graspop_2012_0058.JPG Slash_Graspop_2012_0054.JPG Slash_Graspop_2012_0030.JPG Slash_Graspop_2012_0053.JPG Slash_Graspop_2012_0044.JPG Slash_Graspop_2012_0041.JPG Slash_Graspop_2012_0128.JPG

Slash_Graspop_2012_0128.JPG
(Autres photos et reviews de Ozzy, de Black Label Society, de Slayer, de Paradise Lost et d’un précédent Graspop sur All the World is a Stage – Chap.1 :The Vintage Years 1978-2011)